En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Où l’on apprend qu’Emmanuel Macron est le porte–parole de Sibeth Ndiaye…

02.

Mais qu’est-ce que le Boogaloo auquel aspirent nombre d’émeutiers américains ?

03.

Effets secondaires durables de la Covid-19 : les malades abandonnés des médecins ?

04.

Il y a un Covid-19 de gauche et un Covid-19 de droite ! Nous devons cette immense découverte à un épidémiologue, hélas encore peu connu, du nom de François Ruffin

05.

Mort de George Floyd : l’anti-racisme, combat nécessaire mais explication radicalement insuffisante de la situation américaine

06.

Après le conflit israélo-palestinien la France importe les tensions raciales américaines

07.

Mort d'Adama Traoré : près de 20.000 personnes rassemblées à Paris, des tensions en fin de manifestation

01.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

02.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

03.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

04.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

05.

Effets secondaires durables de la Covid-19 : les malades abandonnés des médecins ?

06.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

04.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

05.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

06.

Edouard Philippe annonce une bataille contre une "récession historique" : quelle efficacité attendre des armes choisies ?

ça vient d'être publié
pépites > Consommation
Bonnes affaires estivales
Bruno Le Maire précise que le début des soldes est programmé pour le 15 juillet
il y a 6 heures 4 min
pépite vidéo > Santé
"Equipe de pieds nickelés"
"Star des maladies infectieuses" : Didier Raoult revient sur la récente étude de la revue The Lancet
il y a 7 heures 30 min
R.I.P.
L’ancien boxeur Floyd Mayweather a l’intention de payer les funérailles de George Floyd
il y a 9 heures 16 min
pépites > Justice
Bataille d'experts
Mort d'Adama Traoré : la contre-expertise conclut que le plaquage ventral des gendarmes a entraîné l’asphyxie
il y a 10 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Anagrammes à quatre mains" de Karol Beffa et Jacques Perry-Salkow : pour sourire de plaisir

il y a 12 heures 14 min
pépites > Economie
Soutien aux entreprises
Renault : le prêt garanti de 5 milliards d'euros est validé par le gouvernement
il y a 13 heures 24 min
pépites > Justice
Nouvelle requête
Affaire Adama Traoré : une contre-expertise indépendante a été demandée par sa famille
il y a 15 heures 3 min
pépite vidéo > Europe
Anniversaire
Il y a 67 ans, la reine Elizabeth II était couronnée
il y a 15 heures 59 min
décryptage > Economie
Conséquences du Covid-19

De l’inutilité des prédictions économiques actuelles

il y a 17 heures 43 min
décryptage > Politique
Enfin la vérité

Il y a un Covid-19 de gauche et un Covid-19 de droite ! Nous devons cette immense découverte à un épidémiologue, hélas encore peu connu, du nom de François Ruffin

il y a 18 heures 17 min
pépites > Justice
Manifestation
Mort d'Adama Traoré : près de 20.000 personnes rassemblées à Paris, des tensions en fin de manifestation
il y a 6 heures 35 min
pépites > Environnement
Zones d’ombre
Incendie de Lubrizol à Rouen : le Sénat va publier son rapport ce jeudi 4 juin
il y a 8 heures 36 min
pépites > Politique
Budget
Le déficit de la Sécurité sociale est revu à 52,2 milliards d'euros pour l’année 2020
il y a 10 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Colbert, une source d’inspiration pour les décideurs d’aujourd’hui" de Marc-Daniel Seiffert et Jean Paul Méreaux : qui trop embrasse, mal étreint…

il y a 11 heures 6 min
pépites > Justice
Couperet
Pierre Botton est condamné à cinq ans de prison ferme pour abus de biens sociaux
il y a 12 heures 53 min
pépites > Politique
Second tour
Elections municipales : Anne Hidalgo trouve un accord avec les Verts à Paris
il y a 14 heures 12 min
pépite vidéo > International
Loi et ordre
Emeutes après la mort de George Floyd : Donald Trump se rend à l’église vandalisée de Washington
il y a 15 heures 29 min
décryptage > Santé
Organisation dynamique

L’obésité de notre système de santé face à l’agilité de ses acteurs

il y a 17 heures 16 min
décryptage > International
Parti de la loi et de l'ordre

Une tragédie américaine

il y a 17 heures 58 min
décryptage > Politique
Bas les masques

Où l’on apprend qu’Emmanuel Macron est le porte–parole de Sibeth Ndiaye…

il y a 18 heures 25 min
Atlantico Business

A l’approche du référendum, les Britanniques sont incapables d’expliquer pourquoi ils veulent sortir de l’Europe et pourtant, ils savent les trois chocs qu’il devront affronter

Publié le 14 juin 2016
Les marchés financiers ont commencé à s’énerver un peu à l’approche du référendum sur le maintien ou la sortie de la Grande-Bretagne de l’Europe. Sans que personne ne soit capable de faire le bilan d'une sortie. Et pourtant, ça peut tanguer grave.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les marchés financiers ont commencé à s’énerver un peu à l’approche du référendum sur le maintien ou la sortie de la Grande-Bretagne de l’Europe. Sans que personne ne soit capable de faire le bilan d'une sortie. Et pourtant, ça peut tanguer grave.

