En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

07.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 10 min 52 sec
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 16 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 20 heures 19 sec
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 21 heures 46 min
décryptage > Consommation
Evènement

Salon de l'agriculture 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 23 heures 4 min
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 23 heures 50 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 23 heures 58 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 23 heures 59 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 1 jour 24 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 1 jour 32 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 15 heures 59 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 17 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 20 heures 13 min
décryptage > France
Image d'Epinal

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

il y a 22 heures 12 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 23 heures 35 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 23 heures 58 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 23 heures 58 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 1 jour 13 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 1 jour 27 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 1 jour 10 heures
© Reuters
© Reuters
L'édito de Jean-Marc Sylvestre

Echec des négociations Bouygues-Orange : c’est l'Etat qui a embrouillé le contrat de mariage

Publié le 08 avril 2016
Le dimanche 3 avril au soir, nous aurions dû savoir si l'opération qui pourrait donner à la France un champion du monde de la téléphonie mobile se ferait ou non. Eh bien on le sait : le mariage ne se fera pas.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le dimanche 3 avril au soir, nous aurions dû savoir si l'opération qui pourrait donner à la France un champion du monde de la téléphonie mobile se ferait ou non. Eh bien on le sait : le mariage ne se fera pas.

C’est assez incroyable cette affaire.  Selon un avocat proche du dossier, c’est l'Etat qui a fait tout capoter.

Normalement, la fusion entre Bouygues et Orange aurait dû être bouclée depuis plus d une semaine et c’est l‘Etat français au plus haut niveau qui est revenu sur les modalités financières, sans le dire évidemment.

Au départ, ce projet de rapprochement, qui avait pourtant été tenu secret, n’a surpris personne. 

D'un côté on savait depuis deux ans que Bouygues télécom cherchait à s’adosser à un partenaire du secteur afin d'atteindre une masse critique qu’il n'avait pas sur le marche français. 

Bouygues télécom est une magnifique réussite de Martin Bouygues qui a pris il y a plus de quinze ans beaucoup de risques et qui a investi beaucoup d’argent. Martin Bouygues avait su trouver les managers compétents pour mener cette affaire, Gilles Pellisson (à qui il vient de confier TF1) et Nonce Paolini qui, avant de remuscler TF1, au cours des 5 dernières années, s’était occupé de développer Bouygues télécom. 

Le problème c’est que la téléphonie mobile française avait établi tous ses business plans sur un marché français qui aurait fonctionné avec trois acteurs (Orange, SFR et Bouygues) s’est retrouvée au cœur d'une concurrence féroce avec l'arrivée de Free, qui a réussi à se tailler une place non négligeable sans pour autant faire tous les investissements d‘équipement réseaux qu’il aurait dû faire.

Le résultat de cette guerre intestine a abouti à écraser les marges et fragiliser les plus petits. SFR d’un coté et Bouygues de l’autre. Alors Patrick Drahi a essayé, il y a deux ans, de consolider le secteur en proposant un deal à SFR et à Bouygues, mais ça n’a pas marché. Problème de personne sans doute, problèmes de règlementation plus surement parce que la direction de la concurrence a toujours regardé au millimètre les positions respectives des uns et des autres. 

Au final, Patrick Drahi a repris SFR puis il est parti tenter l'aventure à l étranger. Au final, Martin Bouygues s’est retrouvé face à Orange, bien décidé lui, à devenir un leader mondial.

Entre Martin Bouygues et Stéphane Richard, le PDG d‘Orange, il y avait du réseau et des moyens pour faire jouer la synergie. Il y avait surtout un objectif : Construire un groupe de télécommunication de taille mondiale adossé à un grand industriel de l'équipement et de la télévision. C’était logique et intelligent.   

Les deux états majors se sont "assez rapidement mis d‘accord" sur la façon de ne pas bousculer l'environnement concurrentiel et surtout de protéger les intérêts du personnel.

Pas question de provoquer de la casse sociale. Le groupe avait un potentiel de croissance suffisant pour digérer ce mariage. Ce qui a rassuré les syndicats.

Restait le prix. A priori, les deux parties avait retenu une valorisation de Bouygues télécom aux environs de 10 milliards qui était le montant proposé par Drahi lors de sa tentative de prise de contrôle. 

A l'époque, ça paraissait très cher et tout le monde s’étonnait que Martin Bouygues ait refusé une offre aussi alléchante. Il a refusé parce que les conditions de préservation des personnels n’étaient pas garanties. 

Dans le deal avec Orange, les conditions économiques, financières et sociales étaient garanties. De plus, il permettait à Bouygues d’être payé en papier, soit entre 15 et 20% du capital du nouveau groupe et de poursuivre cette aventure dans le secteur mondial des technologies de la communication.

Pour Martin Bouygues, il y avait là l'occasion de faire muter le groupe dont il a hérité, de façon spectaculaire.

D’un groupe de bâtiment travaux publics (gros chiffres d’affaires mais faibles marges) né au XXe siècle, il mettait le cap vers un groupe mondial capable de jouer au XXIe siècle avec les grands de la technologie. 

Pour Orange, c’était aussi tout bénéfice ; Orange se retrouvait avec un actionnaire privé qui est aussi très bien positionné à l'étranger. Pour Stéphane Richard, le projet d’avoir un actionnaire privé comme Bouygues, capable de faire contrepoids a l'autre actionnaire important qui est l'Etat, pouvait lui faciliter les grandes manouvres qu’il prépare à l'étranger. 

A priori, les jeux étaient faits, sauf qu’au dernier moment, à Bercy, on a pris conscience que politiquement, dans le contexte actuel, on aurait du mal à expliquer à l'opinion ce mariage. 

D’une part, il faut ménager les conditions de la concurrence sur les prix. Il faut s'assurer que les trois opérateurs principaux n’en profitent pas pour relever leurs prix. Or dans un jeu a trois (Orange, SFR et Free), Free qui avait semé la zizanie n’a plus intérêt à jouer les trublions. C’est le client dit-on qui risque de le payer. Politiquement ça fera désordre. Il faut donc un peu habiller l'opération pour qu’elle ne paraisse pas porter préjudice au client final. On n'a pas réussi.

Et puis d’autre part, on a surtout découvert que Martin Bouygues allait toucher un chèque de 10 milliards d’une entreprise proche de l'Etat, pour prendre à terme, la place de l’Etat. Impensable avec un gouvernement de gauche !

Chez les banquiers d'affaire le dossier était équilibré, financièrement, économiquement et socialement. Du côté d’Emmanuel Macron, on avait regardé cela avec ses anciennes lunette de banquier d'affaires, et ça passait. 

Seulement voilà, depuis quinze jours, la situation politique de François Hollande s’est tellement détériorée. L'affaire de la déchéance de nationalité, l'affaire de la loi travail où il faudra forcément reculer, les chiffres du chômage …. Tout cela a littéralement plombé l'exécutif. Emmanuel Macron lui-même a changé de lunettes. 

Alors dans ce climat, on s’est dit à l Elysée que ça n'était vraiment pas le moment de prendre le risque de signer un chèque de 10 milliards à Martin Bouygues.

Quel cadeau a un ami de Nicolas Sarkozy en plus. "Too Much". Ou alors il fallait demander des compensations du type : un maintien du pouvoir de l'Etat en jouant sur les actions à vote double. Un peu ce qu’on a bricolé chez Renault pour empêcher un pouvoir excessif de Nissan. 

Politiquement il fallait trouver une solution. Un bricolage qui permettrait de faire passer le dossier auprès de la gauche mais dont on sait qu’il empoisonnerait la vie du groupe pendant des années. 

Alors bien sûr, au niveau du management personne n'en voulait. Ni chez Martin Bouygues, ni chez Stéphane Richard. C’est compliqué tout cela. C’est surtout très long.

Alors, ce week end, l’Etat a peut-être démoli une fois de plus une belle partie de Monopoly qui donnerait à l’industrie française une position clef sur l'échiquier mondial de la téléphonie. Quel ratage !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

07.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clint
- 02/04/2016 - 11:28
Le Crédit Lyonnais, Areva, etc n'ont pas suffi à l' état ?
Et le contribuable va continuer à payer leurs "conneries" et cette "crétinerie" de vouloir nationaliser pour soit-disant gérer "français" ! Sûr que quand l'autre veut se représenter comme candidat de la gauche il faut qu'il revienne sur "mon ennemi est la finance" ! sûr que si il fera tout pour être opposé à Sarkozy (avec l'aide de la justice ??) il faut matraquer Martin Bouygues ! et quant à Macron c'est vraiment un opportuniste, style planche "pourrie" ?
zouk
- 02/04/2016 - 10:19
Fusion manquée Orange-Bouygues Telecom
Nous devrions pourtant savoir que l'intervention de l'Etat dans une entreprise est toujours une catastrophe, quand s'y ajoutent des conflits de principes à l'intérieur de la machine étatique et l'hypocrisie fondamentale du monde politique,le projet le plus prometteur est condamné par avance.Yves 3531: dégoût ,oui, et profond.
AvecNS
- 02/04/2016 - 07:20
Le jour où ces dangereux Pieds Nickelés
Mèneront à bien une opération dans l'intérêt général, faites-moi signe ! Quand je pense que les journaleux nous ont vendu Flanby pour un Machiavel de haut vol et Macron pour un futur Président... De grands stratèges soi-disant.... Seulement des grandes g.....