En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

04.

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 10 min 10 sec
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 1 heure 9 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 1 heure 41 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 2 heures 19 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 2 heures 49 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 3 heures 57 min
décryptage > Politique
Fractures émotionnelles

La colère et la peur dominent les émotions des Français concernant l’état du pays. Mais ceux qui les ressentent ne sont pas du tout les mêmes

il y a 4 heures 27 min
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 4 heures 50 min
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 17 heures 58 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 18 heures 49 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 55 min 10 sec
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 1 heure 18 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 1 heure 55 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 2 heures 48 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 3 heures 19 min
pépites > Santé
Vacances
Isolement de 7 jours au retour pour les Français qui sont partis faire du ski en Suisse ou en Espagne
il y a 4 heures 3 min
décryptage > Politique
Occupation de temps de cerveau disponible

La démocratie, malade du syndrome Darmanin ?

il y a 4 heures 36 min
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 5 heures 27 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 18 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 19 heures 8 min
© Reuters
© Reuters
Faux débat

ISF, suppression des 35h, baisse des impôts et des déficits : les totems de la droite réactivés par Sarkozy (et Macron...) sont-ils applicables ou même souhaitables ?

Publié le 29 janvier 2016
Alors qu'Emmanuel Macron a confié à Davos ne pas être opposé à l'abrogation des 35 heures, ce vieux totem de la droite est-il encore pertinent aujourd'hui ? Pas sûr, tant la réalité économique et l'énorme capital politique qu'une abolition nécessiterait en France rendent cette mesure (et elle n'est pas la seule) peu judicieuse.
Sammy Mohammad
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sammy Mohammad est banquier d'affaires senior à Londres, spécialiste en marchés de capitaux, financements structurés et obligations d'Etats. De 1997 à 2012, il a exercé différentes responsabilités au sein de la société de bourse Exane BNP...
Voir la bio
Denis Jacquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu'Emmanuel Macron a confié à Davos ne pas être opposé à l'abrogation des 35 heures, ce vieux totem de la droite est-il encore pertinent aujourd'hui ? Pas sûr, tant la réalité économique et l'énorme capital politique qu'une abolition nécessiterait en France rendent cette mesure (et elle n'est pas la seule) peu judicieuse.

Atlantico : Dans un contexte de campagne électorale pour la primaire à droite, le débat sur l'abrogation de l'Impôt de Solidarité sur la Fortune a été une nouvelle fois relancé. Dans quelle mesure revenir sur cet impôt n'en vaut pas forcément la peine, notamment eu égard au capital politique énorme qu'il faudra sacrifier pour faire passer une telle mesure en France ?

Sammy Mohammad : Dans son livre-bilan "La France pour la vie", l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy indique qu’il aurait “dû aller au bout” sur le sujet de l’ISF. En clair, le supprimer dès le début de son quinquennat. Etant manifeste que la suppression de l’ISF représente pour un président de droite une utilisation de capital politique considérable, il est raisonnable de supposer que Nicolas Sarkozy jugea au début de son mandat qu’il ne pouvait pas se permettre cette suppression de manière directe car elle aurait fortement accentué une perception négative de président “ami des riches”.

Aujourd’hui, l’ancient président affirme regretter d’avoir contourné cet obstacle et admet dans son livre qu’il aurait dû supprimer l’ISF en début de mandat. Puisque l’auteur décrit son ouvrage comme étant le fruit et les leçons de ses erreurs passées, il y a fort à parier que la suppression de l’ISF sera au programme du potentiel futur candidat Sarkozy en 2017. Parmi les candidats déclarés à la prochaine échéance présidentielle, Alain Juppé admit il y a six mois qu’il avait “bien réfléchi” au sujet de l’ISF et qu’il avait commis une erreur en alourdissant cet impôt quand il était à Matignon en 1995. Le candidat à la primaire a donc annoncé qu’il supprimerait l’ISF s’il est élu président de la République en 2017. La position de François Fillon est bien connue sur cet épineux sujet pour la droite. L’ancien Premier ministre a qualifié l'ISF d'impôt "imbécile" , a exprimé il y a deux ans ses regrets de ne pas l'avoir supprimé dès 2007 et a intégré sa suppression dans son programme politique pour l’élection présidentielle de 2017.

Avec cette série de mea culpa sur l’ISF et la candidature d’Hervé Mariton, prônant la suppression simple de l’ISF, il semblerait que la messe soit dite au parti Les Républicains (LR). Les dirigeants du parti seraient unanimes et en phase sur ce sujet. 

Toutefois, il serait judicieux de tenir compte des positions de Bruno Le Maire et de Nathalie Kosciusko-Morizet, candidats LR probables à la primaire de 2016. Le premier, bien qu’ayant qualifié l’ISF “d’impôt stupide”, a déclaré à plusieurs reprises que sa suppression ne devrait pas être une priorité pour la droite. Nathalie Kosciusko-Morizet propose une refonte complète de l’assiette et de la structure de l’impôt tout en dissuadant de l’aventure politique périlleuse que serait la suppression. Bruno Le Maire et Nathalie Kosciusko-Morizet mesurent bien l’importance et le poids symbolique de l’ISF. L’ancien président Sarkozy est bien placé, de son propre aveu, pour apprécier la portée idéologique de certaines décisions et le coût politique qui peut y être associé.

La crise économique étant loin d’être résolue en France, l’antienne de la “justice fiscale” et des “cadeaux fait aux riches” ayant causé dans le passé un tort électoral considérable à la droite, cette dernière pourra-t-elle se permettre en 2017 une suppression de l’ISF, engendrant potentiellement un tel coût politique qu’il ne resterait que peu de crédit pour s’attaquer aux autres grands chantiers et réformes nécessaires ? La suppression de l’ISF ne présente-elle pas le risque d’une polarisation du débat en 2017, au détriment d’autres sujets fondamentaux comme la réforme du code du travail ?

En outre, le rendement de l’ISF est en hausse est a atteint en 2014 5,2 milliards d'euros. Le chiffre attendu pour 2015 serait supérieur, la régularisation des avoirs non-déclarés à l’étranger entraînant une rentrée supplémentaire significative. Au regard de ces montants et vu l’importance symbolique de l’ISF, la proposition de suppression ne sera pas chose aisée pour la droite lors de la campagne présidentielle. Sans s'attaquer directement au symbole, la droite, si élue, pourrait cependant enclencher une réforme d’un aspect technique de l’ISF et donc moins emblématique que son existence même : le barème de l’impôt.

La structure actuelle du barème de l’ISF représente le véritable frein à la croissance française liée aux capitaux disponibles. Le barème de l'ISF progresse à taux fixe. Actuellement, les assujettis voient leur assiette imposable taxée entre 0.50% et 1.50% suivant la tranche du patrimoine. Ce barème ne tient compte ni de l’environnement économique ni des rendements nets des actifs qui composent les patrimoines taxés : un patrimoine à rendement faible voir négatif est autant taxé qu'un patrimoine à rendement fort. Aux niveaux actuels, les taux fixes de l'ISF sont déconnectés de la réalité des rendements moyens des patrimoines imposables, particulièrement les patrimoines composés d'actifs peu risqués que sont les obligations d'Etat, les actifs immobiliers et les liquidités. Les taux d'impositions fixes actuels privent non seulement la plupart des contribuables ISF du rendement de leurs patrimoines mais en plus, dans la plupart des cas, d'une partie du patrimoine lui-même. Ce n’est pas l’impôt en lui-même qui est “imbécile” ou “idiot” , c’est le caractère confiscatoire du barème qui l'emporte sur le bon sens économique. Le barème fixe appauvrit la France et provoque la fuite des capitaux. Il faut donc d’abord réformer le barème annuel fixe de l'ISF et le transformer en barème indexé et prédéterminé. Cette idée de réforme reviendrait à fixer de manière pérenne la règle de calcul de l'ISF : un taux unique indexé sur l’actif financier de référence en France : l’obligation d’Etat assimilable au Trésor (OAT). Le taux de l’ISF serait l’équivalent de 50% du rendement de l’obligation d’Etat (OAT) à maturité 10 ans de l’année ISF de référence. L’OAT 10 ans cote actuellement à 0,84%. Imaginons par exemple que le taux au 1er janvier fût le même. Le taux unique ISF pour 2016 serait donc de 0,42%. Si le taux de l’OAT monte dans le temps, on peut supposer que le rendement moyen des patrimoines taxés également. Le taux de l’ISF serait donc logiquement indexé à cette hausse. Dans le cas contraire, le taux de l’ISF tiendrait compte de la baisse des rendements. 

L’ISF deviendrait donc un impôt "intelligent", acceptable, simple, tenant compte des patrimoines qu'il taxe et du contexte économique. Son caractère confiscatoire serait neutralisé. Les capitaux pourraient donc se déployer pour financer nos PME, nos infrastructures et nos grands chantiers d’avenir. Le paysage d’investissement en France deviendrait attrayant et fiscalement compétitif.

Le capital politique du réformateur serait intact. Ainsi que le symbole.

>>> (Lire aussi : Supprimer l'ISF : un débat irrationnel et inutile)

Qu'en est-il des 35 heures, dont l'éventuelle abrogation a, là encore, été récemment évoquée à droite mais aussi à gauche (par Emmanuel Macron à Davos) ?

