En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro

03.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

04.

Miss France 2020 : aucune caméra ne permettra de voir les coulisses afin d’éviter un incident en direct

05.

Macron a bien des malheurs : encore un lépreux à la tête d'un pays européen !

06.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

07.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Jeune homme à la Mule" : quand Michel Orcel chausse la lorgnette de Stendhal…

il y a 7 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Raymonda" de Rudolf Noureev d'après Marius Petipa : la perfection classique pendant trois heures d’horloge… Et on en redemanderait…

il y a 7 heures 58 min
pépite vidéo > Religion
Huit mois après
Chantier de Notre-Dame de Paris : France 2 dévoile des images de l'intérieur de la cathédrale
il y a 9 heures 44 min
pépites > France
Fortes perturbations
Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro
il y a 13 heures 32 min
light > France
Mauvaise camaraderie ?
Miss France 2020 : les ultimes heures de la compétition avant le sacre auraient été marquées par des tensions entre les candidates
il y a 14 heures 46 min
pépites > Social
Prévisions
Grève SNCF : Edouard Philippe exige un "plan de transport" pour les fêtes
il y a 16 heures 51 min
décryptage > Terrorisme
Bonnes feuilles

Comment Daech est né sur les décombres de l'Etat irakien

il y a 17 heures 58 min
rendez-vous > Politique
Zone Franche
Mélenchon et les élections britanniques : le grand rabbin, le Crif et le Likoud ont-ils fait chuter la gauche ?
il y a 18 heures 33 min
décryptage > Education
Négociations

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

il y a 19 heures 54 min
décryptage > Europe
Le retour de l'ennemi héréditaire

Macron a bien des malheurs : encore un lépreux à la tête d'un pays européen !

il y a 21 heures 43 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le roman des Goscinny, naissance d'un gaulois" de Catel Muller : un parcours tendre et souriant aux sources de l'inspiration du père d'Astérix et Obélix

il y a 7 heures 47 min
pépites > Défense
Solidarité et soutien envers nos soldats
Emmanuel Macron sera avec les militaires français en Côte d’Ivoire pour les fêtes de fin d’année
il y a 9 heures 12 min
light > France
"Nipple Gate"
Miss France 2020 : aucune caméra ne permettra de voir les coulisses afin d’éviter un incident en direct
il y a 10 heures 41 min
pépites > Politique
Confiance
Edouard Philippe considère que la "bonne foi" de Jean-Paul Delevoye est "totale"
il y a 14 heures 7 min
pépite vidéo > Sport
Valeurs du sport bafouées
Roxana Maracineanu, ministre des Sports, a été huée et menacée par des supporters lors d'un match du Red Star
il y a 16 heures 9 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

La genèse de Huaweï : comment le génie et les idées de Ren Zhengfei ont révolutionné les télécoms et l'industrie en Chine

il y a 17 heures 35 min
décryptage > Terrorisme
Bonnes feuilles

Lutte et prévention contre le terrorisme : l'impérieuse nécessité d'adopter une vision globale afin d'éviter l'impression du pansement sur une jambe de bois

il y a 18 heures 11 min
décryptage > Santé
Avancées médicales

Un nouveau traitement capable de prévenir la moitié des cancers du sein produit des effets même longtemps après avoir été pris

il y a 19 heures 21 min
décryptage > Politique
Répartie

Retraites : on peut être de droite et préférer la répartition

il y a 20 heures 9 min
décryptage > Politique
Déclaration d’intérêt

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

il y a 21 heures 13 min
© REUTERS/Benoit Tessier
© REUTERS/Benoit Tessier
Atlantico Business

EDF et SNCF en difficulté : ni argent pour investir, ni stratégie, les grandes entreprises publiques face à un Etat actionnaire défaillant

Publié le 14 mars 2016
Le mois de mars va être cruel pour les grandes entreprises publiques. Chez EDF comme à la SNCF, les rendez-vous avec la réalité risquent d’être très douloureux.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le mois de mars va être cruel pour les grandes entreprises publiques. Chez EDF comme à la SNCF, les rendez-vous avec la réalité risquent d’être très douloureux.

Pendant que le gouvernement essaie de se sortir du piège de la loi El-Khomri en évitant une explosion sociale, et que le président de la République est encore le dernier à penser qu’il peut arriver aux élections présidentielles dans une posture favorable, des pans entiers de l’économie française continuent de se fissurer. Ce qui ne semble inquiéter personne, en dehors des personnels des entreprises.

La totalité du secteur privé cherche les moyens de gagner en productivité avec une liberté administrative et fiscale que le gouvernement ne veut pas lui donner. Résultats : les très grandes entreprises s’en sortent parce qu’elles sont devenues mondiales. Les petites et les moyennes étouffent faute de marchés, et surtout de perspectives qui leur permettraient d'investir.

Faits nouveaux, les grandes entreprises publiques sont de plus en plus menacées. Elles n'ont pas de stratégie, et surtout pas de moyens financiers. Le mois de mars va être cruel.

Depuis la semaine dernière, le dossier industriel qui focalise toute l'attention et l’inquiétude est celui d'EDF. La démission spectaculaire du directeur financier, Thomas Piquemal, a servi de révélateur aux difficultés de l'électricien. Thomas Piquemal a démissionné parce qu’il considérait qu'EDF n’a pas les moyens d'assumer financièrement la construction des EPR en Grande-Bretagne. Ce dossier n'est pas nouveau : la construction des EPR en cours, c’est-à-dire des centrales nucléaires de la 3ème génération, va déjà couter très cher en France, à Flamanville, et en Norvège. Par ailleurs, EDF doit à la fois prendre en charge la restructuration d'Areva, qui est une vraie catastrophe et qui va lui coûter 2,5 milliards d'euros si l’Etat accepte de participer à la recapitalisation pour le même montant … Mais EDF va devoir aussi financer la mise en état des centrales existantes pour prolonger leur durée de vie.

Du coup la situation financière trouvée par Jean-Bernard Levy est des plus tendue. La Cour des comptes vient de rappeler que l'endettement d’EDF ne permet pas d'envisager des développements à l'étranger.

L’Etat actionnaire n’a pas d’argent. Plus grave, il a besoin d’argent, il a donc tendance à exiger un maximum de dividendes de ses participations industrielles ou financières, dont celles qu'il détient dans EDF (90 % du capital). 

L' Etat régulateur n’a pas de stratégie de prix très claire. Sa position sur les tarifs varie avec le climat politique. Une augmentation des prix de l'électricité en période préélectorale paraît peu probable.

Quant à la stratégie industrielle, elle existe, certes, mais elle ne s’exprime pas très clairement. Si le choix de la France est de rester un champion de l'énergie nucléaire en attendant que les énergies renouvelables prennent le relai, il faudra le dire haut et fort et dégager les moyens de maintenir les moyens d'investissement.

Sur l’allongement de la durée de vie des centrales existantes, les politiques ne sont pas aussi déterminés que les ingénieurs. Sur les EPR, les dépassements de coût ont rendu le dossier plus difficile à défendre. Sur l'exportation en Grande-Bretagne, Pierre Gadonnex, l’ancien président d’EDF, qui avait lancé le programme anglais a, dû, ce week-end,  expliquer dans le JDD que sans ces programmes, la France pouvait perdre son statut de numéro 1 dans le monde. Or, si EDF ne construit pas les centrales, ce sont les Coréens ou les Russes qui les feront.

EDF attend donc que l(Etat soit plus précis et plus clair sur la stratégie de sa principale réussite industrielle.

Le cas de la SNCF est très différent parce qu’il est politiquement moins sensible ; n "empêche que les symptômes du déséquilibre sont les mêmes. La SNCF est une magnifique entreprise mais qui n’a pas investi depuis 25 ans. Il lui faut rénover le parc actuel de TGV, ouvrir de nouvelles lignes et surtout entretenir la totalité du réseau, ce qui n’a pas toujours été fait avec tous les moyens nécessaires. La conséquence de tout cela, c’est que la SNCF prend du retard sur ses concurrents, et surtout se met en risque au niveau de la sécurité des voyageurs. Le déficit de la SNCF est de 12 milliards d'euros. Considérable. Son endettement est tel qu’elle ne peut plus financer ses investissements, et son exploitation est limitée.

