En direct
Best of
Best of du 22 au 28 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

02.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

03.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

04.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

La Chine ouvre des camps spéciaux pour le coronavirus: des personnes en train de se balader dans les rues de l'Hubei sont enfermées pour être "rééduquées"

07.

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Social
Violence
Incendies déclenchés à Paris lors d'affrontement entre manifestants et force de l'ordre
il y a 7 heures 44 min
pépites > International
Coronavirus
La Chine ouvre des camps spéciaux pour le coronavirus: des personnes en train de se balader dans les rues de l'Hubei sont enfermées pour être "rééduquées"
il y a 9 heures 20 min
light > Société
Violences sexuelles
Samantha Geimer hausse le ton contre un nouvel emballement médiatique autour de l' "affaire Polanski"
il y a 12 heures 29 min
décryptage > Politique
Municipales

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

il y a 14 heures 5 min
décryptage > Economie
Mauvais pari ?

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

il y a 14 heures 29 min
décryptage > Santé
Directives et recommandations sanitaires

Mesures contre la propagation du Coronavirus : derrières les déclarations publiques, la pagaille sur le terrain ?

il y a 15 heures 17 min
décryptage > Société
Pandémie

Coronavirus : quand la nature se remet à nous faire peur

il y a 16 heures 46 min
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 1 jour 2 heures
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 1 jour 3 heures
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 1 jour 4 heures
pépites > Consommation
Consommation
Les steaks hachés bio de supermarché épinglés par 60 millions de consommateurs
il y a 8 heures 30 min
pépite vidéo > International
Immigration
Après la mort de 33 de ses soldats en Syrie, la Turquie décide de ne plus bloquer les migrants à sa frontière
il y a 10 heures 46 min
décryptage > International
Tribune

L’espace maritime marocain et la question du Sahara Occidental

il y a 13 heures 44 min
décryptage > Politique
L'infini et la bêtise

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

il y a 14 heures 13 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
Comment poser la question du séparatisme islamiste en France ?
il y a 14 heures 39 min
décryptage > Politique
Dérision et ricanements à tous les étages

Ce gisement de voix sur lequel pourraient miser les candidats osant résister à l’intimidation par “l’humour” médiatique

il y a 15 heures 44 min
décryptage > Santé
Crise de l'hôpital français

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

il y a 17 heures 11 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 1 jour 2 heures
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 1 jour 4 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 1 jour 7 heures
© Reuters
© Reuters
De bonne guerre

Bien pire que le scandale de l'ONG américaine qui menace les intérêts français en Iran : le dispositif mis au service de la guerre économique menée par les Etats-Unis

Publié le 12 août 2016
Les Etats-Unis comptent parmi les nations les mieux armées en matière de guerre économique et n'hésitent pas à faire usage de tout un arsenal offensif et préventif à cet effet, dont la France, manifestement handicapée, est souvent la cible... ces armes connues des spécialistes français ne sont cependant pas utilisé à bon escient par l'Hexagone.
Franck DeCloquement est praticien et expert en intelligence économique et stratégique (IES). Membre du CEPS (Centre d'Etude et Prospective Stratégique), de la CyberTaskForce et membre fondateur du Cercle K2, il est en outre professeur à l'IRIS (Institut...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Franck DeCloquement
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Franck DeCloquement est praticien et expert en intelligence économique et stratégique (IES). Membre du CEPS (Centre d'Etude et Prospective Stratégique), de la CyberTaskForce et membre fondateur du Cercle K2, il est en outre professeur à l'IRIS (Institut...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Etats-Unis comptent parmi les nations les mieux armées en matière de guerre économique et n'hésitent pas à faire usage de tout un arsenal offensif et préventif à cet effet, dont la France, manifestement handicapée, est souvent la cible... ces armes connues des spécialistes français ne sont cependant pas utilisé à bon escient par l'Hexagone.

