En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Une histoire sans fin
Comment la disparition de l’Etat Islamique pourrait faire émerger de nouveaux conflits sur le territoire irakien
Publié le 19 août 2016
De nombreuses coalitions, notamment en Irak, se sont créées autour d'un seul objectif : mettre un terme à l’État Islamique. Face à un plus grand mal, d'étranges alliances ont été consenties... mais les tensions risquent de revenir au galop une fois la mission remplie.
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De nombreuses coalitions, notamment en Irak, se sont créées autour d'un seul objectif : mettre un terme à l’État Islamique. Face à un plus grand mal, d'étranges alliances ont été consenties... mais les tensions risquent de revenir au galop une fois la mission remplie.

Atlantico : La presse fait de plus en plus souvent état des progrès de la coalition et des forces russes contre l'État Islamique sur le front syro-irakien. Quand bien même le GEI n'a pas encore été vaincu, dans quelle mesure sa disparition pourrait mettre en lumière d'autres conflits, encore latents aujourd'hui ? Quels en sont précisément les enjeux ?

Alexandre del Valle : Il est évident qu'en cas de victoire définitive sur l'État Islamique – ce qui, soit dit en passant, est loin d'être fait –, certaines coalitions actuellement en vigueur ne pourront plus fonctionner. En Syrie par exemple, la coalition arabo-kurde (qui présente des résultats plus que corrects sur le front) ne peut espérer tenir qu'en raison de l'existence d'un ennemi commun. Les nationalistes arabes syriens n'ont jamais accepté l'indépendance déclarée du Rojava, l'État kurde autoproclamé dans le nord. D'autant plus que les Kurdes ont également empiété sur leurs propres territoires, ceux des arabophones, des Turkmènes ou d'autres. Ces tensions sont vouées à resurgir. En Irak, le problème est similaire : les Kurdes et les chiites se sont alliés pour faire face à l'État Islamique, mais si celui-ci venait à en être défait, une Mossoul reconquise constituerait une grave pierre d’achoppement, presque insoluble.

Nous sommes en pleine définition de la géopolitique : des rivalités de pouvoirs sur des territoires, et il y a plusieurs prétendants-rivaux ou futurs ennemis en dehors de Daesh, tant en Syrie qu’en Irak. Mossoul serait alors au cœur des revendications. Les Arabes comme les Kurdes (sans même parler des rivalités entre Arabes chiites et sunnites) ne seraient pas du tout d'accord sur la question de l'appartenance de la ville. Les Kurdes estiment que, historiquement, Mossoul est kurde et qu'elle doit leur revenir, même si elle a été arabisée au cours des décennies. En plus, cette région est extrêmement riche en pétrole et c'est la plus grande ville du Nord, non loin de la Turquie et de la Syrie. Le premier qui investira la ville la prendra et il se retrouvera nécessairement en conflit avec ceux qui ne la contrôleront pas, ou moins, s’il n’y a pas de négociations avec les Chiites du pouvoir central, l’Iran et les forces sunnites.

Par conséquent, les tensions resurgiront de manière certaine, inévitable, dès lors que l'État Islamique aura été vaincu, car aujourd’hui on ne constate pas d’entente et d’accords d’agendas entre sunnites arabes, chiites arabes, Kurdes sunnites ou hétérodoxes, Turkmènes chiites, chrétiens, Yézidis, Shabbaks, etc. Rien n'est hélas plus loin que le nationalisme irakien unitaire qui a trop longtemps été dominé par les Arabes sunnites et persécuté les Kurdes et les Chiites revanchards...

Les enjeux de tels conflits sont multiples. Religieux, territoriaux, certes, mais également économiques et pétroliers. Mossoul constitue une zone pétrolière extrêmement importante et elle sera aussi ardemment disputée pour cela. En parallèle, Mossoul fut assyro-chaldéenne, arabe, kurde, turco-ottomane, et elle donc disputée par des ethnies différentes et mêmes par différents Etats car la Turquie n’a jamais digéré sa perte et son armée ne laissera pas les Kurdes s’en emparer (elle est aujourd’hui une enclave arabophone entre deux régions kurdophones) de même que les Arabes chiites ou sunnites irakiens qui ne pourront l’accepter sans être vaincus militairement. Il y a donc clairement un enjeu à la fois linguistique, territorial, géopolitique, économique et bien entendu religieux.

