En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Santé
Victimes indirectes
Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé
il y a 7 heures 22 min
pépite vidéo > International
Embrasement
Mort de George Floyd : Des manifestations éclatent dans tous les Etats-Unis
il y a 8 heures 20 min
light > People
Recherche
Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"
il y a 9 heures 1 min
pépite vidéo > Politique
Débat
Eric Zemmour face à Michel Onfray : retrouvez leur débat sur l'avenir de la gauche en France
il y a 9 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Jonas Fink, le libraire de Prague" : romance dérisoire, triste printemps, mais très bonne BD

il y a 11 heures 7 min
décryptage > Environnement
Transition

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

il y a 12 heures 41 min
décryptage > Politique
Monde d'après

Le "rebranding" de la "marque"Macron, opération à risque

il y a 13 heures 18 min
décryptage > High-tech
Bienfaits

Pourquoi les jeux vidéo sont (aussi) un moyen essentiel pour les enfants de garder des liens sociaux

il y a 13 heures 47 min
décryptage > Economie
Etat stratège

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

il y a 14 heures 14 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

il y a 14 heures 37 min
pépites > Société
Fin de vie
Meurthe-et-Moselle : une centenaire en grève de la faim pour obtenir "le droit de mourir"
il y a 7 heures 53 min
pépites > Société
Fin de l'accalmie
Déconfinement : la Sécurité routière s'inquiète d'une surmortalité "alarmante"
il y a 8 heures 42 min
light > People
Rétrogradage
Kylie Jenner accusée d'avoir menti sur sa fortune : "Forbes" la retire de sa liste des milliardaires
il y a 9 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Sapiens", un livre formidablement intéressant et enrichissant

il y a 11 heures 5 min
décryptage > Economie
Rien ne change

L’épuisement du petit patron français devant la relance de l’activité…

il y a 12 heures 32 min
décryptage > International
Civilisation des algorithmes

Trump contre la Silicon Valley : la guerre culturelle féroce qui nous concerne beaucoup plus qu’on ne le croit

il y a 13 heures 5 min
décryptage > Politique
Angles morts

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

il y a 13 heures 32 min
décryptage > International
Nouvelle guerre froide ?

Le plan secret de la Chine pour tenter de restaurer son image (et gagner la bataille de la propagande)

il y a 14 heures 2 min
décryptage > Santé
Équation à inconnues multiples

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

il y a 14 heures 27 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne
il y a 14 heures 38 min
© Reuters
© Reuters
Méthode Couac

La science subtile des prophéties auto-réalisatrices : pourquoi l’annonce d’une pénurie d’essence a contribué à la faire advenir alors que le "ça va mieux" de François Hollande ne s’est toujours pas vérifié dans les faits

Publié le 26 mai 2016
Si le phénomène fonctionne pour les pénuries alimentaires ou d'essence, la parole de François Hollande est trop décrédibilisée pour pousser les acteurs économiques à embaucher, consommer ou investir.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si le phénomène fonctionne pour les pénuries alimentaires ou d'essence, la parole de François Hollande est trop décrédibilisée pour pousser les acteurs économiques à embaucher, consommer ou investir.

Atlantico : L'annonce d'un risque de pénurie d'essence, alors même que les stocks de carburant étaient intacts, a fortement participé à ce que cette pénurie se réalise vraiment. En économie, ce mécanisme porte le nom de "prophétie auto-réalisatrice", et a pu être observé à de nombreuses reprises. Pourquoi, dans le cas de François Hollande, le fait de dire que l'économie "va mieux" ne fonctionne-t-il pas ? Comment expliquer ce paradoxe ? 

Jean-Paul Betbèze : "L’effet Merton", c’est aujourd’hui le fait qu’annoncer une pénurie d’essence la fait arriver. Elle suppose en fait un contexte psychologique et politique qui le permet. Ce contexte est celui, en France, d’une crise de crédibilité de la puissance publique, des autorités, des "sachants" de toute sorte. Sans perspective crédible, avec des autorités qui ont fait récemment machine arrière, ou encore qui ne sont pas claires, ou pas assez vues comme déterminées, ou encore ne partageant pas les mêmes choix, le doute s’installe, puis l’inquiétude, puis la peur. La prophétie peut devenir auto-réalisatrice quand les autorités sont vues comme affaiblies. Alors, tout devient possible. Et si le pétrole manque ici ou là, si je vois à la télévision une file d’autos à la pompe, alors je vais remplir mon réservoir. J’en ai besoin pour mon travail, en plus la RATP et la SNCF se mettent en grève : on ne sait jamais. Je m’assure, même si, en cherchant à me protéger, j’aggrave le problème de tous. Pour moi, "ça ne va pas mieux, dans ma tête". Et c’est cela qui compte.

Selon un sondage Ifop, 86% des Français estiment qu'au contraire ça ne va pas mieux pour les Français. Comment analyser cette différence d'impact entre les différents agents économiques (populations et marchés financiers par exemple) ?

"Aller mieux" ou "aller moins bien", c’est pour l’Insee chercher à mesurer "la confiance des ménages". C’est chercher à combiner, dans un seul indicateur, diverses réponses à des questions sur l’épargne, sur l’opportunité de faire des achats importants, sur l’inflation future, sur le chômage à venir ou encore sur le niveau de vie. De façon générale en France, les Français n’ont pas retrouvé leur niveau de confiance mesuré par l’Insee depuis 2007 ! Ils se disent, quand même, que le point bas n’est plus là, comme en 2008, mais ils craignent une rechute, comme en 2013, et ne voient pas encore le "ça va mieux" présidentiel. "Méthode Coué" contre "effet Merton" en quelque sorte !

Si la parole du chef de l'Etat ne suffit pas à ramener la confiance aux acteurs économiques, quels sont les mécanismes permettant de favoriser cette confiance ?

Il ne s’agit pas seulement aujourd’hui de la parole du chef de l’Etat, mais d’un moment historique autrement plus important, avec la loi El Khomri et la question de "l’inversion des normes". C’est celui de l’opposition frontale entre la CGT et le gouvernement sur le dialogue social. Est-ce qu’une décision prise dans une entreprise, à la majorité des salariés, l’emporte sur une décision de branche (et sous certaines conditions de temps de travail maximal bien sûr) ? C’est ce conflit qui est décisif pour la CGT dans les raffineries (et le pétrole), les ports, les avions, la presse, l’électricité : tous les bastions conquis à la Libération. Mais aujourd’hui, avec la perte de compétitivité de la France, ils craquent l’un après l’autre, tandis que les services, variés et fragiles, doivent s’adapter à des situations de plus en plus variées et instables. La logique antérieure, où l’élaboration des normes par les branches s’appliquait à tous, n’est plus possible. On le voit avec les effets à long terme des 35 heures.

Pour retrouver la confiance, il n’y a pas de méthode miracle : le conflit va continuer, jusqu’au football au plus tard. Quels dégâts, au moment même où la situation économique commence à aller mieux et où baisse le chômage ! Pour reconstruire la confiance, il faut repartir de la base. Cette base doit être consultée, et donc bien mieux formée et informée qu’actuellement sur la situation économique de chaque entreprise pour que ses salariés, en meilleure connaissance de cause, puisse participer aux choix. Derrière la peur sur l’essence et l’inquiétude sur les dirigeants politiques, c’est la discussion dans les entreprises contre la lutte des classes qui se joue. C’est un choix fondamental, qui demandera à d’autres voix de s’exprimer, patrons de PME et syndicats réformistes notamment.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 27/05/2016 - 06:48
Il a l'air malin notre presigland
avec son ça " va mieux"en periode de chienlit de grèves, de pénurie de carburant. Ah oui il y a du carburant à condition de faire 10 stations, arrivé à la station on vous dit que les cuves sont vides après 15 mn de queue, et quand on trouve une station vous avez droit à 17 litres. Vous en avez dépensé 5 pour trouver cette station. Bien sûr Hollande doit être dans les prioritaires et son chauffeur ne peut même pas lui raconter la realité. Allez je fais un ( gros ) effort et j'affirme que tout va mieux, à moins qu'il y ait une grève générale. Encore un coup de com raté même pour ça il est mauvais.
boulegan
- 26/05/2016 - 20:57
réflexe de Pavlov !
quand j'entends ce gouvernement affirmer que le rendement du livret a ne va baisser je retire mes sous,quand le même gouvernement affirme que l'essence ne va pas manquer je fais le plein et depuis le "çà va mieux de l'imposteur en chef " .....nous sommes au bord de la guerre civile à part çà !
zouk
- 26/05/2016 - 17:07
ça va meiux
Ah oui, où, comment, sur quel point de la vie française...;?