En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

04.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

05.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

06.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

07.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 6 min 47 sec
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 47 min 56 sec
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 2 heures 14 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 2 heures 32 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 3 heures 48 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 3 heures 1 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 3 heures 3 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 3 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 15 heures 31 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 19 heures 5 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 27 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 1 heure 29 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 2 heures 21 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 2 heures 51 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 3 heures 1 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 3 heures 2 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 3 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 15 heures 12 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 17 heures 42 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 19 heures 34 min
© Reuters
© Reuters
L'Edito de Jean-Marc Sylvestre

Les chefs d’entreprise se mettent aussi en état d’urgence pour que les attentats ne cassent pas la reprise

Publié le 21 novembre 2015
Selon les chefs d’entreprise et les syndicats qui se sont réunis ce vendredi 20 novembre à Matignon pour faire le bilan de l’impact économique des événements, le terrorisme ne cassera pas la reprise. L’état d’urgence, c’est aussi l’état de résistance.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon les chefs d’entreprise et les syndicats qui se sont réunis ce vendredi 20 novembre à Matignon pour faire le bilan de l’impact économique des événements, le terrorisme ne cassera pas la reprise. L’état d’urgence, c’est aussi l’état de résistance.

Une semaine après les attentats du 13 novembre, les effets économiques ont été décortiqués, mesurés et évalués par la plupart des responsables du monde économique. Le diagnostic a fait l’objet d’un examen sérieux à Matignon vendredi avec le Premier ministre et le ministre de l’Economie. Afin de définir aussi le comportement des entreprises en situation d’état d’urgence 

Au-delà de l’émotion générale, la confusion parfois, les opérateurs patronaux du Medef, de la CGPME, et les chefs syndicaux ont mis tous les éléments d’appréciation et les indicateurs sur la table. 

Sans tomber dans le cynisme le plus insupportable, disons que la perspective n’est pas brillante mais assez bien assumée. Les responsables économiques ne sombrent pas dans le pessimisme. Ils l’étaient beaucoup plus en 2008 au lendemain de la faillite de Lehman Brothers. On retrouve un peu le climat qui dominait le monde des affaires après les attaques au World Trade center à New York, ou après la tuerie de Charlie Hebdo au début de cette année. De la colère, oui, mais pas de désespérance.

La situation économique et ses perspectives sont dominées par trois phénomènes :

Premier phénomène : le commerce, le tourisme,  les transports,  les activités de divertissement subissent un ralentissement violent mais sans doute de courte durée. Il est évident qu’au lendemain des attaques du 13 novembre, les consommateurs se sont repliés sur eux-mêmes et ils se sont contractés. La crainte de sortir de chez soi ou tout simplement le dégout de la situation ont fait que les Parisiens notamment sont restés chez eux et n’avaient guère l’envie de préparer les fêtes de Noël. 

Les hôtels parisiens ont enregistré très rapidement une masse d’annulations des réservations jusqu’à la fin de l’année. Par conséquent, beaucoup de projets de voyages ou de vacances à Paris ont été abandonnés. La baisse des réservations dans les hôtels est aujourd'hui de 50% ; idem chez Airbnb. Les hôteliers et les loueurs craignent qu’ils ne puissent pas les rattraper avant les fêtes. Le secteur du transport aérien a été touché. D’abord parce que les voyageurs étrangers qui annulent l’étape parisienne, c’est autant de voyageurs en moins à Roissy. Ensuite parce que quelques compagnies aériennes ont suspendu leurs vols vers Paris.

Autre secteur violemment touché : la distribution. les rues et les centres commerciaux tournent au ralenti (-30% de baisse de la fréquentation), les grands magasins parisiens (les Galeries Lafayette, le Printemps où la fréquentation a chuté de 30 à 50%), le commerce de luxe s’est effondré. Les champs Elysées sont vides, l’avenue Matignon, la place Vendôme, la rue de la Paix et tous les hauts lieux du luxe à Paris sont sinistrés. 

Enfin, toutes les industries du divertissement subissent aujourd'hui le contre choc de la tuerie de vendredi dernier. Les théâtres, les cinémas, les cirques qui sont nombreux à Paris, au moment de Noël ne font pas le plein. Beaucoup d’annulations, et de spectateurs qui abandonnent la partie.

La plupart de professionnels  touchés considèrent que l’année 2015 est morte et les fêtes de fin d’années ne sont pas récupérables.  Dans cette perspective, les petites structures vont avoir du mal à tenir debout. Consignes ont été données aux banques de trouver des solutions pour alléger les trésoreries à la fin de l’année. L’Etat étudie des mécanismes de report de paiements des taxes et des charges.

La contrepartie de ce ralentissent violent dans le commerce de détail, touche le e-commerce qui bénéficie déjà d’une poussée de fièvre exceptionnelle. Les sites marchands de l’internet seront les grands gagnants de cette période troublée qui va nous conduire jusqu’à Noël.

Amazon se met en ordre de marche et s’attend à un record de commandes. CDiscount (groupe Casino), Rue du Commerce (racheté par Carrefour) sentent déjà le gonflement de l’activité. Ils s’attendent à une progression de 30 à 50 %. La Fnac et Darty ont systématiquement organisé la complémentarité de leurs sites et des magasins physiques. En clair, les clients peuvent commander sur le site, se faire livrer ou aller prendre leurs commandes au magasin. La réciproque est vraie. On peut commander dans les magasins, régler sur internet et se faire livrer à domicile (ce qui est la grande force de Darty). A noter que ce mois de décembre sera mis à profit pour tester la cohabitation entre la Fnac et Darty qui ont publié les bancs de leur mariage .

Deuxième phénomène. Les évènements terroristes ne devraient pas casser le début de reprise. L’impact économique que l’on mesure très bien sur la consommation, où le tourisme sera violent mais normalement de courte durée si on se réfère à ce qui s’est passé dans tous les pays touchés par des vagues d’attentats. Par ailleurs, les indications que nous avons ne montrent pas que les grandes tendances de la reprise seraient attaquées.

Les signes de redressement ne sont pas affectés. L’emploi et particulièrement l’intérim a repris. Depuis deux mois il y a plus, de créations d’emplois dans le pays que de destructions. Par ailleurs les moyens monétaires de l"activit& sont en croissance de 4% à 5%. La demande de monnaie adressée par les entreprises s’accroit,  ça veut dire que l’activité tourne plus vite. 

Autre facteur : l’investissement qui est le vrai moteur de la reprise se réveille. Aucune raison que les attentats du 13 novembre aient brisé cette évolution. 

Enfin, le prix du pétrole continue d’être très bas. C’est un élément très fort pour dégager des marges dans les pays occidentaux. Le seul problème que pose la baisse des prix du pétrole, c’est  la gêne causée aux  pays émergents : la Chine, l’Inde, le Brésil. Or, le ralentissement de la croissance dans les pays émergents, freine la reprise mondiale. La perspective des hausses de taux d’intérêt, aux USA ne devrait pas affecter les économies européennes, sauf par le biais de l’Euro dont on pense qu’il pourrait tomber à parité avec le dollar au début de l’année 2016. Ce qui n’est pas une mauvaise nouvelle. 

3e phénomène : le retour de la confiance. C’est un paradoxe mais toutes les études d’opinion qui ont été réalisées depuis la semaine dernière, montrent que la grande majorité des Français sont en colère, ils sont tristes, ils se sentent solidaires parce que c’est la société française qui a été touchée. Il y a donc un sentiment de grande cohérence mais pas de sentiment déclaré de peur. Alors la peur n’est peut-être pas exprimée, elle est peut être gérée, assumée, mais elle ne transparait pas. Ce qui transparaît c’est la volonté de résister.

Résiste. Un détail, mais la comédie musicale qui reprend tous les tubes de Michel Berger et de France Gall au Palais des Sports de la porte de Versailles, n’a pas perdu ses spectateurs qui font chaque soir un véritable triomphe à la chanson  Résiste. Du jamais vu. La chanson est reprise et bisée par la salle debout.

Ce qui apparaissait avant les évènements, ne s’est pas perdu dans la tragédie des attentats. Le moral des chefs d’entreprise reste très haut. Il est même au plus haut depuis le début de la crise de 2008. Les optimistes sont plus nombreux que les pessimistes. Le facteur de consolidation de cette confiance réside dans l’approbation des mesures sécuritaires prises par le gouvernement. Il y avait une attente très forte. Selon les sondages réalisés cette semaine, 80% des français approuvent les frappes en Syrie et toutes les mesures de sécurité. 

Alors dans ce contexte, la popularité du président de la République va progresser. Au lendemain des attentats de Charlie, François Hollande avaient pris 10 points dans les sondages. Mais ce redressement ne signifie au niveau de la perspective. Il peut être de très courte durée. D’autant que si les Français approuvent la réaction et la gestion de la crise, beaucoup ne comprennent pas pourquoi nous n’avions pas pris, des mesures de contrôle avant. Quel temps perdu ! Quel gâchis !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gordion
- 21/11/2015 - 11:47
Hausse des taux d'intérêt aux E-U
Si la décision de la FED d'augmenter ses taux - 25 PB?? - apparaît inévitable, les conséquences sur la zone Euro pourraient être un peu plus graves que la dépréciation de l'Euro. Un euro faible certes favorise les exportations - allemandes - mais renchérit le coût des importations en dollar. Etes-vous sûr que les exportations allemandes vont réellement bénéficier d'un taux de change EUR-DOL favorable? Le ralentissement de la croissance, voire la récession, des pays émergents, conjugués à la perte de confiance des clients quant à la qualité du "hergestellt in Deutschland" suite au scandale VW - un effet de contagion sur les autres constructeurs auto, ou de produits d'autres secteurs n'est pas impossible - pourrait être le grain de sable de cette théorie.

En outre, la BCE ne devrait pas rester les bras croisés à compter les mouvements de capitaux des fonds spéculatifs et autres vers la zone dollar, qui promettra un gain de rémunération accru. Valable aussi pour les monarchies du Golfe, et l'Iran, qui voyant le prix du baril augmenter, accéléreront la tendance.
Je crains que la BCE, sous hypnose de l'ordo-libéralisme allemand, ne soit tentée elle aussi de remonter ses taux.