En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 2 heures 9 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 3 heures 8 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 7 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 9 heures 17 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 10 heures 39 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 11 heures 46 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 12 heures 13 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 12 heures 53 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 13 heures 23 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 14 heures 39 sec
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 2 heures 21 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 6 heures 24 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 8 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 9 heures 38 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 11 heures 36 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 12 heures 40 sec
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 12 heures 32 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 13 heures 3 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 13 heures 40 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 14 heures 10 min
© POOL New / Reuters
© POOL New / Reuters
4-4-2

Quand Macron joue sur l’aile droite, Valls revient sur l’aile gauche. Et si tout avait été arrangé pour que François Hollande puisse marquer au centre... en direct à la télévision ?

Publié le 14 avril 2016
Deux heures de télévision pour le président de la République afin d'essayer de se frayer un chemin entre la droite défrichée par Macron et la nouvelle conduite à gauche de Manuel Valls ?
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Deux heures de télévision pour le président de la République afin d'essayer de se frayer un chemin entre la droite défrichée par Macron et la nouvelle conduite à gauche de Manuel Valls ?

C’est encore assez extraordinaire ce qui s’est passé en France depuis deux semaines. Dans un climat de plus en plus délétère, avec une opinion publique désabusée et surtout découragée par la situation économique, les trois personnalités les plus importantes de l’exécutif se sont livrées à des exercices de politique purement politicienne. 

Emmanuel Macron d’abord, est passé aux actes. Il a fait ce qu’il disait vouloir faire depuis trois mois. Il a créé son mouvement, ni de droite, ni de gauche à partir d’un diagnostic partagé par le plus grand nombre à savoir que la France est bloquée, incapable de se réformer pour s’adapter aux mutations structurelles liées à la mondialisation et aux révolutions technologiques.

Cela dit à partir du moment où il assume ce constat et annonce son projet de construire un programme qui répond à cette contrainte-là, pour la transformer en opportunité de développement, il projette une série de mesure qu’il ne voit ni à droite, ni à gauche mais qui pour beaucoup sont d’essence libérale.

Du coup, pour les gens de gauche, Emmanuel Macron a organisé une sortie sur la droite

Les sondages prouvent qu’il n’a pas si mal réussi puisqu’il est aujourd’hui plus populaire dans les populations traditionnellement classées à droite que dans celles qui appartiennent à sa famille d’origine. 

Manuel Valls lui, c’est paradoxalement l'inverse. Passablement bousculé par les débats sur la loi El Khomri et les critiques qui sont plutôt venues de sa majorité, le Premier ministre a opéré un repli stratégique sur son aile gauche. Il a revu le texte de la loi pour calmer les frondeurs et les jeunes, il a acheté les jeunes qui manifestaient place de la République avec une série de mesures digne d’un épisode du "Baron noir", il a dit et répété hier que sa famille était de gauche, et qu’’il y resterait. 

Il a dit et répété dans Libération qu’il y avait bien une gauche et une droite. Sous-entendu, ce "centrisme moderne et technologique » d’Emmanuel Macron n’existait pas.

Manuel Valls n’est donc pas mort. Il est même sans doute plus fin politique que son ministre de l’économie. Car d’une certaine façon quand Emmanuel Macron, se positionne sur le marché libéral et le proclame haut et fort, il rend service au Premier ministre qui, du coup peut se repositionner lui, à gauche, et dire haut et fort que la gauche existe et qu’il en fait partie. Electoralement pour un homme de gauche, c’est sans doute plus profitable d’être classé à gauche. 

Toutes ses figures acrobatiques relèvent de la pure posture politique. Les deux hommes présentés comme des frères qui seraient prêts à partir chacun de leur côté, s’apparente à du grand théâtre. 

Emmanuel Macron a peut-être raison sur le fond. Personne ne le sait. Que ce clivage politique droite et gauche rende difficile les reformes ? Sans doute ! Ce clivage historique date de 1958, et de la mise en place du système bi-partisan par le général de Gaulle. Et il est peut-être fatigué. La mondialisation, la disparition du bloc communiste, le développement des moyens d’information ont peut-être fait bouger les lignes à l’intérieur des partis. La recomposition du paysage politique français est réclamée par les classes productives, les CSP+ et les dirigeants d’entreprise qui, comme Macron, estiment que nous avons besoin de réformes qui ne soient pas marquées par une idéologie particulière mais qui soient essentiellement efficaces et performantes. 

Sur le fond, Manuel Valls pense qu'il faut évidemment réformer notre système économique et social, mais il sait aussi qu'on ne pourra pas le faire contre une majorité de l'opinion publique. 

Macron et Valls sont évidemment habités par la même ambition, celle de réussir à moderniser ce pays, mais leurs moyens sont un peu différents. 

  • Macron pense qu’il va convaincre en dehors des partis. 
  • Valls pense qu’il n'y a pas d’autres solutions que d’obtenir une majorité à peu près homogène. `

 

A quelque mois d’une présidentielle, c’est évidemment Valls le plus pragmatique sur le plan politique.  Maintenant, les deux hommes appartiennent à la même équipe qui a été formée par François Hollande. 

Au premier degré, cette équipe devrait exploser. Elle est a priori complètement incohérente. Ils ne pratiquent pas le même jeu. Au deuxième degré, on peut penser que ce casting, qui a été choisi par François Hollande, opère désormais sur un scenario écrit par le président lui-même. 

Quand les deux hommes les plus puissants de son équipe se partagent l’espace sans se séparer, l’un sur l'aile droite et l'autre sur l’aile gauche du terrain, en fait, ils occupent le terrain, il ne reste à François Hollande qu’à jouer au centre et à marquer. 

Et si les deux continuent de lui passer des ballons, François Hollande est capable de marquer des buts lors de la présidentielle.  François Hollande a toujours su faire ce type d’exercice. On est quand même très loin de la préoccupation des Français auxquels le Président veut s’adresser. 

Ce jeu de rôle finira par se terminer très mal.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 14/04/2016 - 17:51
Une hyène politique
qui fera tout pour arracher encore un morceau de barbaque au cadavre de la nation. Tout l'idéal hollandesque s'y résume.
pandore
- 14/04/2016 - 15:19
Nul 1er
Va-t-il venir avec son casque, car on aurait bien envie de lui taper dessus ?
Jean-Benoist
- 14/04/2016 - 13:25
Boycott
envers un homme qui calcule pour son élection en 2017 mais qui méprise les sans-dents, les citoyens et la France.
Sa stratégie est de rendre dépendants, paysans,(subventions) médecins, fonctionnaires (suppression délai de carence), étudiants (Rsa et Cmu jeunes), les entreprises avec le Cice, taxis, etc..
Distribuer l'argent que l'on n'a pas est grave et irresponsable. Il devra rendre des comptes