En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
Atlantico Business
Le paradoxe d’Artus qui va transformer le débat présidentiel en concours de beauté et de surenchères, à droite comme à gauche
Publié le 25 août 2016
Tout ce qui serait utile est rejeté par les opinions publiques et ce qui s’avère possible est complètement inutile ou même dangereux. Pour beaucoup de responsables politiques et économiques, le débat présidentiel à droite comme à gauche risque de ne servir à rien.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tout ce qui serait utile est rejeté par les opinions publiques et ce qui s’avère possible est complètement inutile ou même dangereux. Pour beaucoup de responsables politiques et économiques, le débat présidentiel à droite comme à gauche risque de ne servir à rien.

Ça s’appelle déjà le paradoxe d’Artus dans les cercles d’économistes ou dans les couloirs de Sciences-po, du nom de cet économiste, Patrick Artus, patron des études économiques à Natexis. Mais ça pourrait s’appeler le paradoxe trop français, tellement il résume de façon simple et percutante ce qui caractérise le système français et explique sa paralysie.  

En fait, de nombreuses réformes économiques seraient utiles à l’économie française, pour redémarrer, créer de la croissance et des emplois c’est à dire de la sécurité et du progrès ... mais la majorité de ces mesures sont systématiquement rejetées par l’opinion depuis plus de 15 ans. Par l’opinion publique, laquelle est travaillée par les lobbies et les syndicats qui sont pourtant assez peu représentatifs.

Quant aux politiques alternatives qui sont en général proposées par les opposants extrémistes (ou pas), elles sont inapplicables ou inefficaces et tout le monde le sait, y compris la majorité de ceux qui les défendent. Ils ne les défendent pas pour être efficace mais pour gagner des voix ou des points de sondage, parce qu’ils pensent qu’elles répondent à la demande de l’opinion.

Personne n’échappe à ce paradoxe. Résultats, le système français s’enferme dans des discussions sans fin qui tournent en rond.

Face aux grandes mutations que provoque la mondialisation, le progrès technologique dans tous les domaines, et la concurrence généralisée, nous savons en gros ce qu’il faudrait faire pour s’y adapter et en profiter de façon bénéfique. Les partis de gouvernement qu’ils soient de droite ou de gauche ont travaillé sur le même type de réformes.

L’économie française profiterait évidemment d’une simplification du droit du travail, d’une réduction de l’écart entre le travail protégé type CDI, et le travail plus précaire type CDD ou contrats temporaires. Dans le système actuel, les entreprises proposent surtout des contrats à durée déterminée ou temporaires. On sait bien que des salariés à contrat temporaire ne peuvent pas s’enraciner dans le système. Ils n'ont accès ni au crédit, ni à l’immobilier. S’ils n'ont pas des parents un peu plus fortunés qui se portent cautions, ces travailleurs précaires ne peuvent pas vivre comme des citoyens ordinaires.

On pourrait faire le même raisonnement sur le SMIC. Le salaire minimum pour les jeunes peu qualifiés est supérieur au niveau de productivité. Il ne correspond donc pas à une création de richesse équivalente. Le résultat est que ces jeunes-là ne sont pas embauchés. Le taux de chômage chez les jeunes non qualifié bat tous les records (plus de 40%)

La réduction de la pression fiscale sur les entreprises et sur les ménages à haut revenus bénéficierait à tout le système économique. Notre fiscalité est confiscatoire et décourageante. Trop peu de contribuables paient l’impôt et ceux qui en paient sont découragés de travailler. L’impôt sur les entreprises est en France le plus élevé d’Europe (20% du PIB en moyenne contre 10% en Allemagne). D’une façon générale, la culture française considère majoritairement qu’il serait profondément injuste de baisser l’impôt des entreprises ou des plus riches, plutôt que celui des ménages. Donc on fait l’inverse de ce qu’il serait utile de faire.

Autre exemple, le prix des services en France est beaucoup plus élevé que dans d’autres beaucoup d’autres pays. La raison est simple, c’est que la majorité des services ne sont pas en concurrence parce qu'ils sont protégés par des statuts impossibles à ouvrir ou à reformer. Le résultat est que le secteur des services est sous-développé.  

La réforme des retraites a mis un quart de siècle à démarrer sa modernisation et elle est encore loin d’avoir pris en compte la réalité de la démographie.

Le Code du travail lui s’avère intouchable. Le psycho drame de la loi El Khomri l’a encore prouvé.

Toutes ces mesures de réformes qui seraient utiles au système si on en juge par ce qui se passe ailleurs en Europe ou dans les pays anglo-saxons, sont rejetées ou repoussées par les lobbies qui les protègent au nom de l’opinion publique en général.

Bref, pour reprendre Patrick Artus, tout ce qui serait utile à moyen et long terme est impossible à mettre en œuvre.

Le comble, c’est que l'inverse est aussi vrai. Tout ce qui serait possible aux yeux de l’opinion et des lobbies est foncièrement inutile ou contreproductif.

L’idée d’une relance de l’économie par la demande, c’est à dire par une augmentation des revenus distribués, soit en salaires, soit en assistances de toute sorte est l’idée alternative la plus partagée par les responsables politiques qui n’éprouvent aucune difficulté à en faire la pédagogie. Malheureusement, ces relances de type keynésiennes ne marchent pas. Voilà plus de dix ans que l'État français s’y exerce en acceptant du déficit budgétaire en masse et ça ne marche pas. Un déficit budgétaire n’est rien d’autre qu'un n’excèdent de revenus sur la richesse produite. Un crédit ouvert aux consommateurs. Ça ne marche pas. La relance a pour effet de gonfler la demande extérieure et par conséquent le déficit extérieur. C’est bien la preuve que nos économies modernes pèchent par un déficit de l’offre nationale.

La hausse des salaires, la générosité accrue des prestations sociales, tout cela serait complètement contreproductif, or ce type de mesures rencontre pourtant beaucoup de succès lors d’une campagne électorale.

Passons sur toutes les propositions qui sont faites et qui portent sur l’Euro et l’Europe. Les politiques alternatives redoublent d’énergie pour critiquer le fonctionnement de la zone euro et finissent pour les plus radicaux à demander la fin de l’Euro. Là encore succès assuré, mais succès irresponsable dans la mesure où personne n’est capable d’expliquer comment on vivrait sans l’euro dans un monde globalisé dominé par le dollar à l’Ouest et le yuan à l’Est.

La fin de l’euro aboutirait mécaniquement à une hausse gigantesque de la dette extérieure brute qui est principalement en euro. Une dépréciation de la monnaie de 20% (et comment l’empêcher) entrainerait automatiquement une augmentation du service de la dette de 20%. Intenable pour l’État français qui serait le premier pénalisé. L‘État c’est à dire le contribuable.

Passons sur les effets d’un protectionnisme inéluctable à l’échelle européenne. Les Anglais qui ont voté le Brexit ne savent même plus comment gérer les effets du Brexit.

Plus grave, le gouvernement de Londres et les principaux responsables britanniques retardent la mise en place des procédures du Brexit au point de ne pas rejeter l’idée d’un abandon de ce rêve. Pas sûr que les Européens acceptent que les Anglais reviennent sur leur choix de sortir de l'UE.

Toutes ces politiques promises principalement par les partis d’extrême droite ou gauche mais pas seulement sont massivement acceptées par les opinions publiques. La demande, les salaires, les déficits, le contrôle de la concurrence etc. sont pour la plupart extrêmement pernicieuse pour l’équilibre du pays à moyen terme

D’ordinaire, les responsables politiques les promettent pour être élus et une fois élus, ils s’aperçoivent qu'elles sont inapplicables.

Le résultat est catastrophique. Les électeurs sont déçus, parce que leur candidat les ont trahis, mais ils sont aussi frustrés parce que parallèlement, ce qu’ils ont mis en place n’a généré aucun résultat. C’est exactement ce qui s’est passé avec François Hollande.

La situation économique de la France est désastreuse et François Hollande a mis ses amis et ses électeurs en colère puisqu’il n’a obtenu aucun des résultats annoncés.

Alors que les débats pour la présidentielle sont à peine lancés, on a peine à croire en voyant les embryons de programme que la situation sera plus pédagogique aujourd’hui qu'elle ne le fut hier. Le concours de beauté et de surenchère est bien parti.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
02.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
03.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
04.
Automobile : des centaines de milliers de moteurs Renault suspectés de malfaçon
05.
Petits scénarios alternatifs pour la fin du quinquennat Macron
06.
Forte hausse des cleantechs. Bulle financière ou investissement d’or et déjà productif ?
07.
LR : le difficile avenir de la droite française
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
05.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
06.
Mais que ferait l’UE face à une répétition de la grande crise 2008 ? Le sujet étrangement absent de la campagne des Européennes
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
04.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
05.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
06.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 25/08/2016 - 10:25
Démagogie et mensonges : les deux mamelles de la politique
Il n'y a pas de paradoxe : les élections portent en elles la tare de la nécessité de plaire. Nul besoin d'être, il suffit de paraître; nul besoin d'être sincère, mais d'être un bon menteur; les inepties assénées avec force deviennent des vérités; les dogmes remplacent les compétences; les tricheries sont aussi courantes et jugées nécessaires que le dopage chez les sportifs, en toute hypocrisie. Pour que la démocratie ne soit pas un vain mot, il faut ajouter aux élections les moyens de contrôle des politiques mises en œuvre et des dépenses d'argent public, avec sanctions à la clé. Une mesure à prendre dès que possible: retirer le pouvoir fiscal aux élus. Qu'ils soient obligés d'obtenir l'aval du peuple par référendum pour toute création ou augmentation d'impôts et de taxes: d'une part la nécessité d'être convaincants pour avoir le droit de dépenser notre argent, d'autre part la menace d'annuler ces nouveaux impôts ainsi que les mandats des élus et de possibles poursuites en justice pour détournements, s'ils s'avèrent qu'ils ont menti. Si le peuple ne contrôle pas ses élus en permanence, il ne peut pas y avoir de démocratie.
Ganesha
- 25/08/2016 - 09:20
Mr Sylvestre est tombé sur la tête !
Mr Sylvestre est tombé sur la tête et, dans cette position inconfortable (dite du ''poirier''), il continue à faire des bonds, mettant ainsi gravement en danger sa boite crânienne ! Cela commence pourtant raisonnablement : oui, il faudrait encourager les contrats à durée indéterminée. Mais ensuite notre cher spécialiste économique marche malencontreusement sur une savonnette qui traînait sur le sol de sa salle de bain et ce pauvre homme part complètement en vrille ! Il voudrait rétablir le ''Smic-Jeune'' qui avait si brillamment réussi à mr de Villepin ! ''On décourage les riches de travailler !''. Mais, mr. Sylvestre, un riche cela ne travaille pas ! C'est bien trop salissant et fatiguant ! Un riche, cela encaisse ses dividendes et les bénéfices de la spéculation ! La France mène une politique keynésienne ! Hilarité générale, et pas seulement sur les bancs de l'opposition ! C'est le pays entier qui se tord de rire ! La totalité de ''l'Assouplissement Quantitatif'', les 40 milliards du CICE, l'intégralité du fric disponible, atterrit directement entre les mains des 1 % de privilégiés qui gouvernent réellement la France !