En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

03.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Alibaba tente d’acclimater le « Single Day » en France, sans TVA ni droits de douane

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

LR : l’illusion de la renaissance par le local

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Journée de commémorations
11 novembre : Emmanuel Macron inaugure un monument en mémoire des soldats morts
il y a 4 heures 11 min
pépites > International
Incertitude
Bolivie : Morales démissionne, le pays plonge dans l'incertitude
il y a 5 heures 36 min
pépites > Terrorisme
Expulsion
La Turquie va expulser 11 djihadistes français dans les prochains jours
il y a 6 heures 54 min
décryptage > Europe
Les entrepreneurs parlent aux Français

Margrethe Vestager : Démission !! Le Breton vite ! Mais nous sauvera-t-il ?

il y a 8 heures 34 min
décryptage > Economie
(Piètres) raisons

1,3% de croissance en France : pourquoi pas plus ? Quatre (piètres) raisons et une obligation

il y a 12 heures 22 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

La droite française est-elle maudite ? : les causes historiques de la malédiction de la droite

il y a 12 heures 23 min
décryptage > Environnement
Immobilité

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

il y a 12 heures 44 min
décryptage > Media
Totalitarisme de la gentillesse

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

il y a 13 heures 12 min
décryptage > Politique
Esprit du 11 novembre, es-tu là ?

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

il y a 14 heures 16 min
pépites > Economie
Renouveau
Le Medef pourrait changer de nom et être rebaptisé "Entreprises de France"
il y a 1 jour 36 min
Grossière erreur...
Etats-Unis : un jeune américain choque Twitter après s'être déguisé en Jawad Bendaoud pour Halloween
il y a 4 heures 42 min
light > Culture
Hommage
Abou Dabi inaugure sa nouvelle avenue Jacques Chirac
il y a 6 heures 25 min
décryptage > Politique
Vraiment ?

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

il y a 8 heures 18 min
décryptage > Sport
Réel succès ?

Cette maladie du tennis français qui se cache derrière la victoire de la France en finale de la FED Cup

il y a 11 heures 46 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les mystères médicaux autour de l’affaire de la nouvelle formule du Levothyrox

il y a 12 heures 23 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Au secours ? Amazon veut rendre Alexa intelligente en traitant nos données personnelles
il y a 12 heures 35 min
décryptage > Religion
Nouvelle ère

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

il y a 12 heures 48 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Alibaba tente d’acclimater le « Single Day » en France, sans TVA ni droits de douane

il y a 14 heures 10 min
décryptage > Histoire
L'air du temps

11 Novembre : il y a 100 ans débutaient les années folles… Aujourd’hui, les années vaches (sacrées) folles ?

il y a 14 heures 27 min
light > Finance
Bon investissement
Actions de la Française des Jeux : attention aux arnaques aux sites frauduleux
il y a 1 jour 1 heure
Atlantico Business

Au rythme où il va, François Hollande pourrait dépenser plus d’un milliard d’euros par mois pour essayer de racheter ses électeurs

Publié le 10 mai 2016
Depuis le 1er janvier, François Hollande a déjà promis et dépensé plus de 4 milliards d'euros pour rattraper des électeurs qui l'ont abandonné. Soit 1 milliard par mois, et ça va forcément continuer.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis le 1er janvier, François Hollande a déjà promis et dépensé plus de 4 milliards d'euros pour rattraper des électeurs qui l'ont abandonné. Soit 1 milliard par mois, et ça va forcément continuer.

La semaine qui s'ouvre va être, une fois de plus, très agitée pour le président de la République. D'abord, la loi Travail va être discutée au Parlement. Et tout le monde se demande combien de cadeaux électoraux le président de la République va se sentir obligé de distribuer pour faire oublier un nouveau fiasco. Parce que le fiasco politique paraît inévitable.

Aucun sondage ne permet de penser que Manuel Valls obtiendra sa majorité. Il va lui manquer 25 députes de gauche, les frondeurs jusqu'au-boutistes.

