En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

06.

Une étude universitaire affirme que laver le linge à 25°C est meilleur pour l’environnement. Mais les vêtements ressortent-ils propres de la machine ?

07.

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

02.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

03.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

04.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

05.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Ultimes mystères
Affaire Benalla : le témoin-clé Chokri Wakrim met en cause des membres de l’Elysée sur la question de la disparition des coffres-forts
il y a 10 min 6 sec
pépites > Politique
L'heure du bilan
69% des Français considèrent qu'Emmanuel Macron ne sera pas réélu en 2022
il y a 3 heures 21 min
light > Culture
"Always look on the bright side of life"
Mort de Terry Jones, membre des Monty Python et réalisateur de "La Vie de Brian"
il y a 7 heures 33 min
pépites > Politique
Bataille de chiffres
L'Association des maires de France souhaite obtenir une modification de la "circulaire Castaner" pour les municipales
il y a 8 heures 55 min
décryptage > Santé
Industrie pharmaceutique

Autorisation de médicaments : les consommateurs ont droit à la transparence

il y a 10 heures 24 min
décryptage > Social
Surtout que Martinez ne se fâche pas !

CGT : Cancer Généralisé du Travail

il y a 10 heures 44 min
décryptage > Social
Réforme

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

il y a 11 heures 8 min
décryptage > Environnement
Révolution ?

Une étude universitaire affirme que laver le linge à 25°C est meilleur pour l’environnement. Mais les vêtements ressortent-ils propres de la machine ?

il y a 12 heures 16 min
décryptage > Politique
Souvenirs, souvenirs

Nicolas Sarkozy présente ses voeux, c’est l’occasion de se repencher sur son mandat ou le dernier mandat présidentiel "tranquille"

il y a 13 heures 21 min
décryptage > Environnement
Davos 2020

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

il y a 14 heures 6 min
pépites > International
Soupçons
Piratage du téléphone de Jeff Bezos par l'Arabie saoudite : des experts de l'ONU réclament une enquête
il y a 2 heures 34 min
pépite vidéo > International
Tension
Incident entre Emmanuel Macron et des policiers israéliens au cœur de la Vieille Ville de Jérusalem
il y a 6 heures 39 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part" de Arnaud Viard : l'amour, la tendresse et la nostalgie en partage...

il y a 8 heures 26 min
pépite vidéo > Europe
Vigilance
Les images impressionnantes de la tempête Gloria dans les Pyrénées-Orientales et en Espagne
il y a 9 heures 32 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

L’affaire des "médecins empoisonneurs" : quand Staline inventait des complots imaginaires contre les Juifs

il y a 10 heures 39 min
décryptage > Economie
Larmes de crocodile

Inégalités : et le choeur des pleureuses milliardaires repris à Davos

il y a 10 heures 53 min
décryptage > Social
France

Les cercles vicieux du modèle social français

il y a 11 heures 29 min
décryptage > Europe
Concurrence européenne

Post-Brexit : entre un Singapour britannique et un cavalier solitaire allemand, quel destin pour l’économie française ?

il y a 12 heures 47 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

A trop célébrer l’attractivité française, on en oublie les effets pervers

il y a 13 heures 49 min
pépites > People
Retraite
Après 50 ans de carrière, le couturier Jean Paul Gaultier dit adieu aux défilés haute couture
il y a 1 jour 4 heures
Tremblez !

Nucléaire : comment Cadarache tente d’éviter à la France un Fukushima

Publié le 18 janvier 2012
Un exercice simulera ce mardi un séisme impactant le centre d'études sur l'énergie nucléaire de Cadarache. Il s'agit pour tous les acteurs de la sécurité nucléaire de tester les capacités de réaction de chacun en situation de crise. La France peut-elle vivre un jour son Fukushima ?
Henri de Choudens est le président de l'Institut des risques majeurs (IRMA) de Grenoble.Il a été pendant 5 années auditeur du CEFRI pour la certification des entreprises ayant des salariés amenés à travailler en zone à risque nucléaire.Henri de Choudens...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri de Choudens
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri de Choudens est le président de l'Institut des risques majeurs (IRMA) de Grenoble.Il a été pendant 5 années auditeur du CEFRI pour la certification des entreprises ayant des salariés amenés à travailler en zone à risque nucléaire.Henri de Choudens...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un exercice simulera ce mardi un séisme impactant le centre d'études sur l'énergie nucléaire de Cadarache. Il s'agit pour tous les acteurs de la sécurité nucléaire de tester les capacités de réaction de chacun en situation de crise. La France peut-elle vivre un jour son Fukushima ?

Atlantico : Un exercice d'envergure régionale simulera ce mardi un séisme impactant la centrale nucléaire de Cadarache. Les centrales nucléaires françaises sont-elles armées pour faire face à un éventuel tremblement de terre ?

Henri de Choudens : Règlementairement, quand l’on construit une centrale, il y a une prise en compte méthodique de la sismicité de la région sur laquelle est implantée la centrale nucléaire. On étudie ce que l’on appelle le Séisme maximum historique vraisemblable. L’idée est de déterminer le risque en recherchant dans le passé ce qui a pu se produire dans le secteur et en analysant bien entendu les données scientifiques dont on dispose sur l’existence d’éventuelles failles ou de particularités géologiques.

Ensuite, nous nous fixons une valeur de magnitude de ce séisme historique vraisemblable, on le majore d'une demi-échelon (si le séisme historique est de magnitude 6, on prend pour le dimensionnement de le centrale, un séisme de magnitude 6,5 dont l'épicentre serait sous la centrale) et la centrale est construite en conséquence pour résister à un séisme d’une telle valeur.

