En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grande perspectives de succès

04.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

05.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

06.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

07.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 15 min 45 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 2 heures 53 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 5 heures 21 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 6 heures 9 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grande perspectives de succès

il y a 6 heures 37 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 7 heures 16 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 8 heures 55 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 13 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 1 heure
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 2 heures 25 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 1 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 5 heures 53 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 6 heures 37 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 7 heures 1 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 7 heures 37 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 9 heures 23 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 38 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 1 jour 1 heure
Quel avenir pour la viande classique?
Steak in vitro, insectes,: quelle viande mangerons-nous demain?
il y a 1 jour 2 heures
© Reuters
© Reuters
Victimocratie

Après Barack Obama "premier Président noir", Hillary Clinton "première femme" présidentiable aux Etats-Unis : ces arguments électoraux sans aucun rapport avec ce qu’on attend d’un dirigeant politique

Publié le 10 juin 2016
A l'occasion d'un discours prononcé le mardi 7 juin, Hillary Clinton expliquait tout l'impact de son genre sur sa candidature et sa potentielle victoire. Si des arguments comme celui-ci peuvent (peut-être) avoir un poids sur l'opinion, ils n'en demeurent pas moins déconnectés des fonctions que les politiques devraient exercer.
Elisabeth Lévy est une journaliste, polémiste et essayiste française. Elle est également directrice de la rédaction du magazine Causeur et auteur de plusieurs livres dont La gauche contre le réel aux Editions Fayard et Les Maîtres-censeurs aux Editions...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Elisabeth Lévy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Elisabeth Lévy est une journaliste, polémiste et essayiste française. Elle est également directrice de la rédaction du magazine Causeur et auteur de plusieurs livres dont La gauche contre le réel aux Editions Fayard et Les Maîtres-censeurs aux Editions...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion d'un discours prononcé le mardi 7 juin, Hillary Clinton expliquait tout l'impact de son genre sur sa candidature et sa potentielle victoire. Si des arguments comme celui-ci peuvent (peut-être) avoir un poids sur l'opinion, ils n'en demeurent pas moins déconnectés des fonctions que les politiques devraient exercer.

Atlantico : Le 7 juin dernier, Hillary Clinton a déclaré devant ses sympathisants à Brooklyn : "C’est la première fois dans l’histoire de notre pays qu’une femme est investie par l’un des grands partis". Et elle a ajouté : "La victoire de ce soir n’est pas celle d’une personne, elle appartient à des générations de femmes et d’hommes qui se sont battus et se sont sacrifiés et ont rendu possible ce moment". Dans l'histoire contemporaine, de nombreuses femmes ont accédé aux responsabilités politiques (Margaret Thatcher, Dilma Roussef, Elisabeth II...). L'exercice du pouvoir par une femme est-il vraiment différent de celui d'un homme ? Quels enseignements peut-on en tirer ?

Elisabeth Lévy : Hillary Clinton est la dernière d'une longue série de femmes qui ont été candidates, présidentes, et Premier ministre, y compris dans les pays musulmans. La question de savoir si les femmes peuvent exercer le pouvoir n'est plus posée nulle part, même dans des pays plutôt rétrogrades concernant le statut de la femme. Je ne vois pas en quoi il s'agirait d'un exploit particulier dans une société démocratique et égalitaire. Quant à l'idée selon laquelle les femmes exerceraient mieux le pouvoir ou avec des méthodes plus douces que les hommes, il suffit de penser à des femmes célèbres comme Agathe Uwilingiyimana ou encore Winnie Mandela pour se convaincre du contraire. En réalité il n'y a pas de spécificité dans l'exercice du pouvoir par une femme, comparativement à un homme. Ni sur le plan de l'efficacité, ni sur le plan des méthodes employées. Hillary Clinton a remporté l'investiture démocrate, mais ce n'est que sa propre victoire.

Il y a dans ses propos une sorte de victimisation à rebours, qui tend à dire : "C'est tellement formidable, toutes les femmes sont tellement opprimées..." De la victimisation, alors qu'elle est au sommet ? Il faut le faire...

On pourrait évoquer la séduction, mais les hommes séduisent aussi. Peut-être que la seule différence entre les deux, c'est qu'elles peuvent jouer les mijaurées, les oies blanches et les victimes. Il est vrai que cela plait beaucoup en ce moment... et que il est plus difficile pour un homme de jouer ce rôle.

Avec ces propos, Hillary Clinton montre qu'elle doit ratisser large pour remporter la présidentielle. Si elle vise l'Amérique bobo, elle doit passer pour la candidate "terranova". Mais elle connaît ses cartes électorales, et je ne pense pas qu'elle soit suffisamment bête pour se laisser enfermer dans la flatterie des minorités, d'autant qu'elle devra faire face à Trump. Sans doute se laisse-t-elle aller à ce genre de déclaration pour appâter le média. Ces propos, c'est de la viande jetée aux piranhas journalistes.

La vraie victoire des femmes aura lieu quand personne ne se souciera du fait qu'il s'agisse d'un homme ou d'une femme lorsqu'un nouveau dirigeant sera élu. Ce qui est d'ailleurs à peu près le cas : je doute que les Américains votent pour elle parce qu'elle est une femme. Ils le font parce qu'ils ne veulent pas de Donald Trump, ou parce qu'ils sont démocrates. 

Lorsque Margaret Thatcher est devenue Premier ministre en Grande-Bretagne, le pays a-t-il réellement fonctionné différemment ? La condition féminine, plus particulièrement, a-t-elle progressé ? 

Il a fonctionné différemment de la manière dont il avait fonctionné sous ses prédecesseurs et de celle dont il a fonctionné sous ses successeurs, mais pas parce que c'était une femme ! 

On se souvient du symbole que représentait Barack Obama lorsqu'il est entré à la Maison Blanche en 2008. Pour autant, les tensions interraciales sont loin d'avoir disparu sous son mandat aux Etats-Unis. Comment expliquer cet apparent paradoxe ?

Pour Barack Obama, le symbole était important car l'histoire américaine est chargée d'une ségrégation raciale terrible. Symboliquement cela avait du poids, même si ça n'explique pas l'accueil qui lui a été réservé. Et il fallait être stupide pour imaginer que les tensions interraciales allaient s'évanouir avec l'élection de Barack Obama. Le prochain, ce sera quoi ? Un homosexuel ? 

Quels équivalents de cette attitude d'Hillary Clinton observe-t-on en France, notamment depuis le début du quinquennat Hollande ? Dans quelle mesure l'exercice du pouvoir dans notre pays est-il lié à l'origine, au sexe ou à la religion des personnalités qui nous dirigent ?

J'ai terminé un de mes articles en posant l'hypothèse que le rêve des bobos était en voie d'être réalisé : celui où une femme serait élue Présidente et nommerait un Premier ministre gay en France. Mais comme être une femme fait partie des marqueurs du camp du bien, alors que le Front national représente le mal, les scores de Marine Le Pen ne sont jamais crédités pour la cause des femmes. C'est amusant, non ?

L'exercice du pouvoir n’est lié à aucun de ces critères, même si au début c'est souvent un casting. Najat Vallaud-Belkacem n'est pas mauvaise parce qu'elle est d'origine marocaine, ou parce qu'elle est une femme. Elle est mauvaise parce qu'elle est mauvaise. Sa réforme du collège est pourrie, mais cela n'a rien n'a voir avec le fait d'être une femme. On a le droit d'être mauvais sans justification ! Et les femmes seront aussi nulles que les hommes, ne vous inquiétez pas pour ça... C'est la grande victoire du féminisme, et les féministes ne devraient d'ailleurs pas se plaindre parce que désormais, il y a une flopée de femmes toutes aussi idiotes que leurs congénères masculins, voire plus. 

Entre nous, je ne trouve pas que la parité ait produit une grande amélioration de l'intelligence à l'Assemblée nationale. Ce qui veut dire en termes choisis que l'on a fait passer des femmes stupides avant des hommes plus intelligents. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grande perspectives de succès

04.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

05.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

06.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

07.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
beg meil
- 09/06/2016 - 23:50
Oh Elisabeth ! ! ! ! On vous
Oh Elisabeth ! ! ! ! On vous adore ! ! ! !
Je suis un abonné + j'achète 2-3 ex pour les copains . . . .
pour qu'ils ne meurent pas idiots !
Un livre bientôt ? J'espère ! ! ! ! !
Prenez Benoît R. plus souvent ! + Goldnadel, évidemment !
Et Zemmour ? Jamais ?
Bises ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! !
vangog
- 09/06/2016 - 22:03
Démagogie féministe, démagogie noire???
Comment peut-on nommer cette forme de démagogie mêlée de communautarisme? Une forme de dictature soft, en tout cas, non?
Camtom
- 09/06/2016 - 13:54
Contente aussi de lire ici
Contente aussi de lire ici Elisabeth Lévy!!!