Comme chez EDF, l’Etat actionnaire n’a pas d'argent. Il lui faut négocier des partenariats avec les collectivités publiques et avec des privés. Ceci dit, ce type de pratique ne colle pas avec les valeurs traditionnelles de la gauche.

Quant à l'Etat régulateur, il demande à la Sncf le zéro défaut, mais ne lui donne pas les moyens d’améliorer sa recette.  

Ces deux exemples posent évidemment le problème de l’avenir des grandes entreprises publiques françaises

La France n’a jamais eu de stratégie très claire, hormis après la guerre ou pour reconstruire le pays, où l’Etat prenait les commandes sur une grande partie de l'appareil économique. L'objectif assigné par le Conseil de la Résistance et le Général de Gaulle était sans ambiguïté : la France devait retrouver ses grandes infrastructures et construire des pôles d'excellence industrielle dans l'énergie, le transport, l'automobile.

En 1981, François Mitterrand a lancé une deuxième vague de nationalisation des groupes industriels, des banques et de deux compagnies financières. La raison en était politique et financière : toutes ces entreprises étaient sous-capitalisées et l 'épargne française était trop fragile.

A partir des années 1986, la France a privatisé les entreprises nationales qui étaient en bon état et capables d'affronter la concurrence étrangère.

Au moment de la crise des subprimes en 2008, la tentation de privatiser les banques pour les protéger était forte, mais on a choisi de leur donner des béquilles le temps qu‘elles cicatrisent leurs blessures. Au demeurant, les banques françaises n'étaient pas en trop mauvais état.

Depuis les années 2008, la question des entreprises publiques françaises n’a pas été posée. Ni par Nicolas Sarkozy, ni par François Hollande.

Cette question sera forcement posée lors des élections présidentielles de 2017. La France n’a pas de stratégie industrielle, et sa politique économique a une ambition strictement sociale. La vraie question que la classe politique n'ose pas poser :  à quoi servent les grandes entreprises publiques françaises ? Si le personnel politique est incapable d'apporter une réponse convaincante, il faudra se résoudre à admettre que les entreprise publiques sont appelées à disparaître. En attendant, ces galères prennent l’eau. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro

03.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

04.

Miss France 2020 : aucune caméra ne permettra de voir les coulisses afin d’éviter un incident en direct

05.

Macron a bien des malheurs : encore un lépreux à la tête d'un pays européen !

06.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

07.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 15/03/2016 - 01:14
Depuis les années Mitterrand-le-collabo...
les "combats" pour les privilèges de la SNCF lui ont permis d'abriter, en son sein, un actif pour deux inactifs...aucune entreprise normale ne peut résister à ces privilèges honteux plus de deux mois, sans jeter l'éponge! La SNCF, elle, a traversé les décennies gauchistes sans moufter, car le con-tribuable épongeait ses déficits, chaque année. Et quand l'état faisait mine de vouloir adapter la SNCF à la globalisation, les ancêtres CGTistes et FO se mettaient en grève...et tout rentrait dans l'ordre rouge!...puis, les mêmes qui avaient instauré ces privilèges, ont décidé, sans modifier ces privilèges, l'ouverture à la concurrence: c'était comme jeter un oisillon hors du nid! Il avait toutes les chances de s'écraser, après quelques battements d'ailes infructueux. Ben voila, on y est! Les SNCF-RFF sont proches de l'écrasement au sol, et le schéma peut-être reproduit à toutes les entreprises française privilégiées...
kaprate
- 14/03/2016 - 22:16
Mal placé
Hollande ou Valls, et beaucoup avant eux, font la morale aux entreprises qui distribuent des dividendes au lieu d'invertir ou de créer de l'emploi... c'est bien que JM Sylvestre nous rappelle que l'actionnaire-sangsue par excellence, incapable stratégiquement et ignare économiquement, pourtant le premier à exiger ses dividendes pour entretenir son obésité morbide, c'est l'Etat.
zombikiller
- 14/03/2016 - 20:34
JMS peut il se relire ?
En 2008 la tentation de privatiser les banques pour les protéger était forte. La tentation n'était elle pas de les nationaliser pour les protéger ?
Il faudra admettre que les entreprises publiques "soient" appelées à disparaître et pas "sont"
On peut être bon économiste et se relire. Je paie mon abonnement