En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 4 heures 41 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 5 heures 24 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 7 heures 52 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 8 heures 36 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 9 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 10 heures 43 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 11 heures 6 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 11 heures 19 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 11 heures 42 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 11 heures 59 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 5 heures 5 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 6 heures 35 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 8 heures 7 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 9 heures 5 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 10 heures 2 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 10 heures 59 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 11 heures 12 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 11 heures 33 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 11 heures 52 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 12 heures 3 min
© Capture d'écran TF1
© Capture d'écran TF1
L'édito de Jean-Marc Sylvestre

Le monde des affaires se plaît à rêver d’une alliance Sarko-Macron... pourquoi pas ?

Publié le 03 septembre 2016
Macron peut difficilement devenir président de la République, mais pour le monde des affaires, sa vision, son énergie et sa popularité vont devenir incontournables. Macron est systémique. Les autres vont être obligés d'en tenir compte.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Macron peut difficilement devenir président de la République, mais pour le monde des affaires, sa vision, son énergie et sa popularité vont devenir incontournables. Macron est systémique. Les autres vont être obligés d'en tenir compte.

Puisque l'homme politique capable d'accéder au pouvoir se révèle très souvent incapable d'exercer le pouvoir, l'idéal serait peut-être d'en prendre deux : Un pour gagner l'élection, un autre pour gérer. C'est la dernière idée sortie de trois jours de cogitations sur le campus d'HEC. 

Les chefs d'entreprises racontent : dans une grande entreprise, un homme comme Emmanuel Macron aurait été repéré dès son arrivée à la DRH comme un cadre à haut potentiel. Ceux-là, on les met dans des filières rapides ce qui leur permet d'explorer tous les rouages de l'entreprise et de vérifier qu'ils peuvent contribuer au développement futur. Ils sont comme dans une pouponnière, choyés, formés et stimulés quand ils ne sont pas dopés aux stocks options. On cherche à les garder. C'est la stratégie St Gobain, Michelin, L'Oréal, Procter, Bouygues, etc. 

Dans les grandes entreprises, on ne sait jamais si ces cadres à haut potentiel deviendront un jour dirigeants ou même présidents, mais on les y prépare. 

Emmanuel Macron a toutes les qualités du cadre dirigeant à haut potentiel, sa formation (l'ENA), son parcours (la banque d'affaires et la haute fonction publique) et ses premiers mentors comme Jacques Attali ou Jean-Pierre Jouyet lui ont appris le solfège qu'on pratique dans les allées du pouvoir. Ils ont cru en lui dès le premier jour au point de le vendre à François Hollande qui est, lui aussi, tombé sous le charme. 

Emmanuel Macron a donc bénéficié du parrainage du président de la République, et il est monté très vite. Il a poussé hors sol. Très loin de la réalité de la politique. Mais dans une classe politique particulièrement médiocre en expertise et en management, Macron a très vite fait figure de petit génie. Petit génie capable de comprendre la complexité des enjeux économiques, capable d'aller à l'essentiel sans s'embarrasser de considération idéologique, parce qu'il pense que celui qui gagne, c'est le plus efficace. Il a un peu raison. 

Dans la jungle du pouvoir, où les crocodiles ne savent que se battre entre eux, Emmanuel Macron est sorti de l'ombre pour devenir ministre de l'Economie. Et à ce moment-là, l'opinion publique aussi s'est prise au jeu. 

Enfin le marché politique l'a accueilli les bras ouverts, le discours nouveau, le packaging, les idées d'efficacité, un certain sens de l'efficacité et une approche nouvelle de l'Égalité. Parce que quand Macron dit que la pire des injustices c'est le chômage, ça n'est pas très socialiste mais ça parle à tout le monde. Quand il dit qu'une réforme n'est ni de droite ni de gauche ; mais qu'elle doit être efficace, les vieux militants de la politique grognent.  Mais l'opinion publique, elle, approuve cette façon politiquement correcte de bousculer les habitudes et les rentes de situation. 

Bref, Emmanuel Macron a fait son chemin jusqu'à échapper à l'emprise de celui qui l'avait fait "roi". "Je ne suis l'obligé de personne". Il a donc démissionné avec fracas et tout le monde s'est dit : "Quelle claque !"

Il a démissionné parce qu'il avait besoin de liberté, oui... Parce qu‘il étouffe dans les structures classiques, bien sûr. Parce qu'il est ambitieux pour lui et pour les amis qui l'entourent et qui tous les jours depuis sa sortie de l'ENA, n'ont pas cessé de lui dire à l'oreille, "tu seras président Emmanuel, tu seras président." Voilà comment se forgent les destins.

Alors sur le papier, le monde patronal qui regarde le zoo politique depuis des lustres se dit que l'animal est intéressant. Il va faire bouger les lignes. Il a tout pour bousculer enfin ce pays et le ramener dans les premiers de la classe mondiale. L'équation qu'il faut équilibrer pour accéder à la présidence dans le système français n'est pourtant pas simple. L'équation Macron est une équation à quatre inconnues. 

  • I - La dimension personnelle. Macron a sur le plan personnel tout ce qu'il faut pour bâtir une offre politique originale et responsable. Il est jeune, il s'habille jeune, il a été formé au pouvoir, il connaît le monde, il parle anglais, etc, etc...  mais est-ce suffisant ? 

