En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

05.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

06.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 2 heures 59 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 24 min
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 9 heures 34 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 11 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 12 heures 37 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 13 heures 9 sec
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 13 heures 55 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 15 heures 18 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 16 heures 44 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 17 heures 50 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 3 heures 12 min
light > People
Parisian Way of Life
Une plaque a été installée dans un restaurant KFC à Paris après le passage de Kim Kardashian et Kanye West
il y a 7 heures 53 min
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 10 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 12 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 12 heures 45 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 13 heures 21 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 14 heures 59 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 15 heures 46 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 17 heures 14 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 18 heures 6 min
© Pixabay
© Pixabay
Ceux qui n'avaient pas peur de l'escalade

Tensions grandissantes entre l'Iran et l'Arabie saoudite : jusqu'où pourraient aller les jeunes gardes émergentes des deux pays ?

Publié le 04 janvier 2016
Les deux puissances du Moyen-Orient sont désormais ouvertement en conflit diplomatique. Au point que l'Arabie Saoudite a annoncé la rupture des relations avec l'Iran et "le départ des membres de la représentation diplomatique iranienne."
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les deux puissances du Moyen-Orient sont désormais ouvertement en conflit diplomatique. Au point que l'Arabie Saoudite a annoncé la rupture des relations avec l'Iran et "le départ des membres de la représentation diplomatique iranienne."

Atlantico : Les tensions entre Iraniens et Saoudiens ont été réactivées en ce début d'année 2016. Samedi 2 janvier, Riyad a procédé à l’exécution de 47 détenus parmi lesquels se trouvait l'emblématique cheikh chiite Al-Nimr, ce qui a provoqué un tollé parmi les communautés chiites de la région. Dans la soirée de samedi, l'ambassade du Royaume à Téhéran a d'ailleurs été attaqué par des manifestants. La classe politique saoudienne a vécu un profond rajeunissement cette année... Dans quelle mesure cette jeune garde est-elle plus véhémente que l'ancienne contre l'Iran ?

Alexandre Del Valle : La jeune garde que vous évoquez s'avère effectivement plus fougueuse. Cela s'explique notamment par le fait que le printemps arabe et ses conséquences ont exacerbé le conflit entre sunnites et chiite, voire l'ont fait naître là où il n'existait pas.  parmi la jeune garde, on doit bien sûr citer l’actuel "homme fort » d’Arabie saoudite, le prince Mohammad ben Salmane, fils du roi Salmane et ministre de la Défense, puis vice Prince héritier, qui est réputé agressif et qui a embarqué le royaume dans une guerre aux conséquences encore insoupçonnables au Yémen voisin contre les rebelles chiites houtistes et, indirectement contre l’axe chiite pro-iranien.

Auparavant, le roi Abdallah œuvrait beaucoup dans le sens de l'apaisement des tensions entre sunnites et chiites. Aujourd'hui, on voit bien que le roi Salman n'a pas pu enrayer toutes ces tensions, et il est à craindre que parmi la troisième génération des Saoud, dont le prince Mohammed Salmane, si certains s'avèrent paisibles et modérés, d'autres ont le sang beaucoup plus chaud. On ne peut pas exclure une aggravation des tensions. 

En 2003 les Américains renversent un pouvoir sunnite en Irak au bénéfice des chiites pro-iraniens, ce qui ne peut que susciter des remous chez les Saoudiens et les arabes sunnites en général. Deuxièmement le printemps arabe, et notamment sa dérive en guerre civile en Syrie, et ses effets géopolitiques ont amené les Saoudiens à vouloir remplacer le régime des Alaouites, assimilés au camp chiite, par des sunnites. Et comme les alaouites de Syrie et leur régime baathiste contrôlé par Bachar al Assad sont accusés de persécuter leurs minorités sunnites, l'Arabie saoudite soutient les groupes sunnites combattants susceptibles de prendre un jour le pouvoir en Syrie et de mettre fin au pouvoir alaouite. Dans ce contexte de « persécution des sunnites » en Syrie, on a pu effectivement voir croître une nouvelle haine anti-iranienne. D'autant que les Iraniens aident non seulement les Alaouites syriens et les Chiites d’Irak dans cette oppression contre les sunnites, mais aussi le Hezbollah au Liban et les rebelles chiites zaïdites-boutistes au Yémen.

Jadis, avant les révolutions arabes, pour séduire les sunnites, les chiites iranien s'étaient positionnés comme les défenseurs suprêmes de la cause palestinienne (cause arabe par excellence), ceci afin de faire oublier que les Iraniens étaient les ennemis traditionnels des Arabes et que le projet de bombe atomique de Téhéran et l’’extension de la révolution islamique chiite étaient tournés contre les principales puissances sunnites. Beaucoup de gens considéraient alors que l'Iran était le "grand ami des arabes », certains allant jusqu'à se convertir au chiisme par fascination du Hezbollah et de l’Iran champions de la lutte contre le diable israélien. Or ce pouvoir de séduction s’est énormément détérioré depuis 2003 et surtout les révolutions arabes. La fitna, la guerre totale entre chiites et sunnites, est presque partout réactivée.

Côté iranien, Ali Khamenei étant très malade, que dire de la position des jeunes générations au pouvoir à l'égard du royaume sunnite ? 

