En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

02.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

03.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 54 min 9 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 3 heures 56 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 5 heures 43 min
décryptage > Consommation
Evènement

Salon de l'agriculture 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 7 heures 1 min
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 7 heures 47 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 7 heures 55 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 7 heures 56 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 8 heures 20 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 8 heures 29 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 18 heures 11 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 1 heure 25 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 4 heures 9 min
décryptage > France
Image d'Epinal

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

il y a 6 heures 8 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 7 heures 31 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 7 heures 55 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 7 heures 55 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 8 heures 10 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 8 heures 24 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 17 heures 57 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 19 heures 22 min
Atlantico Business

Précampagne électorale : François Hollande a déjà dépensé et promis près de 18 milliards d’euros et l’opposition ne dit rien ...

Publié le 06 juin 2016
Entre les promesses faites depuis deux mois aux syndicats, à la CGT notamment, et aux fonctionnaires, les engagements pris pour recapitaliser des entreprises publiques, et le coût des inondations, la facture atteindrait déjà 18 milliards d’euros.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entre les promesses faites depuis deux mois aux syndicats, à la CGT notamment, et aux fonctionnaires, les engagements pris pour recapitaliser des entreprises publiques, et le coût des inondations, la facture atteindrait déjà 18 milliards d’euros.

François Hollande n ‘a pas mis de temps à réveiller ses reflexes clientélistes. Une fois qu’il a acquis la certitude que les chefs du Parti socialiste réussiront à éviter une primaire qui s’annonçait désastreuse, François Hollande s’est lancé dans un vaste programme d’achat des différents segments de clientèle.

Le bilan du quinquennat étant calamiteux en termes de résultats économiques, la seule chose qu’il lui reste à faire est donc de reprendre une à une les composantes de son électorat d’origine. Plus question de grandes promesses de réformes, il promet de distribuer très vite des espèces sonnantes et trébuchantes.

Le cœur de son électorat d’origine est dans la fonction publique. Les plus gâtés seront donc les fonctionnaires qui avaient tendance à le lâcher. Ils n'ont pas reconnu, dans l’action gouvernementale du quinquennat, ce qui avait été promis pour revaloriser le service public, donc ils ont présenté une facture.

Les fonctionnaires ont signé un accord sur la modernisation des parcours professionnels des carrières et salaires qui coutera 5 milliards d ‘euros par an à l'horizon 2020. Personne ne sait à quoi ça servira au juste, sauf les permanents des syndicats qui vont gérer ces parcours.

Ils ont, en plus, obtenu le dégel du point d’indice, ce qui augmente les dépenses publiques de fonctionnement de 2, 5 milliards d‘euros.

Sans parler du versement pour les personnels de l’Education nationale d'une prime mensuelle de 50 à 100 euros. Najat  Vallaud-Belkacem s’est sentie aimée des personnels du ministère ces derniers jours.

Le plan d ‘urgence pour l’emploi revient à ajouter aux emplois publics d’autres aides pour créer des emplois publics. Ce plan d’urgence va couter 1 milliards d'euros dès cette année.

En marge de la loi El Khomri, il faut comptabiliser l’allocation de ressources distribuée aux jeunes de moins de 28 ans qui n'ont pas trouvé d’emplois, environ 500 euros pas mois. Cette promesse, qui va représenter 2,7 milliards d’euros, n’a pas impressionné les jeunes de Nuit debout.

Comme le RSA, cette mesure nous conduit tout droit dans l'antichambre du revenu universel, un concept très à la mode en Occident et qui consisterait à distribuer entre 700 et 1 000 euros à tous les hommes de plus de 14 ans, jusqu’au décès et cela sans distinction de revenus.

Les Suisses, qui ont été appelés à se prononcer par referendum ce week-end, ont rejeté le projet très massivement.

Le rejet des Suisses n’empêchera pas les candidats à la présidentielle de réfléchir à une promesse identique, à commencer par le candidat socialiste. Ce qui, dans la situation économique française, serait complètement aberrant.

Plus concrètement, dans cet inventaire à la Prévert des dépenses, il faudrait aussi noter l’augmentation de 3 à 5 milliards d’euros, d'ici à 2020, pour financer des actions de lutte contre le réchauffement climatique : c’est du moins ce qu'on a promis aux écologistes pour qu’ils ne se sentent pas trop isolés du jeu. 

En attendant l’ouverture du grand chantier électoral, le chef de l’Etat et son gouvernement distribuent et arrosent. Aux maires, on promet de revenir en partie sur les efforts d’économie ; à la CGT, on promet de suspendre la convention collective à la SNCF, qui était pourtant nécessaire pour moderniser cette entreprise et la mettre en état pour affronter la concurrence européenne, et surtout restaurer des conditions de sécurité qui ne sont pas réunies à cause du vieillissement des matériaux roulant et des équipements.

