En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

07.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 15 heures 17 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 16 heures 26 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 17 heures 25 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 19 heures 57 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 20 heures 36 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 21 heures 46 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 22 heures 6 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 22 heures 24 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 22 heures 31 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 22 heures 51 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 16 heures 6 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 17 heures 5 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 17 heures 45 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 20 heures 9 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 21 heures 23 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 21 heures 57 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 22 heures 14 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 22 heures 26 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 22 heures 41 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 23 heures 2 min
© Reuters
Le Premier ministre ne s’est pas exprimé au soir du premier tour des élections.
© Reuters
Le Premier ministre ne s’est pas exprimé au soir du premier tour des élections.
L'Edito de Jean-Marc Sylvestre

Pourquoi François Hollande a-t-il empêché Manuel Valls de s’exprimer le soir du premier tour des régionales ?

Publié le 07 décembre 2015
C’est la première fois que le Premier ministre ne s’exprime pas au soir du premier tour des élections, alors même qu’il conduit la campagne sans ménagement.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C’est la première fois que le Premier ministre ne s’exprime pas au soir du premier tour des élections, alors même qu’il conduit la campagne sans ménagement.

François Hollande a défini personnellement la communication des cadres du Parti socialiste, de toutes les têtes de liste et des deux membres du gouvernement autorisés à venir sur les plateaux de télévision, ou à s’exprimer en duplex de leur bureau, Stéphane le Foll et Bernard Cazeneuve.

Tous les éléments de langages, toutes les stratégies de second tour ont donc été définis à l’Elysée. Et pour couronner le tout,  fait sans précèdent, le Premier ministre Manuel Valls, qui s’était pourtant activé comme un beau diable, n’a pas été autorisé à prendre la parole dans la soirée électorale. Du coup, la spéculation allait bon train toute la nuit dans les états-majors des partis politiques, dans les grandes entreprises, y compris au Medef, qui était très préoccupé par le tremblement de terre annoncé dans les régions.

Pourquoi ce silence imposé à celui qui n’a jamais hésité à affronter la réalité et ses adversaires politiques ? A priori, deux hypothèses circulaient dans le monde politique hier soir. Ou bien, le président de la République a voulu protéger son Premier ministre en lui évitant de se retrouver au cœur de la bagarre alors que l’échec est patent et que l’avenir n’est pas écrit. Ou bien, le Président a voulu empêcher son Premier ministre, dans lequel il a assez peu confiance, de prendre date et de se défendre dans le cas où il servirait de fusible.

Ceux qui connaissent bien le président de la République, notamment parmi les chefs d’entreprise qui le visitent périodiquement à sa demande,  ont une autre version beaucoup plus cynique.

Ils rappellent que François Hollande ne réagît jamais à chaud aux évènements politiques, il attend qu’ils  germent pour donner une situation qu'il récupèrera après coup. La vague d’attentats l’a obligé à prendre des décisions, mais le rôle était facile à tenir. Il n’avait pas le choix.

La guerre contre Daech, c’est une partie d’échec. La vie politique intérieure, relève plus du jeu de go. C’est très diffèrent. Et à ce jeu, il y a des lignes de force. Avec une stratégie, à l’Elysée, on en a repérer quatre.

La première, c’est de reconnaitre en privé que la majorité présidentielle a échoué gravement. Le Parti socialiste a reculé partout, mais les alliés du PS, le Front de gauche et les écologistes ont pratiquement disparu. Pour le président de la République, ça n’est pas forcément une mauvaise nouvelle. Les frondeurs n’ont pas d’assise électorale.

La deuxième évidence, c’est que le Front national avance à grands pas. Parce que la droite ne répond pas à la demande politique qui s’exprime, parce que la situation générale est extrêmement dangereuse et que les Français ont peur du terrorisme, de l’immigration, de l’euro, de l’Europe et surtout du chômage et de la misère. On est convaincu à l’Elysée que la majorité de gauche a perdu faute de résultats. 

La troisième ligne de force est là encore une évidence. Il n y a pas d’offre politique alternative. La droite n’a rien de très cohérent en stock à offrir à l’opinion comme programme de redressement économique. Quant au programme du Front national, il serait très difficilement applicable. Les mesures qui reviennent à tourner le dos à la mondialisation, à l’Europe, à l’euro, à la compétitivité, porterait un tel bouleversement qu'elles seraient refusées ou refoulées par tous les acteurs du monde économique, par les chefs d’entreprise comme par les salariés.

