En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

03.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

04.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

05.

LR : le tigre de papier

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
A torts ou à raison ?
Violences policières : Sibeth Ndiaye défend les forces de l'ordre
il y a 5 heures 43 min
pépites > Politique
"10, 9, 8... boum"
Donald Trump raconte l'élimination du général Qassem Soleimani par les forces américaines
il y a 8 heures 9 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Proxima Centauri c : y a-t-il une superterre à 4,2 années-lumière du Soleil ? ; Bételgeuse : sa baisse de luminosité décryptée par Sylvie Vauclair
il y a 12 heures 5 min
décryptage > International
Fiche de lecture

Goliath : le livre choc sur la manière dont les citoyens occidentaux ont organisé la dangereuse impuissance des démocraties (et la surpuissance des géants du web)

il y a 13 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Daniel Pennac, rêveur sacré

il y a 13 heures 34 min
décryptage > International
Disparition passée inaperçue

Avec la mort du sultan d'Oman, quel avenir pour la diplomatie conciliatrice au Moyen-Orient ?

il y a 13 heures 35 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Attentat de Charlie Hebdo, entraves à la laïcité : vers le rétablissement du délit de blasphème ?

il y a 13 heures 37 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Comment le dieu social s’est installé dans l’inconscient des musulmans

il y a 13 heures 38 min
décryptage > Religion
Au nom de l'islam

Malik Bezouh : « Le fondamentalisme musulman ne sera pas défait à coups de proclamation de morale creuses »

il y a 13 heures 57 min
décryptage > Economie
Une bromance

Ce que “l’amitié” entre Donald Trump et Bernard Arnault révèle de la manière dont l’Europe a échappé au pire de la guerre commerciale. Sans que rien ne soit gagné...

il y a 14 heures 37 min
light > Politique
Une nouvelle vie
Royaume-Uni : le prince Harry et son épouse Meghan Markle renoncent à leur titre d'altesse royale
il y a 7 heures 14 min
pépites > Politique
Numéro 1
Municipales 2020, Paris : Anne Hidalgo prend la première place
il y a 10 heures 39 min
décryptage > Tribunes
De nouveaux enjeux

Les étranges voeux d’Emmanuel Macron pour l’environnement en 2020

il y a 12 heures 48 min
décryptage > Economie
Un constructeur qui tient la route

Baisse des ventes mondiales d’automobiles : comment Renault est parvenu à limiter la casse même sans Carlos Ghosn

il y a 13 heures 33 min
décryptage > Politique
On a besoin de lui !

M'jid el Guerrab (plus connu sous le sobriquet de "l'homme au casque") va-t-il reprendre du service auprès de Ségolène Royal ?

il y a 13 heures 34 min
décryptage > International
Contre-intuitif

Pourquoi, contrairement aux apparences, l'Iran a gagné face aux Etats-Unis

il y a 13 heures 36 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Système de santé en France : les dérives de la gestion administrative et du manque d’engagement et de courage du pouvoir politique

il y a 13 heures 37 min
décryptage > Social
Bonnes feuilles

Paris brûle-t-il ? : les Gilets jaunes face au "mépris" d’Emmanuel Macron

il y a 13 heures 38 min
décryptage > Politique
Etre pris la main dans le sac

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

il y a 14 heures 19 min
décryptage > Politique
La factrice sonne toujours deux fois

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

il y a 15 heures 2 min
L'Edito de Jean-Marc Sylvestre

Et pendant ce temps-là, la dette de la France atteignait les 2200 milliards d’euros : pourquoi le système ne devrait plus résister longtemps

Publié le 23 décembre 2015
L’Insee publie le chiffre de la dette de la France en 2015 : 2.200 milliards d’euros soit 33.000 euros par Français.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’Insee publie le chiffre de la dette de la France en 2015 : 2.200 milliards d’euros soit 33.000 euros par Français.

L'Institut nationale de la statistique dévoile ce mercredi, la situation de l’endettement de la France à la fin du 3e trimestre. Cette dette dépasse déjà largement les 2.000 milliards d’euros. A la fin de l’année on devrait donc toucher les 2.200 milliards d’euros mais ce chiffre risque fort de passer inaperçu.

Objectivement, c’est un très mauvais indicateur. Le chiffre est pharaonique puisqu’il approche le montant du PIB annuel, c’est-à-dire le total de richesses créées par tous les Français. Fin juin, l’endettement officiel représentait déjà 97,6% du PIB. Tout le monde guette le passage à 100%, qui voudrait dire que la dette s’accroit plus vite que la richesse créée.

Les services de Bercy distillent une petite musique qui se veut rassurante en expliquant que la saisonnalité des impôts fait que la France a moins besoin de s’endetter pendant les derniers mois de l’année parce que c’est à cette époque que l’Etat récolte les impôts. C’est vrai , mais…

Mais ce qui est vrai aussi, c’est que le chiffre de la dette n’a jamais inquiété les dirigeants politiques. Du coup l’opinion ne s’en préoccupe pas. Nous sommes traumatisés par un endettement personnel, (à juste titre), mais indiffèrent à l’endettement collectif. Pour trois raisons qui sont complètement erronées.

Une première raison quasi culturelle. Les Français, comme beaucoup d’occidentaux, ont été nourris au Keynésianisme pendant plus de 50 ans. Et le Keynésianisme c’est  quoi ? C’est le financement volontariste par crédit de la machine économique. Keynes était le meilleur propagandiste de cette drogue. Emprunter aujourd’hui pour fabriquer de la croissance et rembourser après, avec les fruits de la croissance.

Très bien, sauf que l’endettement public qui a franchi les limites du surendettement ne relance plus les machines économiques. On a beau s’endetter, encore et toujours, creuser les déficits, relancer la demande, que la croissance ne revient pas. Il y a donc forcément un bug dans ce logiciel Keynésien que beaucoup voudrait réutiliser. Pourtant, tout le monde fait comme si la dette n’était pas si terrible. Après tout, cela marchait bien autrefois ! Aujourd'hui, l’écosystème n’est plus compatible avec les concepts de Keynes. La mondialisation, la concurrence internationale et la révolution technologique ont façonné un tout autre environnement.

Une deuxième raison plus strictement comptable. A partir du moment où la dette globale ne dépasse pas le montant des actifs nets, on peut, ne pas s’inquiéter. Et c’est vrai que le montant de la dette de la France ne dépasse pas la valeur patrimoniale de la France, aux environs de 12.000 milliards si on compte les seuls actifs immobiliers.

Rapportée à la population française, la dette publique représente 33.000 euros par habitant. Mais aucun Français ne pense qu'il aura à rembourser cette somme. C’est vrai. Les banquiers ne viendront pas sonner à la porte des Français surendettés. N’empêche que le poids excessif de cette dette empêche le système économique de fabriquer de la croissance.

Donc, tout le monde paie le surendettement sans en avoir conscience : les impôts sont trop lourds, les emplois trop rares et le pouvoir d’achat est hypothéqué. Pour cette raison, les Français pensent que la France ne pourrait pas être en faillite. Quelle erreur, la mise en faillite précède souvent la liquidation et la liquidation précipitée ne permet pas de retrouver la valeur que l'on espère. La Grèce est obligée de vendre beaucoup d’actifs pour faire ses échéances, il n’est pas certains qu'elle les liquide aux meilleurs conditions. La liquidation n’épargne pas les Etats : l’Argentine, le Mexique, les anciens pays de l’Est et plus récemment la Grèce.

Une troisième raison conjoncturelle : la BCE fait tous les jours des miracles. La France, en dépit de son passif, trouve des financements pas chers et des garanties. Les financements pas chers sont apportés par la BCE. Ces mauvais chiffres ne vont pas affoler les marchés. Les prêteurs d’argent ne nous font pas payer plus cher. Le programme de rachats d’actifs par la BCE maintient les taux très bas. Cette semaine, la France a emprunté à 0,85% sur dix ans.

Les marchés monétaires, pour la France, c’est le père noël tous les jours. Cette situation a un avantage formidable, elle permet au gouvernement de ne faire aucun effort pour emprunter moins. Le gouvernement serait même capable de nous expliquer à la toute fin de cette année que la charge financière annuelle du pays s’est beaucoup allégée en dépit d'un accroissement des stocks de dettes.

Il y a une quatrième raison très cynique qui encourage les dirigeants à ne faire aucun effort pour réduire la pression. Ils pensent que cette dette pourra ne jamais être remboursée. Elle pourrait être  transformée en dette perpétuelle. On pourrait faire "rouler la dette" année après année.

Techniquement c’est possible mais politiquement c’est plus gênant. La dette des uns est financée par l’épargne des autres. Il arrive un moment où le pays endetté est complètement soumis au pouvoir de celui qui finance. Ça peut devenir insupportable. Le sur-pouvoir de l’Allemagne aujourd'hui en Europe est devenu, à beaucoup de peuples, insupportable.

Cette situation globale pour la France est complètement artificielle parce que les taux peuvent se renverser. Le système de garantie que nous offre l’appartenance à l’euro et la cohabitation cordiale  avec l’Allemagne pourrait finir par craquer. Le gouvernement et la plupart des dirigeants politiques se complaisent dans une illusion d’optique. Ils pensent qu’un pays aussi puissant que la France ne peut pas être mis en faillite. Ils se trompent.

Ils pensent que le pays est suffisamment riche pour faire face à ses échéances. Ils se trompent. L’économie française ne génère pas de richesse, n’a pas de compétitivité et vit très largement au-dessus de ses moyens. Les déficits sont toujours aussi abyssaux.

Enfin, le gouvernement et les dirigeants politiques de droite comme de gauche pensent que la solidarité européenne jouera toujours. Ils se trompent. En 2016, l’agence France Trésor, l’administration qui à Bercy gère la dette, prévoit que la France devra encore emprunter 190 Milliards d’euros pour financer le remboursement de vieilles dettes et surtout le déficit de fonctionnement du pays soit 75 milliards d’euros. La dette gonfle et tout le monde s'en fou.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 09/09/2016 - 18:16
Dette France: 2200 Milliards soit 33000 Euros par foyer!!!!!!
n'importe quel foyer profiterait d'avoir un surplus de recette (qui est, en réalité, un déficit moins fort que prévu) pour rembourser sa dette, mais non! Ce ministre aux yeux en trou de pine fait de l'électoralisme pour hypothéquer un peu plus l'avenir des Français...minable!
Mike Desmots
- 25/12/2015 - 11:36
Au final après avoir pendant 30 ans effacé la dette de l'Afrique
Nous recevons maintenant leurs migrants ...donc , nous payons 2 fois....! Voilà... ce qui arrive quand l'on décolonise des pays trop tôt et trop vite....
MONEO98
- 24/12/2015 - 19:54
qu'est ce qui a fonctionné depuis 30ans ?
Tout a été fait à crédit par une fuite en avant continue ...aujourd'hui ça va accélérer nous faisons de plus en plus la guerre sans en avoir les moyens et nous allons avoir encore plus de migrants sans qu aucune solution réelle ne soit envisagée au niveau européen pour stopper l'invasion, ce qui pose déjà un problème majeur avec l'Allemagne ;A ce rythme là l'Europe va exploser
sans les affaires du moyen orient c'était déjà depuis 1974 la colonisation inversée là c'est l'effondrement de l'empire Romain... combien de temps ?? c'est juste la bonne question