En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
La seule vraie différence entre l’opérateur et le banquier dans sa relation au client, c’est le rapport de confiance. Est-ce que je peux avoir confiance dans Free, Orange, Bouygues, ou SFR pour gérer mon argent ? C’est la seule et vraie question.
Atlantico Business
Entre les banques et les opérateurs de téléphone, c’est désormais la guerre
Publié le 27 juillet 2016
Les excellents résultats financiers d’Orange ont mis le Crédit Agricole en colère, lui qui accuse l’opérateur historique de bâtir sa fortune sur son dos... Explications.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les excellents résultats financiers d’Orange ont mis le Crédit Agricole en colère, lui qui accuse l’opérateur historique de bâtir sa fortune sur son dos... Explications.

Entre l’opérateur de téléphonie Orange et le Crédit Agricole, on se prépare à la guerre. Mais cette bataille préfigure une confrontation beaucoup plus large qui risque d’opposer les opérateurs de téléphone et les banques. D’un côté Orange, Bouygues, SFR, Free. De l'autre côté, les grands réseaux bancaires, le Crédit Agricole, le Crédit Lyonnais, les Caisses d’épargne ou la BNP.

L'enjeu, c’est le contrôle direct du client, ou de l’abonné. L’opérateur de téléphone comme le banquier est en relation directe avec le consommateur. L’un et l’autre connaissent tout de sa vie professionnelle et privée, de ses moyens et de ses habitudes.

Le digital a créé un cordon ombilical entre l’abonné au mobile ou l’Internet et l’usager-client. La banque peut avoir la même intimité.

Bref, on a là deux bandes de crocodiles qui nagent dans le même bassin d’audience et toutes les circonstances sont réunies pour penser que ces deux bandes vont se faire la guerre pour le contrôle de ce marché.

Les résultats financiers d'Orange publiés hier ont mis le feu aux poudres. L’opérateur historique a dégagé d’excellents résultats au premier semestre. Orange a triplé (+188,3%) son bénéfice net, à 3,17 milliards d'euros, grâce principalement à la vente de l'opérateur britannique EE, mais a confirmé ses objectifs pour 2016.

La bourse a un peu accusé le coup, parce qu’elle avait déjà anticipé la progression. La France, le principal marché du groupe, voit certes ses ventes reculer de 1,2% sur l'ensemble du semestre du fait de "la baisse accrue du contrat d'itinérance" entre l'opérateur historique et son concurrent Free. Mais le nombre de clients croît cependant de 153 000 ventes nettes pour le mobile sur le deuxième trimestre, pour atteindre un total de 20,46 millions de clients forfaits sur le mobile, dont 9,4 millions bénéficiant d'une offre 4G.

Sur le fixe, le nombre total de clients augmente également de 4,1% avec 10,92 millions de clients, dont 1,18 million en très haut débit fixe, en hausse de 64% sur un an. Cette base client, c’est le nerf de la guerre, le bassin d'audience que tout le monde reluque.

Du coup, cette richesse ainsi étalée a mis les dirigeants du Crédit Agricole en colère parce qu'ils se sont aperçus qu’Orange est devenu un concurrent très sérieux avec son service de banque en ligne. Le Crédit Agricole réfléchit donc à une riposte et pourrait commencer par changer d'opérateur. Le Crédit Agricole est un très gros client d'Orange.

La concurrence c’est bien, mais quand Orange ne cache plus son ambition de déborder de la téléphonie mobile pour faire de la banque, et donc faire concurrence aux banques, rien ne va plus.

Les banquiers veulent bien être clients de Xavier Niel, Martin Bouygues, Stéphane Richard ou Mario Draghi, mais pas les dindons de la farce qu'on viendrait plumer avec la 4G. Si l’argent apporté par les banques clientes à Orange servent à financer des investissements qui lui permettent de développer son secteur bancaire, rien ne va plus. Or, l’opérateur ne cache plus son ambition de faire de la banque, des dépôts et des crédits. Il s’équipe en banque digitale, il embauche des ténors du digital.

Dès lors, plus question de faire des cadeaux à qui que ce soit. Le Crédit Agricole aurait demandé des devis à SFR pour changer de fournisseur.

Les hostilités qui se préparent entre Orange et le Crédit Agricole vont s'étendre à tous les acteurs.