Les Anglais sont inondés de faits et de chiffres leur prouvant ce qu'ils vont perdre s’ils sortent de l’euro, et pourtant, ils sont nombreux à plaider pour le Brexit.

Le 24 juin prochain, auront-ils la gueule de bois ? Possible, parce qu’il ne s’agira – peut-être pas seulement – d’une élimination de l’Euro de football mais bel et bien d’une sortie de l’Union européenne. La fin d'une histoire qui avait démarré en 1973 en votant à une forte majorité de 67% pour.

Partir ou rester ? Aujourd’hui, les sondages sont au coude à coude. Autant dire que les 13% d’électeurs anglais encore indécis sont largement courtisés. Alors certains estiment que les riches sont les seuls à profiter de l’Europe, donc ils souhaitent y rester, ou les plus jeunes aussi, qui veulent voyager, ou encore les citadins. Les autres pensent que l’Europe technocratique a noyé leur identité et ruiné leur potentialité. N'importe quoi !

Il faut reconnaître que ce qui inquiète dans la sortie de la Grande-Bretagne de l’Europe, ce sont les multiples inconnues.

L’avenir de l’Europe, d’un côté, n'est pas assuré. L’avenir de la 5ème puissance mondiale, de l’autre, mais seule cette fois, n’est pas écrit. Il est loin le temps des "Etats-Unis d’Europe" rêvés par Winston Churchill dans un discours en 1947.

Déjà, depuis le début de l’année, l'économie britannique a mis le pied sur le frein avec 0,4% de croissance au 1er trimestre, contre 0,6% au 4ème trimestre 2015.

En fait, si les Anglais font bande à part, on connaît la série de chocs quasi-mécaniques qu'il faudra affronter.

1) Premier choc, le plus impactant : le commerce. "Dehors, c’est dehors". Ce message, qui vient directement des Allemands, est violent. Wolfgang Schäuble, le ministre des Finances, ne peut pas être plus direct et ne veut pas que la péninsule britannique, en cas de sortie, bénéficie d’une situation à la suisse ou à la norvégienne. Pas de traitement préférentiel. Les Allemands se montreront particulièrement rancuniers. Pas question que des Etats qui "ne partagent pas la responsabilité, ni les coûts du marché intérieur" bénéficient d’arrangements commerciaux favorables, recadre Angela Merkel.

On ne fera vraisemblablement pas les choses à moitié, et les Anglais risquent de perdre leur accès privilégié à la plus grosse zone commerciale du monde.

La perte probable des tarifs douaniers, notamment. Aujourd’hui, le Royaume-Uni exporte son british team aussi facilement en Grèce que dans les provinces galloises. Demain, à la fin des deux années de négociation prévues par les traités européens, des barrières douanières pourraient bien se lever. Fini, l’accès au marché unique et ses avantages commerciaux.

Pour les Etats-Unis aussi, les choses peuvent se corser. Barack Obama a averti nos voisins britanniques, ils pourraient se retrouver "en bout de file" au moment de négocier le Traité transatlantique.

2) Deuxième effet kiss-cool : la City gronderait, les marchés financiers trembleraient et la livre sterling serait affaiblie.

Dans l’attente du scrutin, cela fait quelques semaines que les places financières ne sont pas bien actives. Des analystes prévoient sur les marchés une crise similaire à celle des dettes européennes de 2012, avec une augmentation des primes de risque sur les actions, comme sur les obligations. Le pays, en sortant de l’UE, serait perçu comme moins résistant, et les investisseurs en demanderaient davantage pour leur argent, faisant monter la prime de risque et donc les taux d’intérêt.

Craignant une restriction du crédit, la Banque d’Angleterre essaie de rassurer ses troupes en promettant des injections de liquidités. Mais cela ne changerait pas grand chose : les liquidités, les banques en sont déjà pleines, grâce au plan européen de M. Draghi. Finalement, comme c’est de coutume chez les banquiers centraux en ce moment, la Banque d’Angleterre serait probablement dans le flou.

Londres, qui s’était imposée première place financière européenne bon gré mal gré avec l’avènement de l’euro, perdrait de facto cette suprématie. Hors de l’Union, les banques de la City ne pourraient plus vendre leurs produits financiers à travers l’Europe.

Avec des redéploiement d’effectifs – HSBC a déjà annoncé qu’elle transférerait un millier d’emplois de Londres vers Paris en cas de Brexit –, c’est un emploi sur sept qui est menacé dans le secteur financier.

3) Last but not least : le troisième choc porterait sur des coupes dans les dépenses publiques : défense, sécurité sociale…

Pourquoi des coupes budgétaires ? Le Brexit amènerait inexorablement une baisse de la création de valeur, donc moins de rentrées d’argent venant de mannes fiscales. A budget excédentaire d’ici 2019, comme c’est envisagé outre-Manche, il va falloir équilibrer par une réduction de dépenses dans le secteur public.

Alors que justement, le contexte démographique britannique détonne en Europe : la Grande-Bretagne sera, à l’aune 2050, la plus peuplée de l’Europe, avec une augmentation du nombre d’habitants de 25 millions. Les besoins de financement public augmentent aussi.

Les partisans de la sortie déclarent que la contribution que verse le Royaume-Uni à Bruxelles pourrait être redirigée vers le National Health Service – la Sécurité sociale anglaise. C’est vite oublier que Boris Johnson, leader du camp du Lave et possible Premier Ministre en cas de Brexit – a fait nombre de déclarations dans lesquelles il s’attaque à ces politiques distributives. Après tout, il a déclaré que si les Anglais payaient pour leurs services de santé, ils les apprécieraient d’autant plus.

A prévoir aussi une coupe du budget de la défense, alors que justement, la Grande-Bretagne serait plus isolée du point de vue sécurité. Et moins d’investissements publics, moins de croissance. L’austérité ou le cercle vicieux de la récession.

L’impact total de tous ces chocs sur le PIB est encore incertain. Mais on peut imaginer que dans un premier temps, l’incertitude et le brouillard aidant, les ménages britanniques, plus inquiets face à l’avenir, seraient plus enclins à mettre de l’argent de côté. Plus d’épargne et moins de consommation, le phénomène serait nourri par une certaine inflation, provoquée par l’affaiblissement de la livre. Le blocage du marché immobilier dans les grandes villes britanniques en est le premier signe.

Moins 3% ou jusqu’à 10% de baisse de PIB pour certains prévisionnistes. Qu’ont-ils à perdre, les Anglais, dans ce référendum ? Beaucoup, c’est certain.

David Cameron, qui n’aurait jamais dû se mettre dans cette impasse, prévoit une "décennie perdue" en cas de Brexit. Sans être au niveau de François Hollande, sa cote de popularité est en chute, notamment après les révélations des Panama papers dans lequel son nom était cité.

La logique économique est clairement du côté du maintien, et ce qui peut sauver l’Europe avec les Anglais, c’est que les partisans du non sont incapables d’expliquer clairement ce que les Anglais auraient à gagner à se retrouver seuls. Ils ne le savent pas.

La logique ou la raison devraient plaider pour le maintien dans l’Europe, mais comme le dit l’adage, dans les référendums, les électeurs ne répondent pas toujours à la question posée…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Où l’on apprend qu’Emmanuel Macron est le porte–parole de Sibeth Ndiaye…

02.

Mais qu’est-ce que le Boogaloo auquel aspirent nombre d’émeutiers américains ?

03.

Effets secondaires durables de la Covid-19 : les malades abandonnés des médecins ?

04.

Il y a un Covid-19 de gauche et un Covid-19 de droite ! Nous devons cette immense découverte à un épidémiologue, hélas encore peu connu, du nom de François Ruffin

05.

Mort de George Floyd : l’anti-racisme, combat nécessaire mais explication radicalement insuffisante de la situation américaine

06.

Après le conflit israélo-palestinien la France importe les tensions raciales américaines

07.

Mort d'Adama Traoré : près de 20.000 personnes rassemblées à Paris, des tensions en fin de manifestation

01.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

02.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

03.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

04.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

05.

Effets secondaires durables de la Covid-19 : les malades abandonnés des médecins ?

06.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

04.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

05.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

06.

Edouard Philippe annonce une bataille contre une "récession historique" : quelle efficacité attendre des armes choisies ?

Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Babaswami
- 15/06/2016 - 13:42
Châtiment
Ce n'est pas une crise économique qui attend la Grande Bretagne en cas de Brexit, crise dont on veut absolument nous persuader. Non c'est un châtiment. Oui car l''Europe (de Bruxelles) étant devenue un repoussoir, il n'y a plus d'arguments positifs pour convaincre les Anglais de rester. Il n'y a plus que la menace et le chantage.
Semper Fi
- 14/06/2016 - 20:45
@samsuffit
C'est la réponse la plus évidente mais que la plupart des "experts" se gardent bien de mettre en avant. Quant aux arguments avancés par JMS sur la Défense... on peut se permettre de rigoler : l'UE est un nain dans ce domaine dont la seule défense repose sur l'OTAN et ses 2 plus gros contributeurs de ce côté de l'Atlantique sont l'UK et la France... devinez qui a le plus à perdre dans ce domaine ? ... et pour une fois pas la France qui a eu la bonne idée de conclure des accords bilatéraux dans ce domaine (St Malo). Dernier point : qui est membre permanent au conseil de sécurité de l'ONU ??? pas l'UE... non non !!!
samsuffit
- 14/06/2016 - 20:34
tirez vous les Anglais
Ça c'est une analyse purement financière: elle vaut ce qu'elle vaut !
Peut être que les Anglais, tout comme beaucoup de Français en ont marre de la dictature de Bruxelles qui légifère sur tout ?