En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929

04.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

05.

Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus

06.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

07.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Et si Trump avait raison sur la Chine

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Tournant dans la crise ?
Coronavirus : les pays de l'Union européenne trouvent un accord pour une réponse économique commune face à l'épidémie
il y a 6 heures 27 min
pépites > Finance
Espoir…
Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929
il y a 7 heures 24 min
pépite vidéo > Culture
Chansons pour le personnel soignant
"Et demain ?" : 350 personnalités mobilisées pour une chanson caritative au profit de la lutte contre le Covid-19
il y a 8 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Neige Noire" de Paul Lynch : un tableau saisissant du monde paysan d’avant-guerre, loin d’une image bucolique et stéréotypée

il y a 10 heures 6 min
light > Politique
Sécurisation des déplacements présidentiels
Le parc automobile de l’Elysée a été équipé de barrières antipostillons
il y a 11 heures 32 min
pépites > Santé
Déplacement surprise
Emmanuel Macron rencontre le professeur Didier Raoult à Marseille en ce jeudi 9 avril
il y a 13 heures 25 min
pépites > France
Polémique
Christophe Castaner demande un contrôle sur le dossier de la morgue provisoire au marché de Rungis
il y a 14 heures 42 min
pépite vidéo > International
Nouveau bras de fer
Vives tensions entre Donald Trump et l’OMS sur la gestion de crise du coronavirus
il y a 15 heures 39 min
décryptage > France
Solidarité

Opération #connexion d’urgence : 10.000 ordinateurs pour les élèves défavorisés

il y a 17 heures 26 min
décryptage > France
Défis à relever

Covid-19 : le jour d’Après

il y a 18 heures 34 min
pépites > Europe
Solidarité européenne
Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus
il y a 7 heures 3 min
pépites > Europe
Combat contre le Covid-19
Coronavirus : le Premier ministre britannique Boris Johnson est sorti des soins intensifs
il y a 8 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Maître du Haut Château - The Man in the High Castle", une série visible sur Amazon Prime Video : et si l'Allemagne et le Japon avaient gagné la guerre ? Une uchronie palpitante

il y a 9 heures 44 min
pépites > Economie
"Plus grande récession en France depuis 1945"
Gérald Darmanin et Bruno Le Maire annoncent un "plan d'urgence révisé à 100 milliards d'euros" face à une chute du PIB de 6% cette année
il y a 10 heures 34 min
pépites > Economie
Mesures exceptionnelles
Etats-Unis : la Fed active un dispositif de 2.300 milliards de dollars pour soutenir l’économie américaine face au coronavirus
il y a 12 heures 42 min
pépites > Santé
Projections
Près d'1,6 million de Français pourraient avoir contracté le virus, selon des estimations du syndicat de médecins généralistes MG France
il y a 13 heures 50 min
pépites > Santé
Espoir d’un traitement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron apporte son soutien aux chercheurs lors d’une visite à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre
il y a 15 heures 14 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Coronavirus : on pourrait être infecté plusieurs fois; La Chine noyaute les institutions internationales; Les médecins cubains au secours des Antilles françaises; L’éducation nationale moins bonne en informatique que les sites porno
il y a 16 heures 21 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Stop-COVID : voilà toutes les données qu’une application peut collecter sur vous

il y a 18 heures 8 min
décryptage > Société
Problème de langage

Pourquoi les libéraux parlent-ils si mal du libéralisme ? Parce qu’ils utilisent les mots de ses adversaires !

il y a 19 heures 6 min
© Reuters
Nicolas Dupont Aignan : "La politique, ce n'est pas des slogans. La politique, c'est un passé, un présent et un avenir. C'est une cohérence."
© Reuters
Nicolas Dupont Aignan : "La politique, ce n'est pas des slogans. La politique, c'est un passé, un présent et un avenir. C'est une cohérence."
Invitation

Nicolas Dupont-Aignan : "Henri Guaino ne peut pas se trahir éternellement et rester malheureux chez les Républicains"

Publié le 16 février 2016
Alors que Henri Guaino a déploré ce lundi l'absence d'une "sensibilité gaulliste" au sein du parti Les Républicains, Nicolas Dupont-Aignan lui ouvre grand les portes de sa formation Debout la France.
Nicolas Dupont-Aignan préside Debout la France, parti politique se revendiquant du gaullisme et est l'auteur de France, lève-toi et marche aux éditions Fayard.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Dupont-Aignan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Dupont-Aignan préside Debout la France, parti politique se revendiquant du gaullisme et est l'auteur de France, lève-toi et marche aux éditions Fayard.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que Henri Guaino a déploré ce lundi l'absence d'une "sensibilité gaulliste" au sein du parti Les Républicains, Nicolas Dupont-Aignan lui ouvre grand les portes de sa formation Debout la France.

Atlantico : Vous exhortez ce lundi Henri Guaino à rejoindre Debout La France, lui qui a déploré l'absence de gaullisme chez Les Républicains. Pourquoi cet appel ?

Nicolas Dupont-Aignan : J'ai suivi sur Internet le discours qu’Henri Guaino a prononcé au Conseil national du parti Les Républicains. Il s’est livré à un réquisitoire que j’aurais pu signer. Il partage le même constat que moi, lorsque j'avais quitté l'UMP en 2007 à l'époque pour fonder Debout la République. D’ailleurs, un grand nombre d'adhérents et de cadres de l'ancienne UMP sont déjà chez nous parce qu'ils ont compris qu'il n'y avait plus rien à attendre chez Les Républicains. A partir du moment où Henri Guaino fait le même constat, il est naturel que je lui propose de passer à l'acte et de nous rejoindre. Il serait un atout de plus pour notre mouvement. Il ne peut pas se trahir éternellement et être malheureux en y restant. Je voudrais lui dire : "ouvre les yeux, nous sommes là".

Avec sa nouvelle stratégie de "France apaisée", un rapprochement avec le Front national ne serait-il pas préférable, ou du moins plus naturel ?

La politique, ce n'est pas des slogans. La politique, c'est un passé, un présent et un avenir. C'est une cohérence. Si Debout la France progresse tant aujourd'hui, c'est parce que les Français ressentent bien que notre projet, nos convictions, nos valeurs sont solides. Or, cette solidité ne se marchande pas. Nous avons créé Debout la France pour permettre justement aux Français d'éviter ce piège mortel entre d'un côté le système, et de l'autre les extrêmes ou le Front national. Si le tripartisme était tant désiré par les Français, les 50% de nos concitoyens qui se sont abstenus seraient allés voter. Et je ne parle même pas des 4 millions de Français qui ne sont pas inscrits sur les listes électorales et du million qui votent blanc ou nuls.

Je ne changerai pas de ligne, d'autant plus que les dernières élections ont montré que les Français protestaient avec le Front national au premier tour, mais ne voulaient pas lui donner les clés du pouvoir au second. Cela prouve bien qu'il y a un vrai besoin d'une politique patriotique, raisonnable, sereine, crédible, généreuse et rassembleuse. Or, c'est cela le gaullisme. Nous répondons à un besoin des Français. Simplement, nous ne sommes pas encore assez connus. Il ne faut surtout pas changer d'axe et trahir ses convictions. Restons ce que nous sommes, et cela viendra naturellement. J'ajoute enfin qu'il y a des gens issus du RPR ou de l'UMP, qui avaient rejoint le Front national au moment de la dédiabolisation il y a deux ou trois ans, et qui reviennent maintenant chez nous !

Laurent Wauquiez a tenu un discours très offensif ce dimanche à la tribune du Conseil national de son parti, mettant notamment en garde contre l'immigration et le danger de délitement culturel et politique. Seriez-vous prêt à lui lancer le même appel qu'à Henri Guaino et à travailler avec lui ?

Laurent Wauquiez a des responsabilités de direction au sein du parti Les Républicains. Je n'essaye pas de le débaucher, ce n'est pas l'objet. Je me réjouis que Laurent Wauquiez rejoigne certaines de mes positions, comme par exemple sur la construction européenne, mais ce ne sont encore que des discours. La vraie question ici, car Nicolas Sarkozy a lui aussi évolué dans son propos, c'est de savoir si c'est un discours tactique ou si c'est un vrai changement stratégique. Son bilan ne joue pas en sa faveur, notamment avec l’adoption du Traité de Lisbonne.

La posture de Henri Guaino est-elle plus sincère que celle de Laurent Wauquiez ?

Je ne suis pas là pour donner tel ou tel brevet de sincérité à l’un ou à l’autre. C’est vrai que leurs postures sont différentes de nature. Henri Guaino n'a pas de responsabilités chez Les Républicains, et il s'émeut depuis des années de la dérive de ce parti. Il a en outre refusé de voter pour Alain Lamassoure, et je le comprends, aux dernières élections européennes. Laurent Wauquiez, lui, est totalement engagé auprès de Nicolas Sarkozy.

En tant que grand parti républicain de droite, la formation Les Républicains peut être perçue comme l'héritière du camp du Général De Gaulle. Mais d'après vous, les idées gaullistes sont-elles encore portées et défendues par ce parti ?

Tout d’abord, je ne pense pas que le parti Les Républicains soit perçu comme l’héritier du gaullisme, à moins de mal connaître ce que fut la pensée du Général de Gaulle.

Deuxièmement, ce parti a totalement abandonné les principes gaullistes, et ce sur deux plans. Sur la question européenne, puisque c'est ce parti qui a ratifié le Traité de Lisbonne, une copie conforme de la Constitution européenne rejetée par le peuple français en 2005 – un problème majeur –, et enfin dans son fonctionnement et son idéal. Il n'y a aucun doute là-dessus. Personne n'est d'ailleurs forcé d'être gaulliste. L'élection de Monsieur Chatel à la présidence du Conseil national de LR est éloquente. Je comprends que Monsieur Guaino soit très malheureux.

Le gaullisme est-il devenu chez certains politiques une étiquette qu'on peut revendiquer pour le prestige, participant ainsi à son galvaudage ?

Il y a en effet beaucoup d'instrumentalisation et de superficialité. Personne n'est obligé de se revendiquer du gaullisme, tout comme personne ne peut s'en arroger le monopole. C’est une source d’inspiration. C'est ensuite aux Français de juger qui l'incarne le mieux.

Le gaullisme, c'est trois choses. La première, c'est l'indépendance du pays et le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, au premier rang desquels la France. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. La France n’a plus la maîtrise de ses lois, de son budget, de ses frontières et de sa monnaie. La deuxième, c'est le rassemblement des Français au-delà des partis sur un projet de redressement national. La troisième, c'est un humanisme et une vision sociale. Cela me paraît très important, et nous en sommes bien loin quand je regarde les programmes des uns et des autres. Voilà pourquoi, avec le million de Français qui vote pour Debout la France, nous continuons notre chemin. Le gaullisme est profondément moderne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929

04.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

05.

Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus

06.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

07.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Et si Trump avait raison sur la Chine

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
arcole 34
- 17/02/2016 - 07:59
LA PERTE DE CREDIBILITE DE NICOLAS DUPONT-AIGNAN
Vient du fait que s'il est inaudible , il le doit à MLP qui a fait du souverainisme son cheval de bataille et qui occupe pleinement ce créneau empêchant tout autre forme d'expression des autres souverainistes et semble plus crédible que lui. S'il ne l' a pas encore compris , alors il le fait exprès parce que il ne manque pas de qualité et à mes yeux il reste un des rares à pouvoir s'inscrire dans une démarche gaullienne . Là est sa véritable crédibilité , plus que MLP , Philippot et compagnie . Quand à Henri Guaino au delà du personnage attachant , il ne faut pas oublier aussi qu'il gère une carrière politique sinon dans le cas contraire il aurait eu la même démarche que Philippe de Villiers en 1981 qui refusa de servir les socialistes , et démissionna de son poste de sous préfet , et oui il avait été un des rares énarques à renoncer à une carrière de haut fonctionnaire .

clint
- 16/02/2016 - 15:30
Pour être souverainiste il faut un pays fort comme Cameron !
La France a été trop abimée pour pouvoir se permettre actuellement d'être souverainiste, ou alors il faudrait un homme fort comme De Gaulle. Pour l'instant il n'y a que des potentiels ministres aux ordres. Quant à Guéno je pense qu'il serait mieux à DLF, mais là c'est LR qui perdrait un homme libre de valeur, de conviction., peut être un des derniers gaullistes !
Jean-Benoist
- 16/02/2016 - 14:04
Je vote
Sarko président, Dupont-Aignan 1er ministre Guaino, Wauquiez, Peltier, didier, Dati, Pécresse, Morano, Guirous et Ménard à la culture
Et une sortie de l'Otan pour retrouver liberté entre Usa, Russie et Asie