Le renouvellement de la classe politique iranienne répond à une dynamique similaire : Ali Khamenei est âgé et atteint d’un cancer, et deux possibilités doivent être envisagées. Soit nous verrons dans les prochaines années une relève gouvernante modérée, dans la lignée d'Hassan Rohani ; soit les successeurs seront ceux du guide ou d’autres encore plus durs que lui, notamment envers les sunnites: on peut citer l’ayatollah Mohammad Yazdi, l’ayatollah radical Ahmad Khatami, qui n’a rien à voir avec l’ancien président modéré Khatami, mais qui prononce le prêche du vendredi à la grande mosquée de Téhéran – ce qui le rend très médiatique, ou encore l’ayatollah Ahmad Jannati, ultra-radical, qui préside le Conseil des gardiens de la Constitution.

Quel est selon vous le potentiel d'escalade des tensions entre ces deux puissances ? Quelles formes ce conflit, pour le moment larvé, pourrait-il prendre ?

Contrairement à ce que l'on croit, ces tensions entre Arabie saoudite et Iran se concrétisent d'ores et déjà, et intensément : en Irak, depuis 2003, de façon très radicale avec des heurts et attentats terroristes anti-chiites journaliers puis des persécutions constantes des Sunnites par le pouvoir chiite pro-iranien ; en Syrie, où des milliers de conseillers et combattants iraniens épaulent le régime de Bachar face aux rebelles sunnites aux côtés des de volontaires chiites irakiens, libanais (Hezbollah) et mêmes afghans, face à Daech et aux autres milices sunnites djihadistes et islamistes. Au Yémen, aussi il y a une véritable guerre entre les deux les camps sunnites et chiites, à la fois locale et régionale. Au Liban, de même, la fitna chiites/sunnites s'opère au quotidien et pourrait être intensifiée.

L'augmentation de ces tensions pourrait être une accentuation des conflits par milices interposées, c'est-à-dire la continuité de ce qui existe mais avec un degré supplémentaire. Par exemple, l'Iran pourrait se venger en armant plus les milices chiites radicalisées, en intervenant davantage auprès des rebelles houthis au Yémen  ou en renforçant également leur présence combattante en Syrie. Et ils ne se gêneront pas pour utiliser le Hezbollah pour attaquer les forces sunnites au Liban. 

Du côté sunnite, on pourrait très bien voir l'Arabie saoudite combattre Daech dans certains endroits, notamment sur son territoire et à la frontière jordano-irakienne, tout en appuyant d’autres djihadistes ou même Daech en d'autres endroits là où le combat avec l'Iran ou les forces chiites est le plus primordial. Chacun pourrait donc radicaliser et activer des éléments extrémistes pour lutter contre l'autre.

Lutte contre l'Etat islamique, exacerbation des tensions communautaires... Quelles conséquences cette radicalisation pourrait-elle avoir ?

Il est clair que les Russes misent à fond sur leurs interlocuteurs chiites, même si Moscou n’a jamais cessé de dialoguer avec les Saoudiens et est même très proche de l’Egypte depuis 2013. L'Iran pourrait se rapprocher encore plus de l'OCS, rivale de l'Otan créée par le tandem russo-chinois, ce qui a par ailleurs déjà commencé. L'Iran pourrait aussi être tenté de s'inscrire dans une stratégie de radicalisation, en se rapprochant de la Corée du Nord pour développer un programme nucléaire secret, surtout s'ils voient un front sunnite s'organiser et durer. Car le vrai but de la bombe atomique iranienne était de faire contrepoids aux sunnites plus que contre Israël. Ce scénario est peu probable, car le régime des Mollahs a accepté des accords de renonciation au nucléaire militaire, mais on ne peut l’exclure surtout dans un contexte non improbable de radicalisation extrême entre les axes chiites et sunnites. 

Dans ce cadre de radicalisation, et si c ‘est la tendance la plus anti-occidentale et la plus extrémiste qui prend la succession de Khamenei après la mort de ce dernier, on pourrait assister à un retour du programme nucléaire iranien de manière secrète donc, puis une déstabilisation plus intense des pays sunnites où vivent d’importantes minorités chiites : dans certaines régions en Arabie Saoudite, à Bahreïn, au Qatar, au Koweït, pour tenter d’en faire des Yémen bis. Certes, l'Iran n'est aujourd'hui pas aussi déraisonnable, mais elle pourrait avoir l'intention de faire valoir des revendications territoriales et actionner des minorités rebelles radicales si la fitna chiites/sunnites atteint un point de non-retour. Il n’en demeure pas moins que dans l’état actuel des choses, personne n'a intérêt à pareille radicalisation extrême. Enfin, selon que la guerre Iran/Saoud et Chiites/sunnites s’intensifie ou diminue, la négociation sur la Syrie actuellement en cours en subira les conséquences, car l'Iran demeure un élément indispensable dans toute négociation au sujet de la sortie de crise en Syrie et pour lutter contre l'Etat islamique. Téhéran pourrait faire preuve de bonne ou de mauvaise volonté selon que l’Arabie saoudite et sa coalition de puissances sunnites ait de la retenue ou pas face à l’axe chiite qui est autant visé sinon plus que Daech.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

05.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

06.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 05/01/2016 - 10:24
Arabie Saoudite contre Iran
L'annonce d'un conflit susceptible de bouleverser tout l'Orient (Proche et Moyen càd Arabes contre Perses) ou d'un immense mouvement de rapprochement des musulmans? En tous cas, l'exigence d'un complet bouleversement de nos doctrines diplomatiques Monsieur Fabius pensez vous abandonner vos irréalismes?
ISABLEUE
- 04/01/2016 - 15:28
???
c'est vrai que ces deux grandes démocraties où il fait bon vivre ne doivent pas disparaitre...
oh non !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!