En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

06.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 18 min 45 sec
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 1 heure 2 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 1 heure 32 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 2 heures 5 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 2 heures 32 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 3 heures 28 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 19 heures 45 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 23 heures 35 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 23 min 49 sec
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 1 heure 20 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 1 heure 48 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 2 heures 21 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 2 heures 59 min
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 19 heures 17 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 21 heures 48 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 23 heures 51 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 1 jour 1 heure
Atlantico Business

Brexit : pourquoi David Cameron pourrait avoir plus de mal à convaincre le Conseil européen que la Commission

Publié le 18 février 2016
David Cameron espère obtenir du conseil européen, de nouvelles concessions à présenter aux Britanniques pour les convaincre de rester dans l’Union.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Cameron espère obtenir du conseil européen, de nouvelles concessions à présenter aux Britanniques pour les convaincre de rester dans l’Union.

David Cameron a fait la tournée des chefs d’Etat et de gouvernement de l'Union européenne pour qu’ils acceptent d’apporter de nouveaux assouplissements dans le statut déjà très particulier dont bénéficie la Grande Bretagne dans ses relations avec l'Union Européenne. Et c’est bien là problème.

A priori, le Premier ministre pense avoir réussi à convaincre ses collègues que le maintien de la Grande Bretagne dans l’Union européenne valait bien quelques sacrifices supplémentaires. Beaucoup lui ont apporté leur soutien, l'Allemagne de Madame Merkel. D’autres trainent des pieds. La France par exemple.

Alors passons sur les chefs d'Etat qui espèrent obtenir quelques faveurs de Bruxelles en échange de leur appui à la Grande Bretagne.

Le vrai problème n'est pas là. Tous les pays membres de l'Union européenne considèrent que si la Grande Bretagne votait son départ de l’Union, ça serait un échec très violent pour la construction européenne et son évolution. Echec aussi de son fonctionnement à un moment où l'UE n’a jamais été aussi fragilisée…

Mais une grande majorité estime que l'Union européenne ne peut pas défendre son unité à n'importe quel prix. Si la commission a donné un avis favorable aux concessions demandées par Cameron, le conseil des chefs d’Etat et de gouvernement ne pourra pas le faire aussi facilement.

Ils mettent en avant trois raisons. 

La première raison est qu’ils ne peuvent pas donner l'impression d'approuver la démarche de Cameron qui, pour remporter sa dernière élection, s’est laissé aller à la démagogie anti-européenne. Dans toutes les démocraties du monde les opinions publiques sont très sensibles à la tentation protectionniste. L'exemple britannique serait du plus mauvais effet.

« Cameron a manqué de courage, dit-on. Il s’est laisse piégé en promettant un référendum catastrophe dont il cherche aujourd’hui à sortir parce qu’il sait bien qu‘en sortant de l’Europe, il irait contre le sens de l’histoire. Il vient demander aux Européens de l aider. Qu’il se débrouille ! »

La deuxième raison est que la concession principale demandée par Cameron serait que l’Angleterre puisse tourner le dos à la coordination des systèmes sociaux. En clair, David Cameron voudrait présenter aux Anglais une restriction des droits et avantages sociaux offerts aux travailleurs européens quand ils viennent travailler au Royaume-Uni.

Pour beaucoup d 'Européens c‘est inacceptable. D’abord parce que le modèle social britannique n’est pas d'une générosité folle. La meilleure preuve est que des milliers de familles britanniques habitent la France, pour profiter des avantages français pendant que le chef de famille continue de travailler à Londres.

Ce différentiel-là a fait la fortune des compagnies low cost qui relient quotidiennement Londres aux principales villes du sud ouest français. Mais pas celle de la sécurité sociale.

Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Europe du sud notamment ne veulent pas que ce type de compromis soulève un débat au sein même de la société française qui commence à être très susceptible sur ce point.

La troisième raison qui pousse certains dont la France à s'opposer à ce compromis, est que la Grande Bretagne a déjà des avantages exorbitants du droit européen et que ça devient insupportable.

1)    Le Royaume Uni n'étant pas dans le dispositif Maastricht de la monnaie unique, n’a pas à supporter les contraintes budgétaires. Règle des 3% de déficit par exemple.

2)    Le Royaume Uni depuis les colères de Mme Thatcher ne paie pas sa cote part au budget de fonctionnement de l’Europe. Compte tenu de sa population, la contribution financière devrait couvrir, comme celle de la France, près de 15% du budget de fonctionnement. Or la Grande Bretagne ne paie que 10%.

3)    La règlementation des banques et des institutions financières n'est pas assurée par l’Europe mais par la City elle-même. Elle est beaucoup plus souple ; d’où le succès de l'industrie financière.

4)    La non appartenance à l’Euro lui donne également beaucoup plus de liberté tout en bénéficiant des garanties européennes.

Objectivement, le monde des affaires en Europe et particulièrement en Angleterre explique qu’ils ont intérêt à rester dans l'Union européenne. Ils bénéficient des avantages d’un grand marché à haut pouvoir d'achat (l’Europe est le premier débouché de l'industrie britannique). Ils bénéficient aussi d'une plus grande liberté que leur donne le caractère off shore. Ils savent que si demain, la Grande Bretagne sortait de l’Union européenne, ça ne serait pas une catastrophe pour les Européens eux-mêmes mais pour les Anglais oui, parce qu'une partie de l'industrie (financière et pharmaceutique) aurait intérêt à s’expatrier sur le continent au plus près de leurs clients.

Mais le monde des affaires en Angleterre comme ailleurs n’est pas forcément en phase avec la majorité de l'opinion britannique. Et comme on n’a jamais expliqué aux Anglais le mode de fonctionnement de l’Europe et dans quel intérêt, ils se retrouvent très désabusés. Et David Cameron paie aujourd’hui le prix pour ne pas avoir dit la vérité lors de sa campagne électorale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gordion
- 19/02/2016 - 05:38
@zouk
Vous avez parfaitement raison. A un détail près: ce n'est pas une passion irraisonnée, mais bien raisonnée. Le R-U, de par son histoire, a toujours refusé d'être sous domination d'une puissance continentale, et a toujours su habilement manœuvrer pour sauvegarder ses intérêts. Et ceci, vous ne pouvez pas leur reprocher. Les Britanniques n'oublient jamais leur histoire, et encore moins leur avenir. C'est ce qui fait entre autres leur force.
Les Français? Des veaux pleurnichards qui ont été rayés de la carte en 1940, à la différence des Britanniques. Et qui n'ont plus de mémoire collective.
zouk
- 18/02/2016 - 09:25
Grande Bretagne
Mais les Britanniques sont capables de passions irraisonnées donc incapables de reconnaître leur intérêt. De plus, dans le langage courant, l'Europe c'est le Continent et le Continent seulement,et ce même si vous leur faîtes remarquer que la GB est géographiquement en Europe. J'ajouterai dans les classes populaires un solide ressentiment à l'égard de l'Allemagne, et à l'égard de la France, celui là millénaire: ils n'oublient jamais Guillaume le Conquérant. Dix ans à Londres m'ont imposé de prendre en compte ces sentiments que je croyais dissous dans l'histoire.