En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

05.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

06.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

07.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

01.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 33 min 20 sec
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 1 heure 30 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 1 heure 43 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 2 heures 4 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 2 heures 22 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 2 heures 34 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Robots, intelligence artificielle : qu’est-ce qui va fondamentalement changer pour votre métier ?

il y a 2 heures 38 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Edouard Balladur, ou les caprices du destin

il y a 2 heures 38 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 19 heures 27 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 20 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 1 heure 14 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 1 heure 37 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 1 heure 49 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 2 heures 12 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 2 heures 30 min
décryptage > Media
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Michel Drucker, le pater familias du PAF

il y a 2 heures 38 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Monde de demain : les bienfaits de l’intelligence artificielle dans le domaine de la santé

il y a 2 heures 38 min
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 18 heures 55 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 19 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 22 heures 32 min
© REUTERS/Stefan Wermuth
© REUTERS/Stefan Wermuth
Shocking, isn't it ?

Elections locales en Grande-Bretagne : quand l’antisémitisme d’une partie de la gauche s’immisce dans la campagne

Publié le 05 mai 2016
Alors que les Londoniens sont appelés aux urnes ce jeudi pour désigner le maire qui succédera à Boris Johnson, l'antisémitisme d'une partie de la gauche britannique s'est invité dans la campagne entre le travailliste Sadiq Khan et le conservateur Zac Goldsmith.
Bruno Bernard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anciennement Arthur Young.Ancien conseiller politique à l'Ambassade de Grande-Bretagne à Paris, Bruno Bernard est aujourd'hui directeur-adjoint de cabinet à la mairie du IXème arrondissement de Paris.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les Londoniens sont appelés aux urnes ce jeudi pour désigner le maire qui succédera à Boris Johnson, l'antisémitisme d'une partie de la gauche britannique s'est invité dans la campagne entre le travailliste Sadiq Khan et le conservateur Zac Goldsmith.

Atlantico : Jeudi 27 avril, Ken Livingstone (ancien maire de Londres) a été exclu du parti travailliste pour avoir déclaré que Hitler "soutenait le sionisme". L'ancien Premier ministre travailliste Tom Harris a récemment déclaré que le parti avait "un problème avec les juifs". Existe-t-il effectivement une certaine frange antisémite au sein du parti travailliste anglais ? Dans quelle mesure cet antisémitisme de gauche est-il un phénomène nouveau ?

Bruno Bernard : Avant toute chose, je récuse l’idée qu’il n’existe pas un antisémitisme de droite ou de gauche, l’antisémitisme existe et il peut prendre plusieurs formes selon les franges de la société mais il demeure avant tout fondé sur la haine du juif.

Dans les partis de gauche européens ou autres, l’antisémitisme se justifie en utilisant le cliché éculé du juif capitaliste exploiteur et de manière plus contemporaine en confondant à dessein juif et israélien. A mon sens, si le droit de critiquer la politique menée par l’Etat d’Israël comme celle de tous les autres Etats existe, celui d’assimiler tous les juifs à celle-ci est une forfanterie intellectuelle et une faute morale. Les partis de gauche ne justifiant leur existence que par l’existence de nouvelles "victimes" à défendre, les Palestiniens étaient des candidats parfaits pour endosser ce rôle, même si au final pas un gouvernement de gauche européen n’a apporté de solution à la tragédie palestinienne.

L’antisémitisme du parti travailliste britannique est donc un mélange de vieil anti capitalisme marxisant allié à un tiers-mondisme revisité et adopté par un électorat musulman très réduit mais extrêmement visible qui en a fait un critère essentiel de choix politique.

Cet antisémitisme se retrouve-t-il au sein d'une partie de l'électorat travailliste britannique ? Quelles sont les catégories sociales et/ou culturelles les plus concernées ? A quel point est-il devenu un véritable enjeu électoral ?

L’aile la plus dure du parti travailliste, revenue dans le sillage de Jeremy Corbyn, est devenue très visible. La disparition, relative, des "Blairites" donne l’impression que le Labour est submergé par une vague radicale où l’antisémitisme joue un rôle prégnant. Il existe certes un faible électorat travailliste musulman qui au nom de la cause palestinienne se livre à des dérives anti-israéliennes pouvant aller jusqu’à l’antisémitisme, notamment sur les réseaux sociax. Celui-ci est représenté par des élus locaux, eux-mêmes musulmans, voire nationaux comme la député Naz Shah qui, sur les réseaux sociaux, dérapent, ce qui entraîne leur suspension mais ne règle en rien le problème. Ainsi, 50 membres du Labour auraient ainsi été suspendus pour remédier à la crise actuelle alors que celle-ci est plus profonde car elle est celle d’une certaine gauche qui dans les années 1970 a pris fait et cause pour les mouvements palestiniens et qui n’a jamais su ou voulu évoluer depuis cette époque. Aujourd’hui, il est impossible de dire quel impact électoral cela aura sur un parti qui ne s’est toujours pas relevé de la défaite aux élections législatives de 2015. On peut néanmoins prédire que cela ne va pas le renforcer, que ce soit pour les élections locales ou le référendum pour le Brexit.

Ce jeudi sera élu le successeur de Boris Johnson à la mairie de Londres. Quel effet pourraient avoir les récentes sorties antisémites de certaines figures du parti travailliste sur le candidat Sadiq Khan, qui jouissait jusqu'ici de quelques points d'avance sur son rival conservateur Zac Goldsmith ?

La campagne entre M. Khan et M. Goldsmith n’a pas été une campagne propre, notamment du fait de l’implication de Lynthon Crosby, l’homme derrière la victoire des conservateurs en 2015, en faveur de M. Goldsmith. Ainsi, les conservateurs n’ont pas hésité à cibler les sikhs, hindous et musulmans de la capitale britannique avec des messages très négatifs, jouant sur les réflexes historiques de communautés qui se sont déchirées par le passé, obligeant Zac Goldsmith, un conservateur de centre-droit plutôt écolo, à répondre à la question : "Êtes-vous raciste ?".

C’est désormais au tour de M. Sadiq Khan, avocat spécialisé dans les droits de l’homme, ancien ministre, de confession musulmane, de devoir se défendre de tout antisémitisme en tant que candidat travailliste.

Le résultat de cette bataille de chiffonniers où tous les coups sont permis sont généralement une plus faible mobilisation de l’électorat, dégoûté par l’ambiance de l’élection, ce qui aura un impact crucial pour Khan, qui en tant que proche d’Ed Miliband, porte encore les stigmates de la lourde défaite de 2015.

On sait aussi qu'une partie de la gauche française colporte volontiers un certain nombre de préjugés antisémites. Quelle importance a-t-elle ? Ce phénomène est-il également susceptible d'avoir des conséquences à l'occasion de prochaines échéances électorales ?

L’antisémitisme présent dans la gauche française, notamment chez certains écologistes et dans les partis d’extrême-gauche, a les mêmes racines que celui présent dans le parti travailliste : anticapitalisme, anti-impérialisme (nouveau nom du tiers-mondisme), le musulman qui devient l’incarnation du damné de la terre si cher à l’imagerie de la gauche.

Le paradoxe de la gauche française est qu’à chacune de ses arrivées au pouvoir elle incarne un véritable espoir dans la population : espoir d’une amélioration du quotidien, espoir d’une société plus apaisée... Ceux-ci sont nombreux et l’exercice de ce pouvoir déçoit toujours profondément. Tellement profondément qu’il faut à chaque fois un long passage d’une droite souvent brutale mais peu efficace pour redonner envie à une majorité de la population de voter à nouveau à gauche. C’est cette déception qui a eu, a et aura toujours des conséquences sérieuses électorales pour la gauche française. Et la notion, vantée par Terra Nova, qui veut que les populations musulmanes françaises soient structurellement des électeurs de gauche car immigrées ou issues de l’immigration, indépendamment du nombre de générations, est une erreur d’appréciation majeure, comme on l’a vu à l’occasion de la loi sur le mariage pour tous et son impact dans l’électorat musulman.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Atlantica75000
- 06/05/2016 - 11:22
Camton
O Temps, suspends ton voile
Atlantica75000
- 06/05/2016 - 11:19
C'est parti !
C'est part :les media, RMC en tête commencent à nous seriner que les méchants électeurs français n'élisent pas assez de politiques de la "diversité"
RMC toujours en forme pour attirer l'audience des consommateurs des classes moyennes des 2 et 3ème génération (Les Grandes Gueules, un objet d'étude pour Houellebecq dans la Soumission !); . Ce matin, sondage écrasant d'auditeurs contre le vote d'un maire musulman mais intervention à l'antenne uniquement des minoritaires !)
Ah !, c'est beau un tel courage
sapiensse
- 06/05/2016 - 05:56
Démago
Bon, franchement que va faire Sadiq : des logements sociaux et le transport pour tous. Pourquoi des logements sociaux ? pour entasser un peu plus la population dans une ville ? Qui va en profiter si ce n'est comme à Paris des hauts fonctionnaires et apparatchiks de partis (en répartissant soigneusement le gâteau entre travaillistes et conservateurs, comme à Paris pour éviter la délation)... bof. Quant aux subventions pour prendre le métro, la redistribution malheureusement on sait que ça mène à la dette puisqu'il n'y en a jamais assez. Et cerise sur le gâteau : près d'un quart des musulmans anglais sont pour la charia, ça promet.