En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 28 min 5 sec
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 2 heures 15 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 5 heures 35 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 6 heures 13 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 6 heures 43 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 7 heures 5 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 7 heures 49 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 8 heures 19 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 8 heures 53 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 9 heures 19 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 1 heure 10 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 5 heures 4 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 6 heures 8 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 6 heures 26 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 6 heures 44 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 7 heures 10 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 8 heures 7 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 8 heures 35 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 9 heures 8 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 9 heures 46 min
© Reuters
© Reuters
Or noir

Billets d’avion, essence, chauffage… avez-vous réellement profité de la baisse des prix du pétrole ?

Publié le 12 février 2016
A son prix le plus bas depuis 12 ans maintenant, le prix du baril de pétrole chute depuis 18 mois... entraînant avec lui plusieurs effets sur l'économie mondiale. Mais au delà des aspects purement macro-économiques, la chute des tarifs a également quelques effets positifs, dont bénéficient les consommateurs, les entreprises et parfois l'Etat.
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A son prix le plus bas depuis 12 ans maintenant, le prix du baril de pétrole chute depuis 18 mois... entraînant avec lui plusieurs effets sur l'économie mondiale. Mais au delà des aspects purement macro-économiques, la chute des tarifs a également quelques effets positifs, dont bénéficient les consommateurs, les entreprises et parfois l'Etat.

Atlantico : Le baril de pétrole est récemment descendu jusqu'à son prix le plus bas depuis 2004. Globalement, à qui profitent ces tarifs si bas ?

Philippe Crevel : Très clairement, le consommateur est le premier bénéficiaire de cette situation. C'est notamment le cas en raison de la baisse des prix de l'énergie : pour un consommateur français lambda, cela représente environ 1000 euros d'économie sur un an, du fait de la baisse du prix du pétrole. C'est loin d'être anodin. Par ailleurs, en 2015, c'était l'une des raisons de la reprise de la consommation – hors énergie.

L'Etat, en revanche, bénéficie assez peu de cette situation. Et pour cause : les recettes issues de la TVA sur l'énergie ont, nécessairement, diminué. A l'inverse, la TIPP – qui est un droit fixe – n'accuse pas de perte. Sur cette situation seule, l'Etat n'est donc pas gagnant. Néanmoins, il gagne sur la reprise de la consommation. A ce niveau, il récupère ce qu'il a perdu d'un autre côté. In fine, cette situation est globalement neutre, voire positive pour l'acteur étatique... Rappelons qu'en 2015, la baisse du pétrole génère 0.4 points de croissance. Immédiatement, cela génère également plus de revenus, plus de consommation et, par conséquent, plus d'impôts.

La France est, désormais, un pays assez faiblement industrialisé. Globalement, nous bénéficions donc moins de la chute des tarifs que ne le fait l'Allemagne, à titre d'exemple, puisque nous consommons moins d'énergie. Tout un pan de l'industrie automobile est déjà partie. C'est également vrai pour le secteur de la chimie. La société française est, aujourd'hui, avant tout une société de service. Et cette désindustrialisation qui a cours en France implique que, même si nous tirons des avantages de la chute des tarifs, nous en tirons moins que ce n'était le cas entre 86 et 88.

Sur les tarifs de l'essence, qui est avantagé ?

Il n'y a pas de doutes là-dessus : les plus avantagés sont, bien sûr, ceux qui roulent beaucoup. Quelqu'un susceptible de rouler 30 à 40 000 kilomètres par an économisera entre 400 et 500 euros par rapport à quelqu'un qui n'a pas de voiture et qui est contraint d'utiliser les transports en communs. Quiconque utilise son véhicule fréquemment bénéficiera d'un allègement de sa facture de pétrole et d'essence.

Autre avantagé : celui qui se chauffe au fioul. Là aussi, les prix ont fortement baissé et, de facto, les Français qui se chauffent au fioul économiseront entre 500 et 600 euros sur une cuve. A l'inverse, ceux qui dépendent de l'électricité pour se chauffer ne bénéficieront pas d'une réduction, puisque la production de cette dernière est basée à 75% par le nucléaire. Il va de soi, donc, que son tarif ne soit pas impacté par la baisse des prix du pétrole. Le consommateur qui gagnera le plus de cette baisse des tarifs est donc celui qui roule beaucoup et qui se chauffe au fioul.

Des sociétés comme la SNCF, en revanche, peuvent se retrouver dans des situations plus complexes en raison de la chute des tarifs du pétrole. Ces entreprises qui marchent essentiellement à l'électricité ne bénéficieront d'aucun gain en matière de compétitivité quand d'autres, comme BlaBlaCar, profiteront de la baisse des tarifs.

Dans le secteur de l'aviation de ligne qui est avantagé ?

Il va de soi que la baisse des prix du pétrole n'est pas représentée à l'exact identique en matière de baisse des prix. Les compagnies d'aviation en sont d'ailleurs le meilleur exemple : elles n'ont pas répercuté l'ensemble des baisses sur le prix des billets, en raison – notamment – de la difficulté économique du secteur. On connait les problèmes d'Air France qui, particulièrement sur ses vols intérieurs, n'a pas du tout baissé le prix de ses billets. A l'inverse, la compagnie a préféré reconstituer ses marges. C'est en raison de cela qu'Air France a pu dégager des bénéfices sur l'année 2015. Ici, c'est avant tout l'entreprise – et non le consommateur – qui bénéficie de la situation. Néanmoins, le consommateur bénéficie de la concurrence plus forte sur le prix des très long-courriers. Elle est plus forte dans ce domaine et se ressent sur le prix du billet. 

Si la baisse du prix du pétrole était reflétée correctement, la baisse du prix du billet devrait s'élever de 10 à 15%, en matière d'aviation. Sur l'essence, on pourrait s'attendre à une baisse de 5 à 10% supplémentaires. Fondamentalement, dans le secteur de l'aviation, les grands gagnants sont les low-costs, capables de répercuter cette baisse sur le prix de leurs billets. L'effet prix est d'autant plus fort que le kérosène est un carburant qui n'est pas taxé.

Dans le secteurs des biens manufacturés qui est avantagé ?

Dans les domaines de la plasturgie, de la sidérurgie, de la chimie et du pneumatique, on constate un effet réel. La composante énergie représente une part importante des coûts, en général entre 20% et 30%. Quand le prix du pétrole ne s'élève qu'à 30 dollars, comme aujourd'hui contre 120 dollars il y a quelques années, la division de la facture énergétique (par 3) a un impact très fort. La compétitivité des produits "made in France" s'en retrouve logiquement améliorée (même si c'est valable également pour nos concurrents).

Ces secteurs sont économiquement difficiles et, ici aussi, l'attitude générale des entreprises tend plutôt vers la reconstruction de marges que vers la baisse des prix. Il est important de souligner que les marges françaises étaient très faibles… et ces entreprises ont profité tant de la baisse des prix du pétrole que de la dépréciation de l'euro pour tenter de les rebâtir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 11/02/2016 - 13:44
Baisse des prix du pétrole
Nous en voyons surtout les effets négatifs indirects: inquiétudes boursières peu justifiées, vente massive de ses investissement financier par les pays du Golfe.... et si bénéfice il y a pour les automobilistes ou les utiilisateurs de fuel ainsi que certaines industries, l'Etat, et pas seulement en France, cherche déjà comment nous confisquer le bénéfice de cette baisse du brut.
Anguerrand
- 11/02/2016 - 08:08
Le courage du gouvernement est démontré une fois de plus
Ils ont profité de la baisse du gasoil et essence pour augmenter les taxes. Au depart c'était pour une question ecolo, mais voilà ils ont aussi augmenté l'essence, l'argument tombe c'est bien une nouvelle hausse d'impôts. Ce gouvernement n'a jamais assez d'argent et le déficit toujour aussi haut, il y a bien un problème de type socialiste.