En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

04.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

05.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 48 min 27 sec
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 3 heures 50 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 4 heures 40 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 6 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 7 heures 58 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 8 heures 51 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 10 heures 8 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 10 heures 48 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 11 heures 19 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 11 heures 52 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 1 heure 13 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 4 heures 15 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 6 heures 33 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 7 heures 43 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 8 heures 16 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 9 heures 42 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 10 heures 18 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 11 heures 15 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 11 heures 48 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 12 heures 10 min
© Reuters
© Reuters
Erreur de diagnostic ?

Investir dans la "déradicalisation" des islamistes : une belle idée qui a très peu de chances de produire le moindre résultat, du moins dans l’immédiat

Publié le 04 mars 2016
Une jeune fille connue de l'Etat français a été arrêtée avant Noël juste avant de rejoindre la Syrie. Cet événement montre une fois de plus les limites des programmes de "déradicalisation" que la France a commencé à mettre en oeuvre.
David Thomson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Thomson, 33 ans, est reporter au service Afrique de RFI. Il a couvert la guerre en Libye et les révolutions arabes en tant que correspondant de France 24 et RFI. Il est l'auteur du livre Les Français jihadistes (mars 2014, Les Arènes). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une jeune fille connue de l'Etat français a été arrêtée avant Noël juste avant de rejoindre la Syrie. Cet événement montre une fois de plus les limites des programmes de "déradicalisation" que la France a commencé à mettre en oeuvre.

Atlantico : Récemment, une jeune fille a été arrêtée juste avant de partir en Syrie alors qu'elle suivait un programme de déradicalisation après un premier projet d'attentat en 2014. N'est-ce pas révélateur de l'échec des tentatives de déradicalisation des djihadistes français ?

David Thomson : On ne peut évidemment pas résumer tous les efforts déployés par le Gouvernement depuis deux ans à ce seul cas. Mais ce cas est toutefois symptomatique des limites du programme français de "déradicalisation". Et ce d'autant plus qu'il s'agit d'un échec très symbolique. Car cette jeune fille était suivie par Dounia Bouzar depuis 2014 à la demande des autorités qui ont financé sa structure, le CPDSI, à hauteur de plusieurs centaines de milliers d'euros par an en 2014 et en 2015. Or dans les médias, Dounia Bouzar avait érigé cette même personne en modèle de déradicalisation et en vitrine de sa méthode. Les Français ont ainsi pu la voir sur les plateaux télé, l'entendre à la radio, la lire dans la presse magazine, jusque dans des documentaires et des clips de déradicalisation du CPDSI. Depuis deux ans maintenant, le ministère de l'Intérieur met en avant des chiffres sur ses bilans de déradicalisation dont je conteste la véracité. Ils reposent sur des programmes se déroulant dans une certaine opacité, sans évaluation indépendante, dont on ne sait pas grand-chose finalement. Or, ces chiffres sur le nombre de personnes qui auraient été empêchées de partir en Syrie ou qui auraient été déradicalisées sont diffusés uniquement par le ministère de l'Intérieur qui se place ainsi en position de juge et partie en s'auto-évaluant. Les journalistes reprennent donc ses chiffres faisant le pari de la bonne foi du ministère. 

En réalité, rien ne permet de dire que les programmes de déradicalisation mis en place en France fonctionnent. Nous avons aujourd'hui l'exemple de cette jeune fille qui était l'une des premières confiées par les autorités au programme de Dounia Bouzar après une tentative d'attaque contre une synagogue et qui après deux ans de suivi était toujours en contact avec la Syrie pour rejoindre l'Etat Islamique. Je connais personnellement plusieurs autres exemples similaires de personnes revenues de Syrie sur lesquelles ce programme n'a eu aucune prise non plus. En revanche, je ne connais aucun cas surlequel cela aurait fonctionné. Je doute vraiment de l'efficacité de ces programmes, même si je reconnais que des efforts très importants et réels ont été faits, y compris financièrement, par le Gouvernement. Il est éventuellement possible que ce programme ait eu un impact sur de jeunes filles sur le point de partir, qui n'étaient pas encore complètement plongées dans cette idéologie, des jeunes filles qui avaient pu tomber amoureuses de combattants sur Internet sans convictions religieuses très ancrées. En revanche, sur les individus très idéologisés, ces programmes n'ont pas de prise.

Quelles ont été les différentes approches mises en œuvre pour déradicaliser des djihadistes repentis ou des djihadistes potentiels ?

Pour résumer ce qui a été instauré par le gouvernement, deux approches ont été mises en place.

La première approche est celle de Dounia Bouzar et du CPDSI (Centre de Prévention contre les Dérives Sectaires liées à l'Islam). Ils considèrent que le djihadisme peut être traité comme un engagement sectaire.

La deuxième est celle initiée par Sonia Imloul, qui a fini par être lâchée par le ministère de l'Intérieur, qui mettait l'accent sur l'argument religieux. Ainsi, l'idée était de se servir des salafistes quiétistes, qui évoluent sur le même corps doctrinaire que les djihadistes mais qui s'opposent à eux sur la question du djihad. Ils considèrent ces derniers comme des terroristes. Cette approche tentait d'expliquer aux jeunes, arguments religieux à l'appui, qu'ils avaient une mauvaise interprétation de la religion et qu'ils étaient dans l'erreur d'un point de vue religieux.

A ma connaissance, aucune de ces deux approches n'a vraiment porté ses fruits.

Est-ce que les élites françaises comprennent bien aujourd'hui les motivations qui poussent certains Français à partir en Syrie ou en Irak faire le djihad ?

Jusqu'à aujourd'hui, le problème de l'approche française a été de considérer qu'on avait affaire à une secte. Le problème de cette approche sectaire, qui soit-dit en passant peut être une grille de lecture valable dans certains cas, réside dans le fait qu'aux yeux des autorités, nous avons affaire à une pathologie. Or, le djihadisme n'est pas une maladie. Voir ce phénomène uniquement sous l'angle de la pathologie mentale revient à nier totalement l'engagement politique, religieux et individualiste de ces jeunes qui partent. Beaucoup d'eux le font pour combattre le modèle de la société française, la démocratie et les valeurs de la République. Ils sont clairement dans un engagement politique. Ils ont des idéologues, ils lisent des livres, ils font des débats doctrinaires entre eux en permanence, etc. Ce sont des gens qui sont dans une démarche et un combat politique et religieux.

Parallèlement à cela, il y a d'autres gens qui partent pour des raisons totalement individualistes, parce qu'à leurs yeux, ils se réalisent socialement dans cette démarche. Des gens qui n'étaient rien en France, et qui prennent de l'importance et du pouvoir une fois arrivés en Syrie. Ce sont des données à prendre en compte ! Or, nous sommes très loin ici d'un engagement sectaire. C'est une démarche totalement rationnelle.

Je me souviens de certains débats à la télévision il y a encore deux ans, avec des acteurs publics, des chercheurs, etc. Or, quand on expliquait aux gens sur ces plateaux que les djihadistes français avaient des intentions terroristes quand ils revenaient en France, on se faisait incendier… Cela m'est arrivé. Les gens ne comprenaient pas que le combat des djihadistes était un combat contre le modèle de société française et contre la démocratie. Pour eux, la démocratie est par nature à combattre, puisqu'elle est source d'idolâtrie car elle dicte une autre loi que celle de Dieu. Toujours selon eux, la souveraineté populaire est contre la religion.

La force de tout groupe djihadiste, et en particulier l'Etat Islamique, est d'aller justifier chacun de leurs actes avec des textes et des références de tradition musulmane. Ces textes existent, et pour un jeune rien ne sera jamais plus fort qu'une référence religieuse. Vous pouvez avoir tous les discours de déradicalisation que vous voulez, vous n'aurez jamais de prise sur un jeune qui considère ce texte comme LA vérité absolue.

Pour schématiser, l'approche de Dounia Bouzar consiste à traiter ces gens comme des alcooliques anonymes. Mais ils ne sont pas dans une pathologie, ce sont juste des gens qui ont des convictions.

Selon vous, quelles seraient les pistes à explorer pour trouver une solution à ce problème des Français en voie de radicalisation et sur le point de quitter la France ? Le politologue Asiem El Difraoui évoque des exemples qui pourraient être suivis en Allemagne (Hayat) ou en Angleterre (The Unity initiative). La France a-t-elle des choses à apprendre de ses voisins ?

A ma connaissance, aucun programme de déradicalisation ou de désenbrigadement dans le monde n'a eu de résultats probants. Le Royaume-Uni a commencé dix ans avant la France à développer des programmes en s'appuyant sur la communauté pakistanaise. Aujourd'hui, on constate à peu de chose près que le pays est autant concerné que la France par le phénomène djihadiste. On observe dans tous ces pays des réflexions en cours, des tentatives, mais personne n'a trouvé de solution miracle tout simplement parce qu'il n'y en a pas. Tant qu'il y aura aux portes de l'Europe un djihad aussi facile d'accès que l'est le théâtre syrien aujourd'hui, tant que la prise de contact sur Internet avec des djihadistes sera aussi facile qu'aujourd'hui, des jeunes partiront combattre le modèle de société français et continueront d'être séduits par cette propagande. Les autorités sont obligées d'être dans une logique de communication et d'action. Des choses sont mises en œuvre, des programmes sont mis en place dans les prisons, à destination des jeunes ou des familles, mais il n'y a pas de potion magique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 02/03/2016 - 10:03
Philipot & MLP font le grand écart du "parti"
Socialiste Nationaliste FN :):) Tout est bon pour eux, même le contraire de ce qu'ils affirmaient avant. L'Europe dehors puis mais non l'Europe il en faut aussi,. Les Musulmans rien de rien ils les ont fait venir et nous n'en voulons pas Puis nous avons chez nous vous savez nous ne sommes pas anti-Musulmans etc... La monnaie le Franc Symbolique il n'y a que ça de bon pour la France. Puis mais non l'Euro peut être acceptable nous négocierons:)::)) Les Français ont bien été déjà mordu par le Grand Écart d' Hollande et ne retomberont dans cette misère intellectuelle dans tant d'élucubrations nauséabondes,sans réalités des Socialistes Nationalistes FN Philipot & MLP avec son programme de Mitterrand de 1981 avec la retraite à 60 ans etc...)::))
Ganesha
- 02/03/2016 - 06:44
Benvoyons et Clint
Ce que Vangog essaye calmement de vous expliquer, c'est que vous êtes des racistes ! Jean-Marie Le Pen était officier à la Légion Étrangère et il respectait tous les étrangers qui servaient loyalement la France. Ce qui est demandé à Marine Le Pen, c'est d'offrir un travail à tous les citoyens français. Et, tant que durera la Crise, de donner la priorité aux français. Mais votre idole, c'est l'UMPS et son chef Pierre Gattaz, qui veut, comme les allemands et les anglais, baser l'économie sur l'emploi d'esclaves étrangers. J'essaie une fois de plus de vous faire comprendre cela, mais je me rends compte que c'est bien au dessus de vos capacités intellectuelles !
abracadarixelle
- 01/03/2016 - 20:04
Déradicalisation ??
Pour la rime, je dirais bien " piège à cons" mais le projet relève plutôt du " piège à fric " public bien sûr. Donc finalement, je vais replacer le " piège à con....tribuatles"