Le Premier ministre a deux solutions :

- Ou bien, il peut revenir sur une des dispositions-clé de la loi, mais sa loi n'aura plus aucun intérêt. Le point-clé concerne la hiérarchie des normes sur le terrain social et stipule qu'un accord d'entreprise en matière d'organisation du travail prévaut sur des accords de branches. La gauche en général ne peut pas accepter ce dispositif qui ouvre la voie, c'est vrai, à un risque de recul social. Cela dit, ce dispositif s'inscrit aussi dans une question de principe sur la responsabilité de l'entreprise, lieu privilégié de l'activité.

- Ou bien, le Premier ministre peut aussi dégainer l'article 49-3 de la Constitution, mais prend le risque de faire exploser complètement sa majorité et s'isole jusqu'à la fin du quinquennat. D'autant qu'une trentaine de députés de gauche souhaite cette explosion le plus tôt possible.

La solution dans les deux cas va être d'acheter des voix, encore et toujours.

Du coup, la question que beaucoup se posent à droite comme à gauche, c'est de savoir combien tous ces cadeaux vont encore coûter aux contribuables.

Parce que depuis que le président de la République a décrété que "le pays allait mieux", jamais il n'a dépensé autant d'argent pour soigner ou calmer tous ceux qui vont plus mal et qui le disent haut et fort.

Le montant de ce qui a été distribué depuis le début de l'année en direction des segments de clientèles électorales particulièrement agités et bruyants est alarmant : plus de 4 milliards d'euros en 4 mois (janvier, février, mars, et avril) soit 1 milliard d'euros par mois. François Hollande n'a pas déclaré officiellement sa candidature, mais on n'a pas de mal à imaginer ce qu'il dépensera pour prouver à ceux de ses électeurs qui lui ont tourné le dos, que la situation s'est amélioré.

La liste des cadeaux électoraux distribués depuis le début de l'année est déjà lourde.

1) Aux mouvements écologistes pour faciliter la transition énergétique soit 300 millions.

2) Toujours en début d'année, les agriculteurs en colère ont reçu 1 milliard d'euros comme indemnités d'urgence aux victimes de la concurrence internationale et aux excès de contraintes normatives dont ils sont accablés. Le système est machiavélique, on met en place des normes de qualité dans l'agriculture essentiellement pour faire plaisir aux écolos (ça coûte des sous) mais on est obligé de redonner des sous aux agriculteurs qui perdent leur ressort à cause des mêmes normes. L'Etat paie deux fois.

3) Les fonctionnaires, quant à eux, le cœur de cible de la gauche depuis des lustres, ont reçu la garantie de hausse du point d'indice pour un montant de 600 millions d'euros.

4) Les enseignants, pour leur part, le cœur du réacteur socialiste sait depuis peu qu'ils toucheront une prime de 800 euros soit 305 milliards d'euros.

5) Le plan de formation emploi rendu public pour amadouer les opposants syndicaux à la loi El Khomri va coûter 1, 6 milliard d'euros.

6) Les allocations octroyées aux jeunes étudiants, soit un RSA pour tous les jeunes de 18 à 25 ans sans emplois. L'assurance de percevoir 400 euros par mois pour un total de 200 millions sur l'année.

7) Reste le maintien du suramortissement autorisé sur les investissements des entreprises qui représente 400 millions d'euros.

Toutes ces mesures atteignent au minimum 4 milliards d'euros. Ce qui n'émeut personne.

Le plus grave dans cette mécanique infernale, c'est qu'elle s'inscrit dans une logique politique et un discours de campagne qui est désormais bien huilé. François Hollande a articulé son discours de campagne en trois actes qui répète en boucle dès qu'il aperçoit un micro.

Acte 1 : La France va mieux. Tous les membres du Gouvernement sont d'ailleurs priés de reprendre le refrain.

Acte 2 : La France va mieux, parce qu'on lui a infligé des remèdes de cheval, il a fallu multiplier les ponctions fiscales et parafiscales.

Acte 3 : Puisque la France va mieux, on peut redistribuer les fruits de l'effort à tous ceux qui ont consenti des efforts.

L'articulation du discours est très habile sur le fond, puisqu'elle exonère le Président et son équipe d'avoir à expliquer comment tous ces cadeaux seront financés. Ce ne sont pas des cadeaux, c'est une restitution de biens accaparés pendant les trois premières années du quinquennat. Les trois années de purge.

L'opposition de droite a bien évidemment relevé le montant de cette addition. On peut d'ailleurs y ajouter ce que coûtera la promesse d'une nouvelle baisse d'impôts sur les revenus de 2017 (6 milliards) ; on peut aussi cumuler les années 2016, 2017, et 2018. On arrive à un total de dépenses supplémentaires purement électorales de 15 milliards d'euros, soit trois fois ce que rapportera 0,5% de croissance supplémentaire.

Michel Sapin a mille fois raison de rappeler que, quand un pays comme la France a le déficit et l'endettement que nous savons, on ne peut pas parler de cagnotte.

L'opposition de droite reprend l'idée au vol, mais elle n'est guère entendue. Il faut dire que l'opposition ne grogne pas trop fort sur ce terrain. Le seul des candidats à la primaire des Républicains qui semble être mieux entendu que les autres, c'est François Fillon, et encore depuis quinze jours seulement.

En mettant l'accent sur le désastre économique et en prônant une rupture franchement libérale, il a réussi à reprendre du terrain et à dépasser Bruno Le Maire.

Parce que le Gouvernement gaspille les gains du redressement conjoncturel, au rythme effréné de 1 milliard par an, parce que les questions de sécurité sont moins obsessionnelles, mais aussi parce que les candidats de droite n'ont pas travaillé de programme alternatif très solide, l'opinion retombe sur la nécessité de trouver des solutions concrètes. D'où le renforcement des propos économiques d'Alain Juppé, et le retour en force des projets libéraux que porte François Fillon.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

03.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Alibaba tente d’acclimater le « Single Day » en France, sans TVA ni droits de douane

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

LR : l’illusion de la renaissance par le local

Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mado83@free.fr
- 09/07/2016 - 11:51
la dette
l'Etat ne "tient" malgré tous ses cadeaux électoraux parce que nos EMPRUNTS (pas la croissance)sont à taux zéro, mais cela n'empêche pas la dette d'augmenter, allons nous vers la faillite comme la Grèce ??
FH est un rusé à bonne école avec F Mitterand, la seule chose qui compte, c'est sa réélection et il balise son chemin par de la démagogie dans tous les domaines.. ce que l'on pense de lui, il s'en moque; il fait des représentations théatrales dans tous les domaines et cela doit le réjouir de se voir partout avec sa rondeur et sa bonhommie de facade, face aux grands qui se croient plus malins que lui
Attention à 2017, si les pointures de droite ne se réveillent pas, alors on aura encore le roi Dagobert à la Présidence!!!.
cloette
- 17/05/2016 - 12:20
Le décompte à commencé
345 jours ! mais il ne faudra pas le réélire , n'est ce pas, ceux qui ont voté pour lui dans un moment d'égarement !? Ou s'il est au 2 ém tour (après un coup tordu ) avec MLP , il ne faudra pas avoir peur de la blonde !!
jurgio
- 11/05/2016 - 14:02
Le réveil de l'ours gourmand à l'heure du miel
Pourquoi travailler 4 ans quand on peut berner les crétins de gauche au dernier moment ? Un peu de droite en pratique pour éviter le naufrage et maintenant beaucoup de gauche dans les paroles pour continuer à profiter du pactole : « Je le jure devant mon assiette de chez Laurent que je tiendrai mes promesses puisque pendant 5 autres années je pourrai faire n'importe quoi qui vous plaira sans me soucier des élections mais seulement avec le souci de ne pas vider les étriers » Un ours de bonne « Constitution » ! Merci qui ?