En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
Atlantico Business
And now, ladies and gentlemen, le célèbre duo Sarkozy-Hollande : les milieux d’affaires en sont convaincus et s’en inquiètent
Publié le 22 août 2016
La semaine qui s’ouvre va le confirmer : les milieux d’affaires s’attendent à un duel Hollande-Sarkozy, mais ça ne les rassure absolument pas sur la capacité réformatrice du prochain quinquennat.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La semaine qui s’ouvre va le confirmer : les milieux d’affaires s’attendent à un duel Hollande-Sarkozy, mais ça ne les rassure absolument pas sur la capacité réformatrice du prochain quinquennat.

A moins d’un miracle ou d’une crise extérieure extrêmement grave, les milieux d’affaires ne s’attendent pas à une situation politique qui permettrait de mettre en place les réformes nécessaires pour que la maison France puisse tenir le choc concurrentiel mondial dans les dix prochaines années. Comme beaucoup d’observateurs du marché politique, les chefs d’entreprise pensent qu’on se dirige tout droit vers un nouveau duel entre François Hollande et Nicolas Sarkozy. Du moins dans tous les débats et les consultations, qui auront lieu à partir de cette semaine jusqu'à la veille du second tour de la présidentielle. Les candidats qui s’affronteront à la finale ne sont pas évidents à deviner. Tout va dépendre de ce qui ressortira du premier tour. Front national ou pas, les jeux ne sont pas encore faits. Mais FN ou pas FN, on n’échappera pas au duel.

François Hollande, d’abord, sera candidat à la primaire de la gauche. Une décision qu’il annoncera officiellement le plus tard possible, mais qui ne fait plus aucun doute à personne. C’est ce qui ressort du livre qui sort cette semaine et qui rapporte des conversations privées mais enregistrées par deux journalistes, Antonin André et Karim Rissouli. Le président de la République fait un bilan assez complaisant de tout ce qui a marché pendant son quinquennat : la politique étrangère, la lutte contre le terrorisme, le Mariage pour tous et la loi Macron. Il est plus réservé et discret sur ses résultats économiques, mais on sent bien qu’il est à deux doigts d’expliquer aux Français que si la situation économique ne s’est pas aussi bien redressée qu’il eut fallu, c’est peut-être parce que la priorité a été donnée à l’ordre public et à l'équilibre de la société.

En fait, sa vraie chance est d’avoir fracassé le Parti socialiste, qui n’a plus personne de crédible à présenter comme alternative. Il reste bien quelques personnalités fortes, à la gauche de la gauche, comme Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, Arnaud Montebourg ou Cécile Duflot, mais toutes ces personnalités font d'abord des campagnes de publicité pour exister sur l’échiquier politique de la gauche et dans les médias plutôt que sur le podium de la primaire.

La meilleure preuve, c’est que beaucoup d’entre elles vont sauter la case primaire pour tenter directement le premier tour de la présidentielle, histoire de s'offrir deux ou trois mois de couverture médiatique supplémentaire. Ce sera sans doute le cas d’Emmanuel Macron qui, faute de militants, a un besoin urgent des journalistes. Macron, à qui les attentats terroristes ont fait beaucoup d’ombre, a réussi à percer le silence du 15 août en allant visiter le Puy-du-Fou et en y étant reçu par Philippe de Villiers. Avec un tel acteur pour lui donner la réplique, il était sûr de passer en boucle à la télévison avant le résultat des Jeux Olympiques. Macron a réussi son coup. Surtout qu'à cette provocation dans la forme, il a ajouté une transgression sur le fond, en disant qu’il n’était pas socialiste, ce qui a mis en joie tous ses amis du gouvernement. Consigne a d’ailleurs été donnée par Matignon aux cadres du PS et aux ministres de ne pas réagir publiquement. Les comptes se règleront plus tard. Et c’est sans doute pour être plus à l'aise avec lui-même que le ministre de l'Economie finira par quitter le gouvernement vers le 20 septembre, après la présentation de la loi de finances.

En bref, François Hollande ne sera pas gêné par la concurrence lors d’une primaire socialiste bien organisée par ses amis. Après la primaire, il sera toujours temps de négocier le soutien des uns et des autres, y compris de Macron, Montebourg ou Duflot. Les jeux sont donc faits.

Du côté de la droite, Nicolas Sarkozy annoncera cette semaine qu’il se présente à la primaire des Républicains en espérant bien être désigné comme le candidat unique de la droite. Personne n’en doute. Beaucoup de ses adversaires auraient déjà dealé une participation au quinquennat. Bruno Le Maire aurait déjà engagé des pourparlers avec Nicolas Sarkozy pour le soutenir en échange d’une promesse d’aller à Matignon. Il a raison, mieux vaut ne pas avoir d’ambitions modestes. Le problème est qu’il y a beaucoup de prétendants de sa génération pour aller à Matignon. François Baroin est de ceux-là, Laurent Wauquiez, Éric Woerth, Nathalie Kosciusko-Morizet... Le seul à ne pas s’agiter dans le bocal, c’est Alain Juppé, qui perd un peu de sa légitimité dans les sondages mais qui conserve un réel crédit pour négocier son soutien le jour venu. D’autant plus cher qu’il n'a rien revendiqué.

François Fillon, lui, continue de faire campagne et de vendre son programme qui est sans doute le plus élaboré, le plus cohérent et le plus responsable. Mais comme dit Nicolas Sarkozy, "on ne gagne pas une présidentielle sur un programme, mais on en a sans doute besoin après". François Fillon et ses amis pourront donc servir après. A l’Assemblée nationale, par exemple !

En bref, l'ancien président de la République part à la pêche pour être candidat à redevenir le président. Le calendrier des Républicains est plus que plein : après la déclaration de candidature de Nicolas Sarkozy, sans doute mercredi, Alain Juppé réunira ses supporters à Chatou, le 27 août, et François Fillon les siens de lendemain 28 à Sablé-sur-Sarthe.

Tout ce beau monde se retrouvera lors du campus des jeunes Républicains qui se tiendra à La Baule les 3 et 4 septembre. Peu probable qu’on les voit ensemble : ils se succèderont à la tribune, histoire de mesurer à l’applaudimètre leur cote d’amour chez les jeunes. Bref, du côté de Nicolas Sarkozy aussi les jeux sont fin prêts et tout le monde se prépare à l'affrontement.

Sur le terrain spécifiquement politique, il reste des inconnues pour mesurer ce que sera le premier tour de la présidentielle. L’inconnue Marine Le Pen, qui dispose d’une réserve de voix importante qui avait permis à Nicolas Sarkozy de l’emporter. L’inconnue François Bayrou, qui a toujours dit que si Alain Juppé ne gagnait pas la primaire, il s’engagerait au premier tour, or Bayrou pèse 13-14% d’un électorat qui peut faire pencher la balance à droite comme à gauche.

Cela dit, ce faisceau de certitudes politiques ne rassure pas les milieux d’affaires, et ce pour trois raisons :

1) Parce que la situation économique reste médiocre, alors qu'elle devrait être florissante. Nos dettes et nos déficits alimentent la consommation qui reste le premier moteur de l'activité, mais cette consommation profite aux pays voisins parce qu’ils sont plus productifs que nous. Donc la dette publique fabrique de la dette extérieure. Tout le monde s’en moque jusqu’au jour où l'on s’apercevra que nos créanciers qui nous ont prêté de l’argent vont se rembourser en prenant le pouvoir. C’est ce que font les pays du Golfe ou les Chinois en multipliant les investissements en Occident, et particulièrement en France. Ce phénomène explique que les actifs de production soient chers alors qu'ils sont peu rentables.

2) Un nouveau duel entre Hollande et Sarkozy annonce peut-être une belle bataille dans les studios de télévision, mais n‘annonce pas de débat sur les programmes. En fait, Hollande et Sarkozy sont - au niveau économique - d’accord sur l’essentiel, à savoir que la France est immergée dans un monde en concurrence mais qu’on n’est pas capable de prendre les mesures qu'il faudrait prendre pour en sortir vainqueur.

Donc on aura peu de choses sur la compétitivité prix et hors prix, sur la fiscalité, sur l’euro et sur l’Europe. Bref, on ne parlera pas des sujets clivants qui fâchent, mais de ceux qui provoquent et rassemblent aux deux extrémités. Qu'on se rassure, les deux candidats vont se livrer à une surenchère concernant la sécurité et le contrôle de l’immigration, mais on aura peu de choses sur la façon de participer à la mondialisation et au progrès technologique.

3) Les milieux d’affaires ont très peur d’avoir une campagne où les deux candidats rivaliseraient d’imagination pour rassembler tous ceux qui dans l'opinion ont peur du progrès. Bref, le risque c’est la course à la démagogie. Ce qui avait permis à Hollande de remporter la victoire, mais ce qui a aussi causé sa perte pendant le quinquennat.

Ils savent trop bien que l'opinion publique ne se partage plus entre la gauche et la droite. Elle se partage entre conservateurs et progressistes. Les conservateurs veulent conserver les acquis, les statuts, les rentes. Les progressistes veulent s’ouvrir sur les marchés mondiaux et les nouvelles technologies.

Le clivage moderne passe au travers des familles politiques traditionnelles. Or, les processus de fonctionnement de la démocratie sont encore fondés sur le clivage droite-gauche. Comment faire œuvre de pédagogie dans ces conditions lors d'une campagne présidentielle où le système condamne les partisans des deux camps à s’opposer ?

Ce qui est vrai en France l’est tout autant dans la plupart des vieilles démocraties. En Grande-Bretagne, le référendum sur le Brexit a coupé en deux les deux grands partis politiques britanniques. Aux Etats-Unis, Donald Trump a coupé le parti républicain en deux, et Hillary Clinton est loin d’avoir fait l’unanimité chez les démocrates.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
02.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
03.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
04.
Automobile : des centaines de milliers de moteurs Renault suspectés de malfaçon
05.
Petits scénarios alternatifs pour la fin du quinquennat Macron
06.
Forte hausse des cleantechs. Bulle financière ou investissement d’or et déjà productif ?
07.
LR : le difficile avenir de la droite française
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
05.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
06.
Mais que ferait l’UE face à une répétition de la grande crise 2008 ? Le sujet étrangement absent de la campagne des Européennes
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
04.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 23/08/2016 - 15:52
@ganesha
Faut se renseigner,c'est déjà la règle en France depuis 2008....Grace à Sarko-providence. Quant à la majorité des Beaufs, leur opinion sur les banques relève de la pure paranoïa qui consiste à croire qu'ils ne sont jamais responsables de leur connerie, car c'est la société qui les rend cons.....
En l'occurrence : la banque...et la finance.....celles que n'aime pas Flamby......Alors, vive la lessiveuse et les napoléons planqués au fond du jardin.
Ganesha
- 23/08/2016 - 11:42
Bouddhiste
Le vrai libéralisme a consisté à laisser Lehman Brothers sombrer dans la faillite. Les divagations et les radotages des anti-communistes primaires me font bien rire. Eh oui, pépère, en 1515, François 1er a gagné à Marignan, et en 1989 le Mur de Berlin s'est effondré ! Est-ce que tu aurais un doute, pour te sentir obligé de le rabâcher à l'infini ? Personnellement, je n'ai pas le moindre centime d'action ou d'obligation. Mais comme comme je suis bouddhiste, par compassion, je propose, en cas de faillite bancaire, que les états interviennent pour indemniser les ''petits porteurs'', jusqu'à 100.000 euros. C'est ce qui a été fait à Chypre.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 22/08/2016 - 21:17
Il va falloir se faire à l
Il va falloir se faire à l'idée que les banques sont nécessaires et qu'il est normal qu'elles gagnent de l'argent...il suffit de regarder ce qu'a vécu la Grèce pour en prendre conscience..........mais tant qu'il faudra trouver un responsable à nos turpitudes, et à la faillite de l'état providence, les banques seront là pour servir de boucs émissaires, pour l'extrême gauche comme pour l'extrême droite.
Le problème est plutôt l'interventionnisme d'un état totalitaire sur un secteur qui ne peut être que libéral... À l'extrême droite-gauche, on essaye de nous fourguer aujourd'hui le magnifique exemple collectiviste de l'ex union soviétique...! ..des banques nationnalisées de Miterrand, ou de Hugo Chavez.... alors préparez vos passeports et tirez-vous très vite..!