En direct
Best of
Best of du 22 au 28 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

02.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

03.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

04.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

07.

La Chine ouvre des camps spéciaux pour le coronavirus: des personnes en train de se balader dans les rues de l'Hubei sont enfermées pour être "rééduquées"

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Social
Violence
Incendies déclenchés à Paris lors d'affrontement entre manifestants et force de l'ordre
il y a 6 heures 43 min
pépites > International
Coronavirus
La Chine ouvre des camps spéciaux pour le coronavirus: des personnes en train de se balader dans les rues de l'Hubei sont enfermées pour être "rééduquées"
il y a 8 heures 19 min
light > Société
Violences sexuelles
Samantha Geimer hausse le ton contre un nouvel emballement médiatique autour de l' "affaire Polanski"
il y a 11 heures 28 min
décryptage > Politique
Municipales

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

il y a 13 heures 3 min
décryptage > Economie
Mauvais pari ?

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

il y a 13 heures 27 min
décryptage > Santé
Directives et recommandations sanitaires

Mesures contre la propagation du Coronavirus : derrières les déclarations publiques, la pagaille sur le terrain ?

il y a 14 heures 16 min
décryptage > Société
Pandémie

Coronavirus : quand la nature se remet à nous faire peur

il y a 15 heures 44 min
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 1 jour 1 heure
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 1 jour 2 heures
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 1 jour 3 heures
pépites > Consommation
Consommation
Les steaks hachés bio de supermarché épinglés par 60 millions de consommateurs
il y a 7 heures 29 min
pépite vidéo > International
Immigration
Après la mort de 33 de ses soldats en Syrie, la Turquie décide de ne plus bloquer les migrants à sa frontière
il y a 9 heures 45 min
décryptage > International
Tribune

L’espace maritime marocain et la question du Sahara Occidental

il y a 12 heures 43 min
décryptage > Politique
L'infini et la bêtise

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

il y a 13 heures 11 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
Comment poser la question du séparatisme islamiste en France ?
il y a 13 heures 38 min
décryptage > Politique
Dérision et ricanements à tous les étages

Ce gisement de voix sur lequel pourraient miser les candidats osant résister à l’intimidation par “l’humour” médiatique

il y a 14 heures 42 min
décryptage > Santé
Crise de l'hôpital français

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

il y a 16 heures 10 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 1 jour 1 heure
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 1 jour 3 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 1 jour 6 heures
© Reuters
© Reuters
Les entrepreneurs parlent aux Français

Pourquoi un observatoire de l'ubérisation

Publié le 20 juin 2016
En France tout commence par l’interdiction. La violence aussi. La loi. La fiscalité toujours. Une recette gagnante pour de beaux vainqueurs : les Français.
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En France tout commence par l’interdiction. La violence aussi. La loi. La fiscalité toujours. Une recette gagnante pour de beaux vainqueurs : les Français.

L’interdiction est l’enfant de la peur, de l’incompréhension, parfois. De la lâcheté souvent. Les politiques l’affectionnent particulièrement. Ils ne comprennent pas le numérique, le digital, l’ubérisation et il est plus simple de bloquer, le temps nécessaire à tenter d’y voir clair. Ou d’enterrer le problème.

La violence est liée à l’incompréhension. L’incompréhension d’acteurs économiques protégés par le législateur depuis des décennies,  transformés au fil du temps en rentiers passifs, oubliant le client qui était acquis quand l’économie numérique vient lui dire « A qui ? ». Ils se sentent logiquement spoliés, car personne n’a tenté d’amortir la chute, rapidement intervenir pour adapter le cadre et tenter d’harmoniser le terrain de jeu pour ne pas en faire un terrain de lutte.

Les taxis en ont été les parties d’iceberg les plus visibles. Ils travaillent dur, même si leur service est souvent mauvais. Ils sont criblés de charges et de dettes, même s'ils font du travail au noir. Ils méritaient que le politique, qui a voulu ce féodalisme, de réagir à temps pour adapter le cadre. Mais c’était trop espérer. La violence, les occupations, les grèves l’ont emporté sur la réflexion et la réforme. Et à ce jour, les solutions trouvées restent temporaires.

La loi. L'arme suprême du politique en mal de compréhension. Le mur. De la honte, car enfant de l’incompétence. Partout dans le monde, certains construisent des murs. Pour repousser, restreindre, réduire, refuser. Pour traiter la conséquence plutôt que la cause. Un mur est un constat d’échec. Le mur du lamentable devant lequel nous devrions tous nous lamenter. La Loi dans le marbre pour une économie numérique et virtuelle. Le marbre à l’heure de l’internet! On imagine la caricature d’un législateur armé de son burin pour graver le protocole IP ! A l’heure du numérique, la Loi devrait être la vitrine des valeurs, la vitrine d’une vision et non l’empilement de réglementations inutiles car dépassées à l’heure même de leur vote, et pesant sur le développement du numérique en France. La Loi n’est ni à sa place, ni une solution. Elle est un mur, qui ne fonctionne que sur sa longueur et laisse tout passer sur ses extrémités.

La fiscalité. Un mot que la France chérit. Le ciment dont est fait le mur. Ce qui unit les briques. La fiscalité serait le bâton qui effraie le mauvais élève, dans une cour, où une fiscalité délirante, l’une des plus élevées d’Europe, chaque acteur est un mauvais élève. Pas un acteur, sauf les salariés, qui ne peuvent y échapper, et qui ne paie ce qu’il devrait payer. Trichant un peu pour desserrer l’étau fiscal, qui punit et interdit la réussite. La fiscalité est aussi agitée comme une preuve de l’indiscipline de l’élève numérique. Oubliant au passage que la plupart des grands groupes trichent et que le numérique n’est que leur héritier, utilisant leurs méthodes !

En clair, le numérique, le digital, trouve en France un terrain peu usuel. Nous souffrons de ne pas avoir de champions du numériques, de taille mondiale. Nous souffrons de start-up, qui ne passent que rarement la taille de guèpe, qui sied aux mannequins, mais peu aux entreprises. Nous souffrons d’un manque de croissance, dans un pays qui n’est pas réformé, non pas à cause des français, mais à cause de leurs dirigeants, qui pensent qu’ils nous ne voulons pas du changement. Quelle blague ! En clair, le numérique n’est pas pensé, réfléchit, ne fait l’objet d’aucune vision, d’aucune ambition. Or il est porteur de croissance si nous lui donnons une ambition, en définissons le contenu, réfléchissons à nos valeurs essentielles, à ce que nous voulons accepter, et ce sur quoi nous ne voulons pas transiger. Il faut un projet et des valeurs. Pour cela, il faut observer, réfléchir, penser et bâtir. Proposer.

Cela aurait pu être le rôle des politiques. Cela n’arrivera pas et ce n’était pas souhaitable de toutes façons Le résultat aurait été triste et dénué d’imagination. La vision ce n’est plus là qu’on la trouve. C’était donc à la société de la proposer. De réunir un panel d’une véritable diversité. Car ce que nous appelons l’ubérisation, par facilité, concerne chaque français et chaque citoyen du monde d’ailleurs. Le dirigeant de groupe du CAC40, attaqué de toute part, et en grand danger potentiel. Le jeune de basse qualification, qui voit les technologies d’automatisation, lui barrer potentiellement la route du retour à l’emploi. Les professions réglementées, que les ubérisateurs attaquent de toute part. Le senior qui voit s’éloigner la perspective du retour à l’emploi, déjà faible. Nos PME, trop petites pour lutter.  Bref, tout le monde !

Il fallait donc réunir tous ceux qui représentent la diversité d’un pays comme la France. Intellectuels, faiseurs. Entrepreneurs et salariés. Gauche et droite.  Hommes et femmes. Régionaux et Parisiens. Jeunes et plus âgés. Et ils sont tous là. Rassemblés pour la première fois dans un groupe dont les positions ne sont pas le reflet de la pensée unique, parisienne et étouffante. Et l’Observatoire est né. Aucun parti pris. Pas d’idées préconçues. Une ouverture totale et des positions souvent contrastées, voire contraires, à aligner et discuter. Et aucune volonté de donner un blanc seing au numérique contre l’économie « ancienne » sous prétexte d’un « béniouiouisme » et d’un devoir d’obéissance à tout ce qui porte culotte numérique. L’observatoire ne lui donnera raison que si il amène un progrès. Or le progrès ce n’est pas le changement, le progrès c’est l’amélioration au bénéfice de l’humanité. Le numérique n’a pas raison sur tout, et notre rôle sera de se poser la question que personne ne pose. Pourquoi ? A chaque pas, nous ne dirons oui au numérique, que lorsqu’il apportera un bienfait à l’humanité.

Cet Observatoire est fait par les français pour la France. Il rassemble autant d’ubérisateurs que d’ubérisés, à qui il offre un have pacifique pour qu’ils surpassent leur différence, et en fasse une source d’énergie. C’est ainsi, en réunissant  les acteurs de cette révolution, que nous pourrons proposer à la France, les mesures qui feront de nous, le champion du digital, avec des champions de taille mondial. Enfin. Les Assises, début novembre, seront la scène qui s’offrira aux mesures proposés pour faire de la France, à nouveau, le plus beau et dynamique pays du monde.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

02.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

03.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

04.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

07.

La Chine ouvre des camps spéciaux pour le coronavirus: des personnes en train de se balader dans les rues de l'Hubei sont enfermées pour être "rééduquées"

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jacques brachat
- 20/06/2016 - 14:14
empêchons,empêchons il en restera toujours quelque chose
Mais bien sûr il faut interdire c'est le meilleur moyen que rien ne bouge jamais.Par exemple la municipalité parisienne va empecher amazon de livrer de la nourriture dans l'heure.On avait déja empéché les taxis Uber et avec moins de succès essayé d'empecher amazon en core lui d'expédier des livres gratuitement.Pauvre,pauvre pays oû les gouvernants en sont réduits à courir aprés toutes le évolutions pour les combattre comme si un fleuve pouvait remonter à sa source