En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
light > Culture
"Vol au-dessus d'un nid de coucou"
Bernard Tapie est contraint de reporter ses engagements au théâtre pour suivre un nouveau traitement
il y a 1 heure 34 min
pépites > Economie
Lourdes conséquences ?
Impact du Coronavirus: la Banque de France devrait réviser à la baisse sa prévision de croissance pour 2020
il y a 2 heures 41 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte évoque la responsabilité d'un hôpital dans la propagation du coronavirus en Italie
il y a 3 heures 46 min
Symbole du Printemps arabe
L'ancien président égyptien Hosni Moubarak est mort à l'âge de 91 ans
il y a 6 heures 10 min
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 7 heures 55 min
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 8 heures 46 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 10 heures 29 min
décryptage > Société
Triste réalité

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

il y a 11 heures 12 min
décryptage > France
Génération Ouin Ouin ?

Fracture sociale française : toutes les fragilités ne se valent pas

il y a 11 heures 47 min
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 22 heures 33 min
pépite vidéo > Media
Lanceur d'alerte
WikiLeaks : où en est l'affaire Julian Assange ?
il y a 2 heures 19 min
pépites > Politique
Détermination
Réforme des retraites : Edouard Philippe indique qu'il prendra ses "responsabilités" sur le recours au 49-3
il y a 3 heures 20 min
light > Culture
Les bons comptes font les bons amis
Les acteurs de la série Friends de retour dans un épisode spécial
il y a 4 heures 6 min
pépites > Economie
Redressement des finances publiques
La Cour des comptes exhorte le gouvernement à accélérer la baisse des dépenses
il y a 6 heures 36 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 8 heures 25 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 9 heures 57 min
décryptage > Environnement
Oscillation Arctique

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

il y a 10 heures 43 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Coronavirus : un risque de pandémie provoque une panique boursière, menace l’économie mondiale de blocage et fragilise le régime chinois

il y a 11 heures 33 min
décryptage > Santé
Inquiétudes

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

il y a 12 heures 1 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 23 heures 29 min
© Reuters
Manuel Valls est devenu l'homme à abattre pour certains parce qu'il violente les valeurs de la gauche, les grands principes auxquels beaucoup comme Pierre Joxe sont très attachés.
© Reuters
Manuel Valls est devenu l'homme à abattre pour certains parce qu'il violente les valeurs de la gauche, les grands principes auxquels beaucoup comme Pierre Joxe sont très attachés.
Agitation d'avant noyade

Quand la frénésie de coups de menton de Manuel Valls l'expose à des retours de flamme de plus en plus dangereux

Publié le 01 janvier 2016
Attaqué alors qu'il assure le service après vente du texte sur la déchéance de nationalité, vivement critiqué après ses propos sur la Corse, montrer du doigt par Ségolène Royal, le premier ministre est la cible de son propre camps. Une mauvaise passe qui ne devrait pas lui coûter Matignon.
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Attaqué alors qu'il assure le service après vente du texte sur la déchéance de nationalité, vivement critiqué après ses propos sur la Corse, montrer du doigt par Ségolène Royal, le premier ministre est la cible de son propre camps. Une mauvaise passe qui ne devrait pas lui coûter Matignon.

Atlantico : Manuel Valls a été très critiqué à la suite de ses violents propos sur la Corse, il l'a aussi été par Pierre Joxe à propos de la déchéance de nationalité. Pourquoi est-il devenu l'homme à abattre?

Christelle Bertand : Il n'est pas devenu l'homme à abattre pour tout le monde car nombre d'élus socialistes pensent encore qu'il est peut-être en train d'offrir une chance au PS de rester au pouvoir. En effet, les Français ont majoritairement approuvé l'action du gouvernement après les attentats du 26 novembre, 91% d'entre eux approuvent la prolongation de l'Etat d'urgence et 95% la déchéance de nationalité. Manuel Valls est devenu l'homme à abattre pour certains parce qu'il violente les valeurs de la gauche, les grands principes auxquels beaucoup comme Pierre Joxe sont très attachés. Dans Médiapart, l'ancien ministre de la Défense n'y va pas de main morte lorsqu'il parle d'un " Premier ministre feignant d’ignorer que, bien au contraire, c’est en oubliant leurs valeurs que de vieux socialistes « égarés » ont jadis déconsidéré la gauche, détruit pour dix ans leur Parti et abattu la IVe République". Une partie des élus de la gauche de la gauche sont, comme lui, très remontés. C'est le cas de Benoît Hamon, figure de l'aile gauche du PS, qui a estimé que « ce qui distingue Bertrand, Estrosi et Valls ne tient qu'à des nuances ». De plus, il est plus facile de taper sur Manuel Valls que sur François Hollande d'autant que l'émotion post attentats est aujourd'hui un peu retombée.

