En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
Banqueroute
2012, l’année des faillites bancaires ?
Publié le 09 janvier 2012
Face à un nouveau risque de credit crunch, la BCE a prêté 498 milliards d'euros à 523 banques européennes. Sans pour autant rassurer les marchés internationaux qui continuent à s'abstenir de travailler avec elles. Ces difficultés préfigurent-elles une année 2012 placé sous le signe de la banqueroute ?
Philippe Herlin est chercheur en finance, chargé de cours au CNAM.Il est l'auteur de L'or, un placement d'avenir (Eyrolles, 2012), de Repenser l'économie (Eyrolles, 2012) et de France, la faillite ? : Après la perte du AAA (Eyrolles 2012) et de La...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Herlin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Herlin est chercheur en finance, chargé de cours au CNAM.Il est l'auteur de L'or, un placement d'avenir (Eyrolles, 2012), de Repenser l'économie (Eyrolles, 2012) et de France, la faillite ? : Après la perte du AAA (Eyrolles 2012) et de La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Face à un nouveau risque de credit crunch, la BCE a prêté 498 milliards d'euros à 523 banques européennes. Sans pour autant rassurer les marchés internationaux qui continuent à s'abstenir de travailler avec elles. Ces difficultés préfigurent-elles une année 2012 placé sous le signe de la banqueroute ?

Fin décembre, constatant que le marché interbancaire ne fonctionne plus (les banques n’ont plus confiance entre elles), la BCE offre des prêts à 1% sur trois ans à toutes banques qui le souhaitent, pour leur permettre de se refinancer. Résultat : 523 banques européennes demandent 489 milliards d’euros !

Que font les banques de cet argent ? Elles le replacent à la BCE !!! 455 milliards sont placés à la banque centrale (ce vendredi), record battu. Et ce, à un taux au jour le jour inférieur à ces 1% l’an. Les banques perdent donc de l’argent sur cette opération. C’est Ubu-banque.

Que pourraient-elles faire d’autre ? Des crédits aux entreprises et aux particuliers ? Mais avec la récession, le taux d’impayés augmente, c’est trop risqué. Acheter des emprunts d’Etat qui rapportent de 3 à 7% (France, Italie, Espagne) ? Voilà une opération qui serait très rentable (emprunter à 1% et prêter à 3% ou plus), mais un pays peut faire défaut, aucun n’est à l’abri (ou il peut voir ses taux monter, ce qui diminue la valeur de ses anciens emprunts).

C’était le secret espoir de la BCE : elle ne peut pas acheter directement de la dette étatique, alors elle prête des quantités considérables d’argent aux banques pour que celles-ci financent les Etats. Même pas. Frédéric Oudéa, PDG de la Société générale, a déclaré qu'il n'était « pas question » que la deuxième banque française investisse massivement dans la dette souveraine française. Résultat les banques choisissent la sécurité, quitte à perdre de l’argent, en déposant leurs liquidités à la BCE.

Tout cet argent ne rassure même pas les partenaires étrangers, la preuve : la BCE a accordé cette semaine 31 milliards de prêts en dollars à des banques de la zone euro qui ont du mal à s'en procurer sur les marchés. Si une banque américaine ne prête pas de dollars à une banque européenne, qui possède pourtant des milliards d’euros de liquidité provenant de la BCE, cela signifie qu’elle doute de sa solvabilité, elle pense qu’elle peut faire faillite avant de rembourser ce prêt. Résultat, la BCE s’y colle (elle se procure ces dollars auprès de la Fed).

Grave problème de solvabilité

Tout cela nous montre un système bancaire qui agonise lentement, qui connaît un grave problème de solvabilité, et pour lequel un déluge de liquidités (comme ce prêt géant de la BCE) ne fait que repousser les échéances. Les banques ne valent vraiment plus grand chose, la preuve : la plus grande banque italienne, Unicrédit, annonce une décote de 43% pour son augmentation de capital (son action cote 5,705 euros mercredi à la bourse de Milan, elle émet des actions à 1,943 euros pour lever des fonds). Les actions bancaires ont déjà perdu environ 90% de leur valeur depuis la crise de 2008, mais divisez encore leur cours par deux pour avoir une idée à peu près plus juste, et encore.

Déjà Dexia est à l’agonie, et malgré un plan d’aide important on parle de nationalisation. Les banques, en Europe et en France, vendent des actifs en catastrophe pour récupérer du cash. Les liquidités ne font qu’apporter un peu d’huile à une machine qui se détraque.

Nous commencerons donc cette année 2012 avec ce conseil : intégrez le risque bancaire dans vos décisions patrimoniales, c'est-à-dire ouvrez plusieurs comptes pour répartir les risques, privilégiez les actifs réels (or physique, immobilier) aux actifs papiers gérés par les banques, parce que nous risquons fort de connaître, en France et en Europe, des faillites bancaires cette année.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Révolution silencieuse ? Un groupe de physiciens armés d’ordinateurs quantiques a réussi (en quelque sorte) à remonter dans le temps
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (29)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Lepongiste
- 13/01/2012 - 17:47
fffrrrrrrhhhhfffrrhhhrr C'est le froissement d'ailes
d'un oiseau de mauvaise augure qui vient de s'envoler !!!
Lepongiste
- 13/01/2012 - 17:45
@porschecollec Elle est bonne celle là !!
"Deuxièmement: meme si PH se trompe 1 an, 2 ans, 3 ans, et que ce qu'il prévoit n'arrive qu'a moitié, je considèrerai qu'il a raison".
Ce qu'a prévu Nostradamus arrivera un jour avait déclaré à l'époque l'un de ses fidèles admirateurs !!
A vrai dire on a jamais su si cet admirateur n'était pas lui même sous un autre pseudo ......
porschecollec
- 10/01/2012 - 23:02
(3) les références
Enfin: il me semble que PH a quelques références sérieuses, que ce soit en terme de statut ou de sources dans son article. Ce n'est pas le cas de certains commentateurs, pour lesquels les affirmations gratuites semblent etre un systeme de raisonnement. Et si vous avez vous considerez les banques comme des bienfaiteurs, renseignez vous sur la création monétaire, par exemple en France depuis 1973.