En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Le poison de l'aventure Kadhafi

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 22 min 22 sec
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 1 heure 11 min
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 2 heures 40 min
pépites > Santé
Vive émotion
François Hollande rend hommage aux personnels des Ehpad après la mort de son père
il y a 3 heures 58 min
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 6 heures 18 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 8 heures 27 min
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 9 heures 24 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 10 heures 27 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 10 heures 49 min
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 11 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 46 min 31 sec
Nouvelle tragédie
Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé
il y a 1 heure 57 min
pépites > International
Moment "historique"
Covid-19 : après plus de deux mois de confinement, le bouclage est enfin levé dans la ville chinoise de Wuhan
il y a 3 heures 17 min
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 5 heures 41 min
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 7 heures 53 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 8 heures 58 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 9 heures 59 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 10 heures 39 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 11 heures 10 min
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 12 heures 31 min
Guerre ou paix

Arménie-Azerbaïdjan : où en sont les hostilités ?

Publié le 07 avril 2016
Après des combats qui ont fait 64 morts dans le Haut-Karabakh, l'Azerbaïdjan et les séparatistes arméniens ont conclu un cessez-le-feu. À Vienne, le groupe de Minsk devait tenter mardi de trouver une issue à ce conflit vieux de plus de 20 ans.
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après des combats qui ont fait 64 morts dans le Haut-Karabakh, l'Azerbaïdjan et les séparatistes arméniens ont conclu un cessez-le-feu. À Vienne, le groupe de Minsk devait tenter mardi de trouver une issue à ce conflit vieux de plus de 20 ans.

Le Nagorny-Karabakh, territoire montagneux de 12 000 km2 à majorité arménienne, a un passé tumultueux. Au début du XIXe siècle, cette région passe sous contrôle russe avant d’être confié en 1868 au gouvernement d’Elisavetpol (aujourd’hui Gandja en Azerbaïdjan) qui correspondait globalement à l’Ouest de l’Azerbaïdjan et l’Est de l’Arménie. Après la révolution d’octobre 1917, trois nouveaux États voient le jour dont la Géorgie, l’Azerbaïdjan et l’Arménie. Ces deux derniers États se disputent le Nagorny-Karabakh. Staline confie alors ce territoire à la République socialiste soviétique d’Azerbaïdjan. La situation perdure jusqu’aux début des années 1980 mais la Perestroïka exacerbe les tensions, la population majoritairement d’origine arménienne réclamant son indépendance vis-à-vis de Bakou. La haine étant immense entre les Arméniens et les Turcophones, génocide oblige, les heurts ethniques, voire des pogroms, se multipliaient de par et d’autre. Le 20 février 1988, le parlement du Nagorny-Karabakh vote à une grande majorité sa sécession et son rattachement à l’Arménie. La guerre entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie débute dès cette date. Un cessez-le-feu est conclu six ans plus tard (en 1994) à l’initiative de Moscou mais le conflit a fait environ 30.000 victimes. Des négociations s’engagent entre les deux parties sous l’égide du « groupe de Minsk » qui regroupe la France, la Russie et les États-Unis. Le Nagorny-Karabakh devient alors une république autoproclamée, sous protectorat arménien. Cette « république » n’est pas reconnue sur la scène internationale. Durant la guerre, afin d’assurer la continuité géographique entre cette région et l’Arménie, Erevan s’est saisi par la force des zones limitrophes sud et ouest de l’enclave forçant les populations azéries à migrer. L’Arménie s’est ainsi emparée de 9% du territoire azéri ou de 14% si l’on y inclue le Nagorny-Karabakh.

Cependant après 1994, le cessez-le-feu a été régulièrement violé par l’un ou l’autre camp. Depuis quelques mois, les accrochages s’intensifiaient continuellement. Ceux qui ont débuté dans la nuit du 1er au 2 avril ont été particulièrement intenses. Selon Erevan, « l’Azerbaïdjan a lancé vendredi soir une attaque massive à la frontière du Nagorny-Karabakh avec chars, artillerie et hélicoptères ». Bakou a démenti en affirmant n’avoir fait que riposter à des tirs arméniens. Erevan a admis avoir perdu 18 soldats, sans toutefois préciser si ces derniers appartenaient aux forces arméniennes ou à celle du Nagorny-Karabakh De son côté, l’Azerbaïdjan a reconnu la mort de 16 militaires ainsi que la perte d’un hélicoptère et de six blindés. Mais les pertes seraient en réalité plus élevées puisque le 5 avril au moment de la signature d’un accord de cessez-le-feu, des sources semi-officielles faisaient état d’au moins 64 victimes réparties dans les deux camps. Sur le plan militaire, les forces azéries auraient progressé d'à peine 300 mètres en terres contrôlées par les Arméniens.

Qui est derrière ?

  Logiquement, la Turquie se tient derrière l’Azerbaïdjan constitué de populations essentiellement turcophones. Le président Recep Tayyip Erdogan soutient directement Bakou en déclarant lors de son dernier déplacement aux États-Unis : « Nous prions pour que nos frères Azerbaïdjanais triomphent de ces combats avec le moins de pertes possibles […] Nous soutiendrons l’Azerbaïdjan jusqu’au bout ».

Par contre, l’Arménie est soutenue par Moscou(1) et, plus curieusement, par Téhéran alors que les Azéris sont chiites ! En fait, le régime iranien craint, depuis l’indépendance de l’Azerbaïdjan qui a suivie l’effondrement de l’URSS, que ce pays ne devienne trop prospère, particulièrement en raison de ses importantes réserves en hydrocarbures. Il pourrait alors constituer un pôle d’attraction pour les populations azéries iraniennes ou, pire encore, encourager un séparatisme du Nord-Ouest de l’Iran. Or les Azéris iraniens, constituent le deuxième groupe ethnique du pays (entre 16 et 25% de la population iranienne selon les estimations) après les Perses. Ils exercent des responsabilités importantes et sont notamment très présents au sein des pasdarans. Le Guide suprême de la Révolution, l’Ayatollah Ali Khamenei, est lui-même azéri. Pour Téhéran, il est donc hors de question de laisser l’Azerbaïdjan voisin trop se développer économiquement. Le conflit avec l’Arménie constitue donc la « variable d’ajustement » idéale que l’Iran encourage voire appuie. Par exemple, au début des années 1990 alors que la guerre entre les deux pays faisait rage, les Iraniens avait installé un pont flottant sur la rivière Araxe qui les sépare de leurs voisins arméniens. Toute l’aide militaire transitait via cette infrastructure temporaire par de mauvais chemins de terre. Aujourd’hui, elle a été remplacée par un pont en dur et des routes goudronnées qui relient Nordooz en Iran à Agarak en Arménie.

Quoi qu’il en soit, sur le plan militaire, l’avantage est du côté de Bakou, qui, grâce à son économie florissante, a pu porter le budget de sa défense à plus de 1,5 milliards d’euros. Les forces armées majoritairement équipées de matériels russes et turcs en plus d’une composante fabriquée localement, disposent de 100.000 hommes, de 600 blindés  et de 80 appareils de combat. Plus important encore est la volonté politique de reprendre les territoires perdus dans les années 1990. Un esprit revanchard de type « Alsace-Lorraine » qui peut se transformer en une nouvelle guerre qui dépasserait largement les enjeux locaux. De leur côté, les Arméniens se sentent acculés et encerclés par l’ennemi héréditaire turc. Tout est réuni pour rendre la situation explosive.

L’Arménie aligne une cinquantaine d’aéronefs mais pas d’intercepteurs et une centaine de chars accompagnés de transports de troupes blindés de modèles disparates. Il convient néanmoins d’y ajouter les forces essentiellement terrestres du Nargony-Karabakh qui bénéficient de plus de 300 chars de bataille et de centaines de transports de troupes blindés. Elles comptent environ 20 000 personnels sous les drapeaux (le service militaire dure deux ans) qui peuvent être doublés en cas de mobilisation.

Toutefois, Erevan accueille sur son territoire la 102è base militaire du « Groupe des forces russes en Transcaucasie ». Elle est située à Gyumri à 120 kilomètres au nord d’Erevan. Elle serait armée par 3000 militaires qui servent 18 Mig-29, un système anti-aérien S-300 et environ 200 chars et véhicules blindés divers. Cette présence russe est par elle-même dissuasive.

Comme ailleurs, Moscou joue un rôle central dans l’apaisement -peut-être provisoire- des conflits en cours. C’est sous son égide que les chefs d’états-majors arménien et azéri se sont réunis le 5 avril en Russie pour confirmer l’établissement d’un cessez-le-feu durable. Pour combien de temps ? Moscou semble avoir assez de billes dans la région pour obliger les deux parties à une certaine retenue.

Sur un autre front, quid des négociations de Genève sur la Syrie ? Il semble que les intervenants extérieurs -dont principalement la Russie- font pression que forcer les négociateurs à parvenir à quelque chose de présentable(2). A n’en pas douter, tous ces théâtres sont liés d’une manière ou d’une autre. Un « grand jeu » est en train de se nouer entre les États-Unis, la Russie, l’Iran, la Turquie et l’Arabie saoudite. Mais au fait, où est l’Europe ?

1. Ce qui n’empêche pas Moscou d’être le premier pourvoyeur en armes de l’Azerbaïdjan.

2. Les ont-ils enfermés comme les cardinaux lors de l’élection d’un nouveau Pape ? Ils ne pourront sortir qu’après avoir conclu un accord ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Arménie, Azerbaïdjan, conflit
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Le poison de l'aventure Kadhafi

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
VV1792
- 07/04/2016 - 21:32
La question finale de l'
La question finale de l' article devrait meme etre, au fait ou est la France?? Alors que le Groupe de Minsk l' incluait.. on voit la perte d' influence, si ce n'est la degringolade, puisque la question n'est meme pas posee en mettant a la place, le voile pudique de l' Europe..
Article autrement tres interessant.. Je plains l' Armenie, lorsque l' on voit les voisins qu' ils ont a l' ouest.. Elle doit tout faire pour soigner ses aliances avec les russes..