En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

07.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 2 heures 43 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 3 heures 53 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 4 heures 16 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 4 heures 40 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 4 heures 40 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 4 heures 42 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 5 heures 11 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 21 heures 14 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 22 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 3 heures 36 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 4 heures 7 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 4 heures 33 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 4 heures 40 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 4 heures 41 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 4 heures 59 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 5 heures 25 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 22 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 1 jour 3 heures
© Reuters
© Reuters
L'Edito de Jean-Marc Sylvestre

A Davos, Macron triomphe et Valls fait un fiasco, à Paris, François Hollande, lui, s’amuse du spectacle

Publié le 23 janvier 2016
Alors que les dirigeants économiques de la planète sont réunis à Davos, la rivalité entre Manuel Valls et Emmanuel Macron s’est exportée aussi dans la station Suisse. Ce fut sportif.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les dirigeants économiques de la planète sont réunis à Davos, la rivalité entre Manuel Valls et Emmanuel Macron s’est exportée aussi dans la station Suisse. Ce fut sportif.

La rivalité entre Emmanuel Macron, le ministre de l’Economie et Manuel Valls, le Premier ministre, s’est étalée au grand jour devant le gratin du business international. Pour les organisateurs qui ont pourtant assisté à beaucoup de querelles d’ego, le spectacle donné par les deux représentants de la France a été grandiose pour qui sait décoder les coulisses du symposium.

Davos, c’est chaque année le rendez-vous annuel des "global leaders". En bref, une cinquantaine de chefs d’Etat et de gouvernement, et près de 2000 dirigeants des plus grandes entreprises mondiales. Un lieu d’échange et d’affaires. C’est donc le lieu du vrai pouvoir d’influence. Là où se préparent les grandes décisions géopolitiques et sortent les grandes tendances d’innovation. Mais pour tout le monde, c’est aussi une manifestation des plus mondaines. En gros Davos, c’est un jardin des vanités dans lequel on aurait organisé le festival de Cannes.

Manuel Valls est donc arrivé à Davos pour la première fois de sa vie, mercredi soir. Soyons précis. Avant, il n’était pas question qu’un responsable socialiste mette les pieds dans "cette réserve de capitalistes sauvages". C’était tabou. Le seul homme de gauche à être venu régulièrement à Davos et à l’assumer était Dominique Strauss-Kahn. Les électeurs de Sarcelles comprenaient mal, mais ils pardonnaient tout à DSK. A Evry, le fief de Valls c’était différent.

Mais cette résistance, c’était avant !  Manuel Valls a donc accepté "d’être invité" à débattre avec d’autres responsables politiques dont Matteo Renzi, Jean-Claude Junker et Alexis Tsipras.

Ce n’était pas forcément un cadeau. Il a fait une communication sur l’Europe, assez convenue, insistant sur la nécessité de renforcer la cohésion européenne, pour lutter contre le terrorisme. Bref, les participants avaient plus de curiosité pour la conversion au capitalisme européen d’un Alexis Tsipras qui lui a demandé plus, que des grands principes, des aides pour empêcher le flux de migrants qui passent par la Grèce. Là, on était dans le concret.

Alors, pour quelles vraies raisons Manuel Valls est-il venu à Davos ? That is the question ! A priori, pour vendre l’attractivité de la France et sa modernité. Très bien sauf, qu'il ne l’a pas fait. Se consacrant plutôt à prouver qu'entre la gauche française et l’entreprise, il n’y avait pas de malentendus notamment de sa part et à expliquer qu'il avait été dès le début de sa carrière très ouvert à l’économie de marché et aux entreprises. La démarche est classique et marque une fois de plus l’ambition  de Manuel Valls.

Cela dit Manuel Valls est surtout venu à Davos pour que les caméras de la télévision française le voit. Ne pas laisser le champ libre à son ministre de l'Economie. Et on a vu Emmanuel Macron, habitué du lieu, au milieu de tous les membres de cette tribu : il parle leur langue et connait tous les codes. La détermination du Premier ministre était telle qu'il a retardé son départ pour pouvoir assister à un diner de chefs d’entreprise organisé pour Macron. Du coup, jamais la France n’a eu autant d’ambassadeurs et de représentants du gouvernement aussi hauts placés.

Le problème, c’est que les "Davoisiens" ne connaissent pas Valls. Ils ne l’attendaient pas forcement, alors qu'ils connaissent bien Emmanuel Macron et qu'il est considéré comme le responsable politique français le plus intéressant, avec le potentiel de responsabilité le plus important. Le plus jeune aussi.

Il faut dire que depuis mercredi soir, Emmanuel Macron n’a pas chômé pour vendre l’économie française, les chefs d’entreprises français, et toutes les raisons qu'auraient les investisseurs à venir s’installer dans l’hexagone. Le ministre français de l’Economie a donc enchainé les rendez-vous avec des patrons internationaux, celui de Facebook, Coca cola, Cisco, Nokia, Google, Microsoft. Il a surtout répondu à toutes les invitations de la presse internationale et participé à des débats sur BBC, CNBC, CNN et Bloomberg. Tout cela dans un anglais parfait ce qui n’est pas le cas de tous les Français.

Mais ce qui a surtout frappé tous ses interlocuteurs, c’est le contenu de ses propos. En bref, tout s’est passé comme si Emmanuel Macron avait décliné le plan de tout un programme de gouvernement. Ou de présidence. Sur les 35 heures, il faudra autoriser la renégociation, sur les licenciements il faut assouplir les procédures, sur le code du travail, sur le fiscalité et l'ISF. Macron a un avis sur tout et surtout, la France n’en fait pas assez. Sur le stress des chefs d'entreprise la petite phrase qui a soulevé un tollé à gauche en France, il assume tout.

Il n'y a pas de réforme de gauche ou de réforme de droite, il n'y a que des réformes efficaces pour créer de l'activité, de la valeur et des emplois. "Peu importe que le chat soit gris ou noir, ce qu'on lui demande, c’est d’attraper des souris, reprenant la phrase de Mao Tsé-Toung, et ajoutant, mon job c’est de dynamiser la France, favoriser la révolution numérique et les innovateurs. Du Schumpeter pur sucre. Ce qui n’était pas pour déplaire au monde de l’entreprise qui a le sentiment d’avoir découvert son héros.

Emmanuel Macron a donc fait un triomphe, faisant oublier très rapidement les propos de Manuel Valls, ce qui n’était pas pour lui déplaire. Triomphe pour l’un, fiasco pour l’autre. Maintenant, l’épisode de Davos qui vient après une semaine très controversée où il a été remis en place, repose la question du rôle qu’il joue dans le dispositif politique français.

Les chefs d’entreprise ne sont pas dupes. Concrètement, en terme de résultats, le discours nécessaire, pragmatique d’Emmanuel Macron ne débouche pas sur des réformes d’envergures qui seraient nécessaires. Rien sur la dépense publique, rien sur les prélèvements, rien sur la complexité de l’administratif, rien sur le coût du modèle social. Alors à quoi sert-il ?  Pour les analystes politiques, c'est très simple : il sert à trois choses dans le dispositif Hollande.

Il sert de tête de gondole à la gauche. François Hollande l’utilise, lui, son look, son discours pour marquer la modernité de la gauche française. L’ouverture sur le monde et sur les nouvelles technologies. François Hollande peut dire : "Macron parle de modernité, donc je suis moderne".

Mais en même temps, François Hollande le sert aux frondeurs de sa majorité comme une tête de turc. Macron sert à cristalliser toutes les critiques de la gauche de la gauche et croit de ce fait être personnellement épargné. François Hollande peut dire, "ne vous inquiétez pas, je veille au dogme de gauche, Macron occupe les marchés mais ne fait rien".

Mais ce n’est pas tout, François Hollande a très bien compris que Macron était le plus sérieux concurrent à Manuel Valls. Donc ça l’amuse. Il laisse se développer cette guerre des egos entre les deux personnalités les plus populaires en France. En espérant que ce choc des va les neutraliser, où même qu’ils s’entretuent.

Un chef d’entreprise revenant de Davos me confiait, "Manuel Valls sera vraiment à la hauteur de la fonction à laquelle il aspire quand il aura compris qu'il lui faudrait mieux faire alliance avec Macron. S’il n’est pas trop tard !" La politique nous offre à gauche des moments formidables ! Pour l’instant, parce qu' à droite, la conquête du pouvoir ne s’annonce pas moins triste.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

07.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Mike Desmots
- 25/01/2016 - 14:49
@goethe , en moins que se soit le shah di'Iran...
Mao peut probable il est devenu daltonien ...après avoir écrit l'épuisant petit livre rouge...
goethe379
- 25/01/2016 - 11:30
Citation
Il me semble que ce n'est pas Mao mais Teng Xio Ping qui l'avait exprimée. "Peu importe que..."
A M A
- 24/01/2016 - 17:26
AMA
Macron? Où est l'endaufe? Cette brusque focalisation sur un poulain des écuries Rothschild a de quoi intriguer, cette charmeuse et souriante bouée de sauvetage d'un monde politique cossu qui coule et ne veut pas sombrer? Et qui n'a plus que ce recours pour se donner un peu de crédibilité. "Demain, Macron rase gratis, avec lui c'est sûr".