En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
ça vient d'être publié
pépites > International
Drame
Beyrouth : 158 morts et toujours 21 personnes portées disparues, selon un nouveau bilan
il y a 8 heures 34 min
light > Culture
C'est dans les vieux pots...
"Dirty Dancing" va avoir une suite, avec Jennifer Grey reprenant son rôle de "Bébé"
il y a 9 heures 30 min
pépite vidéo > Société
Minute choupi
Journée internationale du chat : dix choses que vous ne savez peut-être pas sur votre compagnon à quatre pattes
il y a 10 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Lectures d'été" : "Surface" d'Olivier Norek, quand la découverte d’un corps disparu depuis 25 ans relance "une affaire classée"

il y a 11 heures 55 min
décryptage > France
Ensauvagement

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

il y a 14 heures 8 min
décryptage > Santé
Sevrage

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

il y a 15 heures 30 sec
décryptage > Europe
Business

Ces femmes qui, dans l’Histoire, ont changé le monde. Aujourd’hui, Margaret Thatcher

il y a 15 heures 18 min
décryptage > Environnement
Un mal pour un bien ?

Le gouvernement veut réintroduire les néonicotinoïdes pour sauver les betteraves et voilà pourquoi il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour les abeilles

il y a 15 heures 32 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : le bandit qui murmurait à l’oreille du RSI

il y a 15 heures 37 min
pépites > International
Espoir pour les familles
Explosions à Beyrouth : un compte Instagram aide les habitants de la ville à retrouver les personnes disparues
il y a 1 jour 5 heures
pépites > International
Deuil
Covid-19 : l'Amérique latine est désormais la région avec le plus de morts dans le monde
il y a 8 heures 53 min
pépite vidéo > Media
Grand retour
Koh-Lanta : découvrez les portraits des 24 candidats de la nouvelle saison
il y a 9 heures 58 min
pépite vidéo > Environnement
Alerte rouge
Canicule : un immense morceau d'un glacier des Alpes menace de s’effondrer
il y a 11 heures 27 min
pépites > International
Drame
Inde : au moins 17 morts après la sortie de piste d'un avion qui s'est cassé en deux
il y a 12 heures 33 min
décryptage > Sport
Football

Juventus/Lyon : malgré sa défaite, l'Olympique Lyonnais arrache sa qualification et affrontera Manchester City en quarts de finale de la Ligue des Champions.

il y a 14 heures 53 min
décryptage > International
Ingérence ?

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

il y a 15 heures 6 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.
il y a 15 heures 24 min
décryptage > Société
Danger classé X

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

il y a 15 heures 36 min
décryptage > International
Détresse psychologique

Voulez-vous savoir pourquoi Michelle Obama fait une dépression ? C’est à cause de Trump

il y a 15 heures 37 min
pépites > International
Liban
Explosions à Beyrouth : le président libanais Michel Aoun rejette l’organisation d’une enquête internationale
il y a 1 jour 5 heures
Atlantico Business

Précampagne électorale : François Hollande a déjà dépensé et promis près de 18 milliards d’euros et l’opposition ne dit rien ...

Publié le 06 juin 2016
Entre les promesses faites depuis deux mois aux syndicats, à la CGT notamment, et aux fonctionnaires, les engagements pris pour recapitaliser des entreprises publiques, et le coût des inondations, la facture atteindrait déjà 18 milliards d’euros.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entre les promesses faites depuis deux mois aux syndicats, à la CGT notamment, et aux fonctionnaires, les engagements pris pour recapitaliser des entreprises publiques, et le coût des inondations, la facture atteindrait déjà 18 milliards d’euros.

François Hollande n ‘a pas mis de temps à réveiller ses reflexes clientélistes. Une fois qu’il a acquis la certitude que les chefs du Parti socialiste réussiront à éviter une primaire qui s’annonçait désastreuse, François Hollande s’est lancé dans un vaste programme d’achat des différents segments de clientèle.

Le bilan du quinquennat étant calamiteux en termes de résultats économiques, la seule chose qu’il lui reste à faire est donc de reprendre une à une les composantes de son électorat d’origine. Plus question de grandes promesses de réformes, il promet de distribuer très vite des espèces sonnantes et trébuchantes.

Le cœur de son électorat d’origine est dans la fonction publique. Les plus gâtés seront donc les fonctionnaires qui avaient tendance à le lâcher. Ils n'ont pas reconnu, dans l’action gouvernementale du quinquennat, ce qui avait été promis pour revaloriser le service public, donc ils ont présenté une facture.

Les fonctionnaires ont signé un accord sur la modernisation des parcours professionnels des carrières et salaires qui coutera 5 milliards d ‘euros par an à l'horizon 2020. Personne ne sait à quoi ça servira au juste, sauf les permanents des syndicats qui vont gérer ces parcours.

Ils ont, en plus, obtenu le dégel du point d’indice, ce qui augmente les dépenses publiques de fonctionnement de 2, 5 milliards d‘euros.

Sans parler du versement pour les personnels de l’Education nationale d'une prime mensuelle de 50 à 100 euros. Najat  Vallaud-Belkacem s’est sentie aimée des personnels du ministère ces derniers jours.

Le plan d ‘urgence pour l’emploi revient à ajouter aux emplois publics d’autres aides pour créer des emplois publics. Ce plan d’urgence va couter 1 milliards d'euros dès cette année.

En marge de la loi El Khomri, il faut comptabiliser l’allocation de ressources distribuée aux jeunes de moins de 28 ans qui n'ont pas trouvé d’emplois, environ 500 euros pas mois. Cette promesse, qui va représenter 2,7 milliards d’euros, n’a pas impressionné les jeunes de Nuit debout.

Comme le RSA, cette mesure nous conduit tout droit dans l'antichambre du revenu universel, un concept très à la mode en Occident et qui consisterait à distribuer entre 700 et 1 000 euros à tous les hommes de plus de 14 ans, jusqu’au décès et cela sans distinction de revenus.

Les Suisses, qui ont été appelés à se prononcer par referendum ce week-end, ont rejeté le projet très massivement.

Le rejet des Suisses n’empêchera pas les candidats à la présidentielle de réfléchir à une promesse identique, à commencer par le candidat socialiste. Ce qui, dans la situation économique française, serait complètement aberrant.

Plus concrètement, dans cet inventaire à la Prévert des dépenses, il faudrait aussi noter l’augmentation de 3 à 5 milliards d’euros, d'ici à 2020, pour financer des actions de lutte contre le réchauffement climatique : c’est du moins ce qu'on a promis aux écologistes pour qu’ils ne se sentent pas trop isolés du jeu. 

En attendant l’ouverture du grand chantier électoral, le chef de l’Etat et son gouvernement distribuent et arrosent. Aux maires, on promet de revenir en partie sur les efforts d’économie ; à la CGT, on promet de suspendre la convention collective à la SNCF, qui était pourtant nécessaire pour moderniser cette entreprise et la mettre en état pour affronter la concurrence européenne, et surtout restaurer des conditions de sécurité qui ne sont pas réunies à cause du vieillissement des matériaux roulant et des équipements.

La SNCF va avoir besoin de 5 milliards d'euros d'investissements dans les trois ans, avec une amélioration forte de la productivité des personnels et une restructuration du système de retraite, qui est affreusement coûteux.

Ne parlons pas du coût des inondations, que François Hollande s’est précipité de chiffrer à 1 milliards d’euros - et de promettre que l’Etat indemnisera les dégâts - ni du service civique.  

En dépenses courantes, on dépasse largement en promesses les 10 milliards d’euros. Reste que l'Etat a aussi promis à EDF  3 milliards d'euros de recapitalisation et à Areva 4 milliards d'euros pour remettre sur pieds la filière nucléaire. Soit 7 milliards d’euros.

Au total, on est pas loin des 18 milliards que dénoncent certains députés de l'opposition qui ne sont pas entendus.

Le plus cocasse dans cette affaire, c’est que le gouvernement affirme que toutes les dépenses de fonctionnement seront financées par des économies, sans dire pour autant lesquelles.

Quand aux dépenses d’investissement concernant EDF, Areva, et la SNCF, les services de l'Etat expliquent que l'Agence des participations a des réserves mobilisables pour 2,4 milliards d'euros, et qu’elle va préparer un plan de privatisations partielles de certaines entreprises.

On pense à la vente de 60 % des aéroports de Nice et de Lyon (c’est pratiquement bouclé pour 1,5 milliards d'euros). On pense aussi à la vente partielle de ERD, la filiale qui gère les réseaux éclectiques ; à la vente partielle de RFF, le réseau ferré de France, la structure qui gère les infrastructures de transports ferroviaires ; à la vente de tout ou partie de la participation de l’Etat dans PSA Peugeot Citroën qui recèle une plus value conséquente, compte tenu des résultats excellents du groupe.

L'Etat peut faire chauffer ses calculateurs, il n'en demeure pas moins que ces pratiques devraient, en temps normal, attirer l'œil critique de l'opposition. Gilles Carrez, le monsieur chiffre et budget de l'opposition, est bien sorti de son silence la semaine dernière, mais on ne peut pas dire qu’il ait été entendu avec attention. Disons plutôt qu’il a crié dans le désert.

Ce qui ressemble à une précampagne électorale appelle quand même quelques remarques :

1. La majorité des dépenses ne sont pas financées. Elles vont donc se retrouver, pour environ 1/3, dans le déficit budgétaire. Le gouvernement ne parlera plus de revenir à moins de 3%. Impossible ;

2. Les 2/3 restant du chiffrage de cette campagne seront payables, mais à partir de 2017. En fait, François Hollande se projette sur des dépenses dont les factures seront présentées à ses successeurs ;

3. Ce comportement n’a aucun contre-pouvoir dans nos institutions. La Cour des comptes peut toujours allumer les warnings, rien n’y fait ;

4. Au contraire, le systeme dans lequel nous vivons encourage ce type de comportement.

Les taux d'intérêt sont proches de zéro. A priori, et en dépit des avertissements de la BCE, notre appartenance à la zone euro nous exonère de faire le moindre effort. La zone euro, c’est-à-dire la solidarité entre ses membres, fait que le systeme nous garantit la stabilité des moyens de paiement.

Avant l’adhésion à l'euro, une situation économique et sociale comme celle que nous traversons depuis deux mois aurait été immédiatement sanctionnée par les marchés. Les taux d'intérêt auraient grimpé, et le franc se serait effondré.

Nous sommes dans une situation complètement paradoxale. Le pouvoir politique tire à boulet rouge sur l'euro et son fonctionnement au point, pour certains, de défendre l'idée d’en sortir. Alors l’euro et la BCE autorisent le président français à se livrer à toutes les turpitudes budgétaires possibles. La facture Bygmilliard se monte désormais à 18 milliards d’euros et nous ne sommes qu'à un an de l'élection présidentielle. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vincennes
- 07/06/2016 - 23:54
@mymi......"galère" en effet......que je positive, néanmoins
car je me rends compte qu'il est agréable d'avoir du temps pour, entre autre, .......râler et échanger comme nous le faisons......en attendant des "jours meilleurs", si l'on peut dire!! . Je vous souhaite un bon rétablissement car une triple facture demande une bonne surveillance et à bientôt le plaisir de vous lire.
mymi
- 07/06/2016 - 19:06
À vincennes
À l'instar de quelques autres commentateurs, chaque fois que je vous lis : vous êtes l'exact reflet d ce que je pense .Merci. par ailleurs, il semble que vous soyez actuellement mon frère de galère car après une triple fracture du bras droit avec "très grand déplacement" moi aussi je suis plâtrée pour un moment....
Vincennes
- 07/06/2016 - 11:49
Je tiens à préciser que je ne regarde pas ces émissions "aux ord
que j'enregistre afin de pouvoir les critiquer auprès du Médiateur....de Public Sénat/LCP etc mais aussi afin de ne pas leur donner d'audimat .
Je suis "bloqué" par un plâtre aussi j'en profite