Ce sont des expériences qui sont reconduites très régulièrement car les données évoluent au grès des changements de sols.

 

Est-il possible de passer à côté d’un séisme ?

Il est possible de détecter les tremblements de terre. Tout cela est bien étudié et surtout surveillé. Dans les régions spécialement sismiques, il y a des réseaux de surveillance qui enregistrent même les secousses les plus infimes. C’est une opération qui se produit près d’une fois par semaine.

En revanche, c’est un réseau de surveillance et non pas de prévisions. La prévision des tremblements de terre n’est pratiquement pas possible. On ne peut pas encore dire quelle amplitude maximum pourrait avoir tel ou tel séisme.  Il y a eu des tas d’éléments qui ont été indiqués comme ayant la possibilité de prévoir les secousses mais qui ne donnent rien de concret. Certains ont même parlé du comportement animal. On dit que les animaux seraient très sensibles à de très faibles mouvements de sol et qu’ils pourraient alors nous avertir d’une éventuelle secousse sismique. Cela reste assez folklorique je crois.

La théorie la plus sérieuse est celle du dégagement du gaz radon (gaz radioactif émis par l’uranium qui se trouve à l’état de trace dans pratiquement tous les terrains) qui aurait tendance à se dégager de façon beaucoup plus importante quand il  y a une menace sismique.

 

En termes de prévention et d’information, que fait la sureté nucléaire ?

Je pense que les gens qui vivent à proximité des centrales sont plutôt bien prévenus. Il existe des commissions locales d’information qui sont mises en place autour de toutes les installations nucléaires françaises. Elles ont pour rôle d’informer la population et l’on y retrouve aussi bien des élus locaux que des membres d’associations.

Ce qui est important c’est qu’il y ait une information pérenne. Il ne faut pas seulement lancer des grandes campagnes comme on le fait de temps en temps et puis ne plus en parler pendant trois ou quatre ans. On constate à l’Institut des risques majeurs (IRMA) que les informations que l’on donne pendant ce genre de campagne tombent rapidement dans l’oubli.

 

Une fois l’accident passé, comment s’organise la réaction ?

L’intervention en cas de crise est régie de façon très organisée. Il y a dans chaque installation un Plan d’organisation interne (POI) qui coordonne, au niveau de l’exploitant, la réponse à une éventuelle catastrophe. Il s’agit de mettre en œuvre tout ce qu’ils peuvent pour limiter les dégâts causés par l’accident et pour éviter qu’il y ait un surcroit d’atteinte à l’environnement.

Si l’accident se propage à l’extérieur de la centrale et qu’il y a des fuites radioactives, le préfet prend les choses en main. Il lance alors un Plan particulier d’intervention (PPI) pour protéger l’environnement et les populations. Il peut déclencher l’alerte à la population par les moyens classiques d’alerte (sirènes, haut-parleurs voiture, appels téléphoniques de masse etc…). La consigne pour la population est alors de rester confiner chez soi. Si la situation devient trop grave, le préfet peut aussi ordonner l’évacuation préventive de la population.

 

Qui intervient alors à l’intérieur de la centrale ?

Toute centrale a un service de sécurité et de sapeurs-pompiers spécialisés dans les interventions en milieu radioactif. Elle peut aussi faire appel à des secours extérieurs comme les Cellules mobiles d’intervention radiologique (CMIR) pour effectuer des mesures.

Si vraiment la situation le veut, le préfet peut aussi ordonner une mobilisation des moyens nationaux. L’Autorité de sureté nucléaire (ASN) est bien évidement mise en alerte. Elle se charge de conseiller le préfet et le gouvernement sur les mesures nécessaires à prendre.

 

Quel est le risque le plus dangereux pour les centrales françaises ?

Le risque le plus important n’est pas un risque simple : séisme, inondation, ouragan etc... Nous sommes plutôt bien armés pour résister à ce genre de catastrophes. Ce qu’il faut éviter absolument c’est la conjonction de plusieurs risques comme cela s’est passé à Fukushima. Au Japon, le tremblement de terre en lui-même n’aurait pas causé autant de problèmes. La centrale a très bien résisté aux secousses. Ce qui a provoqué la catastrophe c’est que ce tremblement a engendré un tsunami dont l’importance a été sous-évaluée.

C’est justement ce qui est étudié actuellement dans le cadre de la réévaluation de la sureté des centrales nucléaires. L’ASN demande à EDF de déterminer les phénomènes catastrophiques qui pourraient se déclencher en réaction à un phénomène d’origine.

 

Propos recueillis par Jean-Benoît Raynaud

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

06.

Une étude universitaire affirme que laver le linge à 25°C est meilleur pour l’environnement. Mais les vêtements ressortent-ils propres de la machine ?

07.

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

02.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

03.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

04.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

05.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Vaticiné
- 17/01/2012 - 21:30
(4,3 de magnitude, et épicentre au pied de la pré-citée montagne
...montagne qui prend 7mm/par an...Ca pousse fort !!
Vaticiné
- 17/01/2012 - 21:06
(j'ai encore en mémoire celui de 1984 a Aix)
'pas de victimes mais ça a réveillé tout le monde...à quand le prochain...
Vaticiné
- 17/01/2012 - 21:02
Certes, mais le risque sismique est lui bien réel
(je précise que je suis plutôt pro et que je n'habite pas ASSEZ loin). Quand on se balade dans le coin, il suffit de regarder le paysage pour voir qu'en dessous ça pousse, et fort : entre la Ste Victoire, littéralement sortie du sol au milieu de nulle part, et les nombreux tremblements de terre violents (rognes rayée de la carte en 1909..), la question est plus "quand" que "peut-être"...