En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Europe
Covid-19
Pour les aider à faire face à l'épidémie, le Portugal régularise tous ses sans-papiers
il y a 6 heures 27 min
pépites > Europe
Allemagne
Le ministre des Finances du lander de Hesse retrouvé mort sur une voie ferré
il y a 10 heures 46 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

il y a 12 heures 12 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Adrien Loir : une vie à l’ombre de Pasteur

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Culture
Atalntico - Litterati

Le chercheur d’art

il y a 13 heures 39 min
décryptage > International
Moyen-Orient

Crise du coronavirus ou pas, la guerre par proxy entre l’Iran et les Etats-Unis continue en Iraq

il y a 13 heures 55 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Julien Aubert : « En 1914, l’Union sacrée n’empêchait pas la classe politique de s’opposer sur la manière de mener la guerre »

il y a 14 heures 27 min
pépites > France
Covid-19
Coronavirus : décès de l'ancien ministre Patrick Devedjian
il y a 14 heures 49 min
Régal pour les papilles
Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement
il y a 20 heures 19 min
pépite vidéo > Science
"Star mondiale" de la microbiologie
Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique
il y a 1 jour 1 heure
pépites > France
Augmentation
L'amende pour non-respect du confinement passe à 200 euros
il y a 9 heures 20 min
pépite vidéo > Politique
Souvenirs
Quand Patrick Devedjian passait une soirée endiablée à l'université d'été des jeunes UMP
il y a 11 heures 41 min
décryptage > Santé
Tribune

Dramatique pénurie de matériel de protection, appel à tous les Français

il y a 13 heures 7 min
décryptage > Politique
Colères jupitériennes

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

il y a 13 heures 32 min
décryptage > France
Société

L'administration française, si souvent indifférente à la protection des citoyens

il y a 13 heures 47 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Alain Madelin : "Les citoyens ont raison d’exprimer leur défiance pour contraindre les autorités à l’action"

il y a 14 heures 12 min
décryptage > Santé
Mythe et réalité

Crise sanitaire : non le secteur public n’a pas été abandonné ces dernières années. La preuve par les chiffres

il y a 14 heures 44 min
décryptage > Politique
Politique

Covid-19 : Face au feu de la critique, Philippe ajuste le tir, Macron ne change rien

il y a 15 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le bon sens" de Michel Bernard : un récit imprégné de la vie de Jeanne d’Arc

il y a 20 heures 42 min
pépite vidéo > Santé
Pédagogie et mobilisation du gouvernement
Coronavirus : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 1 jour 3 heures
© Reuters
© Reuters
L'Edito de Jean-Marc Sylvestre

Renault-Nissan : menaces de divorce si Emmanuel Macron ne lève pas les verrous posés pour de mauvaises raisons

Publié le 01 décembre 2015
Nissan menace Renault d’une procédure de divorce si Emmanuel Macron ne revient pas sur la décision de permettre à l’État français d’exercer un pouvoir hégémonique sur leur alliance. Le dernier conseil d’administration de lundi 31 octobre a été surréaliste.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nissan menace Renault d’une procédure de divorce si Emmanuel Macron ne revient pas sur la décision de permettre à l’État français d’exercer un pouvoir hégémonique sur leur alliance. Le dernier conseil d’administration de lundi 31 octobre a été surréaliste.

C’est une histoire qui illustre, une fois de plus, l’arrogance de l’Etat quand il veut se mêler des affaires d’une entreprise pour montrer qu'il lui reste du pouvoir. Emmanuel Macron, en bon petit soldat, s’est un peu fait piéger par les fonctionnaires parce qu’il lui faut trouver une porte de sortie sans perdre la face. On est aujourd’hui très près de la rupture et l’alliance entre Renault et Nissan qui a remarquablement fonctionné pendant 13 ans au profit des deux marques est sur le point d’éclater.

Pour tous les observateurs, cette rupture sera beaucoup plus difficile à digérer pour Renault que pour Nissan. Nissan est aujourd’hui, deux à trois fois plus puissant, plus profitable et plus dynamique que Renault. Si au début de cette union entre les deux constructeurs, c’est Renault qui est arrivé au secours du japonais, aujourd'hui c’est Nissan qui supporte Renault.

