En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

02.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

03.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

06.

Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne

07.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

01.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Avant de parler relocalisations, il est urgent de répondre aux vraies causes des délocalisations

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Rien ne change

L’épuisement du petit patron français devant la relance de l’activité…

il y a 16 min 3 sec
décryptage > International
Civilisation des algorithmes

Trump contre la Silicon Valley : la guerre culturelle féroce qui nous concerne beaucoup plus qu’on ne le croit

il y a 48 min 43 sec
décryptage > Politique
Angles morts

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

il y a 1 heure 16 min
décryptage > International
Nouvelle guerre froide ?

Le plan secret de la Chine pour tenter de restaurer son image (et gagner la bataille de la propagande)

il y a 1 heure 46 min
décryptage > Santé
Équation à inconnues multiples

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

il y a 2 heures 10 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne
il y a 2 heures 22 min
pépite vidéo > Media
Scène surréaliste
Emeutes à Minneapolis : des journalistes de CNN ont été arrêtés en plein direct
il y a 14 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le vieil homme qui vendait du thé. Excentricité et retrait du monde dans le Japon du XVIIIe siècle" de François Lachaud : le confinement volontaire d’un sage japonais, plein de surprises et de poésie

il y a 17 heures 52 min
pépites > Politique
Lyon
Elections municipales : LREM retire son investiture à Gérard Collomb
il y a 18 heures 45 min
Embellie pour le commerce
Les Galeries Lafayette à Paris vont pouvoir rouvrir dès ce samedi 30 mai
il y a 19 heures 45 min
décryptage > Environnement
Transition

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

il y a 25 min 20 sec
décryptage > Politique
Monde d'après

Le "rebranding" de la "marque"Macron, opération à risque

il y a 1 heure 2 min
décryptage > High-tech
Bienfaits

Pourquoi les jeux vidéo sont (aussi) un moyen essentiel pour les enfants de garder des liens sociaux

il y a 1 heure 31 min
décryptage > Economie
Etat stratège

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

il y a 2 heures 21 min
pépites > International
Vers une nouvelle guerre froide ?
Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé
il y a 14 heures 19 min
pépite vidéo > Insolite
Visage humain
Covid-19 : une entreprise indienne propose des masques avec la photo du visage des clients
il y a 15 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Moura, la mémoire incendiée" d'Alexandra Lapierre : épique, palpitant, et romanesque en diable

il y a 18 heures 11 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les couleurs éclatent et quand les sportives rayonnent : c’est l’actualité des montres en mode prairial
il y a 19 heures 17 min
pépites > Justice
Secret des sources
Affaire Geneviève Legay : suspension à Nice d'un policier soupçonné d'avoir renseigné Mediapart
il y a 20 heures 28 min
"Charnellement de France"

Charles Beigbeder : “Ce n’est pas au nom de la laïcité que l’on pourra contenir l'emprise de certaines prescriptions rituelles de l'islam dans la sphère publique, mais au nom de notre culture”.

Publié le 22 mai 2016
Dans cet entretien, de même que dans son livre "Charnellement de France", Charles Beigbeder affirme la nécessité pour la France de reconnaître et d'assumer pleinement ses racines chrétiennes.
Président de sa holding industrielle et financière, Gravitation SAS, Charles Beigbeder est engagé dans plusieurs mouvements liés à l'entreprise et à la vie de la cité.Il est conseiller municipal du 8ème arrondissement de Paris.   
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Charles Beigbeder
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Président de sa holding industrielle et financière, Gravitation SAS, Charles Beigbeder est engagé dans plusieurs mouvements liés à l'entreprise et à la vie de la cité.Il est conseiller municipal du 8ème arrondissement de Paris.   
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans cet entretien, de même que dans son livre "Charnellement de France", Charles Beigbeder affirme la nécessité pour la France de reconnaître et d'assumer pleinement ses racines chrétiennes.

Atlantico : Dans votre livre, intitulé Charnellement de France, vous expliquez que la République française doit devenir la "République de France". Pourquoi ce changement vous paraît-il nécessaire et que doit-on changer concrètement pour passer de l’une à l’autre ?

Charles Beigbeder : On ne peut pas se contenter de la situation actuelle. C’est une impasse. On a des dirigeants politiques, de droite ou de gauche, qui proclament les "valeurs républicaines", mais on ne sait plus ce que c’est et ça ne parle plus aux Français, en particulier aux Français de souche plus récente. D’un autre côté, je refuse le multiculturalisme, comme une majorité de Français. Ce n’est pas une solution viable. L’idée est d’attaquer sous l’angle de l’identité culturelle, et donc de refonder la République en la réenchantant, en la rendant plus charnelle et en l’enracinant dans les profondeurs de l’âme française, car la République ne doit plus être une réalité abstraite. Sur le plan institutionnel et sémantique, on la transforme en "République de France". Mais ça va au-delà du vocabulaire, parce que ça permet de montrer que nous assumons pleinement ce que nous sommes.

Pour commencer, il faut donc s’attaquer à la Constitution et à son article 1, "La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale", en ajoutant "de tradition chrétienne". On fonde ainsi en droit la prééminence du fait culturel chrétien en raison de l’étroite imbrication du christianisme dans la construction de notre identité. Ça avait provoqué une polémique au moment du référendum sur la Constitution européenne, et je pense que c’est une des raisons pour lesquelles celle-ci a été rejetée. Il faut assumer que notre République a des racines chrétiennes. 

Comment le fait de changer l’article premier de notre Constitution rendrait-il la République plus charnelle ?

Evidemment, il faut faire beaucoup de pédagogie autour de ça, mais en reconnaissant la prééminence du fait culturel chrétien dans la Constitution de notre identité, on est capable de s’opposer à des traditions qui nous sont étrangères et qui envahissent de plus en plus l’espace public. Exemple : il existe dans l’islam de nombreuses prescriptions rituelles qui sont plus de l’ordre de la culture que du culte. Ce n’est donc pas au nom de la laïcité que l’on pourra contenir leur emprise dans la sphère publique, mais au nom de notre culture. C’est le vieil adage de Saint-Augustin à Saint-Ambroise : "A Rome fais comme les Romains", sur la base duquel j’avais écrit une tribune il y a longtemps, qui est un peu à l’origine de cet ouvrage.

Vous semblez rejoindre le pape et ses récentes déclarations, bien qu’il prenne davantage de pincettes pour dénoncer ce que vous appelez le "laïcisme". Pensez-vous donc, comme lui, qu’il n’y a pas d’inconvénients à ce que chacun exprime sa foi dans l’espace public ? 

Oui, en effet, Je ne suis pas pour le laïcisme intégral qui veut interdire toute manifestation du fait religieux dans l’espace public. Je défends cette expression, parce que ça fait partie de la personne, jusque dans notre profondeur la plus intime. Il serait donc utopique, voire fou et dangereux, d’empêcher l’expression de quelque chose qui est si important : nous allons tous mourir, et certains trouvent des réponses importantes dans le fait religieux. Donc je dis non aux solutions préconisées par Manuel Valls, Alain Juppé, ou d’ailleurs Eric Zemmour et Marine Le Pen. Elle-même disait en 2012 qu’il fallait interdire toute manifestation du fait religieux dans l’espace public. Ça, ce n’est pas possible. En revanche, je dis que s’il y a une manifestation culturelle, inconsciente, sans volonté d’hégémonie culturelle et de conquête, il faut faire de la pédagogie, être tolérants : avec le temps, bien qu’un tel travail n’ait pas été fait pendant 40 ans, les choses devraient rentrer dans l’ordre. Les Français qui sont tentés de se vêtir de façon très différente de notre culture vont progressivement comprendre.

Cela dit, ne soyons pas naïfs : s’il y a des manifestations culturelles qui expriment volontairement une idéologie conquérante – et là c’est l’intention qui primera –, il faudra se montrer intraitables. Si le voile est le vecteur d’une idéologie qui souhaite imposer la charia en France, il faudra agir fermement. Il faut faire preuve de discernement : s’il y a une intention d’imposer véritablement une idéologie totalitaire à travers ce vecteur, il faut être intraitable et la République de France aura les moyens institutionnels de lutter contre cela, qui seront fondés en droit. En revanche, si c’est une personne qui se rend à la mosquée ou qui suit une tradition depuis des années, et que ce n’est pas du tout dans un but de provocation politique et identitaire qui irait à l’encontre de notre culture, il faut être bienveillant. Et puis je pense qu’il va y avoir une période de transition.

J’admire beaucoup Xavier Lemoine, le maire de Montfermeil, qui fait preuve de pédagogie et de bienveillance dans une ville où la majorité de la population est de sensibilité musulmane. Il y a des manifestations culturelles qui sont très différentes de la culture française : il essaie de leur enseigner la culture française en organisant des visites de musées à Paris, en mettant en place des cours de langue et de culture françaises, la première école de la fondation Espérance banlieues a ouvert chez lui. C’est ce travail qui est à faire, parce qu’on ne va pas pouvoir, d’un coup de baguette magique, passer de la situation actuelle, qui est assez chaotique , à une situation idyllique. 

Peut-on dire comme vous le faites que l’Etat islamique "nous a rappelés à nos origines" en nous qualifiant de peuple "qui porte la bannière de la Croix", alors que des millions de Français d'aujourd’hui n’ont pas eu le moindre ancêtre "croisé", ni même chrétien ?

 

Oui, mais il faut leur faire aimer cette culture. On est depuis 40 ans dans une crise de la transmission et on a tout fait pour leur faire détester cette culture, donc il est certain que la situation est très mauvaise. Mais il suffirait de quelques années où l’on aurait ré-enseigné les bienfaits de cette culture et son importance, et où l’on aurait réconcilié les Français avec leur histoire. Je pense bien sûr qu’il y a des apports culturels nouveaux qui se font tous les jours, mais le fondement de notre civilisation et de la société française, c’est le christianisme. Ça ne veut pas dire qu’il faut faire un Etat confessionnel : je reste dans la culture, je ne vais pas dans le cultuel. Chacun est libre de pratiquer le culte de son choix. Simplement, je pense qu’il est temps de refaire aimer la France à tous les Français. Je discute avec beaucoup de Français de sensibilité musulmane. Ils aiment notre culture chrétienne mais ils n’osent pas le dire, ce n’est pas politiquement correct, parce que ça fait des décennies qu’on veut nier cette réalité. Voyez encore la déclaration de Pierre Moscovici, il y a quelques jours, qui dit qu’il "ne croit pas" à nos racines chrétiennes. On ne lui demande pas de "croire", c’est juste un fait.

Vous parlez de "renouer le fil de la tradition rompu à la Révolution française". De quelle rupture s’agit-il exactement et comment la réparer ?

La Révolution est l’événement central de notre histoire politique récente et elle a bien sûr eu des effets positifs, je ne vais pas le nier. Mais il y a un problème : c’est cette volonté de déracinement, de table rase, qui a été très bien explicitée par Edmund Burke dès 1790. Cette rage avec laquelle les révolutionnaires, dès 1789, ont voulu effacer tout le passé parce que c’était du passé. Peut-être que certains d’entre nous auraient fait pareil à l’époque, mais c’est fou, arrogant et orgueilleux. On en subit encore les conséquences parce que ça crée une rupture dans la trame de notre histoire. Quand je parle de République de France, ça implique les racines chrétiennes mais aussi le fait que les lois non-écrites doivent être prises en compte par le législateur. Je souhaite donner au Conseil constitutionnel un rôle de gardien des lois non-écrites. Et j’ose dire qu’il faudrait modifier l’article 3 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Quand on dit que "la loi est l’expression de la volonté générale", je rajoute : "Elle ne peut faire obstacle aux lois non-écrites qui fondent l’existence d’un peuple et le maintiennent dans son être". Ça inclut les traditions et tout ce qui a été construit patiemment par les 80 générations qui nous ont précédées. C’est ça, la République de France : quinze siècles de sagesse populaire qui sont préservés et qui empêchent le législateur de faire n’importe quoi tous les cinq ans. Car une nation n’est pas un acte juridique et contractuel, c’est beaucoup plus que ça : c’est charnel.

Tous les principaux candidats à la primaire de droite affichent un programme très libéral économiquement, alors que les enquêtes d’opinion montrent que les sympathisants de droite attendent beaucoup moins des mesures économiques libérales que culturelles et identitaires. Vous qui êtes à la fois un entrepreneur proche du Medef et un conservateur proche de la Manif pour tous, pensez-vous pouvoir réunir ces deux pôles de plus en plus opposés au sein de la droite ? 

Oui, tous les gens que je vois jugent prioritaire la question culturelle. Bien sûr, les questions économiques et sociales restent importantes : le déficit, la dette et le chômage qui s’accumulent font râler tout le monde. Mais au-delà de ça, c’est maintenant la question culturelle qui prime. Et de toute façon, quand bien même on aurait un candidat de droite finalement investi avec un programme économique et social fantastique, il ne pourrait rien faire tant qu’il n’aurait pas traité la question culturelle et l’angoisse civilisationnelle dont parle Alain Finkielkraut, parce que la confiance ne reviendrait jamais. Et donc la croissance non plus. Et donc ses réformes ne serviraient à rien. C’est comme la lettre de Saint-Paul : s’il me manque le culturel, je ne serai qu’une cymbale qui résonne. Je ne comprends pas ce que font les candidats à la primaire, mais j’espère qu’ils vont s’ouvrir.

 

La jeune garde de la droite intellectuelle est pourtant de plus en plus critique à l’égard du libéralisme économique, et lui oppose justement la culture et les traditions…

Ce serait une régression, parce que je me réjouis, pour ma part, que les idées libérales progressent dans le champ économique. Mais uniquement dans le domaine de l’avoir, surtout pas dans le domaine de l’être. L’erreur est là. Ce qu’il faut, c’est réunir les libéraux du point de vue économique – que j’appelle anti-étatistes parce que le mot "libéral" est trop galvaudé –, et les enracinés. Voilà les idées qui pourraient rassembler une grande partie des Français en ce moment.

La demande d’Etat, qui gagne du terrain à droite, ne se justifie-t-elle pas tout de même au regard des événements récents comme les attentats terroristes sanglants de 2015, et maintenant les violences contre la police ou les débordements à répétition de Nuit Debout et des manifestations contre la loi Travail ?

Bien sûr, mais les libéraux sont pour un Etat fort. Adam Smith était pour un Etat fort. Le libéralisme qui fonctionne, c’est l’ordolibéralisme. Celui de Wilhelm Röpke : un Etat fort parce que recentré sur le régalien. On peut tout à fait concilier une demande d’Etat fondée sur une demande de sécurité forte et un Etat qui se désengage du non-régalien parce que lorsqu’il veut tout faire, il fait tout mal et ça ne fonctionne pas. 

Vous envisagez dans votre livre la création d’un nouveau régime. Mais au point d’écœurement où les Français en sont arrivés face à un système à bout de souffle, la solution peut-elle encore être politique ? Peut-elle seulement être pacifique ? 

Toutes les enquêtes d’opinion le montrent : il y a une immense insatisfaction face à la classe politique. Donc oui, j’appelle de mes vœux des changements institutionnels pour sortir de cette impasse. Et oui, il y a des moyens politiques d’y parvenir : on peut poser des questions au peuple par référendum si on arrive à réunir suffisamment de signatures, la barre est très haute mais c’est possible. Il n’y a pas que l’élection présidentielle, dont je n’attends rien. Je pense d’ailleurs qu’il faudrait revenir au système antérieur à 1962, et ne plus élire le président au suffrage universel. Ça les rend tous fous et ça transforme cette étape importante dans notre démocratie en mascarade. Les démocraties les plus matures n’ont pas cette élection incroyable fondée sur la rencontre d’un homme avec les médias, qui fabrique une personnalité de toute pièce, avec tous les dangers que ça comporte. Je crois plutôt à un régime présidentiel, mais où le président ne serait pas élu au suffrage universel. On reviendrait à la Vème République d’origine, celle d’avant 1962.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

02.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

03.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

06.

Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne

07.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

01.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Avant de parler relocalisations, il est urgent de répondre aux vraies causes des délocalisations

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jean-Benoist
- 22/05/2016 - 20:42
des voix commencent a
S'élèver contre la bien pensance et ceux qui rejettent nos origines.
Enfin, et merci
Deudeuche
- 22/05/2016 - 17:42
Merci M Beigbeder
l'athéisme pseudo laïc (laïc surtout si tout le monde est athée) a semé le lit de l'islamisme par une hostilité "religieuse" contre le judéo-christianisme. Oui la France, puis la République.
J'accuse
- 22/05/2016 - 13:14
Encore un qui veut réécrire la Constitution
La vraie Ve est celle de 62, pas celle d'avant; seule la personnalité de de Gaulle lui donnait son caractère présidentiel avant cette réforme: on ne peut pas avoir un régime présidentiel si le président n'est pas élu au suffrage direct. Inscrire une référence à la tradition chrétienne dans la Constitution est un non-sens dans une république laïque : la France est chrétienne par son histoire, pas par ses institutions. Arrêtons de vouloir réécrire partiellement ou totalement la Constitution, comme si tout dépendait de ça. La France a besoin d'un État fort grâce à un président fort, de pragmatisme dans sa politique, de respect du droit par tous (CGT incluse); ce n'est pas avec des mots mais avec des hommes et des actes qu'on améliorera la situation.