L'Irak est, en effet, divisé en plusieurs zones. Dans le sud du pays, on constate une imbrication d'Arabes chiites et sunnites, tandis que dans le nord, l'imbrication est composée d’arabes sunnites, de kurdes sunnites ou yézidis, de Turkmènes, de chrétiens, etc. Les territoires ne sont donc pas cloisonnés, on trouve même des communautés persophones dans le centre et le sud-est du pays. Sans oublier les Mandéens, les Shabbaks, etc. Ainsi, même en avançant une solution fédérale pour l’Irak, il sera très complexe de dire quelle zone tombera sous le contrôle de quelle ethnie ou de quel groupe, du fait de ces mélanges qui se sont faits au fil des siècles, et du fait que ce sont les rapports de force sur le terrain qui en décideront lorsque Chiites pro-iraniens et gouvernementaux, sunnites arabes et Kurdes (trois forces majeures) en découdront. Les récents affrontements entre chiites turkmènes et Kurdes dans la localité de Touz Khormatou ne sont hélas probablement qu’un avant-goût de la situation en Irak, qui ne se calmera pas avec la victoire sur Daesh et qui n’était pas calme non plus avant.

Je ne peux m'empêcher de penser que le dernier mot, comme souvent dans des situations comparables, reviendra au plus fort. Ceux qui auront obtenu les meilleurs résultats sur le terrain pourront revendiquer leurs victoires et c'est, à mon sens, ce que cherchent les Kurdes irakiens bien qu’ils avancent plus prudemment que leurs frères-rivaux du Rojava syrien dont l’agenda et l’idéologie PKK diffère beaucoup. Bien que les leaders kurdes s’en défendent et annoncent des négociations avec les sunnites arabes et chiites de Bagdad, une victoire historique ne serait ni plus ni moins qu'une revanche sur 1920 (Traité de Sèvres) lorsque, à la suite de la défaite de l'Empire Ottoman, leur avait été promis un État indépendant sur les territoires de la Syrie, de l’Irak et de la Turquie actuelle mais qu'ils n'ont jamais eu car Atätürk et ses homologues arabes n’en ont pas voulu et parce que les puissances occidentales n’ont pas voulu se battre pour appliquer ce traité pourtant avalisé par la Société des Nations. Mais il est certain que si les rapports de force le permettent et si leurs partenaires arabes ne leur donnent pas des concessions et avantages dans le cadre d’un Irak futur très décentralisé, ils ne rateront pas cette occasion si elle se présente et si elle n’a pas d’alternative.

Depuis l'intervention américaine de 2003, comment le contexte irakien a-t-il évolué ? Quels sont les principaux obstacles à une réunion de l'Irak telle qu'avant l'opération "Liberté Irakienne" ? Le contexte actuel, ressemblant de plus en plus à une division de fait du territoire, est-il susceptible d'être formalisé dans un monde "post-EI" ?

Il existe un énorme obstacle à la réunification d'un Irak similaire à celui qui existait avant l'intervention américaine qui a détruit la charpente de l’Etat et pas seulement le régime baathiste de Saddam dans une logique de stratégie du chaos et du redessinage du Moyen-Orient. Les apprentis sorciers ont laissé s’échapper ainsi des forces que plus personne ne contrôle, et ceci va être payé très cher et pendant longtemps.

D'abord, le pouvoir central irakien – installé dans le centre du pays – est dirigé par des chiites avides de revanche mais est une ville mixte, situé juste au Nord d’un immense "chiitistan" et au sud d’un "sunnistan" dont s’était emparé Daesh parce que les populations ne supportaient plus la domination revancharde chiiite appuyée par l’ennemi perse voisin. Les chiites se vengent des années de persécution passées sous Saddam Hussein, lorsque les Arabo-sunnites étaient au pouvoir, bien que minoritaires (les chiites sont 60 %). Le gouvernement chiite d’Haider al-Abadi et les milices pro-iraniennes ne sont évidemment pas acceptés par la majorité des sunnites arabes et par les tribus qui ont appuyé depuis 2013 l'État Islamique. Les tribus sunnites très puissantes n'accepteront de contribuer à la victoire finale contre l'EI et de former un nouvel État avec les chiites que dans le cadre d’un accord global et en échange de garanties de participer davantage à la gestion du pouvoir dont ils ont été spoliés depuis la folle politique américaine d’éradication du régime baathiste. Cette garantie n'existe pas aujourd'hui. Les chiites ne sont ni raisonnables, ni calmés aujourd’hui, bien que l’actuel Premier ministre soit plus raisonnable que le précédent, Nouri Al-Maliki, largement co-responsable de la montée de Daesh par sa politique anti-sunnite radicale.