L’affaire remonte déjà à quelques mois, quand en avril, l’Etat français a porté à 19,7% du capital sa part dans Renault. Une décision d’Emmanuel Macron qui a permis au gouvernement, avec le jeu des droits de vote doubles, de posséder une majorité de blocage.

Le gouvernement français n’avait nullement l’intention de se mettre à fabriquer des voitures, il voulait simplement par application de la loi Florange, pouvoir exercer un véto à toutes les décisions qui auraient remises en cause l’emploi. Cette loi Florange avait été votée dans le but de calmer les frondeurs. Pour le management de l’alliance, dirigée par Carlos Ghosn, un tel pouvoir juridiquement possible avec le jeu des votes doubles était inacceptable. Pour Nissan qui se retrouvait en minorité c’est à dire otage, c’était insupportable. 

La présidence de l’alliance et le gouvernement ont donc essayé de trouver une solution. La seule possible et raisonnable aurait été que l’Etat se désengage en vendant ses titres. Sauf qu'entre temps, la valeur des titres a baissé. Les revendre, revenait donc à enregistrer une perte de plusieurs centaines de millions. Ca faisait désordre pour le ministre des Finances. Emmanuel Macron se sentait capable de justifier un retrait stratégique de l’Etat, mais il se voyait mal expliquer que son aller-et- retour sur la loi Florange allait coûter une fortune au trésor, c’est-à-dire aux contribuables, puisque c’est de l’argent public. Emmanuel Macron se drape donc dans la posture de l’homme du gouvernement qui défend les intérêts de l’Etat français. L’affaire est donc bloquée. Les Japonais se sentent de plus en plus en position d’otage d’un gouvernement français très imprévisible. Et le gouvernement français est aussi quoiqu’il dise, totalement coincé.

Carlos Ghosn lui,  fait monter la pression. Le conseil d’administration de ce lundi a une fois de plus permis aux représentants de Nissan de confirmer son intention d’introduire une demande en divorce si aucune solution n’est trouvée.

Prochain rendez-vous le 11 décembre lors d’un nouveau conseil, où les administrateurs espèrent que l’Etat annoncera qu’il va respecter sa promesse de revendre les 5% du capital qui avait permis a Macron d’annoncer qu'il pourrait faire appliquer la loi Florange. Ceci dit, le ministre qui veut conserver une minorité de blocage a aussi ajouté qu’il ne s’en servirait pas. Lui peut être, mais ses successeurs... La réalité de cette affaire est beaucoup plus simple. L’Etat n’est plus obsédée par la loi Florange. L'Etat est obsédée par la puissance de Nissan. L'Etat ne voudrait pas qu’un jour, le pouvoir chez Renault ne bascule dans les mains des Japonais, même si les Japonais sont dirigés par Carlos Ghosn.

L’industrie française est dans un tel état qu’elle est en permanence vulnérable. Renault ne serait pas la première entreprise importante à se retrouver sous une bannière étrangère.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Borgowrio
- 01/12/2015 - 20:09
Pardon à Liberté5
J'ai composé mon article quasiment en même temps , avec quasiment le même titre ! ! !
Borgowrio
- 01/12/2015 - 20:06
Les vaches seront elles bien gardées
Rappelez vous la Régie Renault ? Fief du parti communiste et de la CGT. Constamment en grève , des résultats étriqués . Renault devenu un géant mondial , innovant , présent dans des centaines de pays ... Le petit Macron veut sa part de dividendes et jouer dans la cour des grands ... Espérons qu'il dégage avant d'avoir fait trop de dégâts
Liberte5
- 01/12/2015 - 19:50
"A chacun son métier et les vaches seront bien gardées"
L’État qui ne joue plus son rôle dans ses missions régaliennes, compense en s’immisçant dans la vie sociétale et dans la vie économique des entreprises. On voit tout le résultat de cette politique menée depuis 40 ans. Le déclin économique de la France et la perte d’identité de la France.Conclusion: l’Etat doit revenir à son rôle essentiel pour les fonctions régaliennes.