En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

05.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

06.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

07.

Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 7 heures 36 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 8 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 9 heures 38 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 11 heures 9 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 12 heures 33 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 14 heures 31 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 15 heures 7 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 15 heures 55 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 17 heures 15 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 17 heures 40 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 7 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 9 heures 16 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 10 heures 40 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 11 heures 57 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 14 heures 14 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 14 heures 56 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 15 heures 16 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 16 heures 39 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 17 heures 35 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 17 heures 44 min
Ich bin syndiqué

"La différence principale entre les syndicalistes français et allemands ? Eux ne tombent pas dans la contestation systématique"

Publié le 18 janvier 2012
Le président de la République reçoit ce mercredi les partenaires sociaux pour trouver un terrain d’entente sur des mesures pour l’emploi. La majorité érige très souvent l’Allemagne en modèle, et en particulier son mouvement syndical qui permettrait un dialogue social plus serein et abouti. Quelles leçons tirer du modèle syndical allemand ?
René Lasserre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
René Lasserre est Professeur des Universités et Directeur du CIRAC (centre d'information et de recherche sur l'Allemagne contemporaine).Il a récemment publié Relations sociales dans les services d'intérêt général : Une comparaison France-Allemagne (co...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président de la République reçoit ce mercredi les partenaires sociaux pour trouver un terrain d’entente sur des mesures pour l’emploi. La majorité érige très souvent l’Allemagne en modèle, et en particulier son mouvement syndical qui permettrait un dialogue social plus serein et abouti. Quelles leçons tirer du modèle syndical allemand ?

Atlantico : Le président de la République reçoit ce mercredi les partenaires sociaux pour un sommet social sur le thème de l'emploi. La majorité érige très souvent l’Allemagne en modèle, et en particulier son mouvement syndical. Quelles sont les grandes différences entre les syndicats français et allemands ?

René Lasserre : Ma première remarque concerne la représentativité des syndicats. En France, le taux de syndicalisation dans le privé plafonne à 5%. Chaque grand syndicat peut prétendre seulement à 1 ou 2 % des salariés. Les syndicats français sont une minorité agissante qui bénéficie de privilèges d’audience qui ne sont absolument pas justifiés. Le mouvement syndical allemand est beaucoup plus fortement représentatif. Il est d’ailleurs aussi fortement représenté au niveau local. Les syndicats allemands ne sont pas des espèces de partis politiques sociaux comme en France.

Le mouvement syndical allemand est aussi beaucoup plus unitaire. Il n’y a pas le pluralisme syndical que l’on a en France et qui conduit à un émiettement à la fois des organisations et des points de vue.

La troisième grande différence entre le syndicalisme français et allemand est la prise de responsabilité. Le syndicalisme allemand prend et partage des responsabilités. Alors qu’en France les syndicats sont essentiellement revendicatifs et contestataires. Le syndicalisme allemand est bien entendu un organisme puissant de défense des salariés mais il est également une force de proposition.

 

Iriez-vous jusqu’à dire que les syndicats français sont plus politisés ?

Je ne dirai pas « politisés » au sens partisan du terme car leur identification partisane est souvent très complexe et relèverait même de l’exégèse... Je pense qu’ils sont plutôt très idéologiques. Ils ne sont pas dans la logique de l’économie de marché et de l’entrepreneur. Ils ont adopté une logique de contestation du système plus que de réforme et d’amélioration des dispositifs existants comme cela existe en Allemagne.

Une entreprise, ce n’est pas seulement le patron et le propriétaire. C’est aussi une communauté d’intérêt (qu’on le veuille ou non) entre des gens qui investissent et des gens qui travaillent. Si ces deux acteurs ne s’entendent pas, cela ne peut pas donner de bons résultats. Justement, l’entreprise allemande, représente à la fois le patrimonial et le syndical. Il y a comme un accord de fond sur la raison d’être de l’entreprise.

 

 

Comment expliquez-vous le très faible taux de syndicalisation en France ?

Personne n’empêche les gens de se syndiquer. Si les salariés ne se tournent pas plus en masse vers les syndicats c’est qu’ils n’y trouvent pas leur compte. On a les adhérents que l’on mérite…

Je pense que l’un des facteurs de la baisse du syndicalisme en France est l’interventionnisme de l’Etat. Ce n’est pas à l’Etat de défendre les intérêts des salariés, c’est aux syndicats de faire cela. Cela revient à leur couper l’herbe sous le pied. Mais je crois que les syndicats sont finalement très contents d’avoir ce relai de l’Etat car sans cela ils n’auraient pas la puissance et l’audience qu’ils ont.

Sans avoir besoin de l’Etat, les syndicats allemands sont une puissance qui parle d’égal à égal aux patrons. Ils ont une position d’influence qui est sans commune mesure avec celle qu’il y a en France. Branches par branches, ils font une sorte de pacte compétitivité avec les patrons. Une entreprise plus solide c’est des emplois plus solides et moins rémunérés. Cela encourage l’innovation et le développement.

 

Concrètement, par quoi devons-nous commencer pour transposer le modèle allemand en France ?

Il faut d’abord cesser de déclarer tous les grands syndicats français représentatifs en supprimant la clause de représentativité et en négociant avec ceux qui sont réellement représentatifs.

Il faut ensuite créer un système par entreprise. On donnerait la possibilité à un syndicat dans l’entreprise (le plus représentatif) de négocier pour tous les autres. Le but est d’unifier à terme les instances de représentation dans l’entreprise. Il faut cesser ce système avec « 36 » représentations dans lequel chacun partage ses billes. Un conseil d’entreprise géré par le syndicat majoritaire et rien d'autre.

 

Propos recueillis par Jean-Benoît Raynaud

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (33)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Lepongiste
- 20/01/2012 - 08:02
La différence entre les syndicats Français et Allemands !!
Les Français chantent toujours l'internationale.....
vangog
- 20/01/2012 - 00:25
"Acquis sociaux" ou "privilèges sociaux"? ou est l'EGALITE?
Quand un fonctionnaire Français va travailler en Gadeloupe, son Salaire est multiplié par 1.5, ses points de retraite comptent double, son voyage, son logement et son déménagement sont payés par l'état. Quand un salarié privé va travailler en Guadeloupe, il ne gagne pas plus, paie tous ses frais et il remboursera la dette de l'état indigent par ses impôts, ceux de ses enfants, petits enfants etc..
Anaxagor
- 19/01/2012 - 19:57
L'Etat dans l'état.
Incapables de vivre de leurs seuls adhérents, ce sont fonctionnaires comme les autres. Ils excellent dans les protections des droits des fonctionnaires. Mais sont complètement incompétents en ce qui concerne le Privé. D'ailleurs, ils sont pour beaucoup dans le démantèlement d'entreprises de ce pays. Casser pour mieux régner.