Les dirigeants et milices chiites incontrôlables (qui font ce qu’elle veulent sur le terrain sans obéir au pourvoir de Bagdad) continuent à nourrir une haine envers les Arabes sunnites, en plus d'être impliqués dans des affaires de corruption et d'être soutenus par l'Iran (qui, lui, nourrit ses propres intérêts et a profité du chaos permis par les Etats-Unis pour élargir considérablement sa profondeur stratégique vers le sud irakien et les anciennes régions irakiennes des vieux empires perses qui débordaient jusqu’à Bagdad). Eux aussi n’ont pas intérêt au retour d’un Irak unitaire et souverain, pas plus que les Kurdes… Ce conflit entre chiites et sunnites est le premier obstacle et il s’ajoute à celui qui opposera violemment tôt ou tard Kurdes, Arabes et Turkmènes. Chiites, sunnites arabes, Kurdes et Turkmènes sont aujourd'hui à couteaux tirés. Il est possible, malheureusement, que l'Irak sombre dans la guerre civile après une victoire sur l'EI et la bataille de Mossoul.

Cette division de l'État irakien ne sera évidemment pas officialisée ou reconnue par le pouvoir en place, qu'il soit chiite ou sunnite, car les Arabes des deux confessions veulent contrôler l’Irak et le maintenir uni à leur profit respectif : personne parmi eux ne souhaite voir l'État coupé en deux et se séparer d'une moitié pour la concéder à l'autre. Ils souhaitent davantage contrôler l'État entier et l'imposer à tous les autres. Les seuls à vouloir vraiment une scission de l’Irak, sans le dire, sont les Kurdes. Mais ils sont déjà de facto quasiment indépendants et le Kurdistan est la zone de loin la plus sûre, la mieux gérée et la plus prospère de l’Irak, avec laquelle les Occidentaux, les Israéliens, les Turcs commercent et échangent sans difficultés, à la différence du reste de l’Irak qui est chaotique. Mais, encore une fois, la plupart des Arabes s'opposeront à la division pure et simple. La partition totale ne pourrait voir le jour qu'au terme d'une guerre civile remportée par les séparatistes avec le soutien de puissances extérieures, ce qui n’est pas le cas à l’heure actuelle (la Turquie n’acceptera jamais une partition officielle et définitive du Kurdistan et elle a de bons rapports avec les Kurdes irakiens justement parce qu’ils sont plus prudents et moins ouvertement séparatistes que leurs frères du PKK turc ou du Rojava syrien).

Il me semble que la meilleure solution, pour éviter tant la partition que la guerre civile, serait d'organiser une fédération de l'Irak autour d'un État central, comme nous l’avons écrit avec Randa Kassis dans notre ouvrage Comprendre le Chaos syrien, des révolutions arabes au jihad global (L’Artilleur, 2016, ndlr). Pareil système fédéral laisserait un large contrôle local aux différents groupes, afin d'éviter que certaines minorités en écrasent d’autres, tout en préservant les formes d’un Etat uni. C'est, pour l'heure, ce que demandent les Kurdes, qui n'ont pas voulu proclamer leur indépendance – même si elle existe en partie déjà de facto. Même dans le cadre de la bataille de Mossoul, les responsables kurdes annoncent qu'il faudra négocier avec le gouvernement central. Ils sont conscients qu’avec les rapports de force actuels, ils ont intérêt à négocier leur statut fédéré futur. Rien n'est impossible, néanmoins, si jamais ces rapports en venaient à bouger.

Plus largement, quelles seraient les conséquences régionales de la disparition de l'EI ? Que peut-on attendre de l'Iran, de l'Arabie Saoudite, ou de la Turquie ?

Je pense que de la part de l'Iran, les choses ne devraient pas changer drastiquement. Dans les faits, l'Iran avait intérêt à ce que l'État Islamique joue le rôle d'épouvantail en Irak : cela lui permettait lui-même de jouer son propre irrédentisme sur le pays en se posant comme "défenseur" des chiites "assiégés" et pris pour cibles par Daesh, qui est violemment anti-chiites.

C'est cynique à dire, mais l'État Islamique a au moins un avantage : il évite que certains s’entretuent mutuellement, en leur offrant un ennemi commun. Les Turcs, les Occidentaux, les Saoudiens, les Russes, les Iraniens, etc., ont tous fini par être plus ou moins d'accord sur la nécessité de porter la lutte contre l'EI, qui a fait l'ultime erreur de se mettre tout le monde à dos et de perpétrer des attentats même sur le sol de leurs anciens bienfaiteurs ou facilitateurs turcs et saoudiens notamment ! Dans une telle situation, il est nécessairement condamné tôt ou tard en tant qu’Etat-territorialité, mais pas en tant qu’idéologie, car le paradigme califat totalitaire est une utopie transnationale qui ressurgira ailleurs en zone chaotique et hors contrôlé, son terreau naturel.

