En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > Sport
"Etat de santé confidentiel"
Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1
il y a 10 heures 8 min
pépite vidéo > Santé
Prouesse médicale
Une opération de deux soeurs siamoises s'est déroulée avec succès
il y a 11 heures 3 min
pépites > Santé
Réponse du gouvernement
Crise à l'hôpital : Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère et l'indignation" et promet des mesures fortes
il y a 12 heures 25 min
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 13 heures 45 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 15 heures 31 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 16 heures 54 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 17 heures 56 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 18 heures 43 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 19 heures 21 min
pépites > Europe
Voix de la France
La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par les eurodéputés
il y a 10 heures 39 min
pépites > International
Lourd bilan
Cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
il y a 12 heures 6 min
pépite vidéo > France
Incendie
Le toit de la mairie d'Annecy a été ravagé par les flammes
il y a 12 heures 57 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 14 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 15 heures 23 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 16 heures 29 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 17 heures 35 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 18 heures 8 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 19 heures 7 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 19 heures 26 min
© Reuters
© Reuters
Or noir

Billets d’avion, essence, chauffage… avez-vous réellement profité de la baisse des prix du pétrole ?

Publié le 12 février 2016
A son prix le plus bas depuis 12 ans maintenant, le prix du baril de pétrole chute depuis 18 mois... entraînant avec lui plusieurs effets sur l'économie mondiale. Mais au delà des aspects purement macro-économiques, la chute des tarifs a également quelques effets positifs, dont bénéficient les consommateurs, les entreprises et parfois l'Etat.
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A son prix le plus bas depuis 12 ans maintenant, le prix du baril de pétrole chute depuis 18 mois... entraînant avec lui plusieurs effets sur l'économie mondiale. Mais au delà des aspects purement macro-économiques, la chute des tarifs a également quelques effets positifs, dont bénéficient les consommateurs, les entreprises et parfois l'Etat.

Atlantico : Le baril de pétrole est récemment descendu jusqu'à son prix le plus bas depuis 2004. Globalement, à qui profitent ces tarifs si bas ?

Philippe Crevel : Très clairement, le consommateur est le premier bénéficiaire de cette situation. C'est notamment le cas en raison de la baisse des prix de l'énergie : pour un consommateur français lambda, cela représente environ 1000 euros d'économie sur un an, du fait de la baisse du prix du pétrole. C'est loin d'être anodin. Par ailleurs, en 2015, c'était l'une des raisons de la reprise de la consommation – hors énergie.

L'Etat, en revanche, bénéficie assez peu de cette situation. Et pour cause : les recettes issues de la TVA sur l'énergie ont, nécessairement, diminué. A l'inverse, la TIPP – qui est un droit fixe – n'accuse pas de perte. Sur cette situation seule, l'Etat n'est donc pas gagnant. Néanmoins, il gagne sur la reprise de la consommation. A ce niveau, il récupère ce qu'il a perdu d'un autre côté. In fine, cette situation est globalement neutre, voire positive pour l'acteur étatique... Rappelons qu'en 2015, la baisse du pétrole génère 0.4 points de croissance. Immédiatement, cela génère également plus de revenus, plus de consommation et, par conséquent, plus d'impôts.

La France est, désormais, un pays assez faiblement industrialisé. Globalement, nous bénéficions donc moins de la chute des tarifs que ne le fait l'Allemagne, à titre d'exemple, puisque nous consommons moins d'énergie. Tout un pan de l'industrie automobile est déjà partie. C'est également vrai pour le secteur de la chimie. La société française est, aujourd'hui, avant tout une société de service. Et cette désindustrialisation qui a cours en France implique que, même si nous tirons des avantages de la chute des tarifs, nous en tirons moins que ce n'était le cas entre 86 et 88.

Sur les tarifs de l'essence, qui est avantagé ?

Il n'y a pas de doutes là-dessus : les plus avantagés sont, bien sûr, ceux qui roulent beaucoup. Quelqu'un susceptible de rouler 30 à 40 000 kilomètres par an économisera entre 400 et 500 euros par rapport à quelqu'un qui n'a pas de voiture et qui est contraint d'utiliser les transports en communs. Quiconque utilise son véhicule fréquemment bénéficiera d'un allègement de sa facture de pétrole et d'essence.

Autre avantagé : celui qui se chauffe au fioul. Là aussi, les prix ont fortement baissé et, de facto, les Français qui se chauffent au fioul économiseront entre 500 et 600 euros sur une cuve. A l'inverse, ceux qui dépendent de l'électricité pour se chauffer ne bénéficieront pas d'une réduction, puisque la production de cette dernière est basée à 75% par le nucléaire. Il va de soi, donc, que son tarif ne soit pas impacté par la baisse des prix du pétrole. Le consommateur qui gagnera le plus de cette baisse des tarifs est donc celui qui roule beaucoup et qui se chauffe au fioul.

Des sociétés comme la SNCF, en revanche, peuvent se retrouver dans des situations plus complexes en raison de la chute des tarifs du pétrole. Ces entreprises qui marchent essentiellement à l'électricité ne bénéficieront d'aucun gain en matière de compétitivité quand d'autres, comme BlaBlaCar, profiteront de la baisse des tarifs.

Dans le secteur de l'aviation de ligne qui est avantagé ?

Il va de soi que la baisse des prix du pétrole n'est pas représentée à l'exact identique en matière de baisse des prix. Les compagnies d'aviation en sont d'ailleurs le meilleur exemple : elles n'ont pas répercuté l'ensemble des baisses sur le prix des billets, en raison – notamment – de la difficulté économique du secteur. On connait les problèmes d'Air France qui, particulièrement sur ses vols intérieurs, n'a pas du tout baissé le prix de ses billets. A l'inverse, la compagnie a préféré reconstituer ses marges. C'est en raison de cela qu'Air France a pu dégager des bénéfices sur l'année 2015. Ici, c'est avant tout l'entreprise – et non le consommateur – qui bénéficie de la situation. Néanmoins, le consommateur bénéficie de la concurrence plus forte sur le prix des très long-courriers. Elle est plus forte dans ce domaine et se ressent sur le prix du billet. 

Si la baisse du prix du pétrole était reflétée correctement, la baisse du prix du billet devrait s'élever de 10 à 15%, en matière d'aviation. Sur l'essence, on pourrait s'attendre à une baisse de 5 à 10% supplémentaires. Fondamentalement, dans le secteur de l'aviation, les grands gagnants sont les low-costs, capables de répercuter cette baisse sur le prix de leurs billets. L'effet prix est d'autant plus fort que le kérosène est un carburant qui n'est pas taxé.

Dans le secteurs des biens manufacturés qui est avantagé ?

Dans les domaines de la plasturgie, de la sidérurgie, de la chimie et du pneumatique, on constate un effet réel. La composante énergie représente une part importante des coûts, en général entre 20% et 30%. Quand le prix du pétrole ne s'élève qu'à 30 dollars, comme aujourd'hui contre 120 dollars il y a quelques années, la division de la facture énergétique (par 3) a un impact très fort. La compétitivité des produits "made in France" s'en retrouve logiquement améliorée (même si c'est valable également pour nos concurrents).

Ces secteurs sont économiquement difficiles et, ici aussi, l'attitude générale des entreprises tend plutôt vers la reconstruction de marges que vers la baisse des prix. Il est important de souligner que les marges françaises étaient très faibles… et ces entreprises ont profité tant de la baisse des prix du pétrole que de la dépréciation de l'euro pour tenter de les rebâtir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 11/02/2016 - 13:44
Baisse des prix du pétrole
Nous en voyons surtout les effets négatifs indirects: inquiétudes boursières peu justifiées, vente massive de ses investissement financier par les pays du Golfe.... et si bénéfice il y a pour les automobilistes ou les utiilisateurs de fuel ainsi que certaines industries, l'Etat, et pas seulement en France, cherche déjà comment nous confisquer le bénéfice de cette baisse du brut.
Anguerrand
- 11/02/2016 - 08:08
Le courage du gouvernement est démontré une fois de plus
Ils ont profité de la baisse du gasoil et essence pour augmenter les taxes. Au depart c'était pour une question ecolo, mais voilà ils ont aussi augmenté l'essence, l'argument tombe c'est bien une nouvelle hausse d'impôts. Ce gouvernement n'a jamais assez d'argent et le déficit toujour aussi haut, il y a bien un problème de type socialiste.