  • II - Le réseau et les soutiens. Il a un début de réseau. On en connaît les membres. Une grande fortune forgée dans la grande distribution Henry Hermand. Il a 92 ans, et il est resté dans l'ombre toute sa vie. Cet ami de Mendes France a aussi été le sponsor de Michel Rocard. Il adore Macron depuis 2002. En dehors de lui, peu de patrons s'affichent auprès du futur candidat, Marc Simoncini peut-être, le fondateur de Meetic. On dit que Jean Peyrelevade (l'ex du crédit lyonnais) est dans les parages ; Claude Bébéar (ex AXA) aussi, peut-être. On dit enfin que Jacques Attali, qui a été son premier mentor à la commission qui porte son nom, est resté proche... Cela dit, pas sûr qu'il accepte de parrainer des provocations aussi violentes. Ce qui est vrai c'est qu'Emmanuel Macron est très suivi par des intellectuels plutôt libéraux, des dirigeants de l'institut Montaigne à certains membres du groupe des Gracques (dont Jean Pierre Jouyet est le membre le plus influent) en fait des cadres de la fonction publique qui, pour la plupart sont passés dans le privé. Des énarques libéraux. Ça peut paraître bizarre mais ça existe. Toujours dans le réseau, les politiques sont rares. Hormis Gérard Colomb, le maire PS de Lyon qui mouille sa chemise depuis le début, il y a peu d'élus du PS à l'aider et peu d'élus de la droite à avouer publiquement de la sympathie. Donc c'est maigre. Macron n'a pas de machine politique pour faire campagne, pas de militants... Du moins pas encore disent ses amis.

  • III - L'argent. Sans militants et sans élus, Macron aura peu d'argent. Il faut plus de 20 millions d'euros pour faire une campagne présidentielle. Les banques refuseront de lui en prêter. On n'est pas aux États-Unis où des milliardaires peuvent venir mettre des millions de dollars sur la table pour faire émerger un candidat. 

  • IV - Les signatures politiques. Le système français oblige les candidats à la présidentielle à réunir 500 signatures de personnalités élues pour présenter la candidature. Où et comment Emmanuel Macron va-t-il réunir les signatures? Ni le PS, ni Les Républicains n'apporteront le marchepied. 

Les chefs d'entreprise qui ont beaucoup parlé de cette situation en marge de leur université d'été considèrent que si Macron a toutes les qualités pour exercer la fonction, il n'a pas celles qu'il faut pour accéder à la fonction. 

Il a le bon diagnostic, le bon programme, l'ambition, il n'a aucune des conditions politiques requises, les militants, le parti, la capacité à mobiliser les foules.

Et quand l'entourage d'Alain Juppé ou de François Bayrou le verrait volontiers rejoindre le camp des centristes, ils voient juste sur le plan des idées. Ils se trompent sur le terrain de la politique. Juppé, Macron, Bayrou, ne sont pas complémentaires mais directement concurrents. Ils chassent sur les même terres et Macron a une longueur d'avance parce qu'il est neuf. 

D'où la conclusion de quelques chefs d'entreprise et non des moindres pour dire que le seul avec lequel l'alliance aurait un sens, c'est Nicolas Sarkozy. Ils sont tous les deux des animaux de grands talents dans le cirque politique. 

Nicolas Sarkozy connaît la musique et Emmanuel Macron a écrit des paroles qui collent à l'air du temps. 

Nicolas Sarkozy sait conduire l'orchestre, et Emmanuel Macron brillant soliste sait séduire les foules. 

Pour le monde des affaires qui se laisse aller à l'issue d'une université d'été un peu chaude, l'attelage aurait un sens et une efficacité. Pas très longtemps sans doute, mais assez de temps pour faire les réformes qui comptent. 

Puisqu'un homme politique qui réunirait les qualités qu'il faut pour être élu et celles qu'il faut pour faire le job n'existe pas, prenons-en deux. Il arrive aux chefs d'entreprise aussi de rêver et de dire n'importe quoi !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
essentimo
- 04/09/2016 - 07:58
Vu l'appréciation
de Macron sur Sarkozy (hier), je doute d'une entente possible et je la trouve bien prétentieuse par quelqu'un qui n'a encore rien fait et ne peut donc être critiqué sur ses actes. Par contre Macron disant que Hollande a fait les choses à moitié ou la moitié des choses, pourrait laisser entendre qu'il finirait le travail s'il était réélu. Mais le dernier point, est que Macron va prendre la grosse tête et rouler pour lui-même.
Vm
- 04/09/2016 - 07:53
remarques
Le fait qu'il soit parrainé par attalli qui a mangé à tous les râteliers au cours des trente dernières années, bobo business class only, n'est pas un gage de qualité.
Par ailleurs je ne suis pas convaincu qu'il soit prêt à réduire les effectifs de la fonction publique de 30% tel que cela serait nécessaire. Ce n'est pas un libéral, il veut mieux d'état mais pas moins d'état.
vangog
- 04/09/2016 - 00:11
Macron-Rothschild: 200000 immigrés supplémentaires par an
pendant son doublonnat ( sans compter les clandestins) Sarko-le-tricheur: idem! Une alliance des deux cela ferait...400000 immigrés par an pendant cinq ans...pire qu'une indigestion de piments!