En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 13 heures 51 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 14 heures 35 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 17 heures 3 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 17 heures 47 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 18 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 19 heures 54 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 20 heures 17 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 20 heures 29 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 20 heures 52 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 21 heures 10 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 14 heures 16 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 15 heures 46 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 17 heures 18 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 18 heures 15 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 19 heures 13 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 20 heures 10 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 20 heures 23 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 20 heures 44 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 21 heures 2 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 21 heures 14 min
© Reuters
© Reuters
Reflux

Pourquoi la démocratie libérale est désormais en recul dans le monde après des décennies de (tentatives) d’expansion

Publié le 27 mars 2016
Depuis plus de vingt ans, l'Occident s'est démarqué par son ingérence dans les affaires de nombreux pays au motif de la démocratisation et du respect des droits de l'Homme. Or, la multiplication de ces interventions n'a cessé de dégrader son image, ainsi que celle de ses valeurs.
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis plus de vingt ans, l'Occident s'est démarqué par son ingérence dans les affaires de nombreux pays au motif de la démocratisation et du respect des droits de l'Homme. Or, la multiplication de ces interventions n'a cessé de dégrader son image, ainsi que celle de ses valeurs.

Atlantico : Après quinze ans de progression (1990-2005), selon Freedom House, le modèle démocratique occidental semble reculer nettement, et plus encore depuis cinq ans. Le retour en force de l'autoritarisme dans un monde multipolaire et les crispations et violences vis-à-vis de l'Occident semblent remettre en cause le modèle de la mondialisation des droits de l'Homme dont on rêvait au tournant du siècle. Qu'est-ce qui explique ce changement ? 

Alexandre Del Valle : 1990 est une date intéressante : c'est la date à laquelle Francis Fukuyama diagnostique la victoire du modèle libéral démocratique. Et 1990 correspond aussi à l'avènement des révolutions de velours juste après la seconde guerre du Golfe, où, sous couvert de démocratisation, les Occidentaux, et surtout les Américains, essayent de jouer des mauvais tours aux Russes et aux pays d'Asie centrale pour diminuer le pouvoir stratégique de la Russie. D'un côté, le monde arabo-musulman a été extrêmement choqué par des interventions en Irak ou en Libye ; cela a extrêmement discrédité les valeurs démocratiques. Et d'un autre côté, la Russie et ses alliés ont intériorisé la démocratisation occidentale comme une sorte de complot permettant de justifier un nouvel impérialisme. Les révolutions de velours ou de couleurs portées par l'Occident, ou les interventions en ex-Yougoslavie ont été considérées comme parties de ce coup monté occidental. C'est ce qui fait qu'aujourd'hui, la démocratie va moins bien que dans les années 1990 : à l'époque, il y avait une popularité de l'Occident que portaient les espoirs de nombreux peuples opprimés. Aujourd'hui, un quart de siècle plus tard, il faut voir que la grande idée portée par ces autres civilisations est que l'Occident ne représente plus l'idéal démocratique promis, malheureusement, mais plutôt une civilisation néo-impériale, arrogante et dangereuse. C'est pourquoi ces pays se replient sur un nouvel autoritarisme et une nouvelle real politik qu'incarnent parfaitement Monsieur Erdogan en Turquie ou Monsieur Poutine en Russie. C'est un phénomène qui est une tendance lourde, qu'a bien compris Freedom House.  

La contestation de ce modèle met en avant les effets pervers qu'ont eus les processus de démocratisation dans les pays non-occidentaux. Quel est le rôle de l'Occident dans cette débâcle ? 

Tout d'abord, je ne suis pas d'accord avec cette déresponsabilisation qui consiste, dans de nombreux pays du Sud, à accuser les anciennes puissances occidentales, et l'Occident, d'être responsables de tous leurs maux. 

En revanche, ce qui est vrai, c'est qu'en bombardant la Libye, en mettant Ouattara au pouvoir en Côte-d'Ivoire dans des conditions assez troubles, en intervenant dans les affaires des pays d'Afrique et des pays arabes et musulmans, en bombardant des populations civiles pendant des années avec des drones (ce qui est considéré comme lâche par les victimes), en provoquant des embargos, comme en Irak, qui ont assoiffé et affamé des populations (on avait même plus le droit d'importer des produits contre le cancer), des millions de personnes ont vu l'Occident comme un danger. 

Même s'il est faux d'affirmer que l'Occident est responsable de tout, les interventions grâce au droit d'ingérence tel que l'a théorisé Kouchner et tel que l'applique l'ONU aujourd'hui, ont fait que le droit international est légitimement perçu aujourd'hui comme un instrument néo-impérialiste et néo-colonisateur. L'Occident apparait comme à l'origine des maux du monde entier. 

Le poids des interventions en Irak est décisif dans ce renversement. Tous les experts reconnaissent qu'elles furent en tout point catastrophiques. Un analyste disait que si Daech a un père et une mère, son père est la première guerre d'Irak en 1990. Cette erreur, nous la payons tous les jours, particulièrement les pays de l'OTAN, qui portent une part de responsabilité considérable dans la dégradation du monde. Ces interventions ont donné des idées à de nombreux dictateurs qui ont décidé de ne pas se modérer, et à des semi-dictateurs qui décident de même de ne pas se démocratiser pour ne pas rentrer dans le système intégré occidental, droit-de-l'hommiste et onusien, qui le rendrait vulnérable. C'est ce que dit régulièrement le dictateur de la Corée du Nord : "Kadhafi a voulu renoncer à l'arme nucléaire comme l'avait fait Saddam Hussein avant lui, et ils ont été renversés". Morale de l'histoire : "Soyons souverainistes, pratiquons la real politik, ne nous laissons pas entrainer par des partages de souveraineté et des accords de démilitarisation comme le souhaite l'Occident, parce que sinon ils vous remercient en vous bombardant !" C'est malheureusement ce que pensent beaucoup de pays nationalistes.

Il faut respecter leur indignation et les prendre au sérieux. Samuel Huntington, que tout le monde critique pour son Choc des civilisations, mais que personne n'a lu, disait dans la conclusion de cet ouvrage que l'Occident, pour ne plus être haï et pour ne plus discréditer ses propres valeurs universelles qui sont des valeurs mondiales, devait cesser d'être arrogant et intervenir dans les affaires des autres peuples ! Si même Huntington le disait, qui fut accusé d'être un faucon, un nationaliste américain, si même Donald Trump qu'on accuse d'être un danger pour le monde, dénonce l'interventionnisme et condamne avec virulence l'intervention de George Bush fils qu'il considère comme fou, c'est qu'il est temps de remettre en cause cet interventionnisme

S'agit-il fondamentalement d'une critique de la démocratie en tant que telle, ou plutôt du libéralisme politique ? 

D'un point de vue humaniste, les valeurs développées historiquement par l'Occident (l'humanisme, les droits de l'Homme, la liberté d'expression) appartiennent au patrimoine de l'Humanité et pas à l'Occident en tant que tel. Mais il est important de les dissocier de la politique aujourd'hui : car ces valeurs sont assimilées à un cache-sexe d'un néo impérialisme occidental. Il est donc urgent, pour diffuser ces valeurs, de bien montrer que ce n'est pas parce que certains pays occidentaux ont pratiqué des politiques néo-coloniales que cela remet en question le libéralisme politique et les droits de l'Homme en général.

 

Cette tendance devrait-elle se confirmer dans l'avenir, ou est-elle liée à un contexte conjoncturel ?

Les deux voies se dessinent aujourd'hui. Nous vivons une réaction conjoncturelle aux interventions principalement anglo-saxonnes dans les pays arabo-musulmans ces dernières années. Mais cela peut être durable, car le monde multipolaire qui s'installe est un monde dans lequel l'Occident est de moins en moins le diapason ou la référence intellectuelle, même si certaines technologies comme l'iPhone et autres avancées technologiques, sont majoritairement produites par l'Occident. Car les pays font la dissociation entre la technologie et les valeurs. A long terme, l'Occident va être de plus en plus oublié. Pour le meilleur ou pour le pire. La globalisation se désoccidentalise : on est global à Singapour en étant confucéen, en Inde en soutenant les castes et en étant hindouiste, en Russie en faisant bénir les obus par un représentant de la Sainte-Russie orthodoxe, en Amérique Latine avec le retour de l'indigénisme indien. On voit bien que partout, il y a une baisse de la référence occidentale. Ce refus de l'Occident risque de durer assez longtemps, jusqu'à ce que les pôles soient clairement installés. Alors, la place de l'Occident pourra évoluer, car il ne sera plus impérial. Si l'hégémonie persiste à être perçue comme telle, la situation s'aggravera. 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 27/03/2016 - 22:13
A vangog
Je suis en accord avec vous globalement, l'erreur des occidentaux c'est de penser que les pays hors Europe ou Amérique doivent faire des démocraties comparables aux nôtres. Pour les musulmans la SEULE loi reconnu est celle de la Sharia contre les lois du pays. Une erreur tout de même sur l'OTAN , c'est une alliance qui contre balançait l'URSS. Et que c'est l'ONU qui décide ou non des interventions pas l'OTAN. Hollande est toujours contre Bachar qui pourtant est le seul qui peut rétablir un état, même si c'est un salaud. Il n'est pas seul dans le monde!!!!
vangog
- 27/03/2016 - 21:13
Pourquoi vouloir diffuser des valeurs qui appartiennent à tous?
C'est la principale incohérence du droit d'ingérence Kouchnerien. L'humanisme n'est ni l'apanage d'un pays où d'un continent, il est composé par la variable des idéaux humains en fonction du temps, avec des comportements médians...et des comportements qui s'en écartent. Personne ne peut s'arroger le droit de juger qui s'écarte des valeurs médianes en fonction de critères qui lui sont propres, et les institutions internationales devraient manifester de la retenue, et ne sanctionner que les comportements extrêmes...meme la Corée du Nord, menaçante et agressive n'a pas déclenché autant de guerre que l'OTAN, durant les dernières années et pour satisfaire à un très absurde principe de précaution international, ou droit d'ingérence Kouchnerien. Ce droit que s'arrogeait l'Occident de fixer la morale mondiale a été une très lourde erreur, génératrice de chaos. Il faut, aujourd'hui, revenir en arrière, et les politiciens modernes, Trump, Orban, Marine Le Pen, Kajinsky sont les plus en phase avec la modernité. Voila pourquoi les conservateurs tentent de les discréditer, en les traitant de populistes, car leur morale désuète leur interdit de reconnaître leurs erreurs et torts...
Mike Desmots
- 27/03/2016 - 17:50
Le printemps arabe inventé par les démocraties occidentales..
vient de sonner le glas de leurs prétentions naïves ...! comme quoi... , le boomerang de l'histoire a des facéties ...que la naïveté occidentale , ferait bien de méditer....!