En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Tout tourne autour de lui... Hassan Rohani.
L'ennemi de mon ennemi...

Quand l'Egypte transfère deux îles à l'Arabie saoudite, et montre ainsi le renforcement des liens entre le royaume wahhabite et… Israel

Publié le 15 avril 2016
L'accord d'Israël était nécessaire pour ce transfert. Un accord qui lève un bout de voile sur les relations de plus en plus fortes entre Jérusalem et Riyad.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'accord d'Israël était nécessaire pour ce transfert. Un accord qui lève un bout de voile sur les relations de plus en plus fortes entre Jérusalem et Riyad.

L'Egypte vient de transférer à l'Arabie saoudite la souveraineté de deux îles inhabitées de la Mer rouge, Tiran et Sanafir, qui se trouvent au sud de Suez et entre les deux pays. Cet acte est une contrepartie de l'aide financière de l'Arabie saoudite pour l'Egypte, et a provoqué des manifestations en Egypte.

Mais cet acte montre aussi les liens de plus en plus forts qui unissent l'Arabie saoudite et…Israël, comme le signale le Washington Post. En théorie, tout oppose la monarchie wahhabite, dévouée à une des interprétations les plus fondamentalistes de l'Islam, et l'Etat juif démocratique. Et d'ailleurs les deux pays n'ont toujours pas de liens formels, et l'Arabie saoudite ne reconnaît pas l'existence d'Israël. Mais c'est oublier la tendance la plus forte du Moyen-Orient ces dix dernières années : la montée de l'Iran chiite, ennemi juré d'Israël qui terrifie les monarchies du Golfe sunnites. Au Moyen-Orient, l'ennemi de mon ennemi est parfois mon ami, et on n'en est pas à la première alliance entre ennemis jurés.

Les îles sont situées à l'entrée du Gofle d'Aqaba, un chemin maritime important pour Israël et les jordaniens, et le transfert nécessitait l'accord d'Israël (et des Etats-Unis, en tant que garant de l'accord de paix entre Israël et l'Egypte).

Interrogé par la presse israélienne, le ministre de la Défense Moshe Yaalon a déclaré qu'Israël avait reçu des assurances officielles du régime wahhabite que le pays garantirait le passage des navires israéliens dans la zone. Il a ajouté qu'Israël a donné son accord au transfert à la condition que les saoudiens reprennent les engagements militaires de l'Egypte concernant les îles. Quant à lui, le ministre des Affaires étrangères saoudien, Adel al-Jubeir, a réitéré que son pays n'a pas de relations directes avec Israël, mais que son pays s'engageait à reprendre les engagements de l'Egypte.

Israël a de bonnes relations avec l'Egypte depuis les accords de Camp David qui ont fait la paix entre les pays, et très bonnes avec le nouveau président Abdel Fatah al-Sissi ; les deux pays collaborent notamment pour combattre l'Etat islamique, qui a une présence dans la péninsule du Sinaï.

Quant au dialogue israélio-saoudien, c'est depuis quelques années un secret de polichinelle dans le monde géopolitique. "L'accord d'Israël […] est juste la partie émergée de l'iceberg de discussions secrètes fascinantes qui ont eu lieu en sous-main", a écrit le journaliste Yossi Melman. "Il est clair que l'Arabie saoudite a beaucoup d'intérêts qui sont liés aux intérêts israéliens. […] Je pense qu'il y a de grands intérêts communs ici, qui sont une bonne base pour diverses relations", a commenté de manière circonspecte Yaakov Amidror, ancien directeur du Conseil de la sécurité nationale israélien.

A l'époque où une frappe israélienne contre le programme nucléaire iranien était à son niveau de probabilité le plus haut, une question clé était l'éventuel survol du territoire saoudien par les avions israéliens, nécessaire pour des raisons de carburant. Rien de concret n'a filtré, mais la plupart des observateurs pensaient que Riyad avait donné un accord au moins tacite à un tel survol.

Ce rapprochement est une des histoires les plus secrètes, mais également les plus fascinantes et importantes, du Moyen-Orient contemporain.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

04.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

05.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

06.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

07.

Balance ton port : les Marseillais veulent-ils couler leurs gros bateaux ?

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

06.

Affaire Jeffrey Epstein : cette épidémie de suicides dans les prisons françaises qu'il serait également bon d'interroger

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires