En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

02.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

03.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

04.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

07.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Stratégie de défense

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

il y a 9 min 1 sec
décryptage > Politique
Le Macron nouveau est arrivé

Le nouvel entre-deux stratégique d’Emmanuel Macron

il y a 1 heure 7 min
décryptage > Société
Protection de l'enfance

Parents dangereux : ces violences contre les enfants dont on parle si peu

il y a 1 heure 45 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès
il y a 2 heures 26 min
pépites > Justice
"Acab land"
Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée
il y a 12 heures 4 min
pépites > Social
Marche de la colère Acte II ?
Grève du 5 décembre : la police pourrait rejoindre la mobilisation contre la réforme des retraites
il y a 13 heures 34 min
pépite vidéo > Media
Bras de fer médiatique
Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants
il y a 16 heures 8 min
light > Culture
Polémique
"J'Accuse" : la collectivité Est Ensemble renonce finalement à demander la déprogrammation en Seine-Saint-Denis du film de Roman Polanski
il y a 17 heures 8 min
pépites > Religion
Nouvelle polémique ?
Vesoul : une religieuse catholique privée de maison de retraite pour son voile
il y a 18 heures 23 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 20 heures 3 min
décryptage > France
Culture

Repeignez-moi donc ces statues blanches que je ne saurais voir : l’antiracisme en pleine crise d’intolérance

il y a 33 min 50 sec
décryptage > Economie
Réalité des chiffres

Hôpitaux, retraites ou inégalités : la fiscalité, ce verrou français qui étrangle toute vraie réforme.

il y a 1 heure 24 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Hong-Kong s’enflamme, sa jumelle historique, Singapour, récupère les flux de capitaux et redoute la contagion…

il y a 2 heures 8 min
décryptage > Politique
2022

Les Français tous prêts à la bataille retour Macron Le Pen… ou majoritairement orphelins de la politique…?

il y a 2 heures 36 min
light > Europe
Famille royale
Affaire Jeffrey Epstein : le prince Andrew décide de mettre fin à ses engagements publics
il y a 12 heures 50 min
pépites > Sport
Colère
JO 2024 à Paris : les hôteliers décident de suspendre leur participation à l'organisation des Jeux olympiques suite au partenariat avec Airbnb
il y a 14 heures 2 min
pépites > Justice
Lutte contre le terrorisme
Attentat déjoué dans le Thalys : le parquet national antiterroriste demande un procès pour Ayoub El Khazzani et pour trois autres suspects
il y a 16 heures 37 min
light > Culture
Oscar de la meilleure création du monde
Puy du Fou : le parc reçoit le prestigieux prix du Thea Award pour le spectacle "Le premier Royaume"
il y a 17 heures 44 min
pépite vidéo > Religion
A la rencontre des fidèles
Visite officielle du pape François en Thaïlande et au Japon
il y a 19 heures 2 min
décryptage > Santé
Mesures

Plan d'urgence pour l'hôpital public : comment le gouvernement ménage dangereusement la chèvre et le chou

il y a 20 heures 9 min
Autorisations de découvert

Sommet sur le pacte budgétaire : l’Europe, cette malheureuse Pénélope qui ne cesse de se renier

Publié le 30 janvier 2012
Alors que les 27 chefs d'État et de gouvernement européens se réunissent ce lundi à Bruxelles pour finaliser le traité censé renforcer la surveillance budgétaire et la discipline au sein des membres de la zone euro. En discussion notamment, la possibilité de déroger à la rigueur budgétaire déjà prévue dans le traité de Maastricht.
Jean-Luc Sauron est professeur associé à l'Université Paris-Dauphine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Sauron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Sauron est professeur associé à l'Université Paris-Dauphine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les 27 chefs d'État et de gouvernement européens se réunissent ce lundi à Bruxelles pour finaliser le traité censé renforcer la surveillance budgétaire et la discipline au sein des membres de la zone euro. En discussion notamment, la possibilité de déroger à la rigueur budgétaire déjà prévue dans le traité de Maastricht.

Les négociations entre les Etats membres sur le "traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance dans l'union économique et monétaire" donnent une image assez habituelle des négociations intergouvernementales. Elles sont confuses quant à leurs résultats devant tenir compte d'intérêts fort contradictoires.

 Le 9 décembre dernier, le "Conseil européen de la dernière chance" avait abouti à l'annonce d'un traité devant donner à la zone euro une gouvernance à la hauteur des enjeux. Mais les intentions de départ se délitent au fur et à mesure des réunions de formalisation du futur traité. Sa "dernière" mouture est révélatrice d'un système politique qui "tourne en rond".

A quoi rime cette conventionnalité revendiquée ? En effet, ce traité devant être conforme aux traités de l'Union, pourquoi ne pas prendre la voie communautaire traditionnelle sous la voie d'un règlement consolidant l'ensemble des textes déjà adoptés ou déjà sur la table ? Beaucoup évoquent l'impossibilité d'imposer l'intégration de la règle d'or dans les constitutions nationales par le vecteur d'une règle de droit dérivé (un règlement ou une directive). Ce motif disparaît compte tenu de la formulation retenue dans la dernière version discutée prévoyant une règle d'or intégré au "travers des dispositions de force contraignante et de caractère permanent, préférablement constitutionnel, ou sinon garanties d’être respectées lors des processus budgétaires nationaux." Reste une sorte de révision des traités de l'Union "en douce": ce traité prépare le transfert au bénéfice des compétences de l'Union de la politique budgétaire relevant aujourd'hui de la compétence des Etats membres. En effet, après l'instauration par ce traité d'une surveillance intergouvernementale des budgets de chacun des Etats membres, comment refuser sa communautarisation dans une deuxième étape ?

Mais cette Europe intergouvernementale n'atteint pas mieux ses objectifs que l'Europe communautaire. La dernière mouture de l'article 3, paragraphe 1, c) du projet de traité précise que "les parties contractantes sont temporairement autorisées à dévier de leur objectif de moyen terme [la règle d'or] ou de leur trajectoire de rétablissement vers celui-ci uniquement en cas de circonstances exceptionnelles" définies comme "un événement inhabituel hors du contrôle de la partie contractante et ayant un impact majeur sur la position financière du gouvernement général ou en période de ralentissement économique important comme défini dans le Pacte de Croissance et de Stabilité rénové, dès lors que cette déviation par la Partie Contractante concernée ne met pas en danger la soutenabilité budgétaire à moyen terme"(paragraphe 3 de l'article 3).

Avec cette "sortie de secours", la possibilité  prévue à l'article 8 du projet de traité de poursuivre un Etat ne respectant pas ses engagements devient très incertaine. Dès lors qu'un Etat se prétendra dans une telle situation, il échappera à la poursuite devant la Cour de justice pour se retrouver dans un cadre de discussion politique habituel et jusqu'ici fort accommodant ! Ces dispositions portent atteinte à l'ensemble du travail commencé avec le "Six Pack" : que devient la possibilité de sanction automatique à la majorité inversée si l'Etat sur la sellette peut arguer d'une " période de ralentissement économique important" pour se soustraire à la possibilité même d'une sanction ?

 Les gouvernements de la zone euro hésitent, du moins publiquement, à définir plus avant les perspectives d'avenir pour le continent européen. Il convient de remettre sur la table la question du pourquoi nous sommes ensemble et de ce que nous sommes prêts à consentir comme efforts pour demeurer unis, non pas dans la diversité, mais malgré notre diversité.

La récente disparition de Vaclav Havel marque sans doute la fin des héros européens. Il nous laisse cependant une leçon à opposer au temps des marchés et des spéculateurs: "n'importe qui peut ébranler le monde" ! A nous d'entendre son message et de nous mettre à l'ouvrage ! Le temps est peut-être venu de refonder une Union composée au départ des seuls Etats membres capables d'accepter l'intégration renforcée (et fédérale) nécessaire au partage d' une même monnaie.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

02.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

03.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

04.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

07.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
lebriard
- 31/01/2012 - 02:29
Il faut très vite .....
sortir de cette europe sous le joug de l'économie allemande avant qu'il ne soit trop tard ....sinon ce sera l'annexion .....
lebriard
- 31/01/2012 - 02:25
Sarkozy serait-il........
Le "pétain" du 21eme siècle ????? il est totalement soumis à l'économie allemande !!!!!!!!!!!!!!
L'Allemagne a déjà fait l' anschluss (annexion) économique de l'autriche ,les pays-bas,le danemark,,la hongrie,la slovaquie,la finlande......et la belgique néerlandaise.....
L'allemagne et ses vassaux n'ont qu'une idée en tete s'approprier la grèce par le biais de Bruxelles......
sam84
- 30/01/2012 - 11:26
Un seul mot a mort
Il est plus que temps de donner le coup de grâce a cette Europe technocratique autocrate qui ne respecte pas les désirs profonds des peuples et qui vit sur les ruines de guerres économiques fratricides,qui nous entrainent vers les abimes tiers mondialiste