En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Carlos Barria / Reuters
National-populisme

Mais qu'est-ce que la Chine va bien pouvoir proposer à sa population pour pallier la fin de sa croissance à 2 chiffres ?

Publié le 23 juin 2016
Confrontée à un vrai tournant économique de son histoire récente, la Chine prend peu à peu conscience que son modèle basé sur une très forte croissance ne pourra pas durer éternellement. Un constat qui pose la question de l'adaptation économique, politique et sociale que les dirigeants chinois vont devoir proposer à la population.
Barthélémy Courmont est maître de conférences à l’Université catholique de Lille, et directeur de recherche à l’IRIS, où il est en charge du programme Asie-Pacifique. Il dirige la collection Asia Focus à l’IRIS, et a publié de nombreux ouvrages, dont L...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barthélémy Courmont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barthélémy Courmont est maître de conférences à l’Université catholique de Lille, et directeur de recherche à l’IRIS, où il est en charge du programme Asie-Pacifique. Il dirige la collection Asia Focus à l’IRIS, et a publié de nombreux ouvrages, dont L...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Confrontée à un vrai tournant économique de son histoire récente, la Chine prend peu à peu conscience que son modèle basé sur une très forte croissance ne pourra pas durer éternellement. Un constat qui pose la question de l'adaptation économique, politique et sociale que les dirigeants chinois vont devoir proposer à la population.

Atlantico : Alors que la Chine est aujourd'hui confrontée à une transition économique, voyant sa croissance s'affaiblir au fil des années, le pays se trouve-t-il dans l'obligation de modifier son mode de gouvernement afin de palier à ce qui pourrait être perçu comme une déception ? Si le projet national ne peut plus reposer sur la seule croissance, quels sont les enjeux qui attendent les gouvernants chinois ?

Barthélémy Courmont : La transition économique de la Chine remonte en fait à la crise internationale de 2008. Face au risque de voir les exportations baisser, les dirigeants chinois décidèrent alors de renforcer le marché intérieur, et d’augmenter les salaires afin de créer de la consommation au sein de la société chinoise. Le résultat est une montée en puissance vertigineuse des classes moyennes, identifiées par la Banque mondiale à 50 millions de Chinois en 2010, et qui devraient atteindre les 500 millions en 2020. Cette mutation sociale de la Chine, qui accompagne et en partie alimente une baisse sensible de la croissance, est surtout un défi politique pour l’Etat-parti, qui doit s’adapter à une nouvelle donne dans sa relation avec la population. Le principal enjeu économique n’est pas ainsi de maintenir une croissance aussi élevée qu’au cours des trois dernières décennies, mais plutôt de s’assurer que cette transition économique à la fois volontaire et imposée par le contexte économique international assure le développement de la Chine et contente sa population. Car si la croissance n’est qu’un chiffre, c’est à l’amélioration des qualités de vie que les Chinois jugeront leurs dirigeants. Si la montée en puissance des classes moyennes répond au présent en partie à cet enjeu, qu’en sera-t-il une fois ce processus atteint ? Les dirigeants chinois doivent penser au-delà de cette transition, et imaginer le visage de la Chine une fois qu’elle ne sera plus un pays en développement, ou en tout cas ne pourra plus se définir comme tel. Cette transition économique, qui coïncide sans surprise avec le dépassement du PIB américain, est le passage obligatoire vers un statut de grande puissance, la première économie du monde.

Le principal défi pour les dirigeants n'est-il pas désormais de parvenir à satisfaire à la fois les Chinois sortis de la pauvreté et ceux qui y sont toujours ? Est-il possible d'y arriver ?

Il y a en effet, parmi les multiples défis auxquels fait face la Chine, ce problème lié aux écarts de richesse grandissants. C’est aujourd’hui en Chine que l’on compte le plus grand nombre de millionnaires, et donc les plus importantes classes moyennes. Mais une partie très importante de la population, plus de la moitié, reste dans la pauvreté. L’Etat-parti doit ainsi savoir faire le grand écart, dans un contexte marqué par un accès de plus en plus important à l’information (la Chine compte près de 600 millions d’internautes) et une population qui hésitera de moins en moins à condamner des politiques mal menées. N’oublions pas cette tradition du "mandat céleste" qui, dans la Chine impériale, servait de repère permettant de juger la légitimité du pouvoir en place. Les dirigeants communistes n’échappent pas à cette règle selon laquelle c’est à l’aune de leurs résultats que la population leur apporte un crédit. Alors oui, il est possible d’y arriver, à condition de pouvoir s’adapter à de nouvelles exigences que les classes moyennes et l’aspiration à une meilleure qualité de vie imposent.

Cette évolution économique doit-elle s'accompagner d'une évolution du régime politique de la Chine ? Dans quel sens ? Peut-on imaginer les dirigeants chinois encourager l'émergence d'un nouveau populisme, phénomène exposé récemment par l'économiste Branko Milanovic (voir ici) ?

Plusieurs voies sont possibles, et sont même l’objet d’un examen approfondi. La question d’une démocratisation "en douceur", avec une plus grande souplesse au niveau local, reste un projet peu abouti. A l’inverse, le régime semble avoir renforcé son emprise depuis l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping, notamment avec la campagne de lutte contre la corruption et l’élimination progressive de cadres du parti ayant manifesté des réserves quant à la politique officielle. De même, on voit se multiplier les déclarations nationalistes et anti-occidentales, qui consacrent à la fois le caractère décomplexé de la Chine contemporaine, et un sentiment de fierté nationale que l’Etat-parti utilise pour renforcer son crédit. Le populisme est évidemment très présent dans cette tendance, mais il ne répond pas aux critères identifiés par Milanovic, et qu’on retrouve plutôt dans les démocraties occidentales et les pays développés. Le populisme chinois est donc singulier, et ne s’articule pas tant sur les risques de récession que sur les moyens de maintenir une croissance élevée tout en garantissant de meilleures conditions de vie. En ce sens, il est déjà très largement mis en avant par les dirigeants.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

02.

Lateticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires