En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

05.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

06.

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

07.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 52 sec
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 33 min 44 sec
décryptage > Politique
Certitudes

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

il y a 1 heure 27 min
décryptage > Santé
Gestion de crise

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

il y a 2 heures 1 min
pépites > France
Un boost pas comme les autres
Le confinement dynamise les révisions du Code de la route
il y a 18 heures 45 min
Les marques sont elles aussi solidaires
Coca-Cola et d'autres marques créent des logos de «distance sociale»
il y a 19 heures 41 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Le cauchemar

il y a 20 heures 57 min
pépites > Santé
Une nouvelle pénurie à cause du Covid-19
Vers une pénurie mondiale de préservatifs ?
il y a 21 heures 14 min
light > Insolite
Une perte musicale
Alan Merrill, auteur-compositeur " I Love Rock 'N' Roll '', décède du coronavirus à 69 ans
il y a 22 heures 3 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Les applications qui peuvent vous aider à supporter le confinement
il y a 22 heures 52 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 16 min 31 sec
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 1 heure 2 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les dividendes 2020 seront aussi confinés : les dirigeants politiques veillent au grain, par démagogie ou par nécessité

il y a 1 heure 48 min
décryptage > International
Résolution ?

Fin de crise en Israël

il y a 13 heures 42 min
pépites > International
Israel
Coronavirus: Benjamin Netanyahu placé en quarantaine
il y a 19 heures 29 min
décryptage > International
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

Les Virus, l’économie, les politiques et la mort. Premières leçons de la gestion de la pandémie

il y a 20 heures 19 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Contes de la rue Broca

il y a 21 heures 3 min
pépites > France
Un transfert pas comme les autres
Coronavirus: le transfert de patients s'accélère, l'épidémie aussi
il y a 21 heures 32 min
pépite vidéo > Insolite
"Pour Corona"
Les hymnes du confinement
il y a 22 heures 23 min
décryptage > France
En finir avec les pythies de mauvaises aventures

Étatisation et protectionnisme : les deux maux qui nous menacent probablement plus qu’une répétition de 1929

il y a 22 heures 56 min
Guerre ou paix

Arménie-Azerbaïdjan : où en sont les hostilités ?

Publié le 07 avril 2016
Après des combats qui ont fait 64 morts dans le Haut-Karabakh, l'Azerbaïdjan et les séparatistes arméniens ont conclu un cessez-le-feu. À Vienne, le groupe de Minsk devait tenter mardi de trouver une issue à ce conflit vieux de plus de 20 ans.
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après des combats qui ont fait 64 morts dans le Haut-Karabakh, l'Azerbaïdjan et les séparatistes arméniens ont conclu un cessez-le-feu. À Vienne, le groupe de Minsk devait tenter mardi de trouver une issue à ce conflit vieux de plus de 20 ans.

Le Nagorny-Karabakh, territoire montagneux de 12 000 km2 à majorité arménienne, a un passé tumultueux. Au début du XIXe siècle, cette région passe sous contrôle russe avant d’être confié en 1868 au gouvernement d’Elisavetpol (aujourd’hui Gandja en Azerbaïdjan) qui correspondait globalement à l’Ouest de l’Azerbaïdjan et l’Est de l’Arménie. Après la révolution d’octobre 1917, trois nouveaux États voient le jour dont la Géorgie, l’Azerbaïdjan et l’Arménie. Ces deux derniers États se disputent le Nagorny-Karabakh. Staline confie alors ce territoire à la République socialiste soviétique d’Azerbaïdjan. La situation perdure jusqu’aux début des années 1980 mais la Perestroïka exacerbe les tensions, la population majoritairement d’origine arménienne réclamant son indépendance vis-à-vis de Bakou. La haine étant immense entre les Arméniens et les Turcophones, génocide oblige, les heurts ethniques, voire des pogroms, se multipliaient de par et d’autre. Le 20 février 1988, le parlement du Nagorny-Karabakh vote à une grande majorité sa sécession et son rattachement à l’Arménie. La guerre entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie débute dès cette date. Un cessez-le-feu est conclu six ans plus tard (en 1994) à l’initiative de Moscou mais le conflit a fait environ 30.000 victimes. Des négociations s’engagent entre les deux parties sous l’égide du « groupe de Minsk » qui regroupe la France, la Russie et les États-Unis. Le Nagorny-Karabakh devient alors une république autoproclamée, sous protectorat arménien. Cette « république » n’est pas reconnue sur la scène internationale. Durant la guerre, afin d’assurer la continuité géographique entre cette région et l’Arménie, Erevan s’est saisi par la force des zones limitrophes sud et ouest de l’enclave forçant les populations azéries à migrer. L’Arménie s’est ainsi emparée de 9% du territoire azéri ou de 14% si l’on y inclue le Nagorny-Karabakh.

Cependant après 1994, le cessez-le-feu a été régulièrement violé par l’un ou l’autre camp. Depuis quelques mois, les accrochages s’intensifiaient continuellement. Ceux qui ont débuté dans la nuit du 1er au 2 avril ont été particulièrement intenses. Selon Erevan, « l’Azerbaïdjan a lancé vendredi soir une attaque massive à la frontière du Nagorny-Karabakh avec chars, artillerie et hélicoptères ». Bakou a démenti en affirmant n’avoir fait que riposter à des tirs arméniens. Erevan a admis avoir perdu 18 soldats, sans toutefois préciser si ces derniers appartenaient aux forces arméniennes ou à celle du Nagorny-Karabakh De son côté, l’Azerbaïdjan a reconnu la mort de 16 militaires ainsi que la perte d’un hélicoptère et de six blindés. Mais les pertes seraient en réalité plus élevées puisque le 5 avril au moment de la signature d’un accord de cessez-le-feu, des sources semi-officielles faisaient état d’au moins 64 victimes réparties dans les deux camps. Sur le plan militaire, les forces azéries auraient progressé d'à peine 300 mètres en terres contrôlées par les Arméniens.

Qui est derrière ?

  Logiquement, la Turquie se tient derrière l’Azerbaïdjan constitué de populations essentiellement turcophones. Le président Recep Tayyip Erdogan soutient directement Bakou en déclarant lors de son dernier déplacement aux États-Unis : « Nous prions pour que nos frères Azerbaïdjanais triomphent de ces combats avec le moins de pertes possibles […] Nous soutiendrons l’Azerbaïdjan jusqu’au bout ».

Par contre, l’Arménie est soutenue par Moscou(1) et, plus curieusement, par Téhéran alors que les Azéris sont chiites ! En fait, le régime iranien craint, depuis l’indépendance de l’Azerbaïdjan qui a suivie l’effondrement de l’URSS, que ce pays ne devienne trop prospère, particulièrement en raison de ses importantes réserves en hydrocarbures. Il pourrait alors constituer un pôle d’attraction pour les populations azéries iraniennes ou, pire encore, encourager un séparatisme du Nord-Ouest de l’Iran. Or les Azéris iraniens, constituent le deuxième groupe ethnique du pays (entre 16 et 25% de la population iranienne selon les estimations) après les Perses. Ils exercent des responsabilités importantes et sont notamment très présents au sein des pasdarans. Le Guide suprême de la Révolution, l’Ayatollah Ali Khamenei, est lui-même azéri. Pour Téhéran, il est donc hors de question de laisser l’Azerbaïdjan voisin trop se développer économiquement. Le conflit avec l’Arménie constitue donc la « variable d’ajustement » idéale que l’Iran encourage voire appuie. Par exemple, au début des années 1990 alors que la guerre entre les deux pays faisait rage, les Iraniens avait installé un pont flottant sur la rivière Araxe qui les sépare de leurs voisins arméniens. Toute l’aide militaire transitait via cette infrastructure temporaire par de mauvais chemins de terre. Aujourd’hui, elle a été remplacée par un pont en dur et des routes goudronnées qui relient Nordooz en Iran à Agarak en Arménie.

Quoi qu’il en soit, sur le plan militaire, l’avantage est du côté de Bakou, qui, grâce à son économie florissante, a pu porter le budget de sa défense à plus de 1,5 milliards d’euros. Les forces armées majoritairement équipées de matériels russes et turcs en plus d’une composante fabriquée localement, disposent de 100.000 hommes, de 600 blindés  et de 80 appareils de combat. Plus important encore est la volonté politique de reprendre les territoires perdus dans les années 1990. Un esprit revanchard de type « Alsace-Lorraine » qui peut se transformer en une nouvelle guerre qui dépasserait largement les enjeux locaux. De leur côté, les Arméniens se sentent acculés et encerclés par l’ennemi héréditaire turc. Tout est réuni pour rendre la situation explosive.

L’Arménie aligne une cinquantaine d’aéronefs mais pas d’intercepteurs et une centaine de chars accompagnés de transports de troupes blindés de modèles disparates. Il convient néanmoins d’y ajouter les forces essentiellement terrestres du Nargony-Karabakh qui bénéficient de plus de 300 chars de bataille et de centaines de transports de troupes blindés. Elles comptent environ 20 000 personnels sous les drapeaux (le service militaire dure deux ans) qui peuvent être doublés en cas de mobilisation.

Toutefois, Erevan accueille sur son territoire la 102è base militaire du « Groupe des forces russes en Transcaucasie ». Elle est située à Gyumri à 120 kilomètres au nord d’Erevan. Elle serait armée par 3000 militaires qui servent 18 Mig-29, un système anti-aérien S-300 et environ 200 chars et véhicules blindés divers. Cette présence russe est par elle-même dissuasive.

Comme ailleurs, Moscou joue un rôle central dans l’apaisement -peut-être provisoire- des conflits en cours. C’est sous son égide que les chefs d’états-majors arménien et azéri se sont réunis le 5 avril en Russie pour confirmer l’établissement d’un cessez-le-feu durable. Pour combien de temps ? Moscou semble avoir assez de billes dans la région pour obliger les deux parties à une certaine retenue.

Sur un autre front, quid des négociations de Genève sur la Syrie ? Il semble que les intervenants extérieurs -dont principalement la Russie- font pression que forcer les négociateurs à parvenir à quelque chose de présentable(2). A n’en pas douter, tous ces théâtres sont liés d’une manière ou d’une autre. Un « grand jeu » est en train de se nouer entre les États-Unis, la Russie, l’Iran, la Turquie et l’Arabie saoudite. Mais au fait, où est l’Europe ?

1. Ce qui n’empêche pas Moscou d’être le premier pourvoyeur en armes de l’Azerbaïdjan.

2. Les ont-ils enfermés comme les cardinaux lors de l’élection d’un nouveau Pape ? Ils ne pourront sortir qu’après avoir conclu un accord ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Arménie, Azerbaïdjan, conflit
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

05.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

06.

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

07.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
VV1792
- 07/04/2016 - 21:32
La question finale de l'
La question finale de l' article devrait meme etre, au fait ou est la France?? Alors que le Groupe de Minsk l' incluait.. on voit la perte d' influence, si ce n'est la degringolade, puisque la question n'est meme pas posee en mettant a la place, le voile pudique de l' Europe..
Article autrement tres interessant.. Je plains l' Armenie, lorsque l' on voit les voisins qu' ils ont a l' ouest.. Elle doit tout faire pour soigner ses aliances avec les russes..