Les deux activités sont finalement très proches. La banque et l'opérateur font grosso modo le même métier, ils transportent de l'information pour le compte du client. La banque et l’opérateur sont en fait d’énormes systèmes informatiques. La banque et l'opérateur ont les mêmes clients.

A la limite, rien n’empêcherait un opérateur d’enregistrer le détail des flux d’argents de son client et une banque de faire le checking des consommations mobiles. La meilleure preuve, c’est le développement des paiements sans contact, sans cartes de crédit, mais avec un seul smartphone. L’opérateur de téléphone comme le banquier peuvent très bien gérer le service et le système. Ça va être, là encore, la guerre.

Les banquiers ont une base clients tellement vaste mais détaillée qu’ils peuvent très bien s'ouvrir à toutes les formes de commerce. Les banquiers vendent de l'argent sous toutes ces formes, des crédits, des rentes, des assurances, ils peuvent aussi vendre des voyages, des voitures, etc. La banque moderne est un hypermarché. La banque moderne est aussi devenu très vite un hypermarché digital.

L'opérateur téléphonique est lui aussi capable de se transformer en hypermarché digital. Son client, il le connaît. Il sait ce qu’il consomme, avec quel argent. Il sait aussi quel magasin il fréquente, et quelle voiture il utilise.


La seule vraie différence entre l’opérateur et le banquier dans sa relation au client, c’est le rapport de confiance. Est-ce que je peux avoir confiance dans Free, Orange, Bouygues, ou SFR pour gérer mon argent ? C’est la seule et vraie question.

Par les temps qui courent avec des banques qui ne réussissent pas à protéger leur image de crédibilité et de solidité, on peut presque dire que les opérateurs de mobile ont un boulevard devant eux pour développer leurs ambitions.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
06.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
07.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
01.
Démission du numéro 2 de Renault
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deneziere
- 28/07/2016 - 09:01
@Ikaris et al: c'est pas pasque JMS cause comme au bistrot...
... qu'il raconte forcément des sornettes.
Vous raisonnez comme au XXe siècle : un coffre fort d'un côté, et des fils de cuivre de l'autre. C'est très largement vrai et votre message l'est donc aussi. Et c'est vrai qu'un opérateur n'est pas encore crédible pour être banque classique de prêt et de dépôt (laisser son flouze chez Draghi et Niel... ahem, ahem...). Maintenant, si vous raisonnez non en termes d'infrastructure, mais en termes de service transactionnels (et il y en a de très nombreux, dans les paiements, le clearing... et le porte-monnaie), c'est une toute autre histoire. Pour faire court, analysez la dynamique temporelle suivante : ... Western Union... ==> Paypal... ==> Compte Nickel... La tendance est bel et bien là. Et puis, il y a de nombreux pays où une licence bancaire est relativement facile à obtenir. Bref, pas forcément de quoi en faire une guerre des mondes, mais les points de friction vont être de plus en plus nombreux.
zombikiller
- 27/07/2016 - 22:24
D'accord avec ikaris
De plus, Sylvestre devrait se concentrer sur la syntaxe, car comme souvent, il écrit comme il parle.
ikaris
- 27/07/2016 - 14:34
Approximations de papy Sylvestre
Décidément Sylvestre à chaque fois que tu penses totu seul dans ton bureau tu dois pas en parler à beaucoup de monde car c'est un tissus de conneries. Pour faire des telecom il faut des réseaux et quelquefois une licence sinon on est que revendeur ou une bête marque (le Crédit Mutuel, Leclerc, NRJ ...) ... et surtout avant d'attirer une banque il faudrait un ROE qui soit nettement plus élevé que ce qu'il est ... donc les banques ne concurrenceront jamais beaucoup les opérateurs (le pognon ça te parle pas ça, sylvestre ?). Pour faire de la banque il faut une licence bancaire et c'est un cartel qui attribue la chose . Et puis l'informatique n'a rien à voir donc il faut faire un rachat d'une boite (ça aurait faillis se faire avec une petite banque en ligne française). Et puis une banque est soumise à une isolation des ses données par la loi par rapport à d'autres activités commerciales. Les grosses entreprises font périodiquement des appels d'offre pour leur opérateur Telecom sur toute ou partie de leur réseau ... il n'y a pas de vengeance là dedans. Bref, retourne faire de la polémique libérale, ça nous reposera.