En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

02.

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

03.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

04.

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

05.

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

06.

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

07.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

06.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

ça vient d'être publié
pépites > Economie
EMPLOI
Macron annonce une exonération de cotisations et 300.000 contrats d'insertion pour les jeunes
il y a 2 heures 20 min
pépites > Santé
SANTÉ
Macron souhaite le masque obligatoire dans tous les lieux publics clos
il y a 3 heures 38 min
light > France
FÊTE PERCHÉE
Un DJ va mixer en haut de la grande échelle des pompiers
il y a 4 heures 11 min
pépites > France
CORONAVIRUS
Le nombre de cas de Covid-19 double tous les deux jours à Marseille
il y a 4 heures 53 min
pépite vidéo > France
DÉFILÉ
14 juillet : Trois miraculés d’une intervention au Mali vont défiler
il y a 5 heures 41 min
décryptage > Société
Des mots pour mentir

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

il y a 7 heures 16 min
décryptage > France
BACCALAURÉAT 2020

Baccalauréat 2020 : la cuvée coronavirus a été livrée

il y a 7 heures 41 min
décryptage > Economie
WIKI AGRI

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

il y a 8 heures 8 min
décryptage > Europe
UNION EUROPÉENNE

Union européenne : la réglementation sur les travailleurs routiers déchirent les Européens

il y a 8 heures 54 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

il y a 9 heures 58 min
pépite vidéo > Santé
FÊTE NATIONALE
Emmanuel Macron souhaite rendre le masque obligatoire dans les lieux publics clos
il y a 2 heures 31 min
light > Insolite
BON APPÉTIT
Une cliente trouve une tête de lézard dans sa bolognaise, l'enseigne s'excuse
il y a 3 heures 46 min
pépites > France
COMMÉMORATION
Nice commémore les quatre ans de l'attentat de Nice
il y a 4 heures 24 min
pépites > France
FRANCE
"MACRON ASPHYXIE L'HÔPITAL" une banderole déployée durant la cérémonie
il y a 5 heures 23 min
décryptage > Media
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 14 juillet en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 44 min
décryptage > Société
Inclusivement vôtre

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

il y a 7 heures 32 min
décryptage > International
INTERNATIONAL

Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

il y a 7 heures 51 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

il y a 8 heures 30 min
décryptage > Science
SCIENCE

Coronavirus, 2eme vague et crise économique : 2020, l’été de la grande dissonance cognitive

il y a 9 heures 34 min
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 1 jour 10 min
Atlantico Business

Brexit : pourquoi David Cameron pourrait avoir plus de mal à convaincre le Conseil européen que la Commission

Publié le 18 février 2016
David Cameron espère obtenir du conseil européen, de nouvelles concessions à présenter aux Britanniques pour les convaincre de rester dans l’Union.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Cameron espère obtenir du conseil européen, de nouvelles concessions à présenter aux Britanniques pour les convaincre de rester dans l’Union.

David Cameron a fait la tournée des chefs d’Etat et de gouvernement de l'Union européenne pour qu’ils acceptent d’apporter de nouveaux assouplissements dans le statut déjà très particulier dont bénéficie la Grande Bretagne dans ses relations avec l'Union Européenne. Et c’est bien là problème.

A priori, le Premier ministre pense avoir réussi à convaincre ses collègues que le maintien de la Grande Bretagne dans l’Union européenne valait bien quelques sacrifices supplémentaires. Beaucoup lui ont apporté leur soutien, l'Allemagne de Madame Merkel. D’autres trainent des pieds. La France par exemple.

Alors passons sur les chefs d'Etat qui espèrent obtenir quelques faveurs de Bruxelles en échange de leur appui à la Grande Bretagne.

Le vrai problème n'est pas là. Tous les pays membres de l'Union européenne considèrent que si la Grande Bretagne votait son départ de l’Union, ça serait un échec très violent pour la construction européenne et son évolution. Echec aussi de son fonctionnement à un moment où l'UE n’a jamais été aussi fragilisée…

Mais une grande majorité estime que l'Union européenne ne peut pas défendre son unité à n'importe quel prix. Si la commission a donné un avis favorable aux concessions demandées par Cameron, le conseil des chefs d’Etat et de gouvernement ne pourra pas le faire aussi facilement.

Ils mettent en avant trois raisons. 

La première raison est qu’ils ne peuvent pas donner l'impression d'approuver la démarche de Cameron qui, pour remporter sa dernière élection, s’est laissé aller à la démagogie anti-européenne. Dans toutes les démocraties du monde les opinions publiques sont très sensibles à la tentation protectionniste. L'exemple britannique serait du plus mauvais effet.

