En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

02.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

03.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

04.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

05.

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

06.

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

07.

Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

06.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Oeuvre ciblée
Stains : la fresque en hommage à George Floyd et Adama Traoré a été vandalisée
il y a 10 min 32 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit best of des applications et gadgets tech à ne pas oublier avant de partir en vacances
il y a 56 min 26 sec
décryptage > Economie
Survie économique

Ce que nous apprend le top 100 des entreprises mondiales ayant le plus bénéficié de la crise du Coronavirus

il y a 1 heure 32 min
décryptage > Economie
Transactions immobilières

Hausse ou baisse : quel impact redouter de la crise du coronavirus sur l’immobilier ?

il y a 2 heures 18 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

il y a 2 heures 58 min
light > Insolite
L'or sur
Voici un mystérieux masque d'or pour se protéger de la Covid-19
il y a 16 heures 21 min
pépites > Sport
Respect piloté
Des pilotes posent un genou à terre avant le départ du grand prix d'Autriche
il y a 17 heures 42 min
pépites > France
Un incendie pas encore éteint
Pour la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France la crise a été gérée sans prise en compte de principes fondamentaux
il y a 18 heures 21 min
pépites > Education
Médaille en chocolat
Dans certaines académies, on félicite les enseignants avec des badges
il y a 19 heures 22 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »
il y a 22 heures 44 min
décryptage > High-tech
Piratage informatique

La guerre des codes : les cyberattaques redéfinissent les lignes de bataille des conflits mondiaux

il y a 39 min 33 sec
décryptage > Histoire
Encore un effort

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

il y a 1 heure 13 min
décryptage > Société
Bien gérer son stress

Comment prendre des décisions importantes (sans se noyer... ni se tromper)

il y a 1 heure 57 min
décryptage > Politique
Tous les nouveaux chemins mènent à Rome... ou nulle part

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Politique
Haute fonction publique

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

il y a 3 heures 14 min
pépites > International
Il y a toujours pire ailleurs
L'Angleterre réouvre les pubs dans la cacophonie générale
il y a 16 heures 54 min
pépites > Politique
Speedy Castex
À peine arrivé à Matignon, Jean Castex veut "aller vite"
il y a 18 heures 1 min
light > Insolite
La revanche des singes
En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville
il y a 18 heures 40 min
pépite vidéo > Media
ONPC c'est fini
ONPC touche à sa fin, voici le best-of des clashs de l'émission
il y a 22 heures 14 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

il y a 22 heures 46 min
© Reuters
© Reuters
Prétexte

Reconduction de la grève : pourquoi il faut distinguer l’opposition de la CGT à la loi Travail des motivations bien différentes de SUD et FO

Publié le 08 juin 2016
Alors qu'un accord sur l'organisation du travail entre la direction de la SNCF et les syndicats devaient être trouvé ce mardi, SUD et FO ont reconduit la grève tandis que la CGT s'en remet au vote des assemblées générales des cheminots. Si ce mouvement de grève est en partie lié à une opposition à la loi Travail, les organisations syndicales semblent utiliser le retrait de la loi El Khomri comme un prétexte pour obtenir des avantages.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu'un accord sur l'organisation du travail entre la direction de la SNCF et les syndicats devaient être trouvé ce mardi, SUD et FO ont reconduit la grève tandis que la CGT s'en remet au vote des assemblées générales des cheminots. Si ce mouvement de grève est en partie lié à une opposition à la loi Travail, les organisations syndicales semblent utiliser le retrait de la loi El Khomri comme un prétexte pour obtenir des avantages.

Atlantico :  Au regard des différents conflits, et de leur résolution (ou non), que nous apprend cette reconduction de grève sur les motivations réelles des grévistes, notamment en ce qui concerne le retrait de la loi El Khomri ?

Eric Verhaeghe : Dans le cas de la SNCF, la loi El-Khomri ne peut constituer qu'un prétexte à la grève, puisque l'essentiel de la loi ne s'appliquera pas à l'entreprise de transport. D'ailleurs la convention collective du rail ne prévoit pas que la SNCF puisse signer des accords moins favorables que les accords de branche. Donc, l'article 2 de la loi ne constitue pas une menace pour les cheminots. 

 

A quel point peut on estimer que la loi El Khomri sert les organisations syndicales comme un argument pour obtenir certains avantages ? Y'a-t-il des mouvements dont l'existence découle directement d'une opposition à la loi El Khomri ?

La vraie raison de la grève est donc ailleurs. Son explication essentielle tient à la cascade d'accords nécessaires à la préparation de l'ouverture du rail à la concurrence d'ici à 2020. Une très improbable branche du rail, dont la SNCF est le colosse et le cyclope, a négocié une convention collective nouvelle, qui s'ajoute à ce qui avait été négocié pour le fret depuis 2007. En plus de cette convention collective de branche, la SNCF doit ajouter des accords d'entreprise, notamment sur l'organisation du travail. Voilà, pour les syndicats, deux bonnes occasions de faire monter les enchères. Une première occasion a consisté à faire monter les enchères sur la négociation de branche. La suivante sur la négociation d'entreprise. C'est précisément à cette phase que nous assistons.

Le plus curieux tient au calendrier. La direction de la SNCF a décidé d'ouvrir l'accord d'entreprise à la signature juste au début de l'Euro. Politiquement, il ne pouvait y avoir de choix plus malheureux que de faire coïncider un événement sportif national avec la conclusion d'une négociation aussi sensible. Guillaume Pépy ne pouvait ignorer qu'il tenterait le diable. Sans surprise, donc, les cheminots les plus durs, ceux de la CGT, utilisent le levier de l'événement national pour faire pression sur le gouvernement en prenant le pays et son image en otage. On peut s'en indigner, mais c'était si prévisible. 

Quelles sont les "avancées"(ou avantages) ayant été obtenues par les syndicats grâce au "point d'ancrage" El Khomri ? 

Dans la pratique, on ne peut évidemment analyser la situation autrement que comme un couac ou une manifestation supplémentaire d'amateurisme de l'équipe au pouvoir. L'ensemble s'est organisé autour d'une machine infernale, avec une obligation d'organiser les négociations d'entreprise dans la foulée des négociations de branche. Cette obligation était fixée par l'accord de branche initial. Depuis le début, c'est-à-dire depuis 2007, le patronat du rail prend d'ailleurs ce sujet à l'envers. Il a multiplié les concessions très favorables aux salariés dans le fret avant de négocier sur l'ensemble de la branche, puis a fixé un calendrier de négociation qui est royal pour la pression syndicale. 

Sur le fond, on ne peut ici mettre en cause la seule rigidité de la CGT. La responsabilité patronale est forte dans la stratégie de négociation qui était trop tentante pour les syndicats contestataires.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 08/06/2016 - 14:54
Le patron c'est l'Etat, celui qui commande c'est F. Hollande et
le gouvernement. G. Pépy sert d'intermédiaire avec les syndicats qui ont plus de pouvoir qu'il n'en a. Les acteurs sont rodés. Il y a toujours négociation et à la fin c'est toujours les syndicats qui gagnent. Jamais, mais vraiment jamais, les Français. Qui eux doivent payer. C'est ainsi depuis 1945.
tubixray
- 08/06/2016 - 09:04
Patronat de la SCNF ????
M. Verhaeghe vous vous laisser aller à la novlangue sociétale ?... Le patron de la SNCF c'est l'état, Guillaume Pépy n'est que l'assistante sociale de ce monopole soviétique; il prend son rôle à cœur même si les derniers développement lui donnaient l'apparence d'une certaine fermeté !