En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

02.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

05.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

06.

Royaume-Uni : des législatives parties pour marquer l’histoire

07.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

ça vient d'être publié
pépites > People
Urgence
Patrick Balkany hospitalisé pour d'importantes douleurs au dos
il y a 1 heure 12 min
pépite vidéo > Politique
Cohue
Grève : couloirs bondés et scènes improbables dans les transports parisiens
il y a 3 heures 28 min
décryptage > Politique
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 11 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 18 min
décryptage > Santé
(Art)thérapie

Comment la danse peut aider à lutter contre la dépression, Parkinson et autres troubles neurologiques

il y a 6 heures 7 min
décryptage > Faits divers
Accroche : Ça s'est passé chez nous…

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

il y a 9 heures 17 min
décryptage > Politique
Techno-suicide

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

il y a 9 heures 28 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

il y a 9 heures 39 min
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 21 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 1 jour 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 1 jour 52 min
décryptage > Société
Ville de demain

Bâtiment, immobilier, transports : ces vraies initiatives pour une ville plus durable

il y a 3 heures 23 min
décryptage > Economie
Nouvelle ère ?

Première réunion de l’ère Lagarde : la BCE peut-elle se saisir des problèmes structurels qui minent la zone euro ?

il y a 4 heures 17 min
décryptage > Politique
1979 all over again

Royaume-Uni : des législatives parties pour marquer l’histoire

il y a 6 heures 3 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?
il y a 7 heures 56 min
décryptage > Sport
Formule magique

PSG/ Galatasaray : Neymar, M’Bappé et les millions : les Parisiens trouvent leur formule magique

il y a 9 heures 21 min
décryptage > Politique
Erreurs de stratégie

Quand LR se transforme en machine à fabriquer des orphelins politiques

il y a 9 heures 39 min
décryptage > Economie
Impact au long cours

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

il y a 9 heures 41 min
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 22 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 1 jour 46 min
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
© Reuters
Ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain

Si, les référendums peuvent être une arme contre les populismes

Publié le 29 juin 2016
En organisant un référendum sur le Brexit, les Britanniques ont témoigné de la possibilité de confier des questions primordiales au peuple. Une habitude, tirée de la démocratie participative, qui s'est depuis longtemps perdue en France.
Aurélien Véron est président du Parti Libéral Démocrate et auteur du livre Le grand contournement. Il plaide pour passer de l'Etat providence, qu'il juge ruineux et infantilisant, à une société de confiance bâtie sur l'autonomie des citoyens...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Véron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Véron est président du Parti Libéral Démocrate et auteur du livre Le grand contournement. Il plaide pour passer de l'Etat providence, qu'il juge ruineux et infantilisant, à une société de confiance bâtie sur l'autonomie des citoyens...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En organisant un référendum sur le Brexit, les Britanniques ont témoigné de la possibilité de confier des questions primordiales au peuple. Une habitude, tirée de la démocratie participative, qui s'est depuis longtemps perdue en France.

Quelques jours après l’uppercut inattendu venu d’Outre-Manche, le continent européen est toujours KO par Brexit. Le jour du referendum, Bernard Henri-Lévy avait twitté "Défaite probable du Brexit. Déroute, donc, des souverainistes, des xénophobes, des racistes." Quelques heures plus tard, les scores révélaient l’existence de plus de 17 millions électeurs "xénophobes et racistes" au Royaume Uni. Bernard Henri-Lévy va-t-il recommander de les bombarder ? Cette condescendance largement partagée par les élites confirme leur divorce en cours avec la masse des électeurs, et pas seulement britanniques. Le Brexit est une catastrophe pour le continent. Mais au lieu de respecter le choix des citoyens britanniques et de réfléchir à un nouveau format européen, les dirigeants européens et bruxellois réagissent dans l’hystérie et n’ont pas de mots assez durs pour ces "traîtres", inconscients et profiteurs à leurs yeux. Puisque le peuple vote contre l’Union européenne, il faut dissoudre le peuple !

Un autre referendum – certes moins fondamental - s’est tenu de notre côté de la Manche cette semaine, dans le département de Loire-Atlantique. Cette consultation populaire concernait la construction d’un nouvel aéroport sur le terrain occupé depuis 2009 à Notre-Dame des Landes par une nébuleuse écolo-anarchiste. Score sans appel avec 55.17% de voix favorables au projet qui opposait jusqu’ici entre eux des pontes de l’actuelle majorité. Le recours à la votation semblait naturel pour trancher le débat. Grosse déception des ZADistes dont la philosophie prétend pourtant reposer sur la démocratie participative. L’extrême gauche est en effet friande de votations citoyennes… pourvu qu’elle aille dans leur sens. Tandis que les ZADistes dénoncent avec une parfaite mauvaise foi une majorité "abstraite" à NDDL pour faire douter de la légitimité (néanmoins incontestable) du vote, le PCF organise un pseudo-referendum (sous contrôle) contre la loi Travail.

La démocratie semi-directe n’a hélas toujours pas la cote. Ni auprès des dirigeants politiques, ni auprès des élites intellectuelles et économiques de notre pays. Tous estiment qu’elle nourrit la surenchère populiste et aboutit à des votes qui ne répondent pas aux questions posées. L’élection de l’actuel président de la République n’a pourtant pas davantage répondu à la question. Il s’agissait d’abord d’un vote sanction de son prédécesseur, pas du choix d’un projet pour le quinquennat. Pas grave, la démocratie représentative s’accommode très bien des votes qui ne répondent pas à la question. Ils ne sont d’autant pas à une contradiction près qu’ils en vivent toute leur (longue) carrière (d’élu). L’affaiblissement de la démocratie vient justement du fait que les dirigeants s’estiment quasiment "propriétaires du pays" entre deux scrutins et n’en font qu’à leur tête.

Comment les élus peuvent-ils reprocher aux électeurs leur abstention et leur incivisme… et refuser en même temps de leur confier la clef des décisions qui les concernent via l’usage régulier du referendum ? Le civisme des parlementaires n’est pas plus convaincant lorsqu’ils n’assistent pas eux-mêmes aux votes importants de l’Assemblée nationale (129 seulement étaient présents pour le projet de loi de révision constitutionnelle en février, 136 pour la loi renseignement en avril 2015). Pire, ils n’ont eu aucun scrupule à piétiner la victoire écrasante du "non" au referendum du Traité établissant une Constitution Européenne en 2005 et à voter "oui", les électeurs devaient manifestement avoir tort à l’époque. Las de cette légèreté à leur égard, les citoyens sont de plus en plus nombreux à voir dans le FN le seul outil de rupture avec cette "dictature molle". Cette montée inquiétante du populisme exige une véritable réforme de fond de notre modèle.

Le recours au referendum est seul à pouvoir débloquer notre démocratie malade en sortant de l’alternance stérile droite-gauche qui se contente le plus souvent de substituer une promotion d’énarques à une autre. C’est le meilleur moyen de passer des mini-réformes qui patinent, bloquées par un quarteron de syndicats aussi virulents que non-représentatifs, à des changements profonds validés directement (ou non) par les électeurs, et plus généralement par toutes les personnes concernées. Les referendums se multiplient en entreprise pour promouvoir les baisses de salaire, le travail en soirée (chez Séphora) ou le dimanche (chez Bricorama, Louis Vuitton). Les succès écrasants de ces consultations se voient hélas contestés par des syndicats qui perdent le contrôle des négociations au sein de l’entreprise. Ils doivent admettre que leur pouvoir vertical ne correspond plus non plus aux attentes des salariés. Partout, nous souhaitons nous exprimer directement sur des changements dans notre cadre de vie sans passer par l’intermédiation de représentants en qui nous n’avons plus confiance.

Le referendum, ça marche. La Suisse est une vieille démocratie apaisée qui sollicite à intervalle régulier ses citoyens via des votations locales, cantonales et fédérales. Les questions sont parfois brutales et incongrues au point de faire débat jusqu’en France où, cruelle ironie, les Français ne peuvent s’exprimer de la sorte. Le bon sens l’emporte généralement. Le revenu universel, concept très en vogue dans les salons parisiens, a été rejeté massivement par les Suisses (76.9% des votants). A peu près autant se sont opposés à l’instauration d’un salaire minimum en 2014. 66% avaient voté contre la 6eme semaine de vacances en 2012. Toutes les votations ne sont pas heureuses. Tous les votes de nos élus non plus. Nous devrions nous inspirer de ce modèle de démocratie épanouie d’autant que l’arrivée des nouvelles technologies bouleverse la circulation de l’information, les espaces de débat, la mobilisation et l’expression citoyenne. 

L’ubérisation de la politique est proche. Le pouvoir ne pourra continuer longtemps à fonctionner sur un mode sa hiérarchique vertical. Il devra partager ses leviers de décision et basculer sur un modèle plus horizontal et participatif. Notamment en appelant les Français à s’exprimer à fréquence régulière sur des débats locaux, régionaux, nationaux… et européens. Ces consultations devront respecter la hiérarchie des normes, un changement constitutionnel exigeant bien plus de précautions et de garde-fous qu’un choix local ou en entreprise. Mais les outils existent, ce mode de décision collective répond aux attentes de plus en plus manifestes des citoyens français qui se sentent dépossédés de leur liberté de choix. A défaut de pouvoir se libérer de la tutelle d’une classe politique – et syndicale - de plus en plus fermée sur elle-même grâce à l’outil référendaire, nous risquons de voir les suffrages se reporter plus massivement encore sur le parti populiste dominant dans l’espoir de se débarrasser d’elle. Voulons-nous continuer à jouer avec le feu en condamnant les citoyens au silence ? Choisir ou subir, voilà l’enjeu essentiel de la votation populaire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

02.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

05.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

06.

Royaume-Uni : des législatives parties pour marquer l’histoire

07.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires