En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Macron skie français

03.

Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie

04.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

05.

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

06.

Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café

07.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Qui veut risquer sa vie la sauvera (Mémoires)" de Jean-Pierre Chevènement : heureux qui comme Chevènement a eu plusieurs vies dans sa vie en maintenant la même trajectoire. Un panorama exhaustif de l’histoire de notre pays de 1962 à 2019

il y a 8 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rachel et les siens" de Metin Arditi : un roman superbe et, évidemment, bouleversant, La Palestine, Israël, le XXe siècle...

il y a 9 heures 11 min
pépites > Politique
Brut.
Emmanuel Macron : « Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis »
il y a 13 heures 37 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les bracelets se noient dans le marc de raisin et quand les tortues ont l’accent italien : c’est l’actualité décembriste des montres
il y a 15 heures 6 min
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 17 heures 38 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 19 heures 41 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 20 heures 9 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 20 heures 52 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 21 heures 9 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 21 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes puissantes" de Léa Salamé : curiosité et plaisir à la lecture des aveux (en toute honnêteté…) de 12 personnalités féminines, découvrir leur force intérieure, leur parcours, leur influence

il y a 8 heures 40 min
pépite vidéo > Politique
Interview
Retrouvez l’intégralité de l’entretien d’Emmanuel Macron accordé à Brut
il y a 10 heures 11 min
pépites > International
Rebondissement
Ziad Takieddine a été arrêté au Liban
il y a 14 heures 45 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 16 heures 34 min
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 19 heures 33 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 20 heures 1 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 20 heures 46 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 21 heures 4 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 21 heures 18 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 21 heures 36 min
© Reuters
© Reuters
Potentiel économique de la France

Leçons sur la croissance : pourquoi les 30 glorieuses devaient presque tout à la Reconstruction

Publié le 22 janvier 2016
Bien que la France vive encore dans la nostalgie des 30 glorieuses, cette période de l'histoire économique n'est rien d'autre que le produit de la reconstruction. Elle doit ainsi être considérée comme non représentative. A l'inverse, la crise que connaît le pays depuis 2008 en est le miroir, et ne doit pas plus servir de base à des projections toujours plus pessimistes.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bien que la France vive encore dans la nostalgie des 30 glorieuses, cette période de l'histoire économique n'est rien d'autre que le produit de la reconstruction. Elle doit ainsi être considérée comme non représentative. A l'inverse, la crise que connaît le pays depuis 2008 en est le miroir, et ne doit pas plus servir de base à des projections toujours plus pessimistes.

Depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, l'histoire économique française peut se diviser en deux phases que tout semble opposer. Entre 1945 et 1975, l'ensemble des pays développés connaît croissance et prospérité sur fond de plein emploi, aucune limite ne peut alors être fixée. Puis, depuis 1975, la naissance du chômage, la croissance faible, et l'accroissement des inégalités ont laissé le pays dans un état de nostalgie perpétuelle des 30 glorieuses. Mais cette période est révolue depuis maintenant 40 ans, il est temps de faire une croix dessus, définitive. Parce que cette heureuse parenthèse de croissance forte doit tout à la reconstruction. Puisque sans cette dernière, la France, comme les autres, n'aurait pas fait mieux que la période allant de 1975 à 2000, soit une croissance modérée.

Ceci est le résultat d'une étude réalisée par deux économistes, Petros Milionis, de l'Université de Groningen et de Tamas Vonyo, de l'Université Bocconi de Milan qui ont estimé les taux de croissance d'un large panel de pays afin d'en extirper l'impact de la reconstruction. Et selon les deux auteurs :

"Les taux de croissance élevés observés durant cette période sont le résultat d'un processus de reconstruction et de réorganisation économique qui a suivi le conflit armé le plus destructeur de l'histoire humaine". 

"Nos résultats démontrent que ce processus de reconstruction a été un moteur important de la croissance au cours des décennies qui ont suivi la guerre, pas seulement en Europe mais globalement, et son impact sur les taux de croissance a duré jusqu'au milieu des années 70."

Ainsi, en traitant les données sur l'ensemble de la période couverte, tout en tenant compte de la disparité des efforts de reconstruction à produire, mais également des divergences démographiques des zones considérées, et ce, pour 73 pays, les deux économistes parviennent à une conclusion claire :

"Cette analyse arrive à la conclusion frappante que la dynamique de reconstruction, à elle seule, a élevé le taux de croissance économique durant les trois décennies qui ont suivi la fin de la deuxième guerre mondiale et ce, avec une magnitude sans précédent à une large échelle. En l'absence du choc induit par la guerre, les taux de croissance auraient été en moyenne inférieurs de 40%, et seulement légèrement supérieurs à ceux qui ont été observés entre les années 1975 à 2000."

Ce qui signifie que les 30 glorieuses doivent tout à la reconstruction et que cette période, par définition, est donc une "anomalie" économique. Toute projection de croissance basée sur les données des 30 glorieuses aura ainsi vocation à se heurter à une autre réalité. Le potentiel de progression du PIB par habitant est voisin de 2%, et non de 4%. Dès lors, la moyenne observée en France entre 1975 et 2000, soit une croissance par habitant de 1.88%, reste sans doute un résultat perfectible pour le pays, mais n'est finalement pas très éloigné de ce potentiel.

