En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Atlantico Business

Quand Emmanuel Macron feint de découvrir et de s'offusquer du salaire de Carlos Tavares alors qu’il était au courant de tout

Publié le 31 mars 2016
Ce n‘est pas le salaire de Carlos Tavares qui est indécent. C’est l'Etat, qui a encore une participation de 14% au capital de PSA Peugeot-Citroën.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce n‘est pas le salaire de Carlos Tavares qui est indécent. C’est l'Etat, qui a encore une participation de 14% au capital de PSA Peugeot-Citroën.

La publication de la rémunération du PDG de PSA Peugeot Citroën a été une fois de plus l'occasion d‘un psychodrame politico-médiatique dont le pays se serait bien passé, tellement il est ambigu et pervers.

Dès que cette mayonnaise sera retombée, on s’apercevra que l'objet du scandale n’est pas l’argent que touche le président de PSA, mais la participation de 14% que l’Etat détient encore au capital de Peugeot.

Et c’est bien parce que l'Etat est encore actionnaire de l’entreprise qu’Emmanuel Macron avait été mis au courant depuis l'arrivée du nouveau président de Peugeot de ses conditions de rémunération. A l‘époque, c’est Arnaud Montebourg qui avait supervisé le contrat.

Depuis, Emmanuel Macron et l'Elysée ont toujours su que les conditions économiques et le résultat allaient impacter la rémunération de Carlos Tavares.

Ajoutons que les représentants de l’Etat au conseil ont voté contre, mais que le cabinet du ministre n’en a fait aucune publicité. Sur le moment, Emmanuel Macron n’a rien trouvé à redire. Il a laissé le patron des participations publiques adopter sa posture d'opposant pour ne pas froisser la gauche au cas où ça se saurait. Macron pensait que ça ne se saurait pas.

Et maintenant que ça se sait et que tout le monde s’en empare, il fait un numéro d'hypocrisie dont le pouvoir a le secret et qui ne trompe personne. Le ministre de l'Économie Emmanuel Macron a affirmé dans le Parisien/Aujourd'hui en France ce mercredi que Carlos Tavares "avait eu tort de faire abstraction de la sensibilité des Français".

Macron a été obligé de faire le service minimum, mais il l'a fait. Il faudra essayer de savoir pourquoi il n’a pas continué sa série de déclarations transgressives par rapport aux valeurs ancestrales de la gauche. Il faudra.

Peut-être parce qu’aujourd’hui, quand on est au gouvernement on ne tape plus sur l'ambulance.

Toutes les explications et les justifications qui ont été données autour du salaire de Carlos Tavares sont évidemment inaudibles. D’autant qu’elles ont été initiées par la CFDT nationale qui doit avoir des comptes à régler avec PSA, et par la CGT maison pour laquelle toutes les occasions sont bonnes pour taper sur la direction.

La rémunération est inaudible parce qu’un salaire de footballeur est applaudi au Parc des princes, mais hué dans une entreprise.

La rémunération est inaudible parce qu’il y a plus de 3 millions de chômeurs dans ce pays et qu’il n’y a pas de perspectives.

La rémunération est même très difficile à expliquer. Pourquoi se lancer dans la radiographie d’une feuille de paie qui a été fixée par un comité de rémunération selon un contrat écrit il y a deux ans, alors que lequel contrat ne choquait personne ?

Inutile aussi de séparer ce qui est fixe et ce qui est variable en fonction des résultats. Inutile de rappeler que la plus grande partie a été versée en actions qui ne seront libérées que dans 4 ans, et à quel prix ?

Inutile de préciser que les salaires de patrons de l'automobile dans le monde sont tous 3 à 4 fois plus élevés que celui versé chez Peugeot.

Inutile enfin d'ajouter que ces patrons sont sur un marché mondial, qu’il n’y avait pas beaucoup de candidats légitimes à la fonction et qu’enfin, avec tout ce qu’on raconte, il n'y en aura pas plus à l'avenir.

Qui dans le monde peut s'intéresser au management de Peugeot quand il apprend que le PDG se fait massacrer la tête par le monde politico-médiatique…?

Donc on n'explique pas, on grogne et on vitupère. Ce débat permet d'alimenter le climat délétère qui règne en France concernant nos rapports pourris avec l'argent.

Une fois de plus, la France considère que la richesse fait scandale alors qu’objectivement, le vrai scandale c’est la pauvreté et la misère.

Ce débat a surtout l'immense avantage de masquer un autre problème qui embarrasse tout le monde : la place de l'Etat dans une entreprise privée. L’Etat français a encore 14% du capital de Peugeot. Cette participation remonte à 2014 quand le chinois Dongfeng est arrivé dans le jeu. Montant de la part de l'Etat : 800 millions d’euros. A l'époque, personne n’a cillé. L’Etat arrivait en appui de la famille pour éviter que l'ensemble ne parte chez les Chinois. A l’époque, l’Etat préservait la part qu’il avait apportée deux ans auparavant pour aider à reconsolider l'empire Peugeot ébranlé par la crise.
A l'époque, l'Etat était très content de voir Carlos Tavares arriver au management.

Depuis, la valeur détenue par l'Etat chez Peugeot a été multipliée par trois. L'Etat a donc fait une excellente affaire pour le contribuable.

Alors d’une certaine façon, l’Etat a fait (comme chez Renault d’ailleurs) son job de réassureur en dernier recours. Mais comme chez Renault, l'Etat a gagné beaucoup d’argent.

Mais comme chez Renault, l’Etat ne réussit pas à partir. Un capitaliste normal prendrait ses bénéfices. Mais dans l'automobile, il faut croire que les choses ne sont pas normales.

Le résultat, c’est que comme chez Renault, l'Etat se mêle ou fait semblant de se mêler de tout. De la couleur des voitures au parc électrique en passant par l'argent des présidents, et pas seulement des présidents.

La conjoncture est telle aujourd'hui que l'Etat aurait l'occasion de sortir ce qui lui donnerait les moyens de financer de jeunes pousses. N'importe quel gestionnaire avisé aurait fait l'opération.

Seulement voilà, les jeunes poussent, ça ne vote pas et surtout ça ne fait pas l'ouverture des 20 heures. Alors que de s‘attaquer à des industries qui se relèvent, ça fait frémir dans les débats électoraux.

Le vrai problème, c’est l'Etat. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

04.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

05.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

06.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

07.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

01.

Les Espagnols se défoncent aux champignons hallucinogènes

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Eolian
- 01/04/2016 - 13:08
Instruction...
Lorsque la France comprendra que son socialisme tue le pays, on avancera mais cela prendra du temps, au moins 30/40 ans, le temps d'enseigner à l'école la liberté de penser, d'apprendre que l'Etat ne doit pas mettre son nez partout, et surtout pas dans l'économie, que l'Etat n'est pas là pour "tout prendre en charge", que l'Etat n'a que trois fonctions régaliennes, la protection du pays, les affaires étrangères et la justice. C'est tout.
DANIEL74000
- 31/03/2016 - 16:05
IGNORANCE OU MENSONGE ?
Monsieur TAVARES a sauvé Peugeot condamné par l'Etat qui a suivi le Blocus en IRAN comme le même état a tué nos paysans avec le blocus Russe toujours imposé par les USA qui ne protège personne. Combien gagne le "patron" de Renault toujours contrôlé par l'Etat et qui avec l'argent public produit dans des pays étrangers pour le marché Français et pire a laissé à Pôle Emploi des milliers de travailleurs étrangers. Et je ne parle pas de Haberer, ou Mesmier ou Bon ou Mestrallet et tant d'autres fossoyeurs autorisés de la France
vangog
- 31/03/2016 - 15:39
Oui, assez d'accord avec Sylvestre!
L'approche des élections fait émerger de jeunes pousses avides de pouvoir. Et puis...Macron est le candidat adoubé par le club Bilderberg, après Hollande, et après DSK...la stratégie est toujours la même: populisme et démagogie à raz-de-terre!