En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 8 heures 37 min
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 9 heures 52 min
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 11 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Hokusai, Hiroshige, Utamaro. Les grands maîtres du Japon" : splendeurs du Japon à Aix-en-Provence: Les Maîtres de l’époque Edo (1600-1867)

il y a 14 heures 16 min
pépites > Santé
Etat de santé
L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"
il y a 16 heures 27 min
pépites > Santé
Virus en sommeil
Une femme japonaise contracte le coronavirus une seconde fois après avoir été guérie
il y a 19 heures 28 min
pépite vidéo > Politique
Double langage ?
Didier Guillaume arrache le micro d'un journaliste après une question sur l'abattoir Sobeval
il y a 20 heures 26 min
décryptage > Société
Réaction politique

Injustice intergénérationnelle : les dangers d'une génération extorquée

il y a 21 heures 20 min
décryptage > Politique
A mort !

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

il y a 22 heures 10 min
décryptage > Politique
Tri sélectif

Chasse aux ex-LR "trop conservateurs" : le pari politique risqué des LREM à Paris

il y a 23 heures 3 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 9 heures 10 min
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 10 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 14 heures 7 min
pépite vidéo > Santé
Difficultés du monde hospitalier
Emmanuel Macron interpellé par un médecin sur la crise des hôpitaux
il y a 15 heures 45 min
pépites > Justice
"Pendaison" et Ancien Régime
L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon
il y a 18 heures 33 min
pépites > Santé
Coronavirus
Emmanuel Macron à la Pitié-Salpêtrière : "On a devant nous une épidémie" qu'il va falloir "affronter au mieux"
il y a 20 heures 2 min
décryptage > Politique
Réforme(s)

Edouard Philippe, patron de Licence IV, Bruno Le Maire, gérant d’auto-école

il y a 21 heures 1 min
décryptage > Politique
Passage en force

Recours au 49-3 : cet ultime baril de poudre qu'Emmanuel Macron roule dans la fabrique d'allumettes

il y a 21 heures 52 min
décryptage > Défense
Graal du XXIeme siècle ?

Défense : le retard technologique de la France s’accumule

il y a 22 heures 28 min
décryptage > Politique
Casse-tête

Retraites : 49.3, retrait ou "bidouille", quel chemin de sortie de crise serait le moins dommageable pour Macron ?

il y a 23 heures 21 min
© Pixabay
© Pixabay
Semaine des 2 fois 35h

Comment la crise a refermé le piège des 35h sur les cadres

Publié le 19 février 2016
Alors que le système des 35 heures était censé présenter des avantages pour les cadres en entreprise, les conditions d'application de cette mesure et le contexte économique de ces dernières années rendent aujourd'hui le travail de cette catégorie d'employés bien difficile.
François-Xavier Devetter est économiste du travail au CLERSE et à Telecom Lille. Il a déjà publié Le Chômage (Le Monde Sup', 2015, avec S. Rousseau), Du Balai. Essai sur le ménage à domicile et le retour de la domesticité (Raisons d'Agir, Paris,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Xavier Devetter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Xavier Devetter est économiste du travail au CLERSE et à Telecom Lille. Il a déjà publié Le Chômage (Le Monde Sup', 2015, avec S. Rousseau), Du Balai. Essai sur le ménage à domicile et le retour de la domesticité (Raisons d'Agir, Paris,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le système des 35 heures était censé présenter des avantages pour les cadres en entreprise, les conditions d'application de cette mesure et le contexte économique de ces dernières années rendent aujourd'hui le travail de cette catégorie d'employés bien difficile.

Atlantico : En quoi le système des 35 heures et les nombreux assouplissements en découlant ont-il contribué à détériorer les conditions de travail des cadres, alors que ce système était censé présenter des avantages pour les cadres initialement ? Comment évaluer l'évolution de ces conditions de travail au cours de ces dernières années ?

François-Xavier Devetter : Il faut surtout distinguer la mise en œuvre des 35 heures des assouplissements qui ont suivi. Ces derniers n’en découlent pas, ils inversent au contraire la logique initiale. Les 35 heures ont cherché à réduire l’emprise du travail et à améliorer les conditions de vie. La plupart des études réalisées entre 1998 et 2005 soulignent que les cadres (des grandes entreprises notamment) ont été les principaux bénéficiaires de la réforme : bien plus que les non qualifiés, ils ont bénéficié de journées ou de demi-journées de congés supplémentaires qui ont pu améliorer leur possibilité de concilier vie privée et vie professionnelle. Leur appréciation générale de la RTT est ainsi nettement positive : les 35 heures ont été dans le sens d’une amélioration pour 67% des cadres alors que seuls 7% estimaient qu’il s’agissait d’une dégradation (Enquête RTT et Mode de Vie, 2003). De même les conditions de travail elles-mêmes ne se sont pas dégradées avec la réduction du temps de travail : 33% des cadres déclaraient qu’elles s’étaient améliorées contre 25% pour qui elles s’étaient dégradées (enquête RTT et Mode de vie, 2003). Bien au contraire, la période 1998-2005 apparaît selon la DARES (direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques du ministère du travail) comme "parenthèse dans une trajectoire ascendante entamée à la fin des années 1980" en matière d’intensification du travail. La proportion de cadres déclarant "devoir se dépêcher toujours ou souvent" décroît, passant de 57,7% en 1998 à 50,8% en 2013. D’autres éléments comme le fait de "devoir abandonner une tâche pour une autre plus urgente" sont néanmoins croissants (passage de 59,3% en 1998 à 74,8% en 2013).

Il est par contre exact que le temps de travail moyen des salariés à temps plein est rapidement remonté et que les "35 heures" n’ont au final jamais été pleinement appliquées : en 2013 le temps de travail moyen à temps complet est proche de 40 heures. Les cadres sont les salariés qui travaillent le plus longtemps (plus de 44 heures en moyenne hebdomadaire) mais sur des modalités assez différentes de celles des autres salariés. Plus autonomes et moins contrôlés, ils sont effectivement plus touchés par certaines pénibilités comme les très longues journées (plus de 10 voire 12 heures par jour) ou les longues semaines (plus de 44 ou 48 heures hebdomadaires). En revanche, l’organisation de leur temps de travail est moins contrainte : ils bénéficient de plus de souplesse (seul un quart d’entre eux déclarent ne pas pouvoir s’arranger avec des collègues en cas d’imprévus par exemple) et sont moins concernés par les horaires atypiques (travail de nuit ou du week-end).

Pourtant, avec un taux de chômage d'environ 4%, les cadres semblent bénéficier d'une situation enviable au regard du contexte économique de crise. Quel a été l'impact direct de la crise sur le travail des cadres, notamment sur les salaires ? Les contreparties ont-elles été à la hauteur ?

Sur de nombreux points, les cadres apparaissent privilégiés. Leurs conditions de travail sont nettement moins pénibles que les ouvriers ou les employés de commerce ou des services. Seuls 8% d’entre eux subissent trois contraintes physiques ou plus contre plus de la moitié des salariés moins qualifiés.

Pour autant, leur situation semble s’être dégradée avec la crise : leur autonomie est de plus en plus souvent remise en cause et les contraintes liées à des objectifs extérieurs se sont accrues. Plus encore, leur situation individuelle (notamment salariale) est sensiblement plus dépendante de leur "performance" (croissance des primes individuelles notamment). Les évolutions du salaire, comme le versement de primes, apparaissent enfin bien plus dépendantes de la conjoncture pour les cadres que pour les autres catégories de salariés. Ainsi, selon les données de l’INSEE, les rémunérations mensuelles des cadres n’ont cru que de 4% entre 2008 et 2013 contre un peu plus de 8% pour les autres salariés. Ces rémunérations demeurent néanmoins nettement plus élevées en valeur absolue (salaire mensuel net moyen de 4 072 euros contre 2 202 euros pour l’ensemble des salariés à temps plein).

Quels sont les autres facteurs apparents de détérioration des conditions de travail des cadres que l'on a pu constater ces dernières années ?

La relative dégradation de la position des cadres ne s’explique ainsi pas par les 35 heures. La situation des cadres est surtout très hétérogène et isoler des facteurs demandent de distinguer les secteurs d’activité mais également les niveaux hiérarchiques ou les types de fonctions occupées. Une première explication des évolutions des conditions de travail et des salaires provient de la croissance importante du nombre et de la proportion de cadres : alors qu’ils représentaient moins de 5% des emplois dans les années 1960, ils représentent aujourd’hui plus de 16% des emplois.

Deux autres phénomènes plus spécifiques peuvent expliquer que nombre d’entre eux subissent des conditions de travail ou d’emploi plus difficiles. La première est liée aux modifications technologiques et notamment à la diffusion très rapide des nouvelles technologies : l’utilisation d’un ordinateur portable concerne ainsi 61% des cadres en 2013 contre 43% sept ans plus tôt. Les nouvelles technologies peuvent favoriser une forme d’intensification du travail et un brouillage des frontières entre temps professionnel et temps personnel. Associées à davantage de pressions dans le cadre d’une conjoncture dégradée, elles peuvent constituer un facteur important dans la dégradation des conditions de vie de salariés (stress, burn-out, etc.). Enfin, la position hiérarchique des cadres peut également favoriser des tensions. Devant assumer les décisions des directions d’entreprise tout en étant salariés eux-mêmes, les cadres peuvent également vivre mal des évolutions entrainant la dégradation des conditions de travail et d’emploi pour l’ensemble des salariés.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires