En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant d’Emmanuel Macron

05.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

07.

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
light > Société
Violences sexuelles
Samantha Geimer hausse le ton contre un nouvel emballement médiatique autour de l' "affaire Polanski"
il y a 13 min 55 sec
décryptage > Politique
Municipales

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

il y a 1 heure 49 min
décryptage > Economie
Mauvais pari ?

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant d’Emmanuel Macron

il y a 2 heures 13 min
décryptage > Santé
Directives et recommandations sanitaires

Mesures contre la propagation du Coronavirus : derrières les déclarations publiques, la pagaille sur le terrain ?

il y a 3 heures 1 min
décryptage > Société
Pandémie

Coronavirus : quand la nature se remet à nous faire peur

il y a 4 heures 30 min
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 13 heures 55 min
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 15 heures 10 min
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 16 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Hokusai, Hiroshige, Utamaro. Les grands maîtres du Japon" : splendeurs du Japon à Aix-en-Provence: Les Maîtres de l’époque Edo (1600-1867)

il y a 19 heures 34 min
pépites > Santé
Etat de santé
L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"
il y a 21 heures 45 min
décryptage > International
Tribune

L’espace maritime marocain et la question du Sahara Occidental

il y a 1 heure 28 min
décryptage > Politique
L'infini et la bêtise

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

il y a 1 heure 57 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
Comment poser la question du séparatisme islamiste en France ?
il y a 2 heures 24 min
décryptage > Politique
Dérision et ricanements à tous les étages

Ce gisement de voix sur lequel pourraient miser les candidats osant résister à l’intimidation par “l’humour” médiatique

il y a 3 heures 28 min
décryptage > Santé
Crise de l'hôpital français

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

il y a 4 heures 55 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 14 heures 28 min
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 15 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 19 heures 25 min
pépite vidéo > Santé
Difficultés du monde hospitalier
Emmanuel Macron interpellé par un médecin sur la crise des hôpitaux
il y a 21 heures 3 min
pépites > Justice
"Pendaison" et Ancien Régime
L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon
il y a 23 heures 50 min
© REUTERS/Gary Hershorn
© REUTERS/Gary Hershorn
Série : Les grandes interviews de l'été

Marie-Antoinette : “Louis XVI n’avait aucune vision politique. Il était incapable de prendre une décision. Ça nous a mené à la catastrophe…”

Publié le 15 août 2016
Interviews virtuelles mais exclusives accordées par les personnalités ayant le plus influencé le cours de l’histoire de la France et des Français. Nous les avons retrouvées et rencontrées afin de leur demander quel jugement elles portaient sur la situation politique et économique actuelle. Onzième interview de cette série de l'été avec Marie-Antoinette.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Interviews virtuelles mais exclusives accordées par les personnalités ayant le plus influencé le cours de l’histoire de la France et des Français. Nous les avons retrouvées et rencontrées afin de leur demander quel jugement elles portaient sur la situation politique et économique actuelle. Onzième interview de cette série de l'été avec Marie-Antoinette.

Marie Antoinette n’a pas de grandes compétences pour analyser les situations économiques ou politiques. Pourtant, elle a vécu à une période cruciale de l’histoire de France, et son règne a changé l’économie de notre pays. Surnommée "Madame Déficit",  Marie-Antoinette a dépensé sans compter et la fronde s’est levée. On ne le lui a pas pardonné.

Mariée à Louis XVI à 15 ans, pour une alliance des deux grandes familles royales autrichienne et française, Marie-Antoinette reste dans l’Histoire pour avoir été une reine peu scrupuleuse et surtout peu à l’écoute de son peuple. On se souvient de cette phrase qu’on lui a attribue à propos du peuple de Paris, qui criait famine et qui venait demander du pain qu’on ne trouvait plus dans les échoppes : "Mais s’il n ‘y a plus de pain, qu’ils mangent de la brioche !" aurait-elle dit. Rien ne prouve qu’elle ait vraiment prononcé cette grossièreté insupportable de cynisme.  

Délaissée par son époux et agacée par l’étiquette de la cour versaillaise, elle dépense sans compter pour ses menus plaisirs : elle s’est construite son petit Trianon où elle s’adonne, en compagnie de jolies filles et de beaux et jeunes garçons, à de festives soirées. Marie-Antoinette a constitué des groupes de nobles désœuvrés comme elles mais qui lui offrent une sorte de protection. Des coteries comme on disait à l'époque.

Elle n’a jamais pesé beaucoup sur la politique française, sauf pour chasser certains ministres qu’elle n’aimait pas ou faire nommer des courtisans qu’elle trouvait à son goût.

Progressivement, elle se met à dos la noblesse, en fuyant la cour traditionnelle de Versailles, et fâche le clergé par ses frivolités. Enfin le peuple, car ses tendances dépensières sont peu à peu connues de tous le monde à Paris et dans les campagnes.

Marie-Antoinette et son époux ne voient pas venir la révolte, ni même la révolution qui les mènera, entrainant tout le système monarchique dans leur sillage, à leur perte. 

Madame la reine, bonjour. Vous n’avez pas laissé l’image d’une souveraine très impliquée dans les affaires de l’Etat, mais plutôt distante et frivole...

Je n’ai pas laissé d’image, vous êtes gentille, mais ma tête. Je n’avais pas de conseiller en communication. Ma mère peut être, en qui j’avais confiance mais qui était tellement loin de Paris. Alors, effectivement je n’ai jamais été très douée pour les études, ni appliquée pour les travaux intellectuels ou spirituels, au grand désarroi de ma mère, l’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche, ou du comte de Mercy qui m’avait accompagnée en France et venait chaque jour me donner des leçons à tomber d’ennui ! En fait, il n'était pas précepteur, il était agent secret au service de ma mère. Il me surveillait et rendait des comptes à ma mère sur mes allers et venues. Je pense qu’il espionnait aussi le roi, pour le compte de l’Autriche.  

Je ne suis pas venue à Paris, par plaisir, croyez moi, j'y étais en mission. En fait, être reine de France, c’était le métier qu’on avait choisi pour moi, m'bligeant à vivre avec un homme qui ne me touchait pas.

Mais alors, si je puis me permettre, que me vaut l’honneur de votre interview aujourd’hui ? Je dois avouer que je n’ai jamais aimé la presse. On racontait tant d’horreurs à mon sujet, dans ces fameux libelles…

Vous avez vécu et régné à une période charnière de l’histoire de France. Etiez vous consciente du changement qui s’opérait ? A quel moment avez-vous réalisé que la Révolution était inéluctable ?

J’ai toujours pensé et espéré que le peuple sauverait son roi et sa reine. C’est bête à dire, mais pour moi, la royauté a toujours été le seul et unique modèle politique, comme l’est pour vous aujourd’hui la démocratie. J’étais légitime là où j’étais, je ne devais rien à personne et tout le monde devait me vénérer. Je ne puis imaginer une seule seconde un système différent. Nous n’étions pas préparés à ça, ni mon époux, ni moi. Et tout ça a été tellement vite…

Mademoiselle l’archiduchesse d’Autriche, quelle est, pour vous, la vraie cause de la Révolution : un roi incompétent politiquement ? Une reine - c’est-à-dire vous - qui a creusé un déficit abyssal ? Le siècle des Lumières, qui est venu apporter son lot de philosophes et de concepts démocratiques ?

Un peu tout à la fois. Même si j’aime beaucoup votre première proposition, elle est cruelle mais pas totalement fausse. Les affaires du pays passionnaient peu mon époux, le roi Louis XVI. Vous savez, à part lui parler de chasse ou de serrure, il était impossible d’attirer un quelconque intérêt de sa part. Il n’avait aucun sens politique, ni vision, ni courage. Il était le roi des demi-mesures : gouverner sans franchement se compromettre, sans cap. Avouez que sur ce point, il me rappelle votre monarque actuel. Sauf que votre roi actuel a l'air d’aimer les femmes, lui. Espérons qu’il ne connaisse pas la même fin tragique que ce pauvre Louis ! Ceci dit, vous savez que le peuple de France est régicide. C’est dans ses gènes. Depuis la Révolution, tous les chefs d’Etat le savent.

L’idée s’est répandue à travers l’Europe que les peuples avaient la possibilité de renverser le roi. N’oublions pas que c’est l’Angleterre qui a connu la première une révolution qui a abouti, elle aussi, à la mise à mort du roi Charles II en 1649. Mon mari connaissait cette histoire, il avait rencontré et lu David Hume, l’auteur d'Histoire d’Angleterre. Il a voulu comprendre la révolte française à travers celle qu’avaient connu nos voisins d’outre-Manche un siècle plus tôt, mais on ne refait pas l’Histoire avec des formules réchauffées. Ça a été son erreur.