La quatrième ligne de force, dessinée de concert par le Président et ses visiteurs du soir, passe par une politique de compétitivité que la gouvernance a essayé de mettre en œuvre depuis deux petites années mais n’a jamais réussi à l’accomplir complètement. On ne peut pas dire que Manuel Valls ait eu les coudées franches au sein de la majorité présidentielle. On ne peut pas dire qu’Emmanuel Macron a réussi à faire appliquer ce qu’il a annoncé. Une fois les élections régionales passées, on peut penser que le Président n’aura plus rien à perdre.

L’état d’urgence, avec la mise en place d’une panoplie de moyens très sécuritaires, lui a plutôt bien réussi. Il pourrait pour 2016, déclarer un état d’urgence sur le front de la guerre économique et de l’emploi. Politiquement, ceux qui à gauche pourraient l’en empêcher, ont disparu.

Dans ce cas-là, il a besoin de deux hommes clés : Manuel Valls, le Premier ministre, et Emmanuel Macron, le ministre de l'Economie, pour débloquer le système économique français un peu comme l’avait fait Mario Monti en Italie au cours des six premiers mois de son mandat. Mario Monti est resté le chef du gouvernement entre novembre 2013 et avril 2014 et il n’a pas été élu. Mais les deux  présidents du Conseil qui lui ont succédé, Enrico Lettra et aujourd'hui Mateo Renzi  ont repris son programme de réforme.

Ces plans de réformes portent sur la dérégulation de l’économie, la mise en concurrence des secteurs protégés, les privatisations, ou plutôt le désengagement de l’Etat, la baisse des dépenses publiques et le recul de la pression fiscale.

La France est aujourd'hui le pays de la zone euro où le chômage est le plus important et où l'activité économique est la plus molle, avec une croissance qui s’avère être la plus faible de toutes la zone euro. Et des déficits de fonctionnement qui sont les plus lourds. La France vit à crédit grâce aux taux d’intérêt très bas de la BCE et grâce aux hypothèques que lui apporte l’Allemagne en contrepartie d’un parapluie militaire.

Pour faire la guerre économique, le président de la République a besoin d’avoir de managers. Manuel Valls et Emmanuel Macron seront normalement mobilisés.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
joke ka
- 08/12/2015 - 16:31
Valls
Valls se sent il si supérieur pour donner des leçons à tout le monde même à Sarko ou bien prend t il les français pour des imbéciles pour leur dicter ce qu'il faut voter !!!!
les électeurs du FN sont des fachos et les électeurs de gauche doivent "impérativement" voter contre les opposants si décriés
Monkeyman
- 07/12/2015 - 21:42
Sa courbe de croissance pondérale ve grimper jusque 2017 !
Le pauvre ! A force de se shooter à la mousse au chocolat quand il est seul pour compenser ses succès ou échecs, de trinquer avec son staff d'hédonistes (poids lourds) à la bonne santé de son ex fonds de commerce "Les Sans-dents", il va devoir de nouveau changer la taille de ses pantalons, de ses lunettes, etc. !

Sans parler de la prise de recul de sa Julie !

S'il virait Valls et le remplaçait par "La Bravitude", ce couple, si harmonieux dans les xyzs, accompagné en plus par la grande poétesse (Le jour), la ministre de la Justice (La nuit, quitte à réveiller ses chefs de cabinet ! -4 ou 5 en 2 ans- !), auraient l'honneur d'offrir le pouvoir au FN en 2017, lequel bloquerait et coulerait la France en 6 mois en entraînant au fond l'UE, etc. !

Affaire à suivre !, Quel chef-d’œuvre "Street-art" !
jmpbea
- 07/12/2015 - 19:22
Bonne analyse mais....
c'est trop tard....de nouvelles mesures qui ne soient pas des mesurettes cosmétiques demanderont deux ans pour porter leurs premiers fruits...l'économie demande un volant de deux à trois ans avant de réellement bouger....2016 va être mauvaise comme 2015 et la faiblesse économique couplée avec les déficits sociaux qui explosent va creer un cocktail peu agréable à déguster....mais le bouffon fait la guerre...alors tout va bien....