La SNCF va avoir besoin de 5 milliards d'euros d'investissements dans les trois ans, avec une amélioration forte de la productivité des personnels et une restructuration du système de retraite, qui est affreusement coûteux.

Ne parlons pas du coût des inondations, que François Hollande s’est précipité de chiffrer à 1 milliards d’euros - et de promettre que l’Etat indemnisera les dégâts - ni du service civique.  

En dépenses courantes, on dépasse largement en promesses les 10 milliards d’euros. Reste que l'Etat a aussi promis à EDF  3 milliards d'euros de recapitalisation et à Areva 4 milliards d'euros pour remettre sur pieds la filière nucléaire. Soit 7 milliards d’euros.

Au total, on est pas loin des 18 milliards que dénoncent certains députés de l'opposition qui ne sont pas entendus.

Le plus cocasse dans cette affaire, c’est que le gouvernement affirme que toutes les dépenses de fonctionnement seront financées par des économies, sans dire pour autant lesquelles.

Quand aux dépenses d’investissement concernant EDF, Areva, et la SNCF, les services de l'Etat expliquent que l'Agence des participations a des réserves mobilisables pour 2,4 milliards d'euros, et qu’elle va préparer un plan de privatisations partielles de certaines entreprises.

On pense à la vente de 60 % des aéroports de Nice et de Lyon (c’est pratiquement bouclé pour 1,5 milliards d'euros). On pense aussi à la vente partielle de ERD, la filiale qui gère les réseaux éclectiques ; à la vente partielle de RFF, le réseau ferré de France, la structure qui gère les infrastructures de transports ferroviaires ; à la vente de tout ou partie de la participation de l’Etat dans PSA Peugeot Citroën qui recèle une plus value conséquente, compte tenu des résultats excellents du groupe.

L'Etat peut faire chauffer ses calculateurs, il n'en demeure pas moins que ces pratiques devraient, en temps normal, attirer l'œil critique de l'opposition. Gilles Carrez, le monsieur chiffre et budget de l'opposition, est bien sorti de son silence la semaine dernière, mais on ne peut pas dire qu’il ait été entendu avec attention. Disons plutôt qu’il a crié dans le désert.

Ce qui ressemble à une précampagne électorale appelle quand même quelques remarques :

1. La majorité des dépenses ne sont pas financées. Elles vont donc se retrouver, pour environ 1/3, dans le déficit budgétaire. Le gouvernement ne parlera plus de revenir à moins de 3%. Impossible ;

2. Les 2/3 restant du chiffrage de cette campagne seront payables, mais à partir de 2017. En fait, François Hollande se projette sur des dépenses dont les factures seront présentées à ses successeurs ;

3. Ce comportement n’a aucun contre-pouvoir dans nos institutions. La Cour des comptes peut toujours allumer les warnings, rien n’y fait ;

4. Au contraire, le systeme dans lequel nous vivons encourage ce type de comportement.

Les taux d'intérêt sont proches de zéro. A priori, et en dépit des avertissements de la BCE, notre appartenance à la zone euro nous exonère de faire le moindre effort. La zone euro, c’est-à-dire la solidarité entre ses membres, fait que le systeme nous garantit la stabilité des moyens de paiement.

Avant l’adhésion à l'euro, une situation économique et sociale comme celle que nous traversons depuis deux mois aurait été immédiatement sanctionnée par les marchés. Les taux d'intérêt auraient grimpé, et le franc se serait effondré.

Nous sommes dans une situation complètement paradoxale. Le pouvoir politique tire à boulet rouge sur l'euro et son fonctionnement au point, pour certains, de défendre l'idée d’en sortir. Alors l’euro et la BCE autorisent le président français à se livrer à toutes les turpitudes budgétaires possibles. La facture Bygmilliard se monte désormais à 18 milliards d’euros et nous ne sommes qu'à un an de l'élection présidentielle. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

02.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

03.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vincennes
- 07/06/2016 - 23:54
@mymi......"galère" en effet......que je positive, néanmoins
car je me rends compte qu'il est agréable d'avoir du temps pour, entre autre, .......râler et échanger comme nous le faisons......en attendant des "jours meilleurs", si l'on peut dire!! . Je vous souhaite un bon rétablissement car une triple facture demande une bonne surveillance et à bientôt le plaisir de vous lire.
mymi
- 07/06/2016 - 19:06
À vincennes
À l'instar de quelques autres commentateurs, chaque fois que je vous lis : vous êtes l'exact reflet d ce que je pense .Merci. par ailleurs, il semble que vous soyez actuellement mon frère de galère car après une triple fracture du bras droit avec "très grand déplacement" moi aussi je suis plâtrée pour un moment....
Vincennes
- 07/06/2016 - 11:49
Je tiens à préciser que je ne regarde pas ces émissions "aux ord
que j'enregistre afin de pouvoir les critiquer auprès du Médiateur....de Public Sénat/LCP etc mais aussi afin de ne pas leur donner d'audimat .
Je suis "bloqué" par un plâtre aussi j'en profite