En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

02.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

03.

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

04.

Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro

05.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

06.

L’onde de choc : les gauches radicales françaises et américaines face à l’effondrement Corbyn

07.

Face à l’Iran ce qui manque à l’Amérique n’est pas la capacité militaire mais la crédibilité

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

05.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

06.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Si je t'oublie" de Morgan Sportès : le captif amoureux

il y a 4 heures 4 min
décryptage > France
Wiki Agri

Le Sénat se penche (enfin) sur le suicide des agriculteurs

il y a 5 heures 1 min
décryptage > International
Bras de fer

Face à l’Iran ce qui manque à l’Amérique n’est pas la capacité militaire mais la crédibilité

il y a 5 heures 51 min
décryptage > Culture
N’oublie pas leurs petits souliers

Petit (riche) papa Noël : mais au fait, que rapportent les tubes de Noël chaque année à leurs auteurs ?

il y a 6 heures 30 min
décryptage > Europe
"Get Brexit Done"

4 ans pour une révolution : comment Boris Johnson a transformé radicalement le Royaume-Uni

il y a 7 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Jeune homme à la Mule" : quand Michel Orcel chausse la lorgnette de Stendhal…

il y a 17 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Raymonda" de Rudolf Noureev d'après Marius Petipa : la perfection classique pendant trois heures d’horloge… Et on en redemanderait…

il y a 18 heures 5 min
pépite vidéo > Religion
Huit mois après
Chantier de Notre-Dame de Paris : France 2 dévoile des images de l'intérieur de la cathédrale
il y a 19 heures 52 min
pépites > France
Fortes perturbations
Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro
il y a 23 heures 39 min
light > France
Mauvaise camaraderie ?
Miss France 2020 : les ultimes heures de la compétition avant le sacre auraient été marquées par des tensions entre les candidates
il y a 1 jour 53 min
décryptage > Politique
Et maintenant le "Jewxit" !

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

il y a 4 heures 36 min
décryptage > Economie
Sommet

Sous les BRICS, la Chine

il y a 5 heures 26 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que les modifications de nos régimes et de nos modes de production alimentaires peuvent changer pour la planète. Ou pas
il y a 6 heures 16 min
décryptage > Politique
Discours de l’anti-méthode

L’onde de choc : les gauches radicales françaises et américaines face à l’effondrement Corbyn

il y a 7 heures 24 min
décryptage > France
Usual Suspects

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

il y a 8 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le roman des Goscinny, naissance d'un gaulois" de Catel Muller : un parcours tendre et souriant aux sources de l'inspiration du père d'Astérix et Obélix

il y a 17 heures 54 min
pépites > Défense
Solidarité et soutien envers nos soldats
Emmanuel Macron sera avec les militaires français en Côte d’Ivoire pour les fêtes de fin d’année
il y a 19 heures 20 min
light > France
"Nipple Gate"
Miss France 2020 : aucune caméra ne permettra de voir les coulisses afin d’éviter un incident en direct
il y a 20 heures 49 min
pépites > Politique
Confiance
Edouard Philippe considère que la "bonne foi" de Jean-Paul Delevoye est "totale"
il y a 1 jour 14 min
pépite vidéo > Sport
Valeurs du sport bafouées
Roxana Maracineanu, ministre des Sports, a été huée et menacée par des supporters lors d'un match du Red Star
il y a 1 jour 2 heures
© Reuters
© Reuters
Potentiel économique de la France

Leçons sur la croissance : pourquoi les 30 glorieuses devaient presque tout à la Reconstruction

Publié le 22 janvier 2016
Bien que la France vive encore dans la nostalgie des 30 glorieuses, cette période de l'histoire économique n'est rien d'autre que le produit de la reconstruction. Elle doit ainsi être considérée comme non représentative. A l'inverse, la crise que connaît le pays depuis 2008 en est le miroir, et ne doit pas plus servir de base à des projections toujours plus pessimistes.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bien que la France vive encore dans la nostalgie des 30 glorieuses, cette période de l'histoire économique n'est rien d'autre que le produit de la reconstruction. Elle doit ainsi être considérée comme non représentative. A l'inverse, la crise que connaît le pays depuis 2008 en est le miroir, et ne doit pas plus servir de base à des projections toujours plus pessimistes.

Depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, l'histoire économique française peut se diviser en deux phases que tout semble opposer. Entre 1945 et 1975, l'ensemble des pays développés connaît croissance et prospérité sur fond de plein emploi, aucune limite ne peut alors être fixée. Puis, depuis 1975, la naissance du chômage, la croissance faible, et l'accroissement des inégalités ont laissé le pays dans un état de nostalgie perpétuelle des 30 glorieuses. Mais cette période est révolue depuis maintenant 40 ans, il est temps de faire une croix dessus, définitive. Parce que cette heureuse parenthèse de croissance forte doit tout à la reconstruction. Puisque sans cette dernière, la France, comme les autres, n'aurait pas fait mieux que la période allant de 1975 à 2000, soit une croissance modérée.

Ceci est le résultat d'une étude réalisée par deux économistes, Petros Milionis, de l'Université de Groningen et de Tamas Vonyo, de l'Université Bocconi de Milan qui ont estimé les taux de croissance d'un large panel de pays afin d'en extirper l'impact de la reconstruction. Et selon les deux auteurs :

"Les taux de croissance élevés observés durant cette période sont le résultat d'un processus de reconstruction et de réorganisation économique qui a suivi le conflit armé le plus destructeur de l'histoire humaine". 

"Nos résultats démontrent que ce processus de reconstruction a été un moteur important de la croissance au cours des décennies qui ont suivi la guerre, pas seulement en Europe mais globalement, et son impact sur les taux de croissance a duré jusqu'au milieu des années 70."

Ainsi, en traitant les données sur l'ensemble de la période couverte, tout en tenant compte de la disparité des efforts de reconstruction à produire, mais également des divergences démographiques des zones considérées, et ce, pour 73 pays, les deux économistes parviennent à une conclusion claire :

"Cette analyse arrive à la conclusion frappante que la dynamique de reconstruction, à elle seule, a élevé le taux de croissance économique durant les trois décennies qui ont suivi la fin de la deuxième guerre mondiale et ce, avec une magnitude sans précédent à une large échelle. En l'absence du choc induit par la guerre, les taux de croissance auraient été en moyenne inférieurs de 40%, et seulement légèrement supérieurs à ceux qui ont été observés entre les années 1975 à 2000."

Ce qui signifie que les 30 glorieuses doivent tout à la reconstruction et que cette période, par définition, est donc une "anomalie" économique. Toute projection de croissance basée sur les données des 30 glorieuses aura ainsi vocation à se heurter à une autre réalité. Le potentiel de progression du PIB par habitant est voisin de 2%, et non de 4%. Dès lors, la moyenne observée en France entre 1975 et 2000, soit une croissance par habitant de 1.88%, reste sans doute un résultat perfectible pour le pays, mais n'est finalement pas très éloigné de ce potentiel.

Par contre, ce qui pose problème, c'est la suite. Car la croissance moyenne du PIB par habitant entre 2000 et 2014 a été de 0.67%, soit seulement un tiers du potentiel économique du pays. Et si la France doit oublier les 30 glorieuses, comme avait pu l'indiquer Manuel Valls, cela n'est pas une raison pour se satisfaire d'une croissance anémique ayant pour résultat le chômage de masse et la stagnation des salaires. 

Et si l'on souhaite être plus précis, le nouveau millénaire se fracture également en deux phases. D'une part, les années comprises entre 2000 et 2007; ou la moyenne de progression aura été de 1.4%, soit deux tiers du potentiel, et , d'autre part, la période couvrant la grande récession, depuis 2008. Et en l'espèce, cette croissance moyenne par habitant n'a atteint que le chiffre pitoyable de -0.15% sur ces 7 dernières années. Soit un manque à gagner total de 16% de croissance par habitant. 

Croissance par habitant. Moyenne sur 10 ans. France. Source INSEE

Et cette nouvelle configuration de croissance est observable à l'œil nu si l'on considère les moyennes de taux de croissance par habitant sur des périodes de 10 ans . S'il est bien illusoire d'attendre un retour à la croissance magique des années 1945-1975, la période suivante se caractérise quand même par une stabilité relative, proche des 2%, et encore tout à fait atteignable aujourd'hui. 