Atlantico : Selon une information du journal Le Parisien, l'ONG américaine "United against nuclear Iran" (UANI) aurait l'intention d'empêcher Total, Airbus ou encore Renault de remporter des marchés en Iran, sous couvert de lutte contre le nucléaire… Selon le quotidien, on retrouverait parmi les responsables de cette ONG plusieurs ex-membres de l'administration Bush, mais aussi des services de renseignements américains. Cette information vous semble-t-elle crédible ?

Franck Decloquement : Cette information semble tout à fait crédible et fondée pour les spécialistes de l’intelligence économique et stratégique (IES), ou les théoriciens de la guerre économique. Alain Juillet, Claude Rochet, Claude Revel, Ali Laidi, Olivier Hassid, François-Bernard Huyghes ou Christian Harbulot en tête  —  pour n'en citer que quelques uns — ne cessent de le répéter et d’évangéliser les esprits retors à ces réalités, à longueur de colloques et d’écrits, à l’occasion de leurs très nombreuses interventions annuelles dans les sphères patronales, sur ce thème essentiel. La littérature en la matière est d’ailleurs pléthorique en France, pour qui souhaite savoir. Notre classe politique dans son ensemble à quelques exceptions près, et les grands patrons du secteur économique seraient bien avisés d’en prendre connaissance. En définitive, on pourrait même dire non sans humour  —  si l’on osait citer malicieusement cet adage parfaitement provocateur dans un contexte économique et international assez tendu  —  que "c’est de bonne guerre !". Car en matière de "guerre de l’information" et "d’action d’influence", les américains sont en effet beaucoup plus doués et prompt que nous à agir sur le terrain de l’anticipation stratégique ; des actions offensives et subversives ; quand la France se limite dramatiquement aux actions défensives, en matière de protection de ses intérêts économiques et stratégiques. Ceci la rendant beaucoup plus vulnérable face à des acteurs particulièrement agressifs. 

Question de culture institutionnelle, d’initiative publique et de volonté politique, hélas. Pourtant, les outils de contre mesure existent bel et bien, et les actions de réponse sont tout à fait à notre portée. Mais beaucoup de spécialistes considèrent avec dépit que notre pays se bat finalement trop souvent sur plan international, avec "une main attachée dans le dos"… Notre handicape est visible et parfaitement manifeste. 

Pour remettre les choses dans leur contexte  —  pour les non-spécialistes qui nous lisent  —  il est assez simple pour les experts du "renseignement de source ouverte" (OSINT ou "open source intelligence"), par le truchement d’un simple travail de veille et de cartographie des acteurs en présence, de détecter que l’ONG "UANI" (United against nuclear Iran) est sans doute un groupe d’intérêt américain en "service commandé", dont l'état-major d’ailleurs dirigé par Joseph Lieberman depuis 2015, est composé pour l’essentiel d'anciens grands dignitaires de l'administration Bush… A l’image de Richard Holbrooke, ex-ambassadeur auprès des Nations Unies et ancien représentant des Etats-Unis pour l’Afghanistan et le Pakistan et Mark D. Wallace, ancien ambassadeur lui aussi à l'ONU. Mais également de l’ex-directeur de la CIA Jim Woolsey entre autre chose, et de personnalités de premier plan de la scène politique américaine. Ce qui n’est évidemment pas le fruit du hasard, quand on connait l’excellence en matière d’actions conjointes (action en Pattern) de nos amis américains. Chez eux, les partenariats "publics-privés" ne sont pas un vain mot. Il y aurait en effet beaucoup à apprendre d’eux en la matière. Et les passerelles d’actions communes entre ces deux univers sont nombreuses aux Etats Unis, dés lors qu’il s’agit d’agir très concrètement pour l’emporter contre l’adversaire sur les terrains extérieurs, dans l’intérêt commun. Elles sont mêmes encouragées par l’appareil d’Etat. 

Les moyens de l’administration américaine et du secteur privé, mais également du domaine associatif sont toujours mobilisés en ce sens, fort intelligemment d’ailleurs. Beaucoup en Europe évoquent le terme de "pantouflage", qui désigne de manière assez familière cette manœuvre qui consiste  —  pour un haut fonctionnaire de l’Etat  —  à rejoindre une entreprise privée. On parle plus volontiers de "rétro-pantouflage", dans le cas d’un haut fonctionnaire ayant fait ses armes dans le cadre d’un cabinet ministériel, et qui part ensuite "pantoufler" dans le secteur privé avant de revenir de nouveau servir l'État. Le pantouflage, notamment quand il ne se fait pas dans la plus grande transparence, pose très souvent de nombreux problèmes déontologiques et éthiques, liés au mélange des sphères privées et publiques, et des sphères de l'intérêt général et des intérêts particuliers, ou de grandes entreprises… Il est souvent perçu en France comme une source de situation de conflits d'intérêts. C’est beaucoup moins le cas aux Etats Unis ou les mentalités en matière de "business intelligence" et de "competitive intelligence" sont très différentes. 

Que sait-on aujourd'hui des méthodes employées par les Etats-Unis lorsque ses entreprises sont en concurrence avec d'autres pays ?

"Seuls les paranoïaques survivent" répétait à l’envi Andrew S. Grove, l’ancien patron d’Intel et grand expert en matière de guerre économique. On sait beaucoup de choses sur ces méthodes d’actions offensives, qu’hélas nous n’appliquons pas en retour pour attaquer nous même ou nous défendre. Et ceci, à la poursuite  —  ou au bénéfice —  de nos propres intérêts économiques et stratégiques. Point de paranoïa ici. Cette "configuration" d’attaque sur le plan informationnel initiée par l’ONG "United against nuclear Iran" (UANI) n’est pas unique en son genre et rappelle de très nombreux autres cas concrets — pour ceux qui s’intéressent au domaine — ayant pour visée prioritaire de "contrecarrer" ou "d’endiguer" les manœuvres économiques de la concurrence ou de "l’ennemi" sur le plan économique, et dans un contexte international troublé. 

L’envoie de courriers provocateurs ou intimidants aux entreprises françaises (Air France, Renault, Total ou encore Vinci), étant le dernier avatar dans ce registre. "Prime est toujours à l’attaquant" une fois encore. Les méthodes d’actions subversives sous couvertures sont bien connues des spécialistes de l’intelligence économique (IE) en France. Elles font partie des armes de la diplomatie d’influence déployées par certains Etats. Il en existe d’ailleurs bien d’autres, tout à fait conjointes, et aussi efficaces en termes de résultats… Il n’y a qu’à relire le dernier ouvrage en date sur le sujet, "Menaces mortelles sur l'entreprise française" d’Olivier Hassid et Lucien Lagarde, pour s’en persuader et dénombrer les profonds dégâts sur notre tissu économique national. En règle général, nos partenaires anglo-saxons utilisent une forme de Mix-Marketing en matière de méthodologie offensives, et ceci pour obtenir à terme un résultat final optimisé afin de quérir "l’effet final recherché" (EFR) dans les meilleurs délais et au moindre coût. L’objectif étant toujours de l’emporter à tout prix, en usant des "stratagèmes discrets" les plus efficaces —  en fonction du contexte —  pour "influencer la décision de l’adversaire et ainsi conditionner ses réactions". En d’autres termes, conditionner sa riposte pour mieux l’anticiper et la déjouer. Le fin du fin consistant dans ce registre d’action à faire travailler le concurrent économique à sa propre perte. Beaucoup parlent ici d’opérations de "deception", à l’image de ce qui se pratique sur le terrain militaire. La surprise stratégique est alors totale, pour les acteurs du monde économique et politique, qui ne savent pas anticiper ce type de manœuvre offensive et y répondre efficacement. 

Le mot anglais "pattern" est souvent utilisé pour désigner "un modèle", une "configuration", un "motif", une "structure", un "type", etc. Il s'agit souvent alors pour le spécialiste de "l’infoguerre" de reconnaitre derrière la survenue d’un phénomène soudain, les stigmates d’une organisation sous-jacente que l'on peut observer de façon répétée lors de l'étude de certains sujets, auquel il peut conférer des propriétés caractéristiques de répétition. Un "pattern" constitue donc une solution générique à un type de problème fréquemment rencontré, en décrivant et formalisant les concepts sous-jacents à cette solution. Et en la matière, nous avons encore beaucoup à apprendre de nos amis américains, dans la mise en œuvre de ces stratagèmes concertés ou conjoints, au bénéfice de nos intérêts stratégiques. Les Russes et les Chinois ayant également d’évidentes affinités culturelles avec ces modes "d’actions secrètes" sur le terrain économique et politique. Encore une fois, il s’agit d’une question d’histoire et de culture stratégique. 

La France est-elle suffisamment armée pour se défendre ? Comment réagit-elle dans ce genre de situation ?

Face à l’adversité, l'État Français et beaucoup trop passif et se cantonne à ce qui lui apparait comme éthique et responsable, en matière de contre attaque. Face à ce type d’action d’intimidation manifeste, la veille et le défensif — tenant le plus souvent lieu de réponse — son totalement impuissants à modifier les lignes de partage, à rebattre les cartes d’une situation mal engagée et permettre ainsi un retournement de situation à notre bénéfice. C’est tout l’intérêt de ces actions "non-conventionnelles" ayant pour but de déstabiliser et de paralyser les acteurs économiques visés. Une passivité dangereuse qui est tout à fait insuffisante pour endiguer ce type d’action offensive, de nature discrète et subversive. D’autant plus quand ce type de méthodologie agressive est connu, et qu’il est très simple d’en établir l’occurrence ou la survenue à l’avance pour mieux les déjouer, afin de s’en rendre maître.

L’UANI est à juste titre suspectée par de très nombreux observateurs internationaux, d'être l’une des "armes secrètes" de nos amis Américains pour torpiller les entreprises européennes, à commencer par les entreprises françaises, afin de se réserver ce l’exclusivité de ce gigantesque marché en devenir qu’est l'Iran. Ce qui explique sans aucun doute en partie qu’au moins une douzaine de fleurons du capitalisme français (Total, Airbus, PSA en tête) ont justement été les destinataires — durant la visite à Paris du ministre iranien des Affaires étrangères — d’une pléthore de courriers au ton particulièrement vindicatif et menaçant. Et ceci bien évidemment, si elles poursuivaient leurs projets d’implantation ou de commerce avec l’Etat Iranien. "United against nuclear Iran"  leur promettant sans ambages dans ce cas précis, des difficultés pour accéder aux marchés publics américains… et des poursuites judiciaires. Les intentions sont claires et la boucle est bouclée.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

02.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

03.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

04.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

La Chine ouvre des camps spéciaux pour le coronavirus: des personnes en train de se balader dans les rues de l'Hubei sont enfermées pour être "rééduquées"

07.

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Texas
- 09/08/2016 - 12:52
Pour qui s' intèresse un peu au sujet...
...c' est un refrain que l' on entend depuis la fin des années 90 .
vangog
- 07/08/2016 - 20:08
@Pig les articles de Decloquement sont très intéressants
car ils traitent la guerre souterraine de l'information. Comme son nom' l'indique, cette guerre est masquée et ne fait pas de victimes immédiates, mais elle est prépondérante pour comprendre les mouvements tectoniques des grandes puissances et les influences qu'elles exercent les unes sur les autres. La France est un pays qui a été profondément manipulé par les idéologies gauchistes, depuis la libération, et cette manipulation imposait le masquage des commanditaires et des techniques de manipulation. Voila pourquoi les Français n'ont pas la culture de la manipulation de l'information, comme peuvent l'avoir les anglo-saxons. Par ailleurs, Atlantico ne peut dévoiler les commanditaires de la manipulation, sans mettre en péril ses sources de financement. Voila pourquoi il nous invite à aller piocher des renseignements complémentaires sur le net...
Pig
- 07/08/2016 - 19:37
Verbiage
Apprend-on quelque chose en lisant cet article ?