Par contre, ce qui pose problème, c'est la suite. Car la croissance moyenne du PIB par habitant entre 2000 et 2014 a été de 0.67%, soit seulement un tiers du potentiel économique du pays. Et si la France doit oublier les 30 glorieuses, comme avait pu l'indiquer Manuel Valls, cela n'est pas une raison pour se satisfaire d'une croissance anémique ayant pour résultat le chômage de masse et la stagnation des salaires. 

Et si l'on souhaite être plus précis, le nouveau millénaire se fracture également en deux phases. D'une part, les années comprises entre 2000 et 2007; ou la moyenne de progression aura été de 1.4%, soit deux tiers du potentiel, et , d'autre part, la période couvrant la grande récession, depuis 2008. Et en l'espèce, cette croissance moyenne par habitant n'a atteint que le chiffre pitoyable de -0.15% sur ces 7 dernières années. Soit un manque à gagner total de 16% de croissance par habitant. 

Croissance par habitant. Moyenne sur 10 ans. France. Source INSEE

Et cette nouvelle configuration de croissance est observable à l'œil nu si l'on considère les moyennes de taux de croissance par habitant sur des périodes de 10 ans . S'il est bien illusoire d'attendre un retour à la croissance magique des années 1945-1975, la période suivante se caractérise quand même par une stabilité relative, proche des 2%, et encore tout à fait atteignable aujourd'hui. 

Parce que l'arrivée de 2008 procède d'un autre phénomène. Il ne s'agit absolument pas d'une suite logique de la lente érosion de croissance qui frappe le pays depuis 40 ans, mais d'un évènement spécifique, momentané, et qui n'a rien d'irréversible. 

Il n'est donc pas question de restaurer les 30 glorieuses, mais de mettre en place une politique permettant au moins un retour à la normale. C’est-à-dire une progression de la croissance, par tête, à un taux annuel de 2%. Et si l'on veut absolument penser aux 30 glorieuses, il est alors possible de considérer que le rattrapage de la croissance perdue depuis 2008 est possible. 

Parce que le pays est en capacité de connaître une croissance plus forte aussi longtemps qu'il n'aura pas rejoint son plein potentiel. Le temps de combler la faille béante qui été provoquée par 2008. Puis, enfin, de revenir à son taux de progression "normal" de 2%. Ce qui passe par la mise en place de politiques économiques coordonnées, aussi bien au niveau national qu'européen. Entre une large relance de la demande par la BCE, sur le modèle américain, et le grand chantier d'une politique de l'offre au niveau national. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
elvin
- 18/01/2016 - 12:00
rapprochement
Intéressant de rapprocher cet article de celui-ci
http://www.contrepoints.org/2016/01/16/235574-la-vraie-croissance-ne-depasse-jamais-2
En résumé, la croissance "naturelle" d'une économie libre moderne oscille autour de 1.5 à 2 %, et ce en l'absence de toute manipulation monétaire chère à Nicolas Goetzmann, qui peut provisoirement l'accélérer artificiellement, tout en créant les conditions d'une crise inéluctable à terme.
Le croissance peut être plus rapide en situation de rattrapage, par exemple après une guerre. Mais en conclure que la guerre est bénéfique est absurde, puisque la croissance consiste alors seulement à reconstruire ce que la guerre a détruit.
MONEO98
- 18/01/2016 - 10:13
conclusion ?
si mr Goetzmann avait raison vivement la prochaine guerre.-:(
on en revient toujours à la même question qui crée la richesse? l'individu libre de ses choix ou l'Etat cad la fiction qui permet à certains hommes d'imposer aux autres leurs choix pas nécessairement plus pertinents et sauf miracle toujours intéressés.... accessoirement l'Etat peut il distribuer de la richesse avant de l'avoir créé? c'est ce que nos gouvernants ont fait depuis toujours , distribuant de la monnaie de singe quand ils pouvaient dévaluer et aujourd'hui accentuant les déficits puisqu'ils ne peuvent dévaluer.. nationalement....( d'ou les programmes nationalistes en
cours) remarque :on fait des études pour rien...le plein emploi à cause de la reconstruction ? quelle trouvaille.l'étude a t elle noté que la fin du financement des guerres coloniale"s a permis à De Gaulle d'avoir des finances plus saines nonobstant les kolossales" erreurs économiques nationalistes de l'époque afin de ne pas froisser le PC?
La mondialisation causée par l'effondrement rouge a tout changé.Faut s'adapter ou disparaitre... ça suppose déprogrammer les cervelles des français et de leurs dirigeants .
Ganesha
- 18/01/2016 - 07:12
Surpopulation
Mr Goetzmann oublie de citer l'action bénéfique des ''réductions de population'' ! Au Moyen-Age, on avait l'habitude de constater qu'après une bonne épidémie de Peste, qui avait causé la disparition d'une bonne partie des citoyens d'une ville ou d'un pays, les survivants connaissaient ensuite quelques décennies de bonheur et de prospérité ! Mais mr Goetzmann est malhonnête en essayant de nous faire croire que dans une planète en surpopulation, comme aujourd'hui, la ''Croissance'' est possible ! Surtout si des criminelles comme mme Merkel fait exactement le contraire de notre seule chance de nous en sortir !