En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 46 min 45 sec
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 1 heure 31 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 3 heures 29 sec
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 3 heures 32 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 4 heures 39 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 5 heures 3 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 5 heures 32 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 5 heures 42 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 6 heures 16 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 7 heures 42 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 1 heure 19 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 2 heures 49 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 3 heures 1 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 4 heures 35 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 4 heures 50 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 5 heures 10 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 5 heures 37 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 5 heures 51 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 7 heures 8 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 8 heures 2 min
© Reuters
© Reuters
Rebel Without a Cause

Nuit Debout : une manifestation criante de la nuit idéologique dans laquelle erre notre pays (et bien d’autres en Occident)

Publié le 12 avril 2016
Quand un mouvement se donne pour raison d'exister d'être et non plus d'agir, il ne faut pas s'attendre à ce qu'il change la donne politique. Les récupérations de ce mouvement post-moderne n'y feront rien. On est loin de Mai 68 et de ses lendemains qui chantent. Quand on manifeste pour le présent, rien n'est plus illusoire que la politique, que celle-ci s'ancre dans le passé ou prépare l'avenir.
Michel Maffesoli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Maffesoli est Membre de l’Institut universitaire de France, Professeur Émérite à la Sorbonne. Ces derniers livres publiés sont "Écosophie" (ed du Cerf, 2017), "Êtres postmoderne" ( Ed du Cerf 2018), "La nostalgie du sacré" ( Ed du Cerf, 2020). ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quand un mouvement se donne pour raison d'exister d'être et non plus d'agir, il ne faut pas s'attendre à ce qu'il change la donne politique. Les récupérations de ce mouvement post-moderne n'y feront rien. On est loin de Mai 68 et de ses lendemains qui chantent. Quand on manifeste pour le présent, rien n'est plus illusoire que la politique, que celle-ci s'ancre dans le passé ou prépare l'avenir.

Atlantico : En 1968, on appelait à déconstruire les structures sociales. Le plan a peut-être plus fonctionné que ne l'imaginaient les soixante-huitards. Avec Nuit Debout, on assiste à un nouveau type de manifestation post-moderne : la manifestation sans objectif précis. Après Jour de Colère, qui était une manifestation-sentiment,  Nuit debout est-elle une manifestation-posture ?

Michel Maffesoli : En effet, ce type de manifestation est totalement postmoderne. En quoi ? En ce qu’elle ne poursuit pas un objectif précis, qu’elle ne se projette pas dans un avenir. Mais est-ce que parce qu’elle n’a pas de sens (objectif, but), elle n’aurait pas de signification ? Justement je pense qu’elle a, pour ceux qui y participent, une signification. Non pas une signification projetée sur un avenir plus ou moins proche, mais une signification dans l’acte même : être là et être là ensemble. C’est une messe nocturne. Et on peut donc lui appliquer la définition même de la liturgie religieuse, elle est "sans sens et pleine de sens". C’est à dire sans finalité lointaine, mais pleine de signification pour ceux qui la vivent dans le moment présent. C’est une sorte d’instant éternel .

Cette manifestation traduit une esthétique commune, au sens étymologique du terme, éprouver ensemble. Ce qui est paradoxal, c’est qu’elle réunit des gens qui font communauté alors même qu’ils ont des positions très diverses : politiques et apolitiques, gauchistes et anarchistes, travailleurs et chômeurs, étudiants et jeunes sans formation, nostalgiques du militantisme révolutionnaires et néophytes des manifestations. Mais ils ne font pas communauté sur un programme, un projet. Ils sont ensemble pour être ensemble, sans finalité spécifique, et c’est ce qui fait communauté.

Sa vraie signification c’est qu’il est au delà ou en deçà du politique. Il signifie même une transfiguration du politique.  Très précisément en ce qu’il ne correspond pas à un programme précis . L’important, pour les divers protagonistes étant la dimension émotionnelle dans laquelle ils baignent. Il suffit que l’on vibre ensemble, que l’on "s’éclate" en commun. Ce n’est plus la morale propre au politique qui prévaut, mais bien ce que l’on peut appeler une "éthique de l’esthétique". 

Cette manifestation n'est-elle pas une aubaine plus qu'un frein pour la Loi Travail ? En déplaçant le curseur sur un mécontentement de société généralisé, les jeunes de la place de République et émules ne facilitent-ils pas le travail du gouvernement ?

Ce qui caractérise me semble-t-il ces mouvements (ceux de la place de la République à Paris, comme ceux naissant dans d’autres grandes villes, Toulouse, Strasbourg…) c’est qu’ils se situent plutôt dans une dynamique que dans la critique. Ils prétendent construire le monde, ici et maintenant, par le seul fait d’être ensemble. Ils se situent donc à mille lieux des négociations politico-syndicales réelles et parodiques qui entourent la loi Travail. Ils font consensus (sentir avec), mais ne négocient pas. Ils sont à côté des jeux de pouvoir. C’est une nuit idéologique où ce qui importe c’est de rêver le monde tel qu’il devrait être, et non le penser tel qu’il est. Alors bien sûr, ils peuvent être "récupérés" par tel ou tel parti ou syndicat en mal de représentativité (les élections des syndicats étudiants se font à moins de 5% de participation !), mais au fond ils sont irrécupérables, car ils ne sont mandataires de personne. C’est en quelque sorte la fin de la représentation.

Dire qu’ils facilitent le travail du gouvernement tient du même type de critique que celles adressées à l’abstention qui faciliterait l’avancée du Front national ou en général de toutes celles qui estiment qu’une contestation des modes de la démocratie représentative aboutit à la victoire des extrémismes. Vous avez peut être raison à court terme, c’est-à-dire que les dérives de ce type d’événement (par exemple s’il y a des casseurs) peuvent discréditer les contestataires de la loi Travail. Mais à long terme, ce type de mouvement traduit une césure importante entre le pouvoir des élites et la puissance du peuple ;  ou encore le fossé existant entre les institutions et la jeunesse. 

Et donc même si la loi Travail est votée, si un magnifique "plan Jeunes" est adopté, personne n’aura de reconnaissance envers le gouvernement. Parce que la loi Travail quoiqu’on en dise ne changera rien à la vie quotidienne des gens. La seule chose qui reste dans cette loi Travail, c’est un objectif idéaliste et incantatoire : créer des emplois. Comme si la loi créait les emplois ! 

Pourquoi une contestation de ce type-là n'a pas de chance d'aboutir, quand on connait le sort de mouvements ayant au moins un embryon de projet comme Occupy Wall Street ou les Indignés ?

Je crois qu’une contestation de ce type là n’a aucune chance "d’aboutir", parce que justement son objet n’est pas d’aboutir. L’aboutissement est le prétexte pour se rassembler, mais d’une certaine manière il y a presque un désir latent qu’il ne se réalise pas, car alors il faudrait se séparer ! 

Il est fort possible que nombre des protagonistes rassemblés place de la République, aient de l’aboutissement une acception très différente. C’est ce qui rend sans doute l’aboutissement peu réalisable. Mais c’est aussi ce flou sur les attentes et les intentions de chacun qui a permis que tout d’un coup la mayonnaise ait pris et qu’on ait décidé de rester ensemble. Les occupants de la place de la République ont pris les promesses de la maire de Paris au sérieux qui voulait rendre aux habitants leur place. Et ils l’occupent. Non pas pour bloquer la circulation, faire grève, gêner le pouvoir. Non ils sont là pour être là, ensemble. Occupants pacifiques, ordonnés. 

Ils n’ont même plus besoin de l’habillage de la contestation pour se rassembler. 

Ce qui peut être qualifié de "manque de sérieux", "d’action inutile", de "manque de projet", marque justement le sens profond de ces mouvements. Non plus révolutionnaires ou réformistes, mais profondément présentéistes. Le "jouir sans entraves" des soixantehuitards se projetait dans les "lendemains qui chantent", dans un avenir tout à la fois nébuleux et lointain . La jouissance, plus modeste , des bobos de la Place de la République, veut se vivre ici et maintenant. Du coup son avenir est incertain. Il a le charme d’une copulation mystique, s’épuisant dans l’acte et n’engendrant rien de concret . C’est , en ce sens , une bonne illustration de la décadence de la modernité !

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 12/04/2016 - 17:03
ils n'agissent pas, ils sont
dit Maffesioli . En effet , ils se contentent d'être , de pratiquer le non agir , ils ne veulent rien changer , ils sont là et jouissent de l'instant présent , ils attendent et ont raison on vient de leur promettre 500 millions je crois . Ce soir ils remettent ça . Le fascisme en loden disait Attali , et pour eux que dirait ce même Attali ?
Anguerrand
- 12/04/2016 - 13:51
Marre que la rue fasse la loi
A quoi bon voter si qq centaines de personnes qui manifestent et cassent obtienne systématiquement satisfaction sauf pour la manif pour tous qui elle, représentait la moitié des électeurs. Les gauchistes sont achetés à un an des présidentielles, quand ils auront compris que leurs grèves, leurs casses et la dette c'est eux qui devront la payer. Ils font une grève contre une loi qui a bien fonctionné ailleurs, donc contre leurs propres intérêts, et encore connaissent ils le contenu de cette loi, que soutien notre prix Nobel d'économie ?
vangog
- 12/04/2016 - 12:38
Moi je faisais des sit-in de jour...et je dormais la nuit!
le stand-up de nuit n'en est que la version élaborée et festive pour ceux qui dorment le jour...une autre façon de ne plus voir la réalité!