Concrètement, les vieux conflits ne pourront que resurgir et les alliances contre-nature ne peuvent que prendre fin, tôt ou tard. Lors de l’ascension fulgurante de l'État Islamique, entre 2012 et 2014, nous craignions le démantèlement des frontières et des accords de Sykes-Picot, mais dans les faits le problème reste intact. Les rancunes entre ces groupes ethno-religieux sont immenses. Les rivalités aussi. Face à Daesh, certains ne se sont pas gênés pour profiter du vide et élargir leur territoire, à la manière des Kurdes. Ces vieilles rivalités mettent en péril plus d'un État-nation, particulièrement les plus artificiels ou fragiles. Il est très probable qu'un certain nombre d'entre eux s'effritent. La Jordanie, le Liban, le Yémen, la Libye, sont autant de nations fragiles en sursis. On peut même ajouter l’Arabie Saoudite, bien plus divisée qu’on ne le croit entre chiites et sunnites et surtout entre tribus régionales et clans de pouvoirs.

L'EI a révélé tous ces séparatismes plus qu’il ne les a créés. Les plus solides des États, dont l'Égypte fait encore partie, du fait de son armée, comme la Turquie ou l’Iran, pourront réprimer et maintenir leur unité territoriale et tirer leur épingle du jeu. D'autres, comme le Yémen, la Syrie, l'Irak, l'Arabie Saoudite, le Koweït ou le Qatar sont autrement plus fragiles et tout juste protégés par les Occidentaux pour les trois derniers cités, mais ils demeurent hétérogènes et fragiles dans leur fondements mêmes, comme la Jordanie. Le futur laisse apparaître deux catégories d'États dans cette zone : les Etats nationaux et forts capables d'exister et de réduire leurs minorités séparatistes : l'Iran, la Turquie, l'Égypte. En revanche, la Syrie, l’Irak, la Jordanie, l’Arabie Saoudite, le Yémen, ne sont pas à l’abri d'une guerre civile larvée et du "syndrome soudanais" (partitions après des guerres civiles)...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
02.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
05.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
06.
Iran, pourquoi la menace d’une intervention militaire brandie par John Bolton pourrait marcher
07.
Gérard Larcher, l'Homme qui tient tête à Emmanuel Macron et ...à Laurent Wauquiez
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kronfi
- 18/08/2016 - 18:42
c'est pas nouveau...
faire front commun contre "l'ENNEMI" puis ensuite regler les comptes..
en 45 .. on a vu .
les kurdes seront les gagnants de cette guerre,, quoiqu'il arrive.... ils auront une autonomie en Syrie et sont déjà autonomes en Irak.... C'est a ce prix que se gagne une guerre... Erdogan est TRÈS affaibli et les russes en profitent.... les américains suivent ... n'ayant dans cette partie du monde, plus aucun soutien.. Or ceux des islamistes "modérés" et de de l'EI....c'est a dire les MECHANTS...
vangog
- 18/08/2016 - 14:18
Depuis que les guerres droidelhommistes ont déstabilisé
les proches et Moyen-Orient, et éliminé les dictateurs laïcs éclairés qui en faisaient le ciment, la recomposition prévoit d'être totale... L'occident mu par les délires droidelhommistes du Bilderberg, a donné un coup de pieds dans la fourmilière moyen-orientale. Celle-ci se reconstituera, mais ailleurs et sous d'autres formes, grâce au mortier des communautés les plus soudées, les plus aptes à devenir des Nations. Les Kurdes font partie de ces communautés soudées et courageuses, et méritent amplement d'habiter une Nation étendue aux frontières de l'Irak, de la Syrie et de la Turquie (un Rojava étendu et Proprietaire des ressources pétrolières, pour stabiliser cette région et faire le pendant aux Sunnites et Chiites belliqueux, propriétaires de toutes les autres ressources, cela ne serait que justice!) comme l'écrit fort justement Marie-E... Les Turcs d'Erdogan seraient verts-de-rage (et les patriotes français très heureux...)
Marie-E
- 18/08/2016 - 11:39
et maintenant que vont faire les kurdes ?
adapté du titre d'un article de Stéfane Juffa sur Metula News Agency dont un extrait :
Quoi qu’il en soit, que Washington décide ou non de continuer son important soutien aux Kurdes, ces derniers sont bien décidés à poursuivre leur marche vers l’Ouest...
Sans attendre la réponse d’Obama, les Peshmerga ont déjà commencé leur progression vers Afrin...
Conclusion de l'article :
Ils [les Kurdes syriens] viennent d’entamer une bataille dont l’issue impactera l’avenir, non seulement des Syriens, des Kurdes et des islamistes, mais également des Turcs, qui risquent de perdre toute frontière commune directe avec la Syrie et vont au-devant d’un soulèvement généralisé de "leurs" Kurdes, adossés au Rojava. ..la dernière bataille conduisant à la constitution, au Moyen-Orient, d’un nouvel Etat central, non arabe, démocratique, riche en pétrole et en ressources humaines, et entretenant traditionnellement des relations cordiales avec Israël, l’Europe, les Etats-Unis et la Russie
Intéressant, non ?