En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

05.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Yvelines : un homme a été décapité, le parquet antiterroriste a été saisi

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Atlantico Business

Apple, LVMH et Airbus restent les trois entreprises préférées des jeunes diplômés qui s’inquiètent cependant des risques sur l’emploi

il y a 53 sec
pépites > Terrorisme
Sécurité
Seine-Saint-Denis : le ministre de l'Intérieur a annoncé lundi soir la fermeture prochaine de la mosquée de Pantin
il y a 15 min 22 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 13 heures 45 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 14 heures 51 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 16 heures 16 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 18 heures 49 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 19 heures 39 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 19 heures 59 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 20 heures 52 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 21 heures 50 min
décryptage > Education
Dévoiement

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

il y a 6 min 3 sec
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 13 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 14 heures 1 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 15 heures 41 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 16 heures 48 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 19 heures 26 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 19 heures 46 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 20 heures 27 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 21 heures 36 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 22 heures 9 min
© Reuters
© Reuters
Prétexte

Reconduction de la grève : pourquoi il faut distinguer l’opposition de la CGT à la loi Travail des motivations bien différentes de SUD et FO

Publié le 08 juin 2016
Alors qu'un accord sur l'organisation du travail entre la direction de la SNCF et les syndicats devaient être trouvé ce mardi, SUD et FO ont reconduit la grève tandis que la CGT s'en remet au vote des assemblées générales des cheminots. Si ce mouvement de grève est en partie lié à une opposition à la loi Travail, les organisations syndicales semblent utiliser le retrait de la loi El Khomri comme un prétexte pour obtenir des avantages.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu'un accord sur l'organisation du travail entre la direction de la SNCF et les syndicats devaient être trouvé ce mardi, SUD et FO ont reconduit la grève tandis que la CGT s'en remet au vote des assemblées générales des cheminots. Si ce mouvement de grève est en partie lié à une opposition à la loi Travail, les organisations syndicales semblent utiliser le retrait de la loi El Khomri comme un prétexte pour obtenir des avantages.

Atlantico :  Au regard des différents conflits, et de leur résolution (ou non), que nous apprend cette reconduction de grève sur les motivations réelles des grévistes, notamment en ce qui concerne le retrait de la loi El Khomri ?

Eric Verhaeghe : Dans le cas de la SNCF, la loi El-Khomri ne peut constituer qu'un prétexte à la grève, puisque l'essentiel de la loi ne s'appliquera pas à l'entreprise de transport. D'ailleurs la convention collective du rail ne prévoit pas que la SNCF puisse signer des accords moins favorables que les accords de branche. Donc, l'article 2 de la loi ne constitue pas une menace pour les cheminots. 

 

A quel point peut on estimer que la loi El Khomri sert les organisations syndicales comme un argument pour obtenir certains avantages ? Y'a-t-il des mouvements dont l'existence découle directement d'une opposition à la loi El Khomri ?

La vraie raison de la grève est donc ailleurs. Son explication essentielle tient à la cascade d'accords nécessaires à la préparation de l'ouverture du rail à la concurrence d'ici à 2020. Une très improbable branche du rail, dont la SNCF est le colosse et le cyclope, a négocié une convention collective nouvelle, qui s'ajoute à ce qui avait été négocié pour le fret depuis 2007. En plus de cette convention collective de branche, la SNCF doit ajouter des accords d'entreprise, notamment sur l'organisation du travail. Voilà, pour les syndicats, deux bonnes occasions de faire monter les enchères. Une première occasion a consisté à faire monter les enchères sur la négociation de branche. La suivante sur la négociation d'entreprise. C'est précisément à cette phase que nous assistons.

Le plus curieux tient au calendrier. La direction de la SNCF a décidé d'ouvrir l'accord d'entreprise à la signature juste au début de l'Euro. Politiquement, il ne pouvait y avoir de choix plus malheureux que de faire coïncider un événement sportif national avec la conclusion d'une négociation aussi sensible. Guillaume Pépy ne pouvait ignorer qu'il tenterait le diable. Sans surprise, donc, les cheminots les plus durs, ceux de la CGT, utilisent le levier de l'événement national pour faire pression sur le gouvernement en prenant le pays et son image en otage. On peut s'en indigner, mais c'était si prévisible. 

Quelles sont les "avancées"(ou avantages) ayant été obtenues par les syndicats grâce au "point d'ancrage" El Khomri ? 

Dans la pratique, on ne peut évidemment analyser la situation autrement que comme un couac ou une manifestation supplémentaire d'amateurisme de l'équipe au pouvoir. L'ensemble s'est organisé autour d'une machine infernale, avec une obligation d'organiser les négociations d'entreprise dans la foulée des négociations de branche. Cette obligation était fixée par l'accord de branche initial. Depuis le début, c'est-à-dire depuis 2007, le patronat du rail prend d'ailleurs ce sujet à l'envers. Il a multiplié les concessions très favorables aux salariés dans le fret avant de négocier sur l'ensemble de la branche, puis a fixé un calendrier de négociation qui est royal pour la pression syndicale. 

Sur le fond, on ne peut ici mettre en cause la seule rigidité de la CGT. La responsabilité patronale est forte dans la stratégie de négociation qui était trop tentante pour les syndicats contestataires.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 08/06/2016 - 14:54
Le patron c'est l'Etat, celui qui commande c'est F. Hollande et
le gouvernement. G. Pépy sert d'intermédiaire avec les syndicats qui ont plus de pouvoir qu'il n'en a. Les acteurs sont rodés. Il y a toujours négociation et à la fin c'est toujours les syndicats qui gagnent. Jamais, mais vraiment jamais, les Français. Qui eux doivent payer. C'est ainsi depuis 1945.
tubixray
- 08/06/2016 - 09:04
Patronat de la SCNF ????
M. Verhaeghe vous vous laisser aller à la novlangue sociétale ?... Le patron de la SNCF c'est l'état, Guillaume Pépy n'est que l'assistante sociale de ce monopole soviétique; il prend son rôle à cœur même si les derniers développement lui donnaient l'apparence d'une certaine fermeté !