« Cameron a manqué de courage, dit-on. Il s’est laisse piégé en promettant un référendum catastrophe dont il cherche aujourd’hui à sortir parce qu’il sait bien qu‘en sortant de l’Europe, il irait contre le sens de l’histoire. Il vient demander aux Européens de l aider. Qu’il se débrouille ! »

La deuxième raison est que la concession principale demandée par Cameron serait que l’Angleterre puisse tourner le dos à la coordination des systèmes sociaux. En clair, David Cameron voudrait présenter aux Anglais une restriction des droits et avantages sociaux offerts aux travailleurs européens quand ils viennent travailler au Royaume-Uni.

Pour beaucoup d 'Européens c‘est inacceptable. D’abord parce que le modèle social britannique n’est pas d'une générosité folle. La meilleure preuve est que des milliers de familles britanniques habitent la France, pour profiter des avantages français pendant que le chef de famille continue de travailler à Londres.

Ce différentiel-là a fait la fortune des compagnies low cost qui relient quotidiennement Londres aux principales villes du sud ouest français. Mais pas celle de la sécurité sociale.

Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Europe du sud notamment ne veulent pas que ce type de compromis soulève un débat au sein même de la société française qui commence à être très susceptible sur ce point.

La troisième raison qui pousse certains dont la France à s'opposer à ce compromis, est que la Grande Bretagne a déjà des avantages exorbitants du droit européen et que ça devient insupportable.

1)    Le Royaume Uni n'étant pas dans le dispositif Maastricht de la monnaie unique, n’a pas à supporter les contraintes budgétaires. Règle des 3% de déficit par exemple.

2)    Le Royaume Uni depuis les colères de Mme Thatcher ne paie pas sa cote part au budget de fonctionnement de l’Europe. Compte tenu de sa population, la contribution financière devrait couvrir, comme celle de la France, près de 15% du budget de fonctionnement. Or la Grande Bretagne ne paie que 10%.

3)    La règlementation des banques et des institutions financières n'est pas assurée par l’Europe mais par la City elle-même. Elle est beaucoup plus souple ; d’où le succès de l'industrie financière.

4)    La non appartenance à l’Euro lui donne également beaucoup plus de liberté tout en bénéficiant des garanties européennes.

Objectivement, le monde des affaires en Europe et particulièrement en Angleterre explique qu’ils ont intérêt à rester dans l'Union européenne. Ils bénéficient des avantages d’un grand marché à haut pouvoir d'achat (l’Europe est le premier débouché de l'industrie britannique). Ils bénéficient aussi d'une plus grande liberté que leur donne le caractère off shore. Ils savent que si demain, la Grande Bretagne sortait de l’Union européenne, ça ne serait pas une catastrophe pour les Européens eux-mêmes mais pour les Anglais oui, parce qu'une partie de l'industrie (financière et pharmaceutique) aurait intérêt à s’expatrier sur le continent au plus près de leurs clients.

Mais le monde des affaires en Angleterre comme ailleurs n’est pas forcément en phase avec la majorité de l'opinion britannique. Et comme on n’a jamais expliqué aux Anglais le mode de fonctionnement de l’Europe et dans quel intérêt, ils se retrouvent très désabusés. Et David Cameron paie aujourd’hui le prix pour ne pas avoir dit la vérité lors de sa campagne électorale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gordion
- 19/02/2016 - 05:38
@zouk
Vous avez parfaitement raison. A un détail près: ce n'est pas une passion irraisonnée, mais bien raisonnée. Le R-U, de par son histoire, a toujours refusé d'être sous domination d'une puissance continentale, et a toujours su habilement manœuvrer pour sauvegarder ses intérêts. Et ceci, vous ne pouvez pas leur reprocher. Les Britanniques n'oublient jamais leur histoire, et encore moins leur avenir. C'est ce qui fait entre autres leur force.
Les Français? Des veaux pleurnichards qui ont été rayés de la carte en 1940, à la différence des Britanniques. Et qui n'ont plus de mémoire collective.
zouk
- 18/02/2016 - 09:25
Grande Bretagne
Mais les Britanniques sont capables de passions irraisonnées donc incapables de reconnaître leur intérêt. De plus, dans le langage courant, l'Europe c'est le Continent et le Continent seulement,et ce même si vous leur faîtes remarquer que la GB est géographiquement en Europe. J'ajouterai dans les classes populaires un solide ressentiment à l'égard de l'Allemagne, et à l'égard de la France, celui là millénaire: ils n'oublient jamais Guillaume le Conquérant. Dix ans à Londres m'ont imposé de prendre en compte ces sentiments que je croyais dissous dans l'histoire.