Parce que l'arrivée de 2008 procède d'un autre phénomène. Il ne s'agit absolument pas d'une suite logique de la lente érosion de croissance qui frappe le pays depuis 40 ans, mais d'un évènement spécifique, momentané, et qui n'a rien d'irréversible. 

Il n'est donc pas question de restaurer les 30 glorieuses, mais de mettre en place une politique permettant au moins un retour à la normale. C’est-à-dire une progression de la croissance, par tête, à un taux annuel de 2%. Et si l'on veut absolument penser aux 30 glorieuses, il est alors possible de considérer que le rattrapage de la croissance perdue depuis 2008 est possible. 

Parce que le pays est en capacité de connaître une croissance plus forte aussi longtemps qu'il n'aura pas rejoint son plein potentiel. Le temps de combler la faille béante qui été provoquée par 2008. Puis, enfin, de revenir à son taux de progression "normal" de 2%. Ce qui passe par la mise en place de politiques économiques coordonnées, aussi bien au niveau national qu'européen. Entre une large relance de la demande par la BCE, sur le modèle américain, et le grand chantier d'une politique de l'offre au niveau national. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

02.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

03.

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

04.

Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro

05.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

06.

L’onde de choc : les gauches radicales françaises et américaines face à l’effondrement Corbyn

07.

Face à l’Iran ce qui manque à l’Amérique n’est pas la capacité militaire mais la crédibilité

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

05.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

06.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
elvin
- 18/01/2016 - 12:00
rapprochement
Intéressant de rapprocher cet article de celui-ci
http://www.contrepoints.org/2016/01/16/235574-la-vraie-croissance-ne-depasse-jamais-2
En résumé, la croissance "naturelle" d'une économie libre moderne oscille autour de 1.5 à 2 %, et ce en l'absence de toute manipulation monétaire chère à Nicolas Goetzmann, qui peut provisoirement l'accélérer artificiellement, tout en créant les conditions d'une crise inéluctable à terme.
Le croissance peut être plus rapide en situation de rattrapage, par exemple après une guerre. Mais en conclure que la guerre est bénéfique est absurde, puisque la croissance consiste alors seulement à reconstruire ce que la guerre a détruit.
MONEO98
- 18/01/2016 - 10:13
conclusion ?
si mr Goetzmann avait raison vivement la prochaine guerre.-:(
on en revient toujours à la même question qui crée la richesse? l'individu libre de ses choix ou l'Etat cad la fiction qui permet à certains hommes d'imposer aux autres leurs choix pas nécessairement plus pertinents et sauf miracle toujours intéressés.... accessoirement l'Etat peut il distribuer de la richesse avant de l'avoir créé? c'est ce que nos gouvernants ont fait depuis toujours , distribuant de la monnaie de singe quand ils pouvaient dévaluer et aujourd'hui accentuant les déficits puisqu'ils ne peuvent dévaluer.. nationalement....( d'ou les programmes nationalistes en
cours) remarque :on fait des études pour rien...le plein emploi à cause de la reconstruction ? quelle trouvaille.l'étude a t elle noté que la fin du financement des guerres coloniale"s a permis à De Gaulle d'avoir des finances plus saines nonobstant les kolossales" erreurs économiques nationalistes de l'époque afin de ne pas froisser le PC?
La mondialisation causée par l'effondrement rouge a tout changé.Faut s'adapter ou disparaitre... ça suppose déprogrammer les cervelles des français et de leurs dirigeants .
Ganesha
- 18/01/2016 - 07:12
Surpopulation
Mr Goetzmann oublie de citer l'action bénéfique des ''réductions de population'' ! Au Moyen-Age, on avait l'habitude de constater qu'après une bonne épidémie de Peste, qui avait causé la disparition d'une bonne partie des citoyens d'une ville ou d'un pays, les survivants connaissaient ensuite quelques décennies de bonheur et de prospérité ! Mais mr Goetzmann est malhonnête en essayant de nous faire croire que dans une planète en surpopulation, comme aujourd'hui, la ''Croissance'' est possible ! Surtout si des criminelles comme mme Merkel fait exactement le contraire de notre seule chance de nous en sortir !