En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

02.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

03.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

04.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

05.

Pour les aider à faire face à l'épidémie, le Portugal régularise tous ses sans-papiers

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

07.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

05.

Combien de temps dure le coronavirus sur les surfaces?

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

05.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

ça vient d'être publié
light > Insolite
Une perte musicale
Alan Merrill, auteur-compositeur " I Love Rock 'N' Roll '', décède du coronavirus à 69 ans
il y a 29 min 20 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Les applications qui peuvent vous aider à supporter le confinement
il y a 1 heure 18 min
décryptage > France
Coronavirus

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

il y a 1 heure 36 min
décryptage > Economie
Contre-intuitif

Coronavirus : pourquoi la mondialisation est le meilleur remède pour nous sortir de la crise

il y a 2 heures 41 min
décryptage > International
Choix cornélien

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

il y a 3 heures 12 min
décryptage > International
Superpuissance en construction

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

il y a 4 heures 9 min
pépites > Europe
Covid-19
Pour les aider à faire face à l'épidémie, le Portugal régularise tous ses sans-papiers
il y a 18 heures 45 min
pépites > Europe
Allemagne
Le ministre des Finances du lander de Hesse retrouvé mort sur une voie ferré
il y a 23 heures 3 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

il y a 1 jour 29 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Adrien Loir : une vie à l’ombre de Pasteur

il y a 1 jour 1 heure
pépite vidéo > Insolite
"Pour Corona"
Les hymnes du confinement
il y a 49 min 52 sec
décryptage > France
En finir avec les pythies de mauvaises aventures

Étatisation et protectionnisme : les deux maux qui nous menacent probablement plus qu’une répétition de 1929

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Economie
En espérant en tiré des leçons

COVID-19 : la pandémie sanitaire et financière en 5 tableaux

il y a 2 heures 6 min
décryptage > International
Alternative

La santé ou l’économie ? Petites réflexions philosophiques sur un vrai dilemme

il y a 2 heures 49 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

il y a 3 heures 44 min
décryptage > France
Vers une pénurie?

L‘agriculture cherche 200 000 saisonniers pour éviter une pénurie alimentaire et surtout une rupture de Vitamine C. Et ça n’est pas à l’Etat de trouver une solution ..

il y a 4 heures 23 min
pépites > France
Augmentation
L'amende pour non-respect du confinement passe à 200 euros
il y a 21 heures 37 min
pépite vidéo > Politique
Souvenirs
Quand Patrick Devedjian passait une soirée endiablée à l'université d'été des jeunes UMP
il y a 23 heures 58 min
décryptage > Santé
Tribune

Dramatique pénurie de matériel de protection, appel à tous les Français

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Politique
Colères jupitériennes

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

il y a 1 jour 1 heure
© REUTERS/Jacky Naegelen
© REUTERS/Jacky Naegelen
Lutte finale

Bienvenue dans un monde de violence : comment les sociétés occidentales se sont condamnées à l’émergence de graves troubles politiques

Publié le 22 juillet 2016
Selon le député Malek Boutih, une nouvelle génération est en train de s'éloigner de la politique pour passer à l'action directe et violente. Le radicalisme serait ainsi le résultat de l'estompage des grandes visions du monde, de l'absence de perspectives et d'alternative politique et intellectuelle au sein du système. Néanmoins, l'explication de la violence politique ne se limite pas à la dépolitisation de nos sociétés.
Gilles Lipovetsky est philosophe et sociologue. Il enseigne à l'université de Grenoble. Il a notamment publié L'ère du vide (1983), L'empire de l'éphémère (1987), Le crépuscule du devoir (1992), La troisième femme (1997) et Le bonheur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Lipovetsky
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Lipovetsky est philosophe et sociologue. Il enseigne à l'université de Grenoble. Il a notamment publié L'ère du vide (1983), L'empire de l'éphémère (1987), Le crépuscule du devoir (1992), La troisième femme (1997) et Le bonheur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon le député Malek Boutih, une nouvelle génération est en train de s'éloigner de la politique pour passer à l'action directe et violente. Le radicalisme serait ainsi le résultat de l'estompage des grandes visions du monde, de l'absence de perspectives et d'alternative politique et intellectuelle au sein du système. Néanmoins, l'explication de la violence politique ne se limite pas à la dépolitisation de nos sociétés.

Atlantico : Ce mardi, à l'Assemblée nationale, Malek Boutih déclarait "le radicalisme est une nouvelle période de l'histoire politique de nos sociétés (…) où la nouvelle génération est en train de s'éloigner de la politique pour passer à l'action directe (…). Le radicalisme, c'est ce qui amène à assassiner des policiers aux États-Unis face à la problématique raciale qui existe depuis longtemps parce que d'un coup, on ne croit plus aux pétitions, on ne croit plus aux manifestations, on ne croit plus en Martin Luther King. Et cette méthode trouve une résonnance dans cette nouvelle génération, et pas que chez les imbéciles". En 1992, à la fin de la Guerre froide, Francis Fukuyama prédisait la fin de l'histoire. Dans quelle mesure l'incapacité des sociétés post-modernes à offrir un modèle, un projet commun dans le cadre du système peut-elle pousser certains individus à chercher du sens et de la cohérence dans la violence ?

