En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 2 heures 25 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 4 heures 56 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 6 heures 59 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 8 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 8 heures 43 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 9 heures 5 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 9 heures 22 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 9 heures 24 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 9 heures 25 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 9 heures 30 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 2 heures 53 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 6 heures 43 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 8 heures 18 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 8 heures 39 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 8 heures 50 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 9 heures 10 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 9 heures 23 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 9 heures 25 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 9 heures 26 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 9 heures 30 min
© DR
© DR
Premiers fruits

Hausse d’activité dans la construction en France : pourquoi les premiers fruits de la politique de taux bas de la BCE ne suffiront pas forcément à relancer l’emploi avant 2017

Publié le 22 avril 2016
Selon l'organisation des professionnels des artisans du bâtiment (CAPEB), le secteur a connu une forte hausse de l'activité au cours du premier trimestre 2016. De même selon une note du Crédit agricole, le marché résidentiel en 2015 a connu une augmentation du nombre de transactions de 15%.
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon l'organisation des professionnels des artisans du bâtiment (CAPEB), le secteur a connu une forte hausse de l'activité au cours du premier trimestre 2016. De même selon une note du Crédit agricole, le marché résidentiel en 2015 a connu une augmentation du nombre de transactions de 15%.

Atlantico : Selon l'organisation des professionnels des artisans du bâtiment (CAPEB), le secteur a connu une forte hausse de l'activité au cours du premier trimestre 2016. De même selon une note du Crédit agricole, le marché résidentiel en 2015 a connu une augmentation du nombre de transactions de 15%. Assiste-t-on aux prémisses des effets positifs de la politique des taux bas mise en place par Mario Draghi pour relancer l'économie dans la zone euro ?

Philippe Crevel : La politique monétaire non conventionnelle de faibles taux mise en place par la BCE commence effectivement à donner quelques signes positifs, que l'on retrouve notamment dans le secteur de l'immobilier. 

Ces effets ont mis plus de temps à se faire sentir que prévu. S'il a fallu attendre une année avant que ne se manifestent les signes d’entraînement sur l'immobilier, c’est qu’il a fallu purger le climat de défiance. Le retour faible mais réel de la croissance s’accompagne d’une amélioration de la confiance des ménages. Dans un premier temps, la baisse des taux les a conduits à renégocier leurs crédits. 40 % des crédits à l’habitat étaient des prêts renégociés. Autrement dit, les ménages utilisaient les faibles taux pour abaisser le coût des emprunts passés mais n'investissaient pas pour autant dans l'immobilier. Mais depuis la fin 2015 et le début 2016, on assiste à une évolution dans le secteur du bâtiment : on observe un retour des ménages sur le marché de l'acquisition et de la construction. Avec des taux à moins de 2% sur 10 ans du jamais vu et avec le retour de la confiance, les ménages se remettent à réinvestir légèrement. S'ajoute également l'aspect "politique française" et notamment le fait que le dispositif d’investissement locatif Pinel soit plus intéressant que celui appelé Duflot.

Doit-on s'attendre à des rebonds sur des secteurs d'activité annexes à l'immobilier ? Sommes-nous sur le point d’assister à une véritable reprise de la croissance ?

On part d'un niveau très bas, d'une situation où le secteur du bâtiment est très sinistré, où de très nombreux emplois ont été détruits en 2014 comme en 2015. Ce que l'on peut raisonnablement espérer, c'est un arrêt  des destructions d'emplois dans le secteur du bâtiment en 2016, mais de là à espérer une reprise forte... Il faudrait que ce retournement sot confirmé sur l'ensemble de l'année 2016 pour pouvoir enclencher réellement des créations d'emplois dans le secteur du bâtiment et de l'artisanat. Il est donc encore trop tôt pour apprécier l'importance du retournement conjoncturel auquel nous sommes en train d'assister.

Comment pourrait-on décrire le secteur immobilier par rapport aux autres secteurs de l'économie ? Est-ce un secteur moteur de l'économie ?

C'est un sujet sensible. On entend souvent que c'est un secteur à faibles gains de productivité. On a d’ailleurs considéré que la croissance française avait été plombée par rapport aux croissances allemande ou américaine du fait du développement trop important du secteur immobilier.

Même s'il n'a jamais atteint les mêmes niveaux qu'en Espagne avant la crise de 2008, l’immobilier était élevé en France. En effet, il avait vu en moins de 10 ans ses effectifs augmenter de 25%, avec une captation de la main d'œuvre et du capital -entre 2000 et 2011, l'immobilier a doublé- ce qui avait donc provoqué un assèchement des capitaux pour les autres secteurs d'activité et avait été jugé négativement par un certain nombre d'organisations économiques internationales.

Certains considèrent au contraire que l'immobilier est avantageux car difficilement délocalisable, quoiqu'il puisse faire appel à des travailleurs détachés. D'autre part, le secteur du bâtiment est rentré dans un cycle de modernisation, et de nouvelles techniques de fabrication y ont été intégrées : objets connectés, digital, domotique, bâtiment à basse consommation d'énergie ou à énergie positive etc. Ce secteur très traditionnel est finalement en train d'évoluer. Il y a donc un potentiel de croissance, avec toujours la limite des coûts supplémentaires et du retour sur investissement encore difficile à apprécier aujourd'hui.

Si dans le passé, on a douté de l'impact économique de ce secteur traditionnel, il est peut-être temps d'avoir un nouveau regard sur le bâtiment, du fait de l'intégration de nouvelles techniques porteuses que je viens d'évoquer.   

Qu'en est-il du risque de bulle spéculative liée à cette politique non conventionnelle de la BCE ? S'agit-il d'un risque avéré ?

La crainte que les taux extrêmement bas génèrent une bulle immobilière est bien réelle. Aujourd'hui, les obligations ne rapportent pas, le marché des actions est volatile et les investisseurs ne sont pas très confiants sur le rebond des actions. En conséquence, tout le monde se tourne vers la pierre et ce qui entraîne une augmentation des prix. 

On l'a vu dans plusieurs pays, notamment au Royaume-Uni. En France, nous n'en sommes pas encore à une réelle bulle liée à la politique de la BCE mais on en voit les prémices. Les services de Bercy ont attiré l'attention sur les conséquences d'un engouement trop important autour de la pierre. Une note des pouvoirs publics a par ailleurs rappelé en début de semaine aux banques et aux assureurs qu'il ne fallait pas qu'ils s'exposent trop fortement sur l’immobilier.

Pour le moment il n'y a pas de bulle immobilière. Toutefois, l'immobilier est un marché qui reste très cher (car en France, contrairement à l'Espagne ou aux Etats-Unis, il n'y a pas eu de réajustement des prix). Si demain l'ensemble des investisseurs se mettaient à flamber sur l'immobilier, on aurait une bulle qui pourrait éclater au moment où les taux se mettraient à ré-augmenter. Si tout le monde s'engouffre dans l’immobilier et qu'il y a un retournement sur les taux, on court un véritable risque.

Quel effet pourrait avoir ce potentiel de croissance du secteur du logement d'un point de vue politique ? En quoi cela peut-il changer la donne en vue des échéances de 2017 ?

Au vu de ce qui s'est passé à l'étranger, quand il y a un retournement de la courbe du chômage, ce n'est pas le gouvernement en place qui en bénéficie. Par exemple, en Espagne, le chômage a fortement reculé l'année qui a précédé les élections de décembre 2015. Malheureusement le gouvernement du parti populaire n'en a absolument pas bénéficié puisqu'il n'y a aujourd'hui plus aucune majorité en Espagne. De la même façon, en Grèce, juste avant l'arrivée de Syriza, il y avait une amélioration de la situation de l'emploi.

L'impact sur les élections de 2017 d'une reprise de l'emploi, qui rappelons-le n'interviendrait que fin 2016, serait faible même si François Hollande l'exploiterait en tant que candidat. D'autre part, les entreprises du bâtiment qui ont été confrontées à trois années de grave crise doivent avoir une certaine visibilité de leur carnet de commande avant de se mettre à réembaucher.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires