En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Atlantico Business
Chômage : et si François Hollande s'apprêtait finalement à gagner son pari grâce à Manuel Valls et Emmanuel Macron ?
Publié le 28 avril 2016
La publication des derniers chiffres de l’emploi apporte des signes d'une amélioration indiscutable, mais génère à gauche une cacophonie de commentaires un peu inquiétante.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La publication des derniers chiffres de l’emploi apporte des signes d'une amélioration indiscutable, mais génère à gauche une cacophonie de commentaires un peu inquiétante.

Ce qui est incroyable, c’est le ridicule des commentaires politiques autour du chômage. Enfin les commentaires faits par la gauche. En 48 heures, on a entendu tout et n’importe quoi. La droite, elle, se tait et elle a bien raison.

La semaine a commencé par une grande messe célébrant les réformes de gauche du Président qui est devenu inaudible. Les derniers grognards de la garde, les fidèles des fidèles rameutés par Stéphane Le Foll étaient là pour dérouler les évangiles. Très bien, la grande messe avait pour but de montrer que François Hollande n’avait pas trahi ses promesses de campagne et qu'il avait tout fait pour les pauvres et les malheureux. Personne n’a relevé qu’il en avait surtout augmenté le nombre.

Le lendemain, une rumeur habilement distillée dans l'après-midi laisse entendre que les chiffres du chômage pour le mois de mars seront nettement améliorés, et d’envoyer de l’Elysée des éléments de langages à tous ceux qui seraient invités sur les plateaux de télévision avec une phrase-clé : la courbe du chômage s'est retournée. Donc tout va mieux. Beaucoup mieux grâce à la politique de François Hollande.

Le lundi, tout va bien parce qu’on a fait une politique de gauche. Le mardi soir, tout ira mieux parce qu'on a fait le pacte de compétitivité. Le lundi, on nous explique qu'il ne faut pas compter sur les entreprises pour qu'elles tiennent leurs engagements. Le mardi, on nous rappelle que la baisse des charges a quand même débloqué l'emploi. Le lundi, les patrons sont encore un peu voyous, mais le mardi certains ont fait amende honorable.

Si l'opinion publique comprend quelque chose à cette situation, le Gouvernement aura beaucoup de chance. En fait, la dichotomie des commentaires correspond à la schizophrénie du Gouvernement. Un coup à gauche pour faire plaisir aux grincheux et aux frondeurs, ceux qui pensent que c’était mieux avant. Un coup à droite pour reconnaître que les moteurs de l'activité sont plus nombreux dans les entreprises que dans les partis politiques.

La vérité dans tout cela, c’est que le Gouvernement ne sait plus où il habite. Il a deux maisons et "qui a deux maisons, dit le proverbe, perd la raison".

L'explication de cette cacophonie tient en trois actes, comme au théâtre.

1) Le constat. Les chiffres dénotent une nette amélioration de l’emploi en avril, et même sur les populations à risques : les seniors et les jeunes. Cette amélioration est imputable au secteur privé (pour une fois) parce que l'activité économique s’est améliorée depuis six mois. On le voit, on le sent sur la croissance, les rentrées fiscales, les importations, la consommation et même l'investissement.

2) L’explication. Très simple, l’environnement international ne pouvait pas être meilleur depuis un an. Les taux d'intérêts sont proches de zéro, l'euro a baissé, le pétrole a perdu la moitié de son prix, la BCE a inondé l'Europe de liquidités… Que demander de plus ? Surtout que les premières mesures du Gouvernement ont commencé à provoquer quelques effets dans les entreprises. Le CICE, le contrat d'impôt et d’emploi conjugué au pacte de compétitivité ont quand même contribué à alléger les trésoreries des entreprises. Les entreprises ont les moyens d’investir et de se rééquiper, l'immobilier repart doucement…

3) Coupables et responsables. Les ingrédients du redressement sont en place depuis plus de deux ans. Louis Gallois est intervenu très très vite. La question est : pourquoi les ressorts n'ont pas fonctionné plus tôt ? La réponse est : parce que les chefs d’entreprise n'avaient pas confiance. Or, il se trouve que depuis un an, et plus précisément depuis six mois, les partisans d'une politique pro-business au sein du Gouvernement ont donné de la voie. Le débat entre Manuel Valls et Emmanuel Macron a trait sur des questions de personne et pas de politique. La vigueur de ce débat a montré aux chefs d’entreprise que la politique française avait vraiment changé. La majorité du Parti socialiste a certes volé en éclat puisque les frondeurs ont fait cessation. Arnaud Montebourg est passé aux oubliettes, il est resté un discours de fond sur l’entreprise et sur la nécessité de moderniser le système capitaliste et l'organisation du travail.

Ce discours-là était très homogène, partagé par les trois principaux acteurs de la gouvernance qui attiraient tous les médias : Macron, Valls et Hollande. Personne ne sait si ce triumvirat tiendra jusqu’en 2017 ou s’il explosera sous le poids des ambitions personnelles, mais ce qui est sûr c’est que la musique composée par Manuel Valls, écrite et chantée par Emmanuel Macron avec un chef d'orchestre qui avait du mal à suivre, a quand même imprégné fortement le monde des affaires.

Depuis six mois, le monde des chefs d'entreprise a acquis la conviction que la gouvernance française s’était convertie aux contraintes de la réalité de l'économie de marché. D'où la meilleure visibilité, d’où les décisions d'embauche. Et cette conversion, il est évident que le système la doit à Manuel Valls et à Emmanuel Macron.

Par conséquent, si François Hollande réussit à inverser durablement la courbe du chômage et à obtenir un climat moins anxiogène sur le front de l’emploi, il le devra à l’environnement international mais il n’y est pour rien, à la mise en place de quelques réformes de compétitivité installées par Manuel Valls, mais il le devra surtout à Emmanuel Macron qui a diffusé une pédagogie libérale et qui a montré aux chefs d’entreprise que ce pays pouvait évoluer.

Première moralité : Emmanuel Macron va avoir intérêt à continuer de distiller un discours assez radical dans les mois qui viennent ; et François Hollande, aussi curieux que cela puisse paraître, va avoir intérêt à le garder dans son équipe.

Deuxième moralité : les coupables désignés par la gauche de la gauche d’avoir politiquement planté le quinquennat de François Hollande sont aujourd’hui responsables des quelques chances de redressement économique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
02.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
03.
Sauver la France en travaillant plus, pourquoi pas… Pourquoi le diagnostic initial ne correspond que de loin à la réalité vécue par les Français
04.
Travaux à Paris : « Je creuse donc je suis ! »
05.
La guerre du pétrole n’aura pas lieu. Mais avec Donald Trump qui veut asphyxier l’Iran, on joue avec le feu
06.
Une série d’erreurs serait à l'origine de l’incendie de Notre-Dame de Paris
07.
Pourquoi la France est malade de son immobilier
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
06.
Tous végétariens ou vegans ? Quand l’OMS met le hola sur les régimes universels écologiques
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
04.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
05.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
06.
Tous addicts à la polémique : votez-vous encore pour ce que les candidats se proposent de faire ou uniquement pour ce qu’ils sont ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Geolion
- 29/04/2016 - 10:47
NON, NON ET NON !
Non, non et non ! Quoiqu'il arrive à partir de maintenant, Hollande a définitivement perdu son pari ! Car ce pari était sa promesse de l'inversion de la courbe du chômage pour fin 2013 ! Ensuite et à l'instar de sa porte parole du gouvernement, N.V. Belkacem qui n'était pas encore ministre et qui avait menti en disant à la fin d'un de ses communiqués que la courbe du chômage s'était inversée, il a, lui aussi, dit à plusieurs reprise que le chômage baisait ! Il a donc perdu !
Car, il est bien évident qu'un jour, cette courbe s'inversera. Mais ça ne sera pas du tout grâce à Hollande et à sa politique !
Depuis 2 ans déjà, le chômage baisse dans des pays proches de nous en Europe : Italie, Espagne, Allemagne, Grande Bretagne.....Et en France ??????? Toujours pas d'embellie...!
Et surtout, il faut se rappeler en permanence que depuis l'arrivée de shamalow au pouvoir, il y a en France près de 800.000 chômeurs de plus qu'avant ! Il ne faut surtout pas l'oublier !!
vangog
- 28/04/2016 - 22:59
@OLYTTEUS Votre témoignage est plus probant
que toutes les déclarations de la classe mediatico-politique qui resserre les rangs autour de ses statistiques manipulées...plus probant, et plus inquiétant aussi. Cela signifie que des Francais se sentent tellement incapables de retrouver un emploi dans le paradis socialiste, qu'ils préfèrent simuler une invalidité imaginaire (ou provoquée) pour accéder à l'assistanat à vie et sans douleur...on est en phase terminale du gauchisme ( et cela excite les zadistes...)!
OLYTTEUS
- 28/04/2016 - 22:18
Manipulations des chiffres et des chomeurs!!!!
Médecin conseil à la Sec Soc, je suis envahie, depuis environ 6 mois,comme mes confrères, de demandes d'invalidité par des chomeurs rejetés par pôle emploi !