En revanche dans l'affaire Corse les choses sont bien différentes. Ce que dit Manuel Valls fait écho à toute une pensée de gauche républicaine profondément jacobine c’est-à-dire attachée à l'unité du pays et à ses contours. Ce sont d'ailleurs les élus nationalistes qui, cette fois, ont conspué Manuel Valls alors que le Premier ministre a été soutenu par Jean-Pierre Chevènement qui a affirmé: "Quand on est républicain, on ne l'est pas à moitié, on doit combattre le FN comme les nationalistes." Une déclaration qui n'a pas du déplaire au locataire de Matignon. Sur la Corse, ce que les socialistes ont reproché à Manuel Valls c'est le ton employé. Un proche de l'Elysée expliquait hier: " Pourquoi provoquer ? Les Corses, ça se manie avec précaution. Il faut savoir leur parler, flatter leur histoire… ». Bernard Cazeneuve a même dû inviter chacun, lors de sa visite en Corse, au "respect des adversaires politiques auxquels il est toujours légitime de s’opposer, mais qu’il n’est jamais utile de blesser". Car si Manuel Valls n'est pas vraiment devenu l'homme à abattre, pour les hollandais il est devenu l'homme à affaiblir. Les proches du Président ne voudraient pas, en effet, le voir prendre trop de liberté à moins d'un an du début de la campagne présidentielle.

Cette volonté de le contenir, explique-t-elle une certaine nervosité de la part du Premier ministre?

Evidemment. Durant toute la séquence qui a suivi les attentats de novembre, Manuel Valls a piaffé d'impatience. Alors qu'en janvier il avait brillé lors de son discours à l'Assemblée nationale, cette fois c'est François Hollande que l'on a vu et entendu, lui qui était aux commandes. Le Congrès a remplacé l'Assemblée et Manuel Valls s'est trouvé cantonné à un rôle subalterne. Son entourage a bien tenté d'expliquer, dans les salons parisiens, que le Premier ministre avait dû pousser François Hollande, tétanisé par la gravité des évènements, à agir fortement. A les entendre l'état d'urgence c'est lui, la réforme constitutionnelle aussi tout comme la déchéance de nationalisé. On voit bien que la lutte entre les deux têtes de l'exécutif devient plus intense 2017 approchant. Mais s'ils tentent de se neutraliser, ils ont aussi besoin l'un de l'autre. Hollande ne peut se permettre d'avoir un Premier ministre qui s'égare car il sera le premier à en payer les pots cassé et Valls ne peut apparaitre comme l'artisan de l'échec de Hollande car la gauche entière le lui reprocherait. Leurs destins sont liés, ils ne peuvent que se marquer à la culotte, rien de plus.

Les tensions avec Ségolène Royal, qui accuse le Premier ministre d'avoir donné l'ordre de poursuivre le déversement des boues rouges dans le parc national des Calanques, sont-elles aussi à mettre sur le compte de cette atmosphère tendue avec le chef de l'Etat?

Ca n'est pas impossible car Ségolène Royal prend toujours fait et cause pour François Hollande. Certes les relations entre le Premier ministre et la ministre de l'environnement n'ont jamais été simples. Durant la campagne présidentielle, Manuel Valls était très proche de Valérie Trierweiler ce que Ségolène Royal a mis longtemps à lui pardonner. Puis ils se sont opposés lorsque Ségolène Royal a imaginé rendre les autoroutes gratuites le week-end, Manuels Valls affirmant que c'était «une éventualité qu'il ne (fallait) pas envisager». Sur Sivens ensuite, le Premier ministre étant favorable au barrage alors que Ségolène Royal y était opposé. Mais leur plus gros différent a porté sur le chantier de  Notre Dame des Landes autorisé par Valls à l'insu de la ministre de l'environnement qui était furieuse. Il y a donc un historique. Mais Ségolène Royal a rarement attaqué aussi directement qu'aujourd'hui. Il faut dire qu'il est plus facile de s'opposer à un Manuel Valls affaibli, sachant que cette opposition peut servir le chef de l'Etat envers qui Ségolène Royal a toujours été loyal. Elle ne cache pas vouloir être l'un des artisans de sa victoire en 2017.

Cette omniprésence est-elle de nature à lui permettre d'exister alors que François Hollande tente de l'étouffer?

Pour l'instant, l'exercice n'est pas franchement réussi ni sur la déchéance de nationalité ni sur la Corse. Sur la déchéance même si la décision a été, au finale, prise par François Hollande et défendue par lui dans son discours lors du Congrès, c'est Manuel Valls qui est attaqué par les socialistes qui ne veulent pas s'en prendre frontalement à leur futur candidat à la présentielle. De plus, le Premier Ministre, qui n'a fait preuve d'aucune diplomatie, a tendu le bâton pour se faire battre comme s'il cherchait une rupture avec la gauche du PS. Il faut dire que François Hollande, en demandant à son premier ministre d'assurer le service après-vente du projet sur la déchéance de nationalité alors que l'émotion post attentat est retombée ne lui a pas offert le meilleur rôle qui soit. Les évènements Corses auraient pu lui permettre de rebondir mais c'est encore raté car le ton n'y est pas. Décidément, Manuel Valls traverse un bien mauvaise passe.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
borissm
- 03/01/2016 - 16:22
@goethe379
Eux aussi viendront comme touristes, avec des passeports et des visas. Et ils vivront dans leur pays indépendant avec leurs propres impôts. On voit ça d'ici.
goethe379
- 01/01/2016 - 17:42
Dire les choses
En l'occurrence, les propos de Valls concernant la Corse étaient justifiés. On ne saurait accepter dans l'hemicycle corse une autre langue que le français. Quand au statut de résident, c'est encore plus scandaleux. Que les corses aillent au bout de leur logique et votent l'indépendance. On ira comme touriste et cela coûtera moins cher au budget de la France.
Septentrionale
- 01/01/2016 - 14:35
Pauvre petit Franquito
La Führer-à-fleur-de-peau au regard de fou n'a rien pour séduire. Et heureusement. Un Type capable de faire gazer des mamans à poussette.