En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

03.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > High-tech
Jeu de vilains
Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes
il y a 12 heures 5 min
light > Société
Transports
Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels
il y a 12 heures 38 min
pépites > France
Chaos
Gilets jaunes : en raison des violences, la préfecture a décidé d'interdire la manifestation prévue cet après-midi
il y a 13 heures 41 min
pépites > Environnement
Volte-face
Huile de palme : l'Assemblée vote finalement pour la suppression de l'avantage fiscal
il y a 14 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

La Fabrique des salauds : Un livre-choc, un roman-fleuve aussi dérangeant qu’indispensable sur l’histoire allemande du XXe siècle

il y a 15 heures 22 min
décryptage > France
Censure

Alerte météo sur la liberté d’expression

il y a 18 heures 7 min
décryptage > Société
Polémique

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

il y a 18 heures 31 min
décryptage > France
Crise de foi (en l’avenir)

Vague à l’âme démocratique : 30 ans après la chute du mur de Berlin, la France et l’Europe de l’Ouest en plein désenchantement

il y a 18 heures 55 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Quand l'échange avec autri stimule notre cerveau : les atouts de l'intelligence collective décryptés

il y a 19 heures 17 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les principaux outils et les solutions médicales de demain pour lutter efficacement contre les maladies cardio-vasculaires

il y a 19 heures 21 min
Pas bien
Un tiers des Français avoue avoir déjà fraudé son assurance
il y a 12 heures 20 min
pépites > France
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : deux hommes mis en examen
il y a 13 heures 4 min
pépites > France
Prudence
Pluies et inondations : des départements du sud-ouest en vigilance orange
il y a 13 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Orbital, tome 8 : contacts" : Orbital, une série qui tourne rond

il y a 15 heures 19 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 17 heures 28 min
décryptage > International
A l'écart

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

il y a 18 heures 24 min
décryptage > France
Soif de populisme

Mais que révèlent les attentes paradoxales des Français vis-à-vis des Gilets jaunes ?

il y a 18 heures 43 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement
il y a 19 heures 2 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le jour où Howard Carter et Lord Carnarvon ont découvert les trésors cachés et les vestiges du tombeau de Toutankhamon

il y a 19 heures 20 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Un virage libéral sauvera-t-il la France d'Emmanuel Macron ?

il y a 19 heures 21 min
© Reuters
© Reuters
Potentiel économique de la France

Leçons sur la croissance : pourquoi les 30 glorieuses devaient presque tout à la Reconstruction

Publié le 22 janvier 2016
Bien que la France vive encore dans la nostalgie des 30 glorieuses, cette période de l'histoire économique n'est rien d'autre que le produit de la reconstruction. Elle doit ainsi être considérée comme non représentative. A l'inverse, la crise que connaît le pays depuis 2008 en est le miroir, et ne doit pas plus servir de base à des projections toujours plus pessimistes.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bien que la France vive encore dans la nostalgie des 30 glorieuses, cette période de l'histoire économique n'est rien d'autre que le produit de la reconstruction. Elle doit ainsi être considérée comme non représentative. A l'inverse, la crise que connaît le pays depuis 2008 en est le miroir, et ne doit pas plus servir de base à des projections toujours plus pessimistes.

Depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, l'histoire économique française peut se diviser en deux phases que tout semble opposer. Entre 1945 et 1975, l'ensemble des pays développés connaît croissance et prospérité sur fond de plein emploi, aucune limite ne peut alors être fixée. Puis, depuis 1975, la naissance du chômage, la croissance faible, et l'accroissement des inégalités ont laissé le pays dans un état de nostalgie perpétuelle des 30 glorieuses. Mais cette période est révolue depuis maintenant 40 ans, il est temps de faire une croix dessus, définitive. Parce que cette heureuse parenthèse de croissance forte doit tout à la reconstruction. Puisque sans cette dernière, la France, comme les autres, n'aurait pas fait mieux que la période allant de 1975 à 2000, soit une croissance modérée.

Ceci est le résultat d'une étude réalisée par deux économistes, Petros Milionis, de l'Université de Groningen et de Tamas Vonyo, de l'Université Bocconi de Milan qui ont estimé les taux de croissance d'un large panel de pays afin d'en extirper l'impact de la reconstruction. Et selon les deux auteurs :

"Les taux de croissance élevés observés durant cette période sont le résultat d'un processus de reconstruction et de réorganisation économique qui a suivi le conflit armé le plus destructeur de l'histoire humaine". 

"Nos résultats démontrent que ce processus de reconstruction a été un moteur important de la croissance au cours des décennies qui ont suivi la guerre, pas seulement en Europe mais globalement, et son impact sur les taux de croissance a duré jusqu'au milieu des années 70."

Ainsi, en traitant les données sur l'ensemble de la période couverte, tout en tenant compte de la disparité des efforts de reconstruction à produire, mais également des divergences démographiques des zones considérées, et ce, pour 73 pays, les deux économistes parviennent à une conclusion claire :

"Cette analyse arrive à la conclusion frappante que la dynamique de reconstruction, à elle seule, a élevé le taux de croissance économique durant les trois décennies qui ont suivi la fin de la deuxième guerre mondiale et ce, avec une magnitude sans précédent à une large échelle. En l'absence du choc induit par la guerre, les taux de croissance auraient été en moyenne inférieurs de 40%, et seulement légèrement supérieurs à ceux qui ont été observés entre les années 1975 à 2000."

Ce qui signifie que les 30 glorieuses doivent tout à la reconstruction et que cette période, par définition, est donc une "anomalie" économique. Toute projection de croissance basée sur les données des 30 glorieuses aura ainsi vocation à se heurter à une autre réalité. Le potentiel de progression du PIB par habitant est voisin de 2%, et non de 4%. Dès lors, la moyenne observée en France entre 1975 et 2000, soit une croissance par habitant de 1.88%, reste sans doute un résultat perfectible pour le pays, mais n'est finalement pas très éloigné de ce potentiel.

Par contre, ce qui pose problème, c'est la suite. Car la croissance moyenne du PIB par habitant entre 2000 et 2014 a été de 0.67%, soit seulement un tiers du potentiel économique du pays. Et si la France doit oublier les 30 glorieuses, comme avait pu l'indiquer Manuel Valls, cela n'est pas une raison pour se satisfaire d'une croissance anémique ayant pour résultat le chômage de masse et la stagnation des salaires. 

Et si l'on souhaite être plus précis, le nouveau millénaire se fracture également en deux phases. D'une part, les années comprises entre 2000 et 2007; ou la moyenne de progression aura été de 1.4%, soit deux tiers du potentiel, et , d'autre part, la période couvrant la grande récession, depuis 2008. Et en l'espèce, cette croissance moyenne par habitant n'a atteint que le chiffre pitoyable de -0.15% sur ces 7 dernières années. Soit un manque à gagner total de 16% de croissance par habitant. 

Croissance par habitant. Moyenne sur 10 ans. France. Source INSEE

Et cette nouvelle configuration de croissance est observable à l'œil nu si l'on considère les moyennes de taux de croissance par habitant sur des périodes de 10 ans . S'il est bien illusoire d'attendre un retour à la croissance magique des années 1945-1975, la période suivante se caractérise quand même par une stabilité relative, proche des 2%, et encore tout à fait atteignable aujourd'hui. 

Parce que l'arrivée de 2008 procède d'un autre phénomène. Il ne s'agit absolument pas d'une suite logique de la lente érosion de croissance qui frappe le pays depuis 40 ans, mais d'un évènement spécifique, momentané, et qui n'a rien d'irréversible. 

Il n'est donc pas question de restaurer les 30 glorieuses, mais de mettre en place une politique permettant au moins un retour à la normale. C’est-à-dire une progression de la croissance, par tête, à un taux annuel de 2%. Et si l'on veut absolument penser aux 30 glorieuses, il est alors possible de considérer que le rattrapage de la croissance perdue depuis 2008 est possible. 

Parce que le pays est en capacité de connaître une croissance plus forte aussi longtemps qu'il n'aura pas rejoint son plein potentiel. Le temps de combler la faille béante qui été provoquée par 2008. Puis, enfin, de revenir à son taux de progression "normal" de 2%. Ce qui passe par la mise en place de politiques économiques coordonnées, aussi bien au niveau national qu'européen. Entre une large relance de la demande par la BCE, sur le modèle américain, et le grand chantier d'une politique de l'offre au niveau national. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

03.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
elvin
- 18/01/2016 - 12:00
rapprochement
Intéressant de rapprocher cet article de celui-ci
http://www.contrepoints.org/2016/01/16/235574-la-vraie-croissance-ne-depasse-jamais-2
En résumé, la croissance "naturelle" d'une économie libre moderne oscille autour de 1.5 à 2 %, et ce en l'absence de toute manipulation monétaire chère à Nicolas Goetzmann, qui peut provisoirement l'accélérer artificiellement, tout en créant les conditions d'une crise inéluctable à terme.
Le croissance peut être plus rapide en situation de rattrapage, par exemple après une guerre. Mais en conclure que la guerre est bénéfique est absurde, puisque la croissance consiste alors seulement à reconstruire ce que la guerre a détruit.
MONEO98
- 18/01/2016 - 10:13
conclusion ?
si mr Goetzmann avait raison vivement la prochaine guerre.-:(
on en revient toujours à la même question qui crée la richesse? l'individu libre de ses choix ou l'Etat cad la fiction qui permet à certains hommes d'imposer aux autres leurs choix pas nécessairement plus pertinents et sauf miracle toujours intéressés.... accessoirement l'Etat peut il distribuer de la richesse avant de l'avoir créé? c'est ce que nos gouvernants ont fait depuis toujours , distribuant de la monnaie de singe quand ils pouvaient dévaluer et aujourd'hui accentuant les déficits puisqu'ils ne peuvent dévaluer.. nationalement....( d'ou les programmes nationalistes en
cours) remarque :on fait des études pour rien...le plein emploi à cause de la reconstruction ? quelle trouvaille.l'étude a t elle noté que la fin du financement des guerres coloniale"s a permis à De Gaulle d'avoir des finances plus saines nonobstant les kolossales" erreurs économiques nationalistes de l'époque afin de ne pas froisser le PC?
La mondialisation causée par l'effondrement rouge a tout changé.Faut s'adapter ou disparaitre... ça suppose déprogrammer les cervelles des français et de leurs dirigeants .
Ganesha
- 18/01/2016 - 07:12
Surpopulation
Mr Goetzmann oublie de citer l'action bénéfique des ''réductions de population'' ! Au Moyen-Age, on avait l'habitude de constater qu'après une bonne épidémie de Peste, qui avait causé la disparition d'une bonne partie des citoyens d'une ville ou d'un pays, les survivants connaissaient ensuite quelques décennies de bonheur et de prospérité ! Mais mr Goetzmann est malhonnête en essayant de nous faire croire que dans une planète en surpopulation, comme aujourd'hui, la ''Croissance'' est possible ! Surtout si des criminelles comme mme Merkel fait exactement le contraire de notre seule chance de nous en sortir !