En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
Petit piège entre amis Républicains
Comment Nicolas Sarkozy projette de piéger ses adversaires en consultant les militants lors du prochain conseil national
Publié le 01 février 2016
Assimilation, Europe, Nation, travail : autant de thématiques sur lesquelles les adhérents seront amenés à voter mi-février afin de définir la ligne majoritaire des Républicains. Une manière pour l'ancien président de démontrer que ses adversaires à la primaire ne répondent pas aux attentes des militants.
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Assimilation, Europe, Nation, travail : autant de thématiques sur lesquelles les adhérents seront amenés à voter mi-février afin de définir la ligne majoritaire des Républicains. Une manière pour l'ancien président de démontrer que ses adversaires à la primaire ne répondent pas aux attentes des militants.

Les mi-li-tants ! La stratégie de retour de Nicolas Sarkozy s'affine et s'affirme. Il reviendra par les militants et pour les militants. Ainsi va le message que distille l'entourage depuis des mois, et que le président des Républicains a, à nouveau, martelé mercredi soir, à Nîmes, justement devant les adhérents de la fédération du Gard. L'ancien Président a même commencé son discours par une déclaration d'amour : "qu'est-ce qu'un militant sinon un citoyen qui aime encore plus son pays que les autres ? Où est l'indignité de parler à des adhérents ?". Face à Alain Juppé qui mise tout sur les sympathisants de la droite et du centre, l'ancien chef de l'Etat continue à vouloir faire fructifier l'avantage qu'il a à être président du parti.

Durant plusieurs semaines, l'ancien chef de l'Etat va donc effectuer un tour de France des fédérations. Il a, en outre, annoncé mercredi qu'un conseil national se tiendrait les 13 et 14 février porte de Versailles afin de définir la ligne du parti. "Il s'agira pour nous de définir à la fois notre stratégie électorale, l'attitude à avoir envers le FN et l'UDI, mais aussi de trancher des questions de fond", explique l'un des conseillers du président des Républicains.

En ce qui concerne la stratégie électorale, Nicolas Sarkozy entend demander aux militants de trancher le débat sur le ni-ni qui a occupé l'entre-deux tours des régionales et a vu s'opposer d'un côté Nicolas Sarkozy, de l'autre Alain Juppé ou encore Xavier Bertrand et Christian Estrosi.

Sur les questions de fond, le président des Républicains a listé un certain nombre de thématiques auxquelles il a apporté sa réponse personnelle: "Est-ce que la Nation a encore un sens pour vous", réponse oui de Nicolas Sarkozy. "Est-ce que nous devons tenir le même discours quelles que soient les régions de France ou est-ce qu'on veut faire de nous un pays de communautés ?", réponse de Nicolas Sarkozy "Les Républicains, c'est le parti de la Nation française". Enfin, lance-t-il : "je veux poser la question : les Républicains doivent-ils avoir un projet politique fort ou doivent-ils attendre que chacun des candidats apporte le leur ?", réponse de Nicolas Sarkozy "si nous n'avons pas de projet politique fort, nous devenons un club de supporteurs". L'ancien président veut aussi que les militants se prononcent sur la position de la France par rapport à l'Europe : "doit-elle accepter plus de souveraineté ?". Il sera aussi question du respect du droit de propriété, du travail. "Quand on travaille plus que les autres, doit-on gagner comme les autres?", s'est interrogé l'ancien président. Une nouvelle version du célèbre : "travailler plus pour gagner plus". Et enfin, a-t-il expliqué à Nîmes,"il faudra avoir le courage de trancher le débat assimilation/intégration".

Les adhérents seront donc amenés à voter sur chaque grand item, car, explique l'une des têtes pensantes de la rue de Vaugirard, "les Républicains ont été refondés pour mettre les militants et les principes démocratiques au cœur de notre parti". Que vont donc devenir les propositions issues des conventions tenues à l'automne sur la sécurité, le droit du travail ou l'immigration ? "Elles ont été validées par les adhérents, elles resteront, explique un proche du président des Républicains qui ajoute "cette fois, on est sur des propositions plus englobantes, des questions que les Français comprennent. Il s'agit de clarifier la ligne majoritaire". Une ligne très à droite, car, Nicolas Sarkozy l'a rappelé à Nîmes, "les primaires seront aussi ouvertes à ceux qui nous ont quitté, une fois, deux fois, trois fois pour le FN".

Une petite équipe autour de Nicolas Sarkozy va donc se mettre au travail pour formuler quelques questions bien tranchées afin que se positionnent les adhérents : pour/contre. Il s'agit surtout de tisser, de mains de dentelières, un nouveau piège destiné à freiner l'avance des concurrents de Nicolas Sarkozy. De montrer que ce dernier incarne bien les convictions de la majorité des adhérents LR alors que les autres candidats sont, en quelque sorte, à côté de la plaque.

Alain Juppé, Bruno Le Maire et François Fillon n'auront donc qu'un rôle mineur à jouer dans l'élaboration des questions. Ils seront consultés en bureau politique et seront invités à s'exprimer lors dudit conseil national, rien de moins mais rien de plus. Ce qui les arrange bien car aucun d'entre eux ne souhaite être comptable de ces propositions, bien au contraire. Les adversaires de Nicolas Sarkozy veulent marquer, par leur prise de distance, que le parti est devenu un appareil au service d'un seul homme : Nicolas Sarkozy. Quant à ce dernier, il a décidé de jouer à fond la carte de la famille. Il a très souvent prononcé le mot à Nîmes. La famille contre le reste du monde.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
05.
Une femme et son bébé percutés par une trottinette électrique à Paris
06.
Les vraies raisons pour lesquelles Bruno Le Maire estime que « l’euro n’a jamais été aussi menacé »
07.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 23/01/2016 - 23:15
@l'enclume "La France apaisée" c'est l'objectif à atteindre...
Ah, parceque vous croyiez que Marine Le Pen ( je suppose que c'est d'elle que vous parlez aussi gracieusement...) avait fait allégeance à l'UMPS pour développer son programme présidentiel? Vous rêvez...
l'enclume
- 23/01/2016 - 17:27
Tous pourris, certain(e)s plus que d'autres
van gogo - 22/01/2016 - 23:15 - Vous désobéissez à votre idole "la mégère de Montretout". Vous n'avez pas vu ses dernières affiches "la France apaisée" Putain elle a rajeuni de 20 ans. elle ne trompe qu'elle même, quant à vous je crois que vous allez recevoir un blâme de Nanterre, pour incitation à la guerre civile.
vangog
- 22/01/2016 - 23:15
"Il faudra avoir le courage de trancher le débat assimilation-
intégration"...mais il n'est en débat qu'avec lui-même Sarko-le-tricheur, car tous les Français ont tranché! Excepté quelques derniers des mohicans gauchistes et girouettes éventées, tous les Francais savent que la nouvelle Éducation, la nouvelle Justice devront affirmer à ceux qui ne se sentent qu'à moitié français: "soit vous vous assimilez, soit vous dégagez!" C'est aussi simple que cela! Pas besoin de cinq nouvelles années de Sarkozysme pour ne pas trancher et se demander s'il y a de l'eau dans le karcher...