En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

07.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 9 min 14 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 50 min 12 sec
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 2 heures 13 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 2 heures 34 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 3 heures 6 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 3 heures 19 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 3 heures 48 min
décryptage > Politique
LREM

Islamisme : Emmanuel Macron peut-il faire changer la peur de camp sans changer... sa majorité ?

il y a 4 heures 23 min
décryptage > Santé
Armes contre le virus

Plaidoyer pour une régulation de la lutte contre la Covid-19

il y a 5 heures 16 min
décryptage > France
Professeur décapité

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

il y a 5 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 34 min 46 sec
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 1 heure 33 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 2 heures 17 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 2 heures 48 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 3 heures 13 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 3 heures 48 min
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 4 heures 10 min
pépites > Terrorisme
Hommage
Samuel Paty recevra la Légion d'honneur posthume et sera fait Commandeur des palmes académiques annonce le ministre de l'Education
il y a 4 heures 53 min
décryptage > France
Lutter sans renier ses principes

La démocratie face au piège du traitement de ses ennemis (islamistes) : petites munitions intellectuelles pour résister aux sophistes

il y a 5 heures 35 min
décryptage > France
Ecœurant

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

il y a 5 heures 49 min
© Reuters
Manuel Valls est devenu l'homme à abattre pour certains parce qu'il violente les valeurs de la gauche, les grands principes auxquels beaucoup comme Pierre Joxe sont très attachés.
© Reuters
Manuel Valls est devenu l'homme à abattre pour certains parce qu'il violente les valeurs de la gauche, les grands principes auxquels beaucoup comme Pierre Joxe sont très attachés.
Agitation d'avant noyade

Quand la frénésie de coups de menton de Manuel Valls l'expose à des retours de flamme de plus en plus dangereux

Publié le 01 janvier 2016
Attaqué alors qu'il assure le service après vente du texte sur la déchéance de nationalité, vivement critiqué après ses propos sur la Corse, montrer du doigt par Ségolène Royal, le premier ministre est la cible de son propre camps. Une mauvaise passe qui ne devrait pas lui coûter Matignon.
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Attaqué alors qu'il assure le service après vente du texte sur la déchéance de nationalité, vivement critiqué après ses propos sur la Corse, montrer du doigt par Ségolène Royal, le premier ministre est la cible de son propre camps. Une mauvaise passe qui ne devrait pas lui coûter Matignon.

Atlantico : Manuel Valls a été très critiqué à la suite de ses violents propos sur la Corse, il l'a aussi été par Pierre Joxe à propos de la déchéance de nationalité. Pourquoi est-il devenu l'homme à abattre?

Christelle Bertand : Il n'est pas devenu l'homme à abattre pour tout le monde car nombre d'élus socialistes pensent encore qu'il est peut-être en train d'offrir une chance au PS de rester au pouvoir. En effet, les Français ont majoritairement approuvé l'action du gouvernement après les attentats du 26 novembre, 91% d'entre eux approuvent la prolongation de l'Etat d'urgence et 95% la déchéance de nationalité. Manuel Valls est devenu l'homme à abattre pour certains parce qu'il violente les valeurs de la gauche, les grands principes auxquels beaucoup comme Pierre Joxe sont très attachés. Dans Médiapart, l'ancien ministre de la Défense n'y va pas de main morte lorsqu'il parle d'un " Premier ministre feignant d’ignorer que, bien au contraire, c’est en oubliant leurs valeurs que de vieux socialistes « égarés » ont jadis déconsidéré la gauche, détruit pour dix ans leur Parti et abattu la IVe République". Une partie des élus de la gauche de la gauche sont, comme lui, très remontés. C'est le cas de Benoît Hamon, figure de l'aile gauche du PS, qui a estimé que « ce qui distingue Bertrand, Estrosi et Valls ne tient qu'à des nuances ». De plus, il est plus facile de taper sur Manuel Valls que sur François Hollande d'autant que l'émotion post attentats est aujourd'hui un peu retombée.

En revanche dans l'affaire Corse les choses sont bien différentes. Ce que dit Manuel Valls fait écho à toute une pensée de gauche républicaine profondément jacobine c’est-à-dire attachée à l'unité du pays et à ses contours. Ce sont d'ailleurs les élus nationalistes qui, cette fois, ont conspué Manuel Valls alors que le Premier ministre a été soutenu par Jean-Pierre Chevènement qui a affirmé: "Quand on est républicain, on ne l'est pas à moitié, on doit combattre le FN comme les nationalistes." Une déclaration qui n'a pas du déplaire au locataire de Matignon. Sur la Corse, ce que les socialistes ont reproché à Manuel Valls c'est le ton employé. Un proche de l'Elysée expliquait hier: " Pourquoi provoquer ? Les Corses, ça se manie avec précaution. Il faut savoir leur parler, flatter leur histoire… ». Bernard Cazeneuve a même dû inviter chacun, lors de sa visite en Corse, au "respect des adversaires politiques auxquels il est toujours légitime de s’opposer, mais qu’il n’est jamais utile de blesser". Car si Manuel Valls n'est pas vraiment devenu l'homme à abattre, pour les hollandais il est devenu l'homme à affaiblir. Les proches du Président ne voudraient pas, en effet, le voir prendre trop de liberté à moins d'un an du début de la campagne présidentielle.

Cette volonté de le contenir, explique-t-elle une certaine nervosité de la part du Premier ministre?

Evidemment. Durant toute la séquence qui a suivi les attentats de novembre, Manuel Valls a piaffé d'impatience. Alors qu'en janvier il avait brillé lors de son discours à l'Assemblée nationale, cette fois c'est François Hollande que l'on a vu et entendu, lui qui était aux commandes. Le Congrès a remplacé l'Assemblée et Manuel Valls s'est trouvé cantonné à un rôle subalterne. Son entourage a bien tenté d'expliquer, dans les salons parisiens, que le Premier ministre avait dû pousser François Hollande, tétanisé par la gravité des évènements, à agir fortement. A les entendre l'état d'urgence c'est lui, la réforme constitutionnelle aussi tout comme la déchéance de nationalisé. On voit bien que la lutte entre les deux têtes de l'exécutif devient plus intense 2017 approchant. Mais s'ils tentent de se neutraliser, ils ont aussi besoin l'un de l'autre. Hollande ne peut se permettre d'avoir un Premier ministre qui s'égare car il sera le premier à en payer les pots cassé et Valls ne peut apparaitre comme l'artisan de l'échec de Hollande car la gauche entière le lui reprocherait. Leurs destins sont liés, ils ne peuvent que se marquer à la culotte, rien de plus.

Les tensions avec Ségolène Royal, qui accuse le Premier ministre d'avoir donné l'ordre de poursuivre le déversement des boues rouges dans le parc national des Calanques, sont-elles aussi à mettre sur le compte de cette atmosphère tendue avec le chef de l'Etat?

Ca n'est pas impossible car Ségolène Royal prend toujours fait et cause pour François Hollande. Certes les relations entre le Premier ministre et la ministre de l'environnement n'ont jamais été simples. Durant la campagne présidentielle, Manuel Valls était très proche de Valérie Trierweiler ce que Ségolène Royal a mis longtemps à lui pardonner. Puis ils se sont opposés lorsque Ségolène Royal a imaginé rendre les autoroutes gratuites le week-end, Manuels Valls affirmant que c'était «une éventualité qu'il ne (fallait) pas envisager». Sur Sivens ensuite, le Premier ministre étant favorable au barrage alors que Ségolène Royal y était opposé. Mais leur plus gros différent a porté sur le chantier de  Notre Dame des Landes autorisé par Valls à l'insu de la ministre de l'environnement qui était furieuse. Il y a donc un historique. Mais Ségolène Royal a rarement attaqué aussi directement qu'aujourd'hui. Il faut dire qu'il est plus facile de s'opposer à un Manuel Valls affaibli, sachant que cette opposition peut servir le chef de l'Etat envers qui Ségolène Royal a toujours été loyal. Elle ne cache pas vouloir être l'un des artisans de sa victoire en 2017.

Cette omniprésence est-elle de nature à lui permettre d'exister alors que François Hollande tente de l'étouffer?

Pour l'instant, l'exercice n'est pas franchement réussi ni sur la déchéance de nationalité ni sur la Corse. Sur la déchéance même si la décision a été, au finale, prise par François Hollande et défendue par lui dans son discours lors du Congrès, c'est Manuel Valls qui est attaqué par les socialistes qui ne veulent pas s'en prendre frontalement à leur futur candidat à la présentielle. De plus, le Premier Ministre, qui n'a fait preuve d'aucune diplomatie, a tendu le bâton pour se faire battre comme s'il cherchait une rupture avec la gauche du PS. Il faut dire que François Hollande, en demandant à son premier ministre d'assurer le service après-vente du projet sur la déchéance de nationalité alors que l'émotion post attentat est retombée ne lui a pas offert le meilleur rôle qui soit. Les évènements Corses auraient pu lui permettre de rebondir mais c'est encore raté car le ton n'y est pas. Décidément, Manuel Valls traverse un bien mauvaise passe.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
borissm
- 03/01/2016 - 16:22
@goethe379
Eux aussi viendront comme touristes, avec des passeports et des visas. Et ils vivront dans leur pays indépendant avec leurs propres impôts. On voit ça d'ici.
goethe379
- 01/01/2016 - 17:42
Dire les choses
En l'occurrence, les propos de Valls concernant la Corse étaient justifiés. On ne saurait accepter dans l'hemicycle corse une autre langue que le français. Quand au statut de résident, c'est encore plus scandaleux. Que les corses aillent au bout de leur logique et votent l'indépendance. On ira comme touriste et cela coûtera moins cher au budget de la France.
Occidentale
- 01/01/2016 - 14:35
Pauvre petit Franquito
La Führer-à-fleur-de-peau au regard de fou n'a rien pour séduire. Et heureusement. Un Type capable de faire gazer des mamans à poussette.