En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

ça vient d'être publié
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 25 min 5 sec
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 3 heures 37 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 4 heures 12 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 4 heures 33 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

il y a 5 heures 27 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 6 heures 10 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 6 heures 58 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 7 heures 23 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 7 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 21 heures 19 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 1 heure 10 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 3 heures 45 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 4 heures 29 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 5 heures 6 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 5 heures 42 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 6 heures 32 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 7 heures 16 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 7 heures 26 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 7 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 21 heures 33 min
© wikipédia
© wikipédia
Courte échelle

Crise sociale : et l’opposition dans tout ça ? Comment les différentes écuries de droite peaufinent leurs stratégies pour tirer les marrons du feu

Publié le 27 mai 2016
Deux proches de Nicolas Sarkozy ont annoncé qu'ils pourraient soutenir une motion de censure de gauche afin de faire tomber le gouvernement. Une dissolution de l'Assemblée pourrait, en effet, profiter à l'ancien chef d'Etat comme à François Hollande.
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Deux proches de Nicolas Sarkozy ont annoncé qu'ils pourraient soutenir une motion de censure de gauche afin de faire tomber le gouvernement. Une dissolution de l'Assemblée pourrait, en effet, profiter à l'ancien chef d'Etat comme à François Hollande.

Et la droite se divise à nouveau... D'un côté, ceux qui affirment publiquement, et le font savoir bruyamment, qu'ils voteront, si elle est déposée, une motion de censure de gauche, ceux qui font savoir tout aussi bruyamment qu'ils n'en feront rien, et les autres. Les silencieux.

 

Alors que les blocages se multiplient, que la CGT bat le pavé, l'ensemble de la classe politique réfléchit déjà à l'épisode d'après : le retour de la loi à l'Assemblée. Après avoir été entièrement réécrit par le Sénat, le texte reviendra, en effet, au Palais Bourbon début juillet. Le gouvernement, qui n'aura pas plus de majorité qu'au mois de mai, devra à nouveau utiliser l'article 49-3 pour faire passer son texte et les frondeurs devraient en toute logique tenter de déposer une motion de censure. Ils pourraient, cette fois, y parvenir car ils viennent de trouver des soutiens inattendus.

 

Mercredi, Eric Ciotti et Guillaume Larrivé, deux proches de Nicolas Sarkozy, ont, en effet, affirmé qu'ils se rallieraient à la gauche. "S'il y a des députés de gauche qui veulent arrêter l'expérience, moi je dis que je souhaite aussi arrêter l'expérience. Donc s'il y a une motion de censure, je la voterais", affirmait, mercredi, Eric Ciotti sur Public Sénat. Le député Guillaume Larrivé affirmait, quelques heures plus tard, qu'il n'aurait aucun problème à voter un texte de gauche, l'important étant le résultat final, c'est à dire la chute du gouvernement Valls. Le député Marc Le Fur, la veille, ne disait pas autre chose : "Nous sommes un certain nombre à réfléchir à cette option. Peu importe le contenu, personne n'a jamais lu le texte d'une motion de censure". Le débat a mêmegagné le centre. Pour Jean-Christophe Lagarde : "A moins qu'elle soit totalement déraisonnable dans son texte, nous voterons (la motion de gauche) car la loi El Khomri, qui a totalement dérapé, qui ne ressemble plus à rien, doit être retirée". Mais tous les proche de Nicolas Sarkozy ne sont pas de cette avis. Eric Woerth ne voterait pas un texte de gauche. Roger Karoutchi, bien que sénateur et non concerné, affirme qu'il se verrait mal voter un texte "qui demanderait plus d'encadrement pour les licenciements".

 

Alors, les sarkozystes sont-ils à la manœuvre dans cette histoire ? Pour certains, c'est évident car l'ancien chef de l’État aurait tout à gagner à une dissolution. De nouvelles élections législatives auraient lieu dans les 40 jours, vraisemblablement remportées par la droite, et François Hollande se verrait dans l'obligation de nommer à Matignon Nicolas Sarkozy. Certes, rien ne l'y oblige mais la tradition veut que soit appelé le chef de la nouvelle majorité. Exit les concurrents : Alain Juppé, François Fillon et Bruno Le Maire. Exit surtout les primaires, car ainsi remis au centre du jeu, Nicolas Sarkozy se trouverait aussi relégitimé.

C'est pour cette raison que les juppéistes se sont immédiatement opposés à la manœuvre. L'ancien ministre Benoist Apparu est monté au créneau pour dire qu'il n'entendait pas partager un "texte de l'extrême-gauche" et "ajouter à la crise économique et sociale une crise politique de première ampleur"."Donc, soyons raisonnables, restons responsables, le gouvernement est légitime à aller au bout de son mandat. Il y a une élection en 2017, respectons les échéances", a conclu le lieutenant d'Alain Juppé. Selon Reuters, pour un autre des proches du maire de Bordeaux, le vote d'une censure suivi d'une dissolution permettrait à Nicolas Sarkozy de "torpiller" la primaire à droite et "d'empocher la mise".

Pour l'instant, les proches de Bruno Le Maire et François Fillon gardent prudemment leurs distances mais restent attentifs. Car, en effet, le scénario est d'autant plus dangereux qu'il arrangerait aussi François Hollande. Certes, une dissolution gagnée par le camp d'en face est toujours un échec, mais le président de la République pourrait en faire porter la responsabilité à son Premier ministre peu conciliant. Son principal concurrent ainsi éliminé et déchargé de la gestion des affaires courantes, François Hollande aurait un an pour préparer la campagne de 2017. François Mitterrand a toujours gagné les présidentielles qui ont suivi une cohabitation. François Hollande se pose souvent en digne héritier.

Autre avantage pour François Hollande, avoir l'assurance d'affronter Nicolas Sarkozy en 2017. Les deux hommes, qui ne s'apprécient guère, pensent tous deux que l'autre est le meilleur adversaire, le plus facile à battre. Il se sont mutuellement choisis, depuis bien longtemps. François Hollande ne perd jamais une occasion d'inviter Nicolas Sarkozy a une cérémonie officielle afin de l'installer comme chef incontournable de l'opposition et Nicolas Sarkozy, en décochant ses flèches à l'attention de l'actuel locataire de l’Élysée, l'assoie dans le rôle de l'opposant légitime. Reste que si le scénario est séduisant sur le papier, les accusations de tripatouillage pourraient être mortelles pour les deux acteurs. Les sarkozystes semblaient d'ailleurs, hier, faire machine arrière. Guillaume Larrivé demandant que l'on "cesse la politique fiction".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Milsen
- 28/05/2016 - 09:44
Rappel
Celui qui tire les marrons du feu se brûle... et c'est un autre qui les mange!
J'ai, cependant, apprécié votre "papier".
AvecNS
- 28/05/2016 - 09:01
Sarkozy 1er ministre de Hollande
Arrêtez de fumer la moquette.
Fran6
- 27/05/2016 - 19:05
soyons clair
sur le sujet, si il y a dissolution, il faut que la droite refuse d'avoir 'un des leurs 1er ministre!!! c'est l'abdication de Hollande qu'il faut et non d'un nouveau singe dans ce cirque! sans cela, ils sont sur d'avoir le FN crevant le plafond de verre au 1er tour, puré, je rirai de cette hérésie. Mme Bertrand, vous avez omis cette possibilité, ça vous ressemble pas