Gilles Lipovetsky : Indéniablement, on assiste aujourd’hui à des phénomènes de violence politique dans nos sociétés. Mais cela doit être mis en perspective. Nous ne sommes pas dans des sociétés à feu et à sang, les phénomènes de radicalité politique sont extrêmement circonscrits. Aux États-Unis, la violence politique est souvent liée à des phénomènes sectaires ou raciaux qui ne sont pas spécialement nouveaux. Ce qui est nouveau, c’est l’extrémisme lié à l’islam djihadiste.

Le changement dans le paysage politique, lié à l’effondrement des grandes idéologies politiques, à l’estompage des grandes visions du monde et à la dépolitisation des sociétés peut favoriser les actes de violence. Les individus sont de moins en moins encadrés par des idéologies, des partis et des syndicats.

Néanmoins, le phénomène majeur demeure la pacification des démocraties, et c’est sur ce fond de pacification que prend tout son sens le radicalisme contemporain. Il ne faut pas perdre de vue sous le coup de l'émotion l'énorme travail de pacification des mœurs politiques de nos sociétés. C’est le contraste qu’il y a entre la délégitimation de la violence politique dans nos sociétés (qui demeure) et la réminiscence de formes de violence extrême liée au terrorisme islamiste.

La disparition des grandes options politiques favorise un type de radicalisme. On l’a vu dans les années 1970-1980 avec le terrorisme qui existait en Allemagne, en Italie et un petit peu en France (Action Directe). Mais, encore une fois, il ne faut pas prendre l’arbre pour la forêt. Il y a des phénomènes de violence radicale, mais sur fond d’une société qui réprouve massivement la violence politique et dans laquelle les affrontements ne se traduisent pas par des violences physiques.

Si vous excluez en Europe la violence djihadiste, les affrontements violents sont extrêmement ténus.

En 2008 sous la présidence de Sarkozy, Julien Coupat, "chef" du groupe de Tarnac, avait saboté des lignes de TGV, pensant que la gauche ne reviendrait plus jamais au pouvoir.  L'absence d'alternative politique et intellectuelle n'explique-t-elle pas le recours à la violence ? Comment réintégrer dans le champ politique ces individus désespérés et désillusionnés qui choisissent la violence ?

L’absence d’alternative politique peut effectivement favoriser cette violence. Comme il n’y a plus de médiation, comme le militantisme dans les partis décline, de petits groupes passent à l’action. C’est lié à l’individualisation de nos sociétés : les grandes institutions collectives n’ont plus la capacité de diriger, encadrer, contrôler les comportements et les opinions des individus. C'est la porte ouverte à des actions erratiques et des comportements violents. Nous vivons dans des sociétés ouvertes, donc les oppositions politiques ne se traduisent pas massivement par la violence, mais il existe et existera encore demain ce qu'on peut appeler des "minorités dangereuses". Au 19e siècle, Tocqueville disait que les démocraties étaient menacées par des "majorités dangereuses". Aujourd'hui, ce sont les minorités qui sont dangereuses. On peut rattacher cette violence (hors violence djihadiste) à l'éclipse des grandes alternances politiques et à l'individualisation des comportements et des mœurs dans notre société.

Comment peut-on dès lors inclure de nouveau ces personnes dans le champ politique ?

C'est une grande question. Je suis frappé par la pauvreté des instances dirigeantes qui considèrent que des cours d’éducation morale et civique devraient permettre de résorber ceci. Cette violence est le prix que nous payons de l’individualisation. Celle-ci entraîne la pacification des mœurs du plus grand nombre, mais pour un petit nombre, c'est un échec. Les cours à l'école, c'est très bien, mais ce n'est pas à la hauteur de la question. Nous devons reconsidérer – et c'est probablement l'enjeu du siècle – les voies de l’éducation qui devraient passer par autre chose que par l’inculcation de bons contenus humanistes et tolérants. Face à la violence des groupes, cela ne suffit pas. Nous devons inventer une éducation qui donne le goût aux jeunes de trouver un sens à leur vie dans ce qu’ils font (travail, art, création d'entreprise, sport, musique, etc.). Qu'ils puissent trouver des voies qui les stimulent et dans lesquelles ils pourront investir leur passion. Les cours de catéchisme laïc humaniste ne sont pas suffisants pour combattre le goût pour la violence. La violence est un phénomène consubstantiel à la vie des sociétés humaines, ne croyons pas que nous allons l'éradiquer. Mais nous pouvons faire mieux. La crise du politique n’est d'ailleurs pas seule en cause, on peut parler plus largement d’une crise de toutes les institutions (traditions, églises, etc.).

Lorsqu'un système est "bloqué" et que la frustration relative augmente, les tueries de masse (que celles-ci soient d'essence islamiste ou non) ne donnent-elles pas à leurs auteurs l'illusion qu'ils échappent à la pesanteur ?

Je ne sais pas s'ils estiment échapper à la pesanteur, il y a bien d’autres motivations dans les massacres et tueries de masse. C’est une sorte de fanatisme, c’est-à-dire la conviction d’être du bon côté. Dans toutes ces formes de violence, il y a l’idée qu’ils combattent pour quelque chose de juste. Chez les djihadistes, c’est évident. Il y a leur référence à un ordre religieux, il y a la croyance du paradis et de ce qu'il apportera, il y a l'idée d’une rédemption. Ce sont des êtres souvent dépressifs, mal dans leur peau, voire suicidaires, qui à travers leurs actes semblent pouvoir avoir une revanche sur cette existence qu'ils n'aiment pas.

Anders Breivik en Norvège, Eric Harris et Dylan Klebold (tuerie de Colombine en 1999), Mohamed Bouhlel… Dans quelle mesure la violence peut-elle, à leurs yeux, "laver" l'indignité que fut leur vie ?

C'est exact, de nombreux spécialistes l’ont déjà signalé. Beaucoup de ces tueurs ont eu un parcours pour le moins chaotique dans leur vie. Ils ont le sentiment qu’ils regagnent une dignité au travers d’une cause juste. Il y a une rédemption, une glorification de leur propre existence, c’est d'ailleurs pour cela qu’ils se photographient souvent. Il y a une dimension existentielle tout à fait importante.

C’est pour cela que l’on ne peut pas tout ramener à la dépolitisation. La dépolitisation est l'un des facteurs, mais ce n’est pas le seul. N’oublions pas que depuis le 18e siècle, les démocraties modernes étaient des sociétés hyper-politisées. Depuis la Révolution Française, il y a eu de terribles affrontements au nom des idéologies. Il y a eu l'entre-deux-guerres en Europe avec la montée du fascisme et du nazisme. Arrêtons donc de croire que parce qu'il n'y a pas de politique, les gens deviennent nécessairement violents. Lorsque la politique triomphait, lorsqu'il y avait le culte du politique, les sociétés n’étaient pas du tout pacifiées. Les manifestations se soldaient par des morts, il y avait des coups d'État… La disparition de tout cela est très récente, il y a quelques décennies à peine.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

02.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

03.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

04.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

05.

Pour les aider à faire face à l'épidémie, le Portugal régularise tous ses sans-papiers

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

07.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

05.

Combien de temps dure le coronavirus sur les surfaces?

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

05.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
schmurtz
- 21/07/2016 - 21:48
@Ganesha
Assez d'accord avec vous dans l'ensemble Le vieux Jacquot a éclusé moultes Corona mais il a sérieusement manqué de corones pour réformer le pays quand il était encore temps de le faire...
arcole 34
- 21/07/2016 - 18:04
@Vangog - 21/07/2016
Bravo vous venez de décrire le mode de pensée de Philippot, Enguelmann, Legrand, Collard, Ménard mais aussi le votre et celui de votre pote Ganesha. Pour une fois que vous faites preuve de clairvoyance, je vous le fais souligner encore bravo et continuer sur le chemin de l'incompétence .
vangog
- 21/07/2016 - 13:22
Ah! Ces science-pipologues et sociologues...
biberonnés à la pensée unique...dès l'introduction qui ressemblait déjà plus à une conclusion ( "''estompage des grandes visions du monde...ça signifie qoooooaaa????...), je me suis attendu à voir apparaître très vite l'anathème en forme de fatwa stéréotypée de tous ces sociologues et science-pipologues mono-maniaques: l'individualisme...ce sale individualisme, père ( il ne peut être que masculin, viril et anti-féministe..) de tous les autres péchés, libéralisme, capitalisme, enrichissement...beurk! et ça n'a pas manqué...très rapidement, sans aucun développement, ni argumentation préalable: "Cette violence est le prix que nous payons de l’individualisation." il faudrait que ces penseurs fassent preuve d'un minimum de subversion par rapport à la pensée unique terranoviste et sortent de leurs stéréotypes de pensée gauchiste...Ce n'est pas en assénant, à longueur d'analyse médiocre, leurs stéréotypes gauchistes qu'ils nous y feront croire d'avantage! D'autant plus que les gouvernements français et européens font tout pour normer, formater et collectiviser les individus, en méprisant tout individualisme, toute créativité, toute conscience individuelle non biberonnée par Terra Nova...