En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
light > Culture
"Vol au-dessus d'un nid de coucou"
Bernard Tapie est contraint de reporter ses engagements au théâtre pour suivre un nouveau traitement
il y a 34 min 14 sec
pépites > Economie
Lourdes conséquences ?
Impact du Coronavirus: la Banque de France devrait réviser à la baisse sa prévision de croissance pour 2020
il y a 1 heure 41 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte évoque la responsabilité d'un hôpital dans la propagation du coronavirus en Italie
il y a 2 heures 45 min
Symbole du Printemps arabe
L'ancien président égyptien Hosni Moubarak est mort à l'âge de 91 ans
il y a 5 heures 10 min
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 6 heures 55 min
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 7 heures 46 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 9 heures 29 min
décryptage > Société
Triste réalité

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

il y a 10 heures 11 min
décryptage > France
Génération Ouin Ouin ?

Fracture sociale française : toutes les fragilités ne se valent pas

il y a 10 heures 47 min
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 21 heures 33 min
pépite vidéo > Media
Lanceur d'alerte
WikiLeaks : où en est l'affaire Julian Assange ?
il y a 1 heure 19 min
pépites > Politique
Détermination
Réforme des retraites : Edouard Philippe indique qu'il prendra ses "responsabilités" sur le recours au 49-3
il y a 2 heures 19 min
light > Culture
Les bons comptes font les bons amis
Les acteurs de la série Friends de retour dans un épisode spécial
il y a 3 heures 6 min
pépites > Economie
Redressement des finances publiques
La Cour des comptes exhorte le gouvernement à accélérer la baisse des dépenses
il y a 5 heures 36 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 7 heures 25 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 8 heures 56 min
décryptage > Environnement
Oscillation Arctique

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

il y a 9 heures 42 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Coronavirus : un risque de pandémie provoque une panique boursière, menace l’économie mondiale de blocage et fragilise le régime chinois

il y a 10 heures 33 min
décryptage > Santé
Inquiétudes

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

il y a 11 heures 1 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 22 heures 28 min
© Reuters
© Reuters
Erreur de diagnostic ?

Investir dans la "déradicalisation" des islamistes : une belle idée qui a très peu de chances de produire le moindre résultat, du moins dans l’immédiat

Publié le 04 mars 2016
Une jeune fille connue de l'Etat français a été arrêtée avant Noël juste avant de rejoindre la Syrie. Cet événement montre une fois de plus les limites des programmes de "déradicalisation" que la France a commencé à mettre en oeuvre.
David Thomson, 33 ans, est reporter au service Afrique de RFI. Il a couvert la guerre en Libye et les révolutions arabes en tant que correspondant de France 24 et RFI. Il est l'auteur du livre Les Français jihadistes (mars 2014, Les Arènes). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Thomson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Thomson, 33 ans, est reporter au service Afrique de RFI. Il a couvert la guerre en Libye et les révolutions arabes en tant que correspondant de France 24 et RFI. Il est l'auteur du livre Les Français jihadistes (mars 2014, Les Arènes). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une jeune fille connue de l'Etat français a été arrêtée avant Noël juste avant de rejoindre la Syrie. Cet événement montre une fois de plus les limites des programmes de "déradicalisation" que la France a commencé à mettre en oeuvre.

Atlantico : Récemment, une jeune fille a été arrêtée juste avant de partir en Syrie alors qu'elle suivait un programme de déradicalisation après un premier projet d'attentat en 2014. N'est-ce pas révélateur de l'échec des tentatives de déradicalisation des djihadistes français ?

David Thomson : On ne peut évidemment pas résumer tous les efforts déployés par le Gouvernement depuis deux ans à ce seul cas. Mais ce cas est toutefois symptomatique des limites du programme français de "déradicalisation". Et ce d'autant plus qu'il s'agit d'un échec très symbolique. Car cette jeune fille était suivie par Dounia Bouzar depuis 2014 à la demande des autorités qui ont financé sa structure, le CPDSI, à hauteur de plusieurs centaines de milliers d'euros par an en 2014 et en 2015. Or dans les médias, Dounia Bouzar avait érigé cette même personne en modèle de déradicalisation et en vitrine de sa méthode. Les Français ont ainsi pu la voir sur les plateaux télé, l'entendre à la radio, la lire dans la presse magazine, jusque dans des documentaires et des clips de déradicalisation du CPDSI. Depuis deux ans maintenant, le ministère de l'Intérieur met en avant des chiffres sur ses bilans de déradicalisation dont je conteste la véracité. Ils reposent sur des programmes se déroulant dans une certaine opacité, sans évaluation indépendante, dont on ne sait pas grand-chose finalement. Or, ces chiffres sur le nombre de personnes qui auraient été empêchées de partir en Syrie ou qui auraient été déradicalisées sont diffusés uniquement par le ministère de l'Intérieur qui se place ainsi en position de juge et partie en s'auto-évaluant. Les journalistes reprennent donc ses chiffres faisant le pari de la bonne foi du ministère. 

En réalité, rien ne permet de dire que les programmes de déradicalisation mis en place en France fonctionnent. Nous avons aujourd'hui l'exemple de cette jeune fille qui était l'une des premières confiées par les autorités au programme de Dounia Bouzar après une tentative d'attaque contre une synagogue et qui après deux ans de suivi était toujours en contact avec la Syrie pour rejoindre l'Etat Islamique. Je connais personnellement plusieurs autres exemples similaires de personnes revenues de Syrie sur lesquelles ce programme n'a eu aucune prise non plus. En revanche, je ne connais aucun cas surlequel cela aurait fonctionné. Je doute vraiment de l'efficacité de ces programmes, même si je reconnais que des efforts très importants et réels ont été faits, y compris financièrement, par le Gouvernement. Il est éventuellement possible que ce programme ait eu un impact sur de jeunes filles sur le point de partir, qui n'étaient pas encore complètement plongées dans cette idéologie, des jeunes filles qui avaient pu tomber amoureuses de combattants sur Internet sans convictions religieuses très ancrées. En revanche, sur les individus très idéologisés, ces programmes n'ont pas de prise.

Quelles ont été les différentes approches mises en œuvre pour déradicaliser des djihadistes repentis ou des djihadistes potentiels ?

Pour résumer ce qui a été instauré par le gouvernement, deux approches ont été mises en place.

La première approche est celle de Dounia Bouzar et du CPDSI (Centre de Prévention contre les Dérives Sectaires liées à l'Islam). Ils considèrent que le djihadisme peut être traité comme un engagement sectaire.

La deuxième est celle initiée par Sonia Imloul, qui a fini par être lâchée par le ministère de l'Intérieur, qui mettait l'accent sur l'argument religieux. Ainsi, l'idée était de se servir des salafistes quiétistes, qui évoluent sur le même corps doctrinaire que les djihadistes mais qui s'opposent à eux sur la question du djihad. Ils considèrent ces derniers comme des terroristes. Cette approche tentait d'expliquer aux jeunes, arguments religieux à l'appui, qu'ils avaient une mauvaise interprétation de la religion et qu'ils étaient dans l'erreur d'un point de vue religieux.

A ma connaissance, aucune de ces deux approches n'a vraiment porté ses fruits.

Est-ce que les élites françaises comprennent bien aujourd'hui les motivations qui poussent certains Français à partir en Syrie ou en Irak faire le djihad ?

Jusqu'à aujourd'hui, le problème de l'approche française a été de considérer qu'on avait affaire à une secte. Le problème de cette approche sectaire, qui soit-dit en passant peut être une grille de lecture valable dans certains cas, réside dans le fait qu'aux yeux des autorités, nous avons affaire à une pathologie. Or, le djihadisme n'est pas une maladie. Voir ce phénomène uniquement sous l'angle de la pathologie mentale revient à nier totalement l'engagement politique, religieux et individualiste de ces jeunes qui partent. Beaucoup d'eux le font pour combattre le modèle de la société française, la démocratie et les valeurs de la République. Ils sont clairement dans un engagement politique. Ils ont des idéologues, ils lisent des livres, ils font des débats doctrinaires entre eux en permanence, etc. Ce sont des gens qui sont dans une démarche et un combat politique et religieux.

Parallèlement à cela, il y a d'autres gens qui partent pour des raisons totalement individualistes, parce qu'à leurs yeux, ils se réalisent socialement dans cette démarche. Des gens qui n'étaient rien en France, et qui prennent de l'importance et du pouvoir une fois arrivés en Syrie. Ce sont des données à prendre en compte ! Or, nous sommes très loin ici d'un engagement sectaire. C'est une démarche totalement rationnelle.

Je me souviens de certains débats à la télévision il y a encore deux ans, avec des acteurs publics, des chercheurs, etc. Or, quand on expliquait aux gens sur ces plateaux que les djihadistes français avaient des intentions terroristes quand ils revenaient en France, on se faisait incendier… Cela m'est arrivé. Les gens ne comprenaient pas que le combat des djihadistes était un combat contre le modèle de société française et contre la démocratie. Pour eux, la démocratie est par nature à combattre, puisqu'elle est source d'idolâtrie car elle dicte une autre loi que celle de Dieu. Toujours selon eux, la souveraineté populaire est contre la religion.

La force de tout groupe djihadiste, et en particulier l'Etat Islamique, est d'aller justifier chacun de leurs actes avec des textes et des références de tradition musulmane. Ces textes existent, et pour un jeune rien ne sera jamais plus fort qu'une référence religieuse. Vous pouvez avoir tous les discours de déradicalisation que vous voulez, vous n'aurez jamais de prise sur un jeune qui considère ce texte comme LA vérité absolue.

Pour schématiser, l'approche de Dounia Bouzar consiste à traiter ces gens comme des alcooliques anonymes. Mais ils ne sont pas dans une pathologie, ce sont juste des gens qui ont des convictions.

Selon vous, quelles seraient les pistes à explorer pour trouver une solution à ce problème des Français en voie de radicalisation et sur le point de quitter la France ? Le politologue Asiem El Difraoui évoque des exemples qui pourraient être suivis en Allemagne (Hayat) ou en Angleterre (The Unity initiative). La France a-t-elle des choses à apprendre de ses voisins ?

A ma connaissance, aucun programme de déradicalisation ou de désenbrigadement dans le monde n'a eu de résultats probants. Le Royaume-Uni a commencé dix ans avant la France à développer des programmes en s'appuyant sur la communauté pakistanaise. Aujourd'hui, on constate à peu de chose près que le pays est autant concerné que la France par le phénomène djihadiste. On observe dans tous ces pays des réflexions en cours, des tentatives, mais personne n'a trouvé de solution miracle tout simplement parce qu'il n'y en a pas. Tant qu'il y aura aux portes de l'Europe un djihad aussi facile d'accès que l'est le théâtre syrien aujourd'hui, tant que la prise de contact sur Internet avec des djihadistes sera aussi facile qu'aujourd'hui, des jeunes partiront combattre le modèle de société français et continueront d'être séduits par cette propagande. Les autorités sont obligées d'être dans une logique de communication et d'action. Des choses sont mises en œuvre, des programmes sont mis en place dans les prisons, à destination des jeunes ou des familles, mais il n'y a pas de potion magique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 02/03/2016 - 10:03
Philipot & MLP font le grand écart du "parti"
Socialiste Nationaliste FN :):) Tout est bon pour eux, même le contraire de ce qu'ils affirmaient avant. L'Europe dehors puis mais non l'Europe il en faut aussi,. Les Musulmans rien de rien ils les ont fait venir et nous n'en voulons pas Puis nous avons chez nous vous savez nous ne sommes pas anti-Musulmans etc... La monnaie le Franc Symbolique il n'y a que ça de bon pour la France. Puis mais non l'Euro peut être acceptable nous négocierons:)::)) Les Français ont bien été déjà mordu par le Grand Écart d' Hollande et ne retomberont dans cette misère intellectuelle dans tant d'élucubrations nauséabondes,sans réalités des Socialistes Nationalistes FN Philipot & MLP avec son programme de Mitterrand de 1981 avec la retraite à 60 ans etc...)::))
Ganesha
- 02/03/2016 - 06:44
Benvoyons et Clint
Ce que Vangog essaye calmement de vous expliquer, c'est que vous êtes des racistes ! Jean-Marie Le Pen était officier à la Légion Étrangère et il respectait tous les étrangers qui servaient loyalement la France. Ce qui est demandé à Marine Le Pen, c'est d'offrir un travail à tous les citoyens français. Et, tant que durera la Crise, de donner la priorité aux français. Mais votre idole, c'est l'UMPS et son chef Pierre Gattaz, qui veut, comme les allemands et les anglais, baser l'économie sur l'emploi d'esclaves étrangers. J'essaie une fois de plus de vous faire comprendre cela, mais je me rends compte que c'est bien au dessus de vos capacités intellectuelles !
abracadarixelle
- 01/03/2016 - 20:04
Déradicalisation ??
Pour la rime, je dirais bien " piège à cons" mais le projet relève plutôt du " piège à fric " public bien sûr. Donc finalement, je vais replacer le " piège à con....tribuatles"