En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Zone franche

Double A : le "moment Bayrou" joue les prolongations

Publié le 16 janvier 2012
Sarkozy n’a pas su nous éviter la seconde division, Hollande a l’air capable de nous faire glisser en division d’honneur et le gang souveraino-isolationniste nous ferait carrément plonger dans les tréfonds. Qu’est-ce qui nous reste ?
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sarkozy n’a pas su nous éviter la seconde division, Hollande a l’air capable de nous faire glisser en division d’honneur et le gang souveraino-isolationniste nous ferait carrément plonger dans les tréfonds. Qu’est-ce qui nous reste ?

Nicolas Sarkozy est-il définitivement cramé avec cette histoire de triple A perdu ? C’est difficile à dire : d’abord, c’était prévu et, pour pas mal de gens, tout ça va rester assez virtuel pendant encore quelques temps.

Bien sûr, les taux auxquels la France emprunte sont susceptibles d’augmenter et le service de la dette risque de coûter plus cher à l’État, diminuant d’autant sa capacité à balancer l’argent qu’il n’a pas par la fenêtre… Mais, dans les milieux autorisés coluchiens, on s’autorise à penser que la dégradation avait été anticipée par les marchés et que la prime de risque exigée de nous par les gnomes de Zurich est déjà à peu près au bon niveau (à quelques pouillèmes près) ― soit 3% à dix ans contre 1,7% pour les vertueux Allemands.

N’empêche, le statut du grand protecteur des Gaulois face à la tourmente planétaire est salement écorné. La France est désormais en seconde division financière, même si c’est en compagnie des meilleurs, États-Unis en tête. Et, sur un bulletin de dernier trimestre, ça ne donne pas nécessairement envie aux membre du conseil de classe de se montrer indulgents.

― Élève Sarko, vous en avez fait quoi, du « trésor national » qui vous avait été confié ?
― Ah ben désolé, je l’ai paumé. Mais c’est déjà arrivé aux Danois, aux Canadiens ou aux Australiens et ils ont fini par le retrouver, leur triple A
― Exact, mais ça leur a pris du temps et ils ont accepté de réduire leurs dépenses publiques, de remodeler leurs administrations, de redéfinir le rôle de l’État et de transformer radicalement leurs économies. Vous vous sentez capable de faire ça ?
―…

Hum. Dont acte.

Le problème, c’est que pour tous ses ratages, l’omniprésident reste nettement plus crédible que son principal challenger, homme de bonne volonté mais dont le programme, s’il était mis en route, nous ferait perdre un second A dans les 5 minutes. Ça ne serait pas la guerre pour autant : on peut très bien vivre avec un seul A comme les Espagnols, ou même avec plus de A du tout comme les Italiens. Mais disons que ça ne facilite pas beaucoup la vie des entreprises et des particuliers dont les taux d’emprunts dépendent de ceux auquel l’État se finance.

Pour ne rien dires des collectivités locales, qui elles aussi sont affectées par ce petit détail technique.

Donc, en gros, dans trois mois, on risque d’avoir à choisir entre un type dont on voit bien qu’il ne sait pas du tout comment faire et un autre dont on se doute qu’il ne sait pas vraiment faire non plus. Avouez que c’est ennuyeux.

Éliminez encore la flopée de prétendants au trône qui nous emmèneraient directement dans le mur avec une certitude quasi absolue ― souveraino-collectivistes de toutes obédiences, frontistes de gauche, frontistes de droite ― et qui reste-t-il, je vous le donne en mille Emile ? François Bayrou.

Oui François Bayrou. Dont mon camarade David Poryngier du Mouvement des Libéraux de Gauche tente désormais de me persuader qu’il est le sauveur incarné, le seul capable de reconstruire sur les champs de ruines que seront bientôt l’UMP et le PS :

― Mais il est tout seul, je n’arrête pas de l’écrire sur Atlantico !
― Il est tout seul pour le moment, mais les ralliements affluent !
― Mouais, Douste-Blazy, ça fait pas vraiment rêver. Et de toute manière, il n’attire que des types de droite et il est moins libéral que ma grand-mère…
― Pas du tout. Il reste un Européen convaincu, proposait déjà la règle d’or budgétaire en 2007, montre une vision assez libérale du rôle et du périmètre de l'Etat et a toujours défendu sans ambiguïté les sociétés ouvertes. Il a par ailleurs su évoluer sur la question du cannabis et les droits des homosexuels…
― Hum, je sais pas. J’ai du mal… Bayrou. Je ne sais même pas comment ça se prononce, en fait. Bérou ? Baillerou ? Avec Sarko et Hollande, au moins, on sait.

Bon, on va réfléchir. Il reste trois mois et plein de coups de théâtre potentiels, comme Valls et Mosco quittant le PS inopinément et rejoignant le Modem. Ou Éva Joly épousant Mélenchon à la mairie de Bègles. Tout est possible. Il faut garder un esprit ouvert.

Mais Bayrou, tout de même…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

02.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

05.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

06.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

07.

Les relations entre frères et soeurs : un lien primordial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 17/01/2012 - 22:56
Bayrou incarne le "compromis centriste" qui a plombé la France
depuis Giscard et le début du subventionnement de la désindustrialisation. La suite: quatorze années de Gabegie et d'hypocrisie Mitterandienne , suivis par l'impossibilité de réformer à cause d'une France verrouillée par syndicats réacs, médias aux ordres de la rue de Solférino, Justice et Education noyautées. Bayrou pourrait-il renverser la tendance et déverouiller la France? J'y crois pas à ça!
Mani
- 16/01/2012 - 16:11
Ridicule
François Bayrou prétend être l'homme idéal pour faire revenir la France vers l'équilibre budgétaire et réduire la dette, mais il évite soigneusement de dire comment il ferait. Or tout le monde le sait : hausse des impôts, baisse des dépenses - il n'y a pas 10000 manières de faire. Mais tout le monde sait aussi qu'il ne le ferait pas : on l'a connu ministre... c'est pas le genre de la maison !
quesako
- 16/01/2012 - 15:50
M. Serraf renseignez vous sur la prononciation française !
Bayrou a la chance d'être du pays d'Henri IV. Mais c'est vrai que l'histoire de France (et de Navarre!) ne s'apprend plus : ça pourrait faire nationaliste contre les minorités visibles.
Bayrou (baillerou en phonétique) doit prendre une décision : non pas se dire pro Hollande (Kahn), mais de reformer le centre droit, une nouvelle UDF. Là il ne faut pas les "has been" ou la seule immobile Sarneze