Et vous, ma très chère reine, en avez-vous commises des erreurs ?

Vous allez me parler de mes achats, je le sens bien. J’étais jeune, j’étais capricieuse et oui, j‘étais shopping addict. Il me fallait des robes, des parures de bijoux pour faire honneur à mon rang, être la plus belle, la mieux habillée. Le roi s’endettait même sur des années pour une simple paire de boucles d’oreilles ! Il y avait les chapeaux aussi. Il faut dire que Madame Bertin, ma modiste, avait un talent fou et que je succombais à chaque fois. Elle était chère m’a-t-on dit .

Ma seconde erreur a été de m’immiscer dans la vie politique pour y placer mes amis, un sport national qui, je crois, se pratique encore aujourd’hui. Et tous n’ont pas été de bons ministres, il faut le dire.

En ce qui concerne les finances du royaume, je n’étais pas la seule responsable des dépenses ! Les guerres menées, notamment en Amérique et en Angleterre, ont été rudement coûteuses et ont laissé des traces et des dettes colossales.

Etiez-vous touchée par les inégalités entre les différentes catégories de la population, et notamment en comparant la misère de certains à votre vie fastueuse ?

J’avoue ne jamais avoir mis les pieds hors de mon château à Versailles, si ce n’est à Paris pour aller au bal de l’Opéra, mais nous nous arrêtions guère saluer les Parisiens. La première vision que j’ai eue de mon peuple a été le 20 juin 1791, lors de la fuite où nous avons été arrêtés à Varennes. Nous traversions la France dans l’idée de rejoindre la frontière à l’est, et j’ai enfin aperçu des villageois mais ceux-ci n’étaient pas des plus amicaux.

A cette époque-là, il y a eu une prise de conscience des inégalités de naissance, de rang, qui existaient de facto dans notre société. Alors que la notion de "privilège" était innée donc légitime pour chacun d’entre nous, cette prise de conscience s’est répandue de la capitale jusqu’aux plus profondes campagnes. Ils nous ont un peu bousculé de notre trône, mais moi, de sang royal des Habsbourg, j’ai mis un peu plus de temps à le réaliser…

Mais regardez votre société aujourd’hui : elle n’est pas exempte d’inégalités, loin de là. L’école ou l’universalité de la loi ne parviennent pas à mettre tout le monde sur un pied d’égalité. Un de vos économistes, Edward Wolff, a même écrit que votre société connaissait un "retour à Marie-Antoinette".

On m’a tellement décrite comme futile, frivole et peu intellectuelle. Mais moi, j’en avais assez de toutes ces procédures longues, je les trouvais déshonorantes : la cérémonie de l’habillage, du dîner. Je m’ennuyais ferme, j’aurais voulais plus de modernité, plus de simplicité. Mais c’était impossible. Au château, on ne me laissait pas faire et ma mère sans cesse me rappelait à mes obligations.

Je ne vais pas vous dire que j'aurais voulu être du peuple, mais c’est vrai que j’aimais sortir avec des filles et des garçons de mon âge.  Aller à Paris dans des bals masqués, la vingtaine, le bel âge. C’est comme sortir en boîte ! Une reine n’a-t-elle pas le droit de profiter de sa jeunesse ?

Peut-être, mais dans la limite de l’acceptable… A cause de tout cela, vous avez été surnommée "Madame Déficit". Vous deviez donc avoir une sacrée connaissance en ce qui concerne les dépenses budgétaires... Alors, dites-nous franchement, la France est-elle trop dépensière ?

Je ne suis pas très bien placée pour dire ça. Quand vous aviez devant vous les fastes de Versailles, il fallait les faire vivre et perpétuer; le besoin d’argent était donc croissant. Les ministres des Finances se succédaient, chacun empreint d’idées nouvelles, à l’origine même de certains courants économiques.

Turgot, qui entretenait des correspondances avec Adam Smith, avait installé le libre-échange dans le domaine des grains. Il a eu d’ailleurs des idées avant-gardistes en prônant l’abolition des privilèges avant tout le monde. Heureusement qu’il n’a pas été écouté par le roi !

Alors que d’autres, comme le ministre d’Ormesson, finançaient tout par grands emprunts, Calonne, qui lui a succédé, avait un sens économique plus aigu et était un adepte avant l’heure de la relance. Les seules ressources du pays - puisqu’on étranglait déjà les populations par des impôts élevés pour rembourser le service de la guerre - étaient le crédit. Il effectue une relance des dépenses publiques, et pas seulement à destination de la Cour, mais d’infrastructures, dans les transports maritimes notamment.

Necker était, lui, un fervent partisan de la réduction des dépenses et de l’équilibre des budgets, et c’est d’ailleurs pour cela qu’on l’a rappelé en 1789, quand on était presque au bord de la faillite, alors que moi, je ne l’aimais pas beaucoup.

Bref, tout ça ne nous a pas sauvés, moi et mon modeste époux. Les Français n’ont jamais été très disciplinés pour les finances, ce ne sont pas les autrichiens ou les Suédois. Ah les Suédois, je les ai toujours admirés, surtout un… 

Vous pensez à Alex de Fersen ?

Oui, bien sûr. Fersen est arrivé en France en 1774 alors qu’il effectuait un tour de l'Europe pour parfaire son éducation. Axel de Fersen est un cousin de la maîtresse du futur roi de Suède.

Quand il termine son voyage d’études, il débarque à la cour de France, où il fait vive impression, par son physique avantageux, à tout le monde. Nous nous sommes rencontrés au bal de l'Opéra et franchement on s’est toujours revus. Nous étions devenus très proches.

Etait-ce votre amant ? 

Alex collectionnait les conquêtes féminines, je le savais... Il m’a consacré beaucoup de son temps. Il me protégeait. Alors mon amant...vous en avez de ces questions ! Mais vous connaissiez le roi, ça n’était pas un foudre de guerre. Et puis je vais vous dire, dans mon contrat de travail, je devais donner un héritier à la couronne de France. Mais pour le reste, on n’était pas obligés de coucher ensemble tous les soirs...Alors moi, j'avais du temps et j'avais 20 ans. Fersen était magnifique.

Etait-il riche ?

Oui, mais je ne couchais pas pour l'argent, vous me prenez pour qui ? Enfin j'acceptais ses cadeaux. On m a posé cette question pendant le procès, c’est absolument indécent.

Disons que la France a toujours dépensé sans compter, comme si elle avait une sorte de corne d’abondance. En fait, elle percevait des impôts, beaucoup trop. Mais c’est encore le cas aujourd’hui. Et votre corne d’abondance aujourd’hui s’appelle la Banque centrale européenne. Avec des taux aussi bas, ce ne sont pas vos politiciens démagos qui vont s’empêcher d’emprunter. 

Vous semblez avoir beaucoup potassé ces sujets on dirait.  A l’époque, cela ne vous intéressait guère, je me trompe ?

Ce n’est pas parce que je me suis fait couper la tête que je n’ai pas de tête ! Ma mere m'avait appris à compter. Rétrospectivement, je me suis intéressée à tous ces sujets bien trop tard, seulement à partir de 1789, quand nous nous sommes installés aux Tuileries. Ah, si j’avais su où cela allait me mener, j’aurais surement plus écouté ma mère…

 

Interview imaginaire, recueillie, reconstituée ou imaginée par Aude Kersulec et Jean Marc Sylvestre 

 

Les livres à lire pour aller plus loin :

- Marie Antoinette de Stefan Zweig

- Marie Antoinette, Journal d’une reine d'Evelyne Lever

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant d’Emmanuel Macron

05.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

07.

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
AlainAFZ
- 15/08/2016 - 23:12
Surprenant récit
Il y a peut être quelque trait en rapport avec l'histoire....l'auteur se fait plaisir...ça en fait au moins un...
vangog
- 15/08/2016 - 17:08
Déjà un monarque mou et l'influence autrichienne...
aujourd'hui, notre Louis XVI d'opérette, pantin de la nomenklatura gauchiste, droidelhommiste et mondialiste, se prosterne devant l'Allemagne Merkelienne...les Allemands n'ont même plus besoin de déclarer la guerre à la France pour nous conquérir...
clau
- 15/08/2016 - 11:55
Alexandre Dumas
dans "Ange Pitou" ; description de Louis XVI : c'était un homme normal dont l’indécision subissait l'influence de deux femmes, l'une que l'on appelait l'autrichienne et l'autre, sa sœur, que l'on appelait Mme Royal.
Étrange coïncidence en début de quinquennat...