Denis Jacquet : Les politiques aiment les formules et les mots-clés. Ils sont une vitrine qui cache l’absence de stock ! Des mots sans vision. Des notions fourre-tout, déconnectées des réalités. Ils sont également attachés à vouloir faire croire à l’efficacité de la mesure isolée. La formule magique qui guérit tous les maux. Enfin, en champion, à droite comme à gauche, de la législation et de la normalisation à outrance, ils pensent que toutes les entreprises se ressemblent et doivent dès lors être traitées comme un être unique, qui répond, de façon uniforme aux même stimuli, règles de fonctionnement et organisation. Ils sont également épaulés par une partie des "grands économistes" qui font des calculs savants afin de prouver que mathématiquement, augmenter les heures de travail augmente tout à coup la productivité.

Je ne souscris pas à cette vision manichéenne de l’entreprise. Dans l’univers des grands groupes internationalisés, les manques de productivité subis dans un pays sont compensés par le surcroît de productivité dans d’autres. Croire que l’augmentation de la productivité en France permettrait de rapatrier en France la totalité de leur production est une simple illusion. Ne serait-ce que pour des raisons de développement commercial. Ils ont à être et produire dans les zones où la croissance est forte et le potentiel important. L’Europe répond assez peu à cette définition. Un grand groupe a besoin de temps et de process stables et imaginer qu’ils subissent dans l’autre sens le traumatisme qu’ils ont subi avec l’arrivée des 35 heures, est également une illusion. Le changement a été structurant, le retour en arrière serait pénible et aurait des conséquences négatives pour un long moment. Pour peu d’impact sur l’économie.

>>> Pour plus d'informations sur le coût chiffré d'une abrogation des 35 heures, lire aussi :

 Revenir sur les 35 heures ? Pourquoi c'est devenu une fausse bonne idée

Pour les PME et TPE, la réalité est qu’il n’y a pas une réalité. Pas de vérité unique. Pas de solution unique à des problèmes si multiples. Penser que les 35 heures sont la baguette magique à la création d’emploi dans les PME est tout aussi stupide que de penser que tout le monde porte du 35 en pantalon et que toutes les PME doivent pouvoir y rentrer, soit en ayant la bonne taille, soit en faisant un régime amaigrissant ou grossissant, pour s’y glisser. Donc tous ces chanteurs du refrain des 35 heures sont de bien piètres candidats à "The Voice de l’économie" et peu de chaises se retourneront à la diffusion de cet air.

Un écosystème économique est comme le corps humain et la maladie. En pensant apporter la guérison avec un médicament unique, on a toutes les chances de passer à côté pour la vaste majorité et même aggraver la maladie pour nombre d’entre eux. Il faut donc de la personnalisation et des mesures complémentaires. Les PME françaises ont besoin de capitaux propres, d’investisseurs, d’emprunt obligataire afin d’éviter la dilution systématique de clients et de paiement. Tout ce que la France ne leur fournit pas. Sous-capitalisées, dépendantes à un point qui les confine au servage à des donneurs d’ordre souvent sans pitié, à une commande publique qui les ignore encore largement et à des délais de paiements que mêmes certains pays sous-développés n’imposent pas à leurs acteurs économiques, les PME meurent de 1000 maux parmi lesquels les 35 heures restent une broutille. A quoi sert la productivité quand on est pas payé par ses clients ? Cela devient un joli ratio pour experts comptables en mal de chiffres, qui dansent sur un air de regret, devant le tribunal de commerce qui prononce la liquidation de 45 à 60 000 d’entre eux depuis 2 ans. Commençons par les payer, nos PME, et ensuite on parlera de 35 heures, qui restent un problème de riche alors que nos entreprises sont pauvres.

Je ne supporte plus ces mesures de sorciers incultes, de charlatan de l’économie, d’experts de salons. Les vrais problèmes des PME, personne ne s’en soucie. La réalité, c’est que la situation doit être examinée cas par cas, que certaines entreprises comme Yoplait sont très heureuses avec 32 heures et d’autres nécessiteraient de monter à 39 heures ou plus. La réalité, c’est de laisser au salarié et à son entreprise le soin de régler ces problèmes. La réalité, c’est qu’il faut laisser la décision quitter le code pour tous afin de se transformer en liberté pour chacun. Souplesse, négociation, personnalisation, adaptation au contexte, voilà ce que réclament nos entreprises. Laissons-les décider. En ne fixant que le cadre et les mesures que nos valeurs nous empêchent d’accepter. Bref, libéralisons l’économie, comme Macron cherche à le faire, pour des entrepreneurs qui gagnent peu et risquent gros, et toute la France avec eux. Car ils sont les seuls créateurs nets d’emploi en France depuis plus de 10 ans. Laissons aux politiques le soin de nous répéter qu’ils changeront tout une fois au pouvoir alors qu’ils avaient, à droite, cinq ans pour le faire et n’y ont pas touché. Cette pantomime exprime au mieux leur désarroi et leur absence de programme précis pour nos entreprises.

Au départ de la réflexion sur les 35 heures, il devait y avoir diminution du temps de travail avec maintien du salaire. C’était tout à fait impossible. La compensation s’est faite par l’arrivée des RTT. Ce qui permet à la plupart des PME de ne plus avoir personne pour répondre au téléphone le vendredi après 12 heures, puisque 2 millions d’entre elles n’ont qu’un seul salarié. Cette mesure a été dévastatrice, et même l’hôpital public en meurt un peu plus chaque jour en désorganisant totalement la délivrance des soins et la qualité de notre médecine.

Mais cela, c’était avant.

Les Français sont prêts à des sacrifices contre des engagements forts et durables sur l’emploi. Ils peuvent donc accepter d’y renoncer, mais on ne pourra pas leur demander de travailler plus, sans gagner plus, de renoncer à leurs congés et de n’avoir aucune compensation. Il faut donc réfléchir à la contrepartie. Les entreprises ne sont rien sans leurs salariés et leur succès doit être partagés avec eux. C’est sur cet équilibre qu’il faut travailler. Les Français sont capables d’entendre des mesures humaines, légitimes et équilibrées. Mais à nouveau, si les PME obtiennent la souplesse, elles auront l’essentiel de ce qui leur est nécessaire et pourront également maintenir ces RTT en large partie. Peut être que les salariés préféreront de l’argent à des congés. Il faut les réunir. Au niveau de l’entreprise à nouveau. Pas au niveau national selon cette méthode dictatoriale du pouvoir centralisé des partenaires sociaux, qui n’ont de sociaux et de démocrates, que le nom.

On parle beaucoup de baisse d'impôts à droite, mais le véritable enjeu n'est-il pas plutôt une refonte en profondeur de notre système fiscal ?

Denis Jacquet : Quelle société voulons-nous ? Voulons-nous ériger la liberté, l’ascension sociale, la richesse, le travail, l’envie et l’ambition comme valeurs cardinales ? L’ambition et la responsabilité comme fondement de notre société, ce qui n’est en rien l’ennemi de la fraternité et de la solidarité. Si oui, alors nous devons revoir à la fois le rôle de l’impôt et le délivrer de cette fonction de Robin des Bois qui lui a été confié. L’impôt n’est pas là pour être au service de choix idéologiques et réparer la société. Il est là pour faire en sorte qu’un socle de service commun à la nation fonctionne, s'il est efficace et justifié, s'il ne peut pas être assuré par le privé, et c’est tout. Il doit être de nature à ne pas démotiver ceux qui veulent réussir, afin que la réussite d’une minorité puisse profiter à la majorité. Dans sa folie meurtrière, l’Etat a imposé une fiscalité tellement complexe, tentant de réparer par une exception ce qu’un principe aveugle a institué, qu’elle est devenue non seulement aveugle, mais de plus, livrée au bon vouloir et à l’interprétation souveraine de l’administration, transformant l’exécutant en bourreau, le serviteur de l’Etat en maître du jeu, qui décide selon son bon vouloir à la place de l’élu au suffrage universel.

Il ne s’agit pas de se contenter d’une réflexion lapidaire, comme le ferait, ou plutôt le faisait avant Trump, les Républicains américains, avec 15 ans de retard, sur le poids de l’impôt. Tous les gouvernements de droite sont coupables d’avoir augmenté nos dettes et accru nos impôts pour payer l’addition de leur impéritie. La promesse d’une baisse ne se conçoit qu’à l’aune d’un projet et d’une vision. Tout ce qui manque à notre classe politique, de droite. Autant qu’à leurs "amis" de gauche. Il y a une internationale de l’incompétence, et nous avons en France de sérieux "champions".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Archeboc
- 26/01/2016 - 09:00
En accord avec "raslacoiffe"
Tous contre Sarko, ça devient suspect...et bien pénible !
tiopere 1
- 25/01/2016 - 18:43
l' ISF est un impot spoliateur
lorsqu'on est propriétaire de biens immobiliers , si on ajoute a l'ISF les impots dits de solidarité , il est très facile de se retrouver en déficit et obligé de revendre ces mèmes biens afin de régler l'IRPP,
c'est pourquoi , je comprend parfaitement les retraités qui s'expatrient sous des cieux plus cléments comme au Portugal pour ne pas se retrouver complétement dépouillés du fruit du labeur de toute une vie . ,
agostini
- 25/01/2016 - 18:06
flat tax et suppr'ession de
flat tax et suppr'ession de l isf voila encore une meileure politique laissez les français s enrichir par le travail et par l epargne et toute la societe en profitera arretons ce socialisme mortifere qui prefere l egalite dans la precarite